Navigation – Plan du site

Juliette Grange, Pour une philosophie de l'écologie

Romaric Jannel
Pour une philosophie de l'écologie
Juliette Grange, Pour une philosophie de l'écologie, Pocket, coll. « Pocket Agora », 2012, 151 p., ISBN : 978-2-266-21436-0.
Haut de page

Texte intégral

1Avant même son sommaire, l’esprit de ce livre est clairement exprimé par une citation du philosophe Günther Anders : « On ne peut se contenter aujourd’hui d’interpréter l’Éthique à Nicomaque alors qu’on accumule les ogives nucléaires ». L’essai de Juliette Grange entend donc inscrire l’écologie politique dans le champ de l’action, souhaitant aller au-delà des seules questions d’éthique environnementale qui, bien que débattues activement, conservent certaines incohérences. La philosophe invite à une écologie politique volontariste, républicaine et humaniste.

2Organisé en huit chapitres complétés de deux annexes, cet essai se démarque très clairement de la littérature actuelle portant sur l’écologie par un aspect essentiel. Il propose des actions et réformes politiques concrètes, inscriptibles dans les cadres institutionnels présents, et n’exigeant rien d’autre que la volonté de changer la donne. Il se démarque par là de bien des mouvances écologiques, dont la deep ecology, puisqu’il ne s’agit pas pour Juliette Grange de conduire notre civilisation vers une régression holistique ; il s’agit de faire usage des ressources de notre temps pour pousser l’humain à agir en tant que tel, c’est-à-dire comme créature dépendante et responsable de son milieu.

3La première des propositions de l’auteur est de créer, pour le bien commun, des biens communs qui n’appartiendraient dès lors à personne en particulier. Ces biens mêleraient « valeur économique concrète et valeur morale et sociale ». Il s’agirait dans les faits de « Bien public exprimé comme tel et garanti par des institutions ». Elle propose donc de construire une nouvelle catégorie de biens qui sortiraient « de la logique économique ». Cinq biens sont proposés à titre d’exemple : l’air, l’eau, la santé, la forêt et la connaissance – à compléter par « certaines des capabilités de base ». Ces biens seraient institués en biens inaliénables d’utilité publique et n’auraient comme valeur non plus une valeur économique, mais une valeur en tant que « Bien collectif ». L’idée de « bien commun à l’humanité » et de « bien premier » doit trouver, selon son propos, une assise juridique efficiente. Elle lie donc de ce fait politique écologique et droit, faisant de ce dernier le garant de toute démarche sincère de politique écologique.

4La démonstration est ensuite faite du lien entre justice environnementale et justice sociale, ces deux types de ségrégation allant très souvent de pair. La nécessité de penser les injustices de notre monde dans leur ensemble est ici réaffirmée d’autant plus fortement que, s’agissant de justice environnementale, le mal est sans frontière, complexe et très souvent invisible – les victimes du nucléaire le sont souvent sans en avoir conscience. Pour Juliette Grange, la justice environnementale pour être efficiente doit s’appuyer sur des scientifiques et des médecins, qui sont du fait de leurs compétences capables de comprendre les risques environnementaux. Passant ensuite par la remise en cause de certains poncifs des idéologies écologiques, elle réaffirme le rôle essentiel que doivent jouer les institutions nationales, européennes et, espérons-le, supraeuropéennes. Aussi, la place de la recherche est pour l’auteur un aspect crucial des enjeux de notre temps, avec pour nécessité une indépendance réelle de la recherche, notamment vis-à-vis des sphères économiques et financières. Recherche qui ne serait pas soumise à des impératifs de rentabilité, mais à des impératifs moraux et d’indépendance.

5Récusant tant Heidegger que Hans Jonas, l’auteur réaffirme l’importance de la science quant aux enjeux actuels et s’appuie sur une figure peu connue de la philosophie du XXe siècle : Günther Anders. Explicitant son concept de « discrépance » – i.e. « l’impossibilité de se représenter le but de sa propre activité » – où « les moyens deviennent des fins », elle place la culture dans nos sociétés comme l’une des clefs pouvant conduire l’humain à sortir de son aliénation, de son acosmie et de son asynchronicité. Poursuivant la colecture de notre monde et de Günther Anders, Juliette Grange définit le mal puis interroge le rôle de la technique.

6Dans cet essai questionnant aussi le problème de l’abondance, nous sommes invités à une « reconquête des temps de cerveaux disponibles » critiquant une société de consommation qui ne propose bien souvent que des produits « décevants » et inutiles. L’enjeu politique qu’est le statut de la recherche scientifique, dont les débats ont cours sous nos yeux, est entendu comme il se doit, comme d’une importance majeure. Il est question de lobbying et d’impartialité, de culture scientifique et d’opinion publique, du rôle de l’université et de celui du CNRS, du rôle de l’État et de la responsabilité du chercheur. En Bref, pour l’auteur, « l’écologie politique est une politique de la science et des techniques » où la recherche et l’éducation sont des défis de premier ordre.

7Une remise en cause de l’opposition classique humanisme/naturalisme mène la philosophe à définir la Terre sous une acception proche du concept d’« écoumène » d’Augustin Berque, qu’il définit comme la relation de l’humanité à l’étendue terrestre. C’est par ailleurs en invoquant Philippe Descola que Juliette Grange remet en cause l’opposition duale entre nature et culture. Un dernier chapitre dénonce ensuite le rejet de l’idée de progrès. Pour la philosophe, c’est « une forme dévoyée de l’idée de progrès » qu’il faudrait dénoncer. Après quoi, elle invite à « une politique industrielle raisonnée à dimension internationale ».

8L’essai prend fin dans l’invitation, lors de deux trop courtes annexes, à créer un service civique écologique et une fête de la Terre. Ces idées pleines d’intérêt ne font malheureusement l’objet que de furtifs développements et auraient mérité a minima un chapitre plein. Des célébrations de type fête de la Terre existent, c’est notamment le cas du dit Earth Day le 22 avril ; mais ce que semble souhaiter dans le fond l’auteur, c’est une fête d’ampleur mondiale qui pourrait être tout autant un acte politique dans sa création, qu’un acte citoyen dans son existence sociétale. Sur la portée de telle manifestation, l’auteur rappelle le cas de la fête de la musique qui se répand de par le monde davantage chaque année. Par ses deux annexes, la philosophe replace donc implicitement le citoyen au cœur des enjeux de politique écologique. Car l’humain est dans cet essai le cœur même de la réflexion.

9Juliette Grange conduit par cet essai le lecteur à une lecture humaniste et républicaine de l’écologie politique et des enjeux écologiques. Elle place d’emblée son ouvrage non comme un outil de rejet des institutions actuelles, mais comme un gouvernail à même de guider le politique vers une voie juste, saine et durable. Certains aspects sont critiquables, néanmoins la lecture de ce petit livre ne peut être qu’utile à qui est intéressé par ces problématiques. L’écologiste, comme le non-écologiste, trouvera dans les positions de la philosophe de quoi reconsidérer ce qui est socialement et écologiquement juste. Juliette Grange propose ici une invitation, un brin provocatrice, à l’humain pour l’humain. C’est en cela une véritable réussite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Juliette Grange, Pour une philosophie de l'écologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8876

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page