Navigation – Plan du site

Cette France-là, Xénophobie d'en haut. Le choix d'une droite éhontée

Serge Pacé
Xénophobie d'en haut
Cette France-là, Xénophobie d'en haut. Le choix d'une droite éhontée, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 190 p., ISBN : 9782707173317.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Par exemple Éric Fassin, Liberté, égalité, sexualités : actualité politique des questions sexuelle (...)

1Publié par un collectif impliqué dans la lutte contre les discriminations sexuelles ou raciales1, l'ouvrage questionne les finalités de la politique et du discours sur l'immigration, convoqués de façon insistante par les pouvoirs publics principalement ces cinq dernières années. Selon l’état d’esprit ambiant, il s’agirait d’une réponse légitime à une forme d'inquiétude du peuple à l'égard de l'arrivée massive d'immigrés. Y aurait-il une xénophobie qui viendrait d'en bas ?

  • 2  Comme il est rappelé « loin d'être exceptionnels ces résultats se retrouvent systématiquement dans (...)

2Le titre de l'ouvrage Xénophobie d'en haut conteste cette thèse : la plupart des études viennent en effet confirmer que la peur de l’immigration est classée loin derrière d'autres préoccupations comme l'emploi ou la peur de la finance (p.9)2. Les auteurs en profitent pour récuser l’argument du coût exorbitant de l’immigration: les chiffres qui attestent du fardeau insupportable qu’elle représenterait font cruellement défaut. Cette apparente digression est loin d’être absurde car elle divise la droite sur l’attitude à adopter : Dominique Paillé, ministre de l’ancienne majorité, affirmait : « quelque soit le niveau de chômage, nous aurons besoin d'une immigration régulière car certains emplois ne peuvent être occupés par des natifs ».

  • 3  http://www.rue89.com/2008/03/10/en-france-le-solde-migratoire-est-en-realite-quasiment-nul
  • 4  note p 16

3Dans le premier chapitre, le texte discute chacun des arguments qui cherchent à asseoir rationnellement la xénophobie et permet de démontrer qu’une analyse précise et documentée exclut la justification économique du rejet de l’immigration. Elle discrédite ainsi l’idée qu’il y aurait une pression quelconque sur les régimes de retraites ou une concurrence salariale de travailleurs considérés comme moins exigeants. De même les auteurs s’appuient sur le raisonnement d’Hervé Lebras pour démontrer que l’une des principales analyses mobilisées ne tient pas : ainsi le solde migratoire est-il faible si l’on enlève les sorties du territoire alors que les chiffres avancés n’évoquent jamais que les flux entrants3. Plus loin ils utilisent une étude relatée de la London School of Economics pour montrer qu’il n’y aurait pas de coût lors d'une régularisation massive : l’étude montre que l'Etat britannique bénéficierait d’une entrée fiscale de trois milliards et que cela ne provoquerait pas la venue de nouveaux immigrés. L’idée qu’il y aurait un « appel d'air » ne tient donc pas. Dans les faits, l'immigration est plutôt associée à la croissance comme en témoigne la baisse des entrées que l’on constate en Espagne durant la récente crise immobilière4.

4Pour achever ce tour d’horizon des mauvaises raisons, les auteurs démontrent que l'utilisation de la xénophobie comme procédé induisant des gains électoraux est un calcul à court terme : si dans un premier temps il a permis à Nicolas Sarkozy de récupérer des voix du « front national », en revanche cette obstination semble au final inefficace. Ainsi, pour reprendre un exemple de l'ouvrage, le discours de Grenoble l'a non seulement éloigné de sa frange républicaine mais aussi de l'électorat FN. Comme beaucoup l'ont anticipé à l'époque, briser les frontières qui les séparent de la droite extrême, légitime le vote frontiste et plus grave encore, banalise son discours.

5Donc pourquoi un tel acharnement? L'ouvrage ne donne pas une réponse tranchée sur la question. Le collectif semble rejeter l'idée que la volonté de manipulation de l’opinion serait la seule raison. On peut en effet considérer qu’acquis au capitalisme financier, la plupart des responsables politiques n’auraient d'autre choix que d'enfourcher l'antienne xénophobe pour détourner le regard des électeurs de la collusion entre le pouvoir politique et économique. Toutefois dans le deuxième chapitre, les auteurs laissent entendre que Nicolas Sarkozy était prisonnier de la logique de durcissement de son discours pour son éventuelle réélection. En effet, ayant opté pour cette démarche, il ne peut s'en défaire au risque de se discréditer par rapport à sa cible électorale. L'autre réponse implicite, développée avec soin dans le chapitre 4 « 1945-2012, plus jamais quoi ? », est que, quelque soit l'époque, ce discours a toujours été une base de l’idéologie d’une des droites françaises. Il est clair que le contexte économique prospère des Trente Glorieuses ne permet pas d'expliquer la permanence d’une idéologie qui subsiste après Vichy. En cette année du cinquantenaire des accords d'Évian, on peut penser que le traitement désastreux de la question algérienne n'est pas étranger à ce parti pris. Force est de constater que l'occultation du crime d'État est un procédé récurrent qui laisse des traces durables dans les représentations politiques.

6La question la plus inquiétante posée par le collectif est celle de la faible mobilisation de contre-pouvoirs tant au niveau médiatique que politique. Pourquoi n'y a-t-il pas de réactions plus argumentées dans une presse pourtant considérée comme sérieuse, contre des thèses qui sont pour le moins choquantes? Cela est expliqué  dans le texte par une logique médiatique qui tend, selon un mécanisme de réification de ses archétypes éditoriaux, à la fois à reproduire la représentation de l'échiquier politique et à se positionner dans un débat dont la presse n'a pas choisi les termes. Le titre ironique du chapitre « L'Empire du juste milieu » marque cette volonté de neutralité que cette dernière défend comme impartiale. Cela entraîne une sous-estimation de la radicalisation de la droite présentée comme républicaine. En mettant en avant plutôt l'incident de langage ou l'irritation, elle écarte une réflexion de fond sur sa logique. L’effet pervers induit est de donner davantage de force aux écarts des responsables déviants. Le débat aurait donc tendance à se déplacer vers une banalisation de la xénophobie.

  • 5  p 149, note en bas de page

7L’autre élément qui intrigue l’équipe de Cette France-là  est la faible réactivité de la gauche « de gouvernement ». Leur réponse est qu’en acceptant la logique économique, elle réduit ses marges de manœuvre dans les domaines du progrès économique et social. Comme le signale le texte, la fin des utopies de 1983 va avoir un coût élevé dans les élections. On commence à percevoir alors un processus de désaffection de l’électorat populaire qui se dessine à travers un clivage entre une gauche qui rejette l’assujettissement à la logique néo-libérale et une gauche qui minimise ses effets dans son discours. Ce chapitre analyse comment celle-ci va chercher, à l’instar de la droite, à gagner le vote populaire par un discours identitaire (p. 145). Cette évolution ne va pas sans frottement et sans difficulté, ce qui justifie le titre du chapitre, la gauche complexée. Les auteurs synthétisent avec finesse l’évolution erratique et contradictoire de leurs représentations autour du vote populaire. Par exemple, ils montrent comment le concept bobo adopté par les journalistes de Libération sous la forme de l’autodérision, est devenu une arme de communication efficace contre les classes moyennes diplômées mais pas nécessairement dotées de capital économique. Cette offensive conservatrice venue des Etats-Unis s’est trouvée validée par des auteurs défendant une analyse populiste de gauche. Pour elle, cela traduit le mépris d’une frange de la population éduquée à l’égard des moins cultivés. Ainsi en est-il du géographe Christophe Guillhy qui dans un article emblématique de Libération du 8 janvier 2001 (p. 150) analyse la montée des bobos comme la mise de côté de la question sociale au profit de la qualité de vie et l’épanouissement individuel. Au passage l’adoption de cette expression fait disparaître le terme de « gentrification » terme désignant l’embourgeoisement des zones d’habitation populaires. Le terme de « bobo » remplace l’idée de différence de revenu par un clivage culturel faisant obstacle à l’appréhension du monde social comme le souligne Xavier de la Porte dans un ouvrage collectif cité en référence, La France invisible5. Ce chapitre conclut sur la proximité agaçante de la gauche populiste aux discours xénophobes. Finalement, le texte le dit de manière provocatrice, si Marine Lepen pose les bonnes questions n’apporterait-elle pas les bonnes réponses ? (p. 165).

8L’ouvrage nous livre donc la recomposition constante, au gré du contexte et du rapport de force politique, du discours xénophobe : par exemple, le chapitre 4 en résume l’histoire depuis 1945 et les travaux de Gérard Noiriel sont convoqués pour mettre en évidence le lien entre l'occultation de la Shoah et l'équilibre des partis en présence (réconciliation nationale, résistance et patriotisme pour la droite et sacrifice de la classe ouvrière pendant la guerre pour la gauche). De même dans un cadre plus récent, le chapitre 2 analyse les multiples aménagements du discours des ministres de l'immigration successifs composant avec les enjeux du moment. Pour quelqu'un rejetant la xénophobie, il est ardu d’en percevoir les nuances. Cependant malgré des similitudes, les contenus connaissent d’infimes variations. Le passage au ministère de l’immigration, de Brice Hortefeux à Éric Besson, se traduit par une subtile distinction entre la préparation de l'hospitalité pour le premier et sa préservation pour le second. Ce dernier va même jusqu’à revendiquer abusivement la France comme la première destination d'accueil des réfugiés (p. 39) plaidant cyniquement pour la traque des sans-papiers comme un noble combat contre le fléau des passeurs.

9Au passage sont épinglés la vacuité des justifications (p. 30): le non-sens d'une politique d'immigration basée sur la distinction immigration choisie et immigration subie. En cherchant des critères pour diagnostiquer l'immigration subie, les pouvoirs publics ont rendu difficile la venue de ceux qu'elle souhaitait voir arriver.

  • 6  Une chronologie en fin d’ouvrage ventilée en quatre thèmes, chronologie générale, travail, famille (...)

10Ce livre nerveux et enlevé, très bien documenté6 en fait une synthèse bienvenue et dérangeante sur le sujet.

Haut de page

Notes

1  Par exemple Éric Fassin, Liberté, égalité, sexualités : actualité politique des questions sexuelles, avec Clarisse Fabre, Belfond / Le Monde, 2003 ou Julie Chansel réalisatrice avec Michael Mitz d'un documentaire sur les centres de rétention http://detentions.wordpress.com/2011/06/08/la-machine-a-expulser-un-web-documentaire-de-julie-chansel-et-mickael-mitz)

2  Comme il est rappelé « loin d'être exceptionnels ces résultats se retrouvent systématiquement dans toutes les enquêtes de ce type ».

3  http://www.rue89.com/2008/03/10/en-france-le-solde-migratoire-est-en-realite-quasiment-nul

4  note p 16

5  p 149, note en bas de page

6  Une chronologie en fin d’ouvrage ventilée en quatre thèmes, chronologie générale, travail, famille, asile, nous donne une base organisée de références sur les cinq dernières années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Pacé, « Cette France-là, Xénophobie d'en haut. Le choix d'une droite éhontée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 juillet 2012, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8848

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page