Navigation – Plan du site

Gilles Pérez, Gilles Rof, Les rebelles du Foot

Eddy Banaré
Les rebelles du Foot
Gilles Pérez, Gilles Rof, Les rebelles du Foot, Arte éditions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. http://lesrebellesdufoot.com/
  • 2  La même année, c’était le réalisateur Emir Kusturica plaçait Diego Maradonadans une œuvre éponyme (...)
  • 3  Cf. Pascal Blanchard, Morad Aït-Habbouche. Les Noirs en couleur, Paris, Les bâtisseurs de mémoire, (...)

1Le lien entre sport et politique n’est pas nouveau en soi : les déclarations de Mohamed Ali contre la guerre du Vietnam ou le poing ganté brandi par Tommie Smith et John Carlos aux Jeux Olympiques de Mexico en 1968 sont emblématiques. En quoi le football diffère-t-il ? Qu’il y a-t-il de nouveau dans Les rebelles du foot1? Le foot semble, au premier abord, plus facilement instrumentalisé par la politique : les tribunes de stades servent parfois de vitrines aux candidats, ministres ou présidents. La dimension collective et populaire y joue sûrement beaucoup. Le documentaire semble s’imposer comme genre de prédilection du foot ; sport spectaculaire et médiatique, l’image apparait comme l’outil d’analyse idéal. En 20082 déjà, dans Des Noirs en couleur3, l’historien Pascal Blanchard et le réalisateur Morad Aït-Habbouche ont montré que la composition de l’équipe de France au long de l’histoire fournit une grille de lecture pertinente de la place des ressortissants des anciennes colonies dans la société française. Plus encore, la question du racisme peut également être abordée en analysant les discours médiatiques qui se déploient autour de l’équipe de France. Les réalisateurs Gilles Pérez et Gilles Rof procèdent donc par une traversée historique instructive et nous invitent à suivre des footballeurs  qui ont su mettre de la politique dans leur jeu. Pour appeler à la résistance et à la contestation. Il a l’ambition de nous montrer un football exemplaire en nous rappelant cinq joueurs d’exception.

2Le premier est Didier Drogba qui, alors que la Côte d’Ivoire était sur le point de basculer dans la guerre civile, a su tirer parti de la ferveur créée par la qualification de l’équipe nationale au Mondial 2006 pour lancer un appel à déposer les armes. Le Chilien Carlos Caszely a d’abord eu le courage de refuser une poignée de main au Général Pinochet, ce geste lui a valu menaces et intimidations – sa mère a même été enlevée et torturée –, ce qui ne l’a pas empêché de se mobiliser en 1988 pour appeler à voter le Non. Alors qu’il était une vedette du football français Rachid Mekhloufi choisit de jouer pour l’équipe du F.L.N afin de participer à créer le ciment d’une nation en devenir. Le Serbe Predrag Pasic choisit, en plein conflit bosniaque, de rester à Sarajevo pour fonder une école qui accueille les enfants de toutes les communautés. En plein bombardement de Sarajevo, il invite les enfants à jouer au football dans la patinoire olympique de la ville ; ceci, pour les protéger et oublier la guerre. De 1981 à 1984, le Brésil est contrôlé par une junte militaire, Socrates, joueur vedette du club les Corinthiens, décide, avec Adilson Monteiro Alves, d’en faire une arme de guerre qu’il renomme « Démocratie Corinthienne ». Alves est sociologue, il a été nommé président du club en novembre 1981 : les Corinthiens deviennent un laboratoire politique et chaque match, l’occasion de dire non à la dictature. Tous les portraits sont d’une grande intensité et aidés par un travail documentaire poussé : archives, interviews des témoins ou des joueurs sont ponctués des interventions d’un Éric Cantonna authentique et du réalisateur Ken Loach. Ce dernier propose peut-être, l’analyse la plus décisive : dans une époque qui pousse à l’individualisme, le football est peut-être un des derniers espaces qui donne à voir le collectif en marche

  • 4  « La « révolution d’Eric Cantona inquiète les banques », Le Figaro, Paris, 27/11/2010.

3Nos deux réalisateurs ne pouvaient trouver meilleur narrateur qu’Éric Cantona pour nous guider dans cette histoire politique du football. Voix gutturale, regard scrutateur, barbe d’ermite : sa présence donne une épaisseur à un récit passionnant dans lequel il guide le spectateur en initié. Déjà sur le terrain, il était un homme de théâtre, « King » habitué au panache et aux déclarations chocs. L’homme qui a joué Ubu au théâtre et, en cette période de crise financière, a appelé à désobéir aux banques4, se livre ici à un véritable exercice d’admiration et se propose de nous raconter « son football », celui « qu’il a joué » et qu’il place sous la devise « fraternité, solidarité, liberté ». Gilles Pérez et Gilles Rof augmentent ce récit par un travail documentaire poussé ainsi que par un montage stylisé et tonique qui restituent la ferveur du jeu. C’est pourquoi Les rebelles du foot doit être considéré comme un puissant outil d’analyse du football contemporain, dans la mesure où, à travers les itinéraires de ces hommes, il rappelle l’extraordinaire puissance symbolique du football.

  • 5  Cf. Patrick Mignon. « Supporters et hooligans en Grande-Bretagne depuis 1871 »,  Vingtième Siècle (...)

4Mais avant, nous commencerons par ce que Les rebelles du foot semble vouloir éviter ou, du moins, les images qu’il tente de contredire et faire oublier. Ce documentaire trace donc les contours d’un espace de parole indéfini entre sport, histoire et politique. Il faut, en effet, interroger les stéréotypes et les paradigmes que le football est capable de fabriquer. Le football est un champ de projections, il est surtout tissé de contradictions que ce documentaire nous incite à démêler. De l’argent-roi, en passant par le hooliganisme5, jusqu’au racisme des stades, ses représentations sont souvent inquiétantes et repoussantes. En France, il y a également cette « beaufitude » qui, entre deux bières, fait se côtoyer en toute légèreté misogynie, homophobie et xénophobie. Il y a aussi le ridicule des caprices et l’immaturité de certains joueurs qui transforment les reportages sportifs en chroniques people. Partant de là, difficile voire impossible d’aimer et de faire du football un objet d’étude. En fait, nous sommes rapidement amenés à tirer la conclusion que le football ne peut pas penser et encore moins être pensé, que la médiocrité, l’indécence et la violence lui sont indissociables.

  • 6  La notion de « peste émotionnelle » a été élaborée par le psychanalyste autrichien Wilhelm Reich d (...)
  • 7  Cf. Jean-Marie Brohm, Marc Perelman. Le football, une peste émotionnelle : La barbarie des stades, (...)
  • 8  Cf. Pierre Clanché. « Football, instabilité, passion », Communication,  Volume 67, 1998, pp. 9-23.

5Chaque match ne serait qu’un grand moment de régression et d’abrutissement; une « peste émotionnelle »6 pour reprendre les mots de Jean-Marie Brohm et Marc Perelman7. Le football serait le symbole d’un mal8 : celui de notre époque à penser tous les domaines à travers le prisme de la compétition sportive, c’est-à-dire : en termes d’anéantissement et de victoire. Il peut même servir de prisme à la crise financière : sélectionneurs, entraineurs, joueurs aux salaires stratosphériques qui se débattent sous nos yeux de spectateurs à la fois fascinés, amusés ou révoltés. Ainsi, le foot se maîtrise mal, mais sa force est de tenir à la fois de l’épopée, de la comédie et de la variété et/ou politique. Si le football sera toujours l’objet de débats insolubles, c’est sa puissance de représentation qui mérite d’être analysée.

  • 9  Par exemple, dans le cadre la série de courts métrages réalisés en 2011sur les clichés, l’ancien i (...)
  • 10  Voir les articles sur la base de données persee.fr
  • 11  Cf. Louis Porcher. « Enjeux interculturels », Communications,  n° 67, 1998, pp. 105-116.
  • 12  Ce match s’est déroulé le 9 août 1942 à Kiev. Il était destiné à la propagande nazie : il devait i (...)

6Autant dire qu’il est difficile d’imaginer des « rebelles » dans le monde apparemment déconnecté du réel qu’est le foot. Déjà que les seuls « rebelles » que la finance (l’autre monde de l’argent-roi) a donné à voir ont été des cyniques désabusés ou tombés de leur nuage boursiers, assommés comme Kerviel par une ivresse de chiffres. Mais s’en tenir à ces représentations9 et se risquer à ces comparaisons, revient à minorer une incomparable puissance fédératrice et symbolique. Ce qui explique la multiplication des recherches en sciences humaines sur le football depuis les années 199010. La liesse des tribunes cariocas, le rêve de la France « black, blanc, beur »11 de 1998, le génie des actions collectives et la virtuosité d’un Pelé, d’un Zidane ou d’un Maradona sont autant d’images qui confèrent au foot la fonction de tribune et la forme d’un grand récit social et national. Là encore, se cachent autant de clichés qui permettent d’éviter un questionnement souvent embarrassant mais pourtant constructif. Le football donc, miroir du monde, est autant dépositaire de valeurs, d’éthique que de signes d’effondrements moraux.  Le football a, en effet, une puissante valeur d’exemplarité. Il y a, en effet, des événements et des personnalités dont les actions et l’intensité ont le pouvoir d’éclairer brutalement l’histoire. Ainsi, le match du 9 août 1942 était déjà un coup porté au nazisme12, le silence de Christian Karembeu pendant l’hymne national français invite à interroger l’histoire des Kanak et la colonisation en Nouvelle-Calédonie. De même, les saluts hitlériens, les banderoles et les drapeaux vus dans certains stades européens sont d’inquiétants rappels. Le football grossit l’événement pour le meilleur et le pire.

  • 13  Nabe fait écho aux propos stigmatisant utilisés le 26 octobre 2005 par Nicolas Sarkozy, alors mini (...)
  • 14  Ce paragraphe du texte de Nabe est particulièrement révélateur :

7On se souvient, par exemple, qu’une partie de la médiatisation du geste de Zinédine Zidane pendant la finale du Mondial 2006 s’était faite autour de l’exemplarité et de la pédagogie : qu’allaient penser les jeunes footballeurs de la conduite de leur idole ? Surtout, il se pourrait qu’ils l’imitent un jour ! Le Numéro 10 avait dû s’excuser et s’expliquer. Il suffit de lire le tract « Zidane la racaille13 »que le romancier Marc-Édouard Nabe publie alors, pour saisir que le football déclenche une tempête de symboles et d’interrogations. Que peut et que doit faire un footballeur ? Il est, après tout, surexposé, il a le privilège d’occuper un espace plus grand que lui. On finit donc par lui demander plus que marquer des buts : on exige qu’il parle, qu’il incarne une nébuleuse de valeurs morales, éthiques, communautaires et patriotiques. À croire que Zidane avait précipité la chute d’une nation entière. Aussi est-il devenu, à cet instant, « l’Arabe » ; celui qui a déshonoré la France, qui aurait dû parler14 de tous les sujets. Et avec « la mano de Dios » de Maradona en 1986, celle de Thierry Henry contre l’Irlande en match de qualification pour le Mondial 2010, ainsi que le malaise de Ronaldo avant la finale du Mondial 1998, le coup de tête sur Materazzi est resté depuis l’un des grands traumatismes de la planète football. L’agacement que peut susciter le football vient précisément de cet excès médiatique, des proportions prises par les gestes, de ces rôles imposés aux joueurs qu’une grande partie du monde intellectuel aimerait voir  rester des sportifs et œuvrer au divertissement.

8Après Les rebelles du foot, il est difficile de s’empêcher de penser que le foot a changé à partir du milieu des années 1990. On peut même se risquer à dire que le Mondial 1994 - le premier à avoir été satellisé - en a été l’avènement. Il devait être marqué par deux événements symboliques : le Brésilien Ronaldo signait l’un des plus importants contrats sportifs de l’histoire et le Colombien Andrès Escobar se faisait assassiner pour avoir marqué contre son camp. C’étaient les débuts d’un foot hystérique, indécent et déconnecté du réel. Il est donc difficile d’imaginer de tels engagements de la part des vedettes d’aujourd’hui.

9Mais c’est oublier le caractère exceptionnel des personnages et des circonstances qui sont décrites par Pérez et Rof. Et la force du travail mené par les réalisateurs est de n’avoir pas donné le change à une quelconque forme de nostalgie, mais de nous avoir montré, que la puissance symbolique et fédératrice du football est inaltérable, qu’il existera toujours, selon les mots de Cantonna, « des mauvaises herbes ». Nous serions donc tentés d’affirmer que les nouvelles batailles à mener soient contre ce le foot a fini par devenir. L’homophobie, la crise éthique et le racisme comptent encore parmi ses démons. À quand le joueur qui refusera de signer un contrat jugé indécent ? Quelle équipe refusera de jouer en voyant les peaux de bananes lancées sur le terrain ou en entendant les cris de singe ? Les récits contés par «le King » Éric nous permettent d’y croire encore.

Haut de page

Notes

1  Cf. http://lesrebellesdufoot.com/

2  La même année, c’était le réalisateur Emir Kusturica plaçait Diego Maradonadans une œuvre éponyme présentée à Cannes. Cf. Maradona, Paris, Studiocanal, (2008), DVD, 2009.

3  Cf. Pascal Blanchard, Morad Aït-Habbouche. Les Noirs en couleur, Paris, Les bâtisseurs de mémoire,  DVD, 2008.

Cf. Olivier Barlet, «Les Noirs en couleur : les joueurs afro-antillais en équipe de France », Africultures,  28/05/ 2008. Cf : http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=7625

4  « La « révolution d’Eric Cantona inquiète les banques », Le Figaro, Paris, 27/11/2010.

Cf.http://www.lefigaro.fr/societes/2010/11/27/04015-20101127ARTFIG00396-la-revolution-d-eric-cantona-inquiete-les-banques.php

« Cantona va-t-il faire sauter la banque ? », Le Monde, Paris, 07/12/2010.

Cf.http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/12/04/cantona-va-t-il-faire-sauter-la-banque_1447286_3234.html

5  Cf. Patrick Mignon. « Supporters et hooligans en Grande-Bretagne depuis 1871 »,  Vingtième Siècle Revue d’Histoire, Volume 26, 1990,  pp. 37-48.

6  La notion de « peste émotionnelle » a été élaborée par le psychanalyste autrichien Wilhelm Reich dans son ouvrage L’analyse caractérielle (Payot-Poche, 2006) écrit en 1933. Elle désigne les situations sociales collectives qui engendrent des pulsions destructrices et meurtrières. La propagande, l’idéologie, l’autorité, le moralisme, le racisme, le fanatisme etc. sont propices à la propagation de cette « peste émotionnelle ».

7  Cf. Jean-Marie Brohm, Marc Perelman. Le football, une peste émotionnelle : La barbarie des stades, Paris, Gallimard, Folio Essais, 2006.

Cf. Marc Perelman. Le sport barbare : critique d’un fléau barbare, Paris, Michalon, (2008), 2012.

Cf. « “Les intellectuels et le football” : liaisons dangereuses, essai fatal »

Cf. http://cahiersdufootball.net/article.php?id=1231

Voir le site de Marc Perelman, Professeur en esthétique à Paris-Ouest Nanterre : http://marcperelman.com/ouvrages/index.php

8  Cf. Pierre Clanché. « Football, instabilité, passion », Communication,  Volume 67, 1998, pp. 9-23.

9  Par exemple, dans le cadre la série de courts métrages réalisés en 2011sur les clichés, l’ancien international Vikash Dhorasoo tente de s’élever contre celui du « footballeur trop payé et stupide » qu’il considère comme une « représentation populiste ». Il plaide le fait que les footballeurs sont avant tout des ouvriers et les produits d’un système médiatique et financier sur lequel ils ont finalement peu de pouvoir.

Cf. « Les clichés selon Vikash Dhorasoo », France Télévisions, Click-Clap Productions, Let’s Pix, 2011 : http://www.youtube.com/watch?v=uSfy72lJIto

10  Voir les articles sur la base de données persee.fr

11  Cf. Louis Porcher. « Enjeux interculturels », Communications,  n° 67, 1998, pp. 105-116.

12  Ce match s’est déroulé le 9 août 1942 à Kiev. Il était destiné à la propagande nazie : il devait illustrer la supériorité de la race aryenne. Il opposait la sélection composée de membres de l’armée de l’air nazie, la Flakelf, au FC Start formé par d’anciens joueurs du Dynamo de Kiev dissout après l’invasion de 1941. Les joueurs du FC Star gagnent le match 5-3, malgré les menaces de mort faites dans les vestiaires à la mi-temps par l’arbitre SS de la rencontre. Quatre joueurs du FC Start seront exécutés peu de temps après le match, les autres seront ensuite déportés dans des camps de concentration.

13  Nabe fait écho aux propos stigmatisant utilisés le 26 octobre 2005 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur. Pendant une visite mouvementée (insultes et jets de pierre) à la cité d’Argenteuil, Sarkozy, à propos du rétablissement de la sécurité, le ministre avait promis de « débarrasser de la racaille ». Le mot a été énormément commenté dans la mesure où il a été perçu comme stigmatisant les habitants des banlieues.  

14  Ce paragraphe du texte de Nabe est particulièrement révélateur :

« 11 septembre 2001 : Zidane, l’Arabe le plus célèbre du monde, ne dit rien. 6 octobre 2001, après le match France-Algérie où il joue contre son pays d’origine, et oùLa Marseillaiseest sifflée et la pelouse envahie par ses frères, Zidane ne dit rien non plus. Novembre : Bush attaque l’Afghanistan : toujours aucune réaction. Avril 2002 : Le Pen au second tour, Zidane dit enfin quelque chose, mais c’est trois fois rien. […] La France interdit le foulard à l’école : Zidane ferme sa gueule. Israël enferme les Palestiniens derrière un mur : Zidane ferme sa gueule. Sharon liquide le Cheick Yassine et Rantissi : Zidane ferme sa gueule. Les Yankees torturent les Irakiens à Abou Ghraib : Zidane ferme sa gueule. Arafat meurt : Zidane ferme sa gueule. Sarkozy parle de « Kärcher » et Finkielkraut d’une équipe de France “Black-Black-Beur” : Zidane ferme sa gueule. Deux “ racailles ” poursuivies par les flics se font électrocuter, ça entraîne des émeutes dans toutes les banlieues : Zidane ferme sa gueule...»

Cf.http://www.alainzannini.com/index.php?option=com_content&view=article&id=74:zidane-la-racaille&catid=34

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Gilles Pérez, Gilles Rof, Les rebelles du Foot », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2012, mis en ligne le 09 juillet 2012, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8854

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

French Lecturer, University of the South Pacific, Suva, Fidji Enseignant à l'Alliance Française de Suva, Fidji

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page