Navigation – Plan du site

Frédéric Bialecki (dir.), La culture générale par les films

Thierry Colmard
La culture générale par les films
Frédéric Bialecki (dir.), La culture générale par les films, Ellipses Marketing, coll. « Hors collection », 2012, 400 p., ISBN : 9782729872793.
Haut de page

Texte intégral

1Le cinéma est devenu une institution plus que centenaire, un secteur économique de premier ordre, une véritable industrie. Le film fait désormais partie du quotidien de l’individu contemporain. Cet objet de divertissement par excellence, constitue la pratique culturelle préférée des 15-25 ans occidentaux et cela avec une remarquable stabilité depuis près de trente ans. La multiplication des supports de diffusion (cinéma, télévision, DVD, internet) renforce indéniablement cette domination. Pourtant, regarder des films n’est pas seulement un loisir, il permet d’appréhender la connaissance dans toutes ses dimensions.

2Partant de ce constat, sous la direction de Frédéric Bialecki, professeur de lettres en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles (CPGE), une équipe d’enseignants venant de champs disciplinaires différents (lettre, philosophie, histoire, géographie, droit, cinéma, économie), nous propose une lecture analytique d’une sélection de films, choisis en fonction de leur intérêt en termes de réflexion, connaissance et culture.

3L’objectif affiché par les auteurs, dans un contexte d’omniprésence de l’image animée, vise à favoriser la compréhension du monde contemporain – la culture générale au sens large – et à développer le sens critique à travers un florilège de production cinématographique.

4Un peu moins de quarante longs métrages sont ainsi passés au crible, regroupés en neuf thèmes correspondant aux intitulés des questions du programme de prépa HEC : l’héritage de la pensée grecque et latine ; les apports du judaïsme, du christianisme et de l’islam à la pensée occidentale ; les étapes de la constitution des sciences exactes et des sciences de l’homme ; l’essor technologique et l’idée de progrès ; la société, le droit et l’Etat moderne ; les figures du moi et la question du sujet depuis la Renaissance ; l’esprit des lumières et son destin ; quelques grands courants artistiques et esthétiques depuis la Renaissance ; les principaux courants idéologiques contemporains.

5Plus de la moitié des films commentés ont été réalisés à partir des années 2000, il y a donc une surreprésentation de la production cinématographique du XXIe siècle, ce qui semble un parti pris des auteurs. En effet, l’ouvrage se destinant en priorité à des étudiants de CPGE, on peut penser que ces cohortes d’étudiants se trouveront davantage en phase avec une production contemporaine, plus abordable et plus familière pour cette génération que les classiques dignes des ciné-clubs traditionnels. Quelques exceptions toutefois : Le chanteur de jazz (1927), Mr Smith au Sénat (1939), Citizen Kane (1941).

6Les productions des années 1950 à 1970 paraissent les grandes perdantes du choix éditorial. Seulement deux longs métrages, Un homme pour l’éternité (1966) de Fred Zinnemann et Une journée particulière (1977) d’Ettore Scola, témoignent de cette période pourtant particulièrement riche en production cinématographique de tout ordre. De la même façon, on peut regretter que certains genres cinématographiques ne soient pas traités, ni même mentionnés à la marge. C’est le cas pour les westerns, les films de guerre, le fantastique ou encore le « cinéma social » ou « engagé » - absence remarquée du réalisateur pourtant très contemporain, Ken Loach, spécialiste en la matière. Enfin, pour l’essentiel, les films étudiés relèvent de production hollywoodienne ou française. Le cinéma asiatique – Japon, Chine, Corée – par exemple, ne semble pas avoir ici trouvé d’écho favorable car aucune réalisation de cette région du monde n’est mentionnée. Il y aurait là matière à un tome supplémentaire. À ces réserves près, l’ouvrage est plaisant à lire avec une écriture simple et efficace.

7Le propos très structuré nous rappelle que nous avons affaire à des pédagogues qui pour l’essentiel remplissent leur mission en donnant de la matière et du sens. Outre le classement thématique, fort utile pour une lecture curieuse ou un papillonnage sélectif, le synopsis de chaque film est exposé et la démarche du réalisateur explicitée. Le point le plus original et en l’espèce le plus attendu ici, consiste à une mise en perspective des enjeux soulevés par chaque film. Les auteurs en profitent judicieusement pour insérer des mises au point en termes de connaissances afin de mesurer la véracité du propos développé dans chaque film. Les dimensions mythologiques, historiques, juridiques, politiques ou économiques sont ainsi systématiquement rappelées et le lecteur éprouve le sentiment quand il connaît le film en question de découvrir des perspectives stimulantes et ressent quand il découvre une œuvre du septième art pour lui inconnue, une forte incitation à la visionner. Ce dernier point constitue la qualité majeure de l’ouvrage.

8Au final, un livre plutôt stimulant qui ravira certes les étudiants en CPGE dans le cadre large du cursus « culture générale » mais aussi les amateurs du septième art quel que soit leur statut. En servant de support pédagogique, il peut donner aussi de la matière de premier choix aux enseignants qui travaillent à partir de films.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Frédéric Bialecki (dir.), La culture générale par les films », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 juillet 2012, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8855

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page