Navigation – Plan du site

Eric Bergkraut, Lettre à Anna. Anna Politkovskaïa ou la liberté assassinée en Russie

Gabrielle Chomentowski
Lettre à Anna
Eric Bergkraut, Lettre à Anna. Anna Politkovskaïa ou la liberté assassinée en Russie, Paris, Éditions Montparnasse, 2011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Citons entre autres la bande dessinée Les Cahiers russes, La guerre oubliée du Caucase d’Igort, Ed (...)
  • 2  La pièce de théâtre de Petra-Luisa Meyer Putin hat Geburtstag – Ein Abend für Anna Politkowskaja [ (...)
  • 3  Le téléfilm Une femme à abattre d’Olivier Langlois produit et diffusé par Arte en 2008.
  • 4  Les films documentaires Au nom d’Anna (2007) de Manon Loizeau, 211 : Anna (2009) des Italiens Giov (...)

1Depuis son assassinat le 7 octobre 2006, le parcours de journaliste d’Anna Politkovskaïa a inspiré en Europe occidentale différentes œuvres littéraires1, théâtrales2, audiovisuelles3 et cinématographiques4. Ces créations artistiques rendent hommage à cette femme et au combat qu’elle a mené en tant que journaliste du quotidien indépendant Novaïa Gazeta pour faire connaître la réalité du conflit tchétchène et apporter un regard critique sur le jeu politique en Russie.

2Le film documentaire Lettre à Anna, réalisé par le suisse Eric Bergkraut, s’inscrit au nombre de ces hommages rendus à la journaliste. Le film, sorti sur grand écran en 2009, vient d’être édité en DVD aux Editions Montparnasse dans la collection Docs citoyens. Le réalisateur a confié lors de différentes interviews que le projet de ce film était né immédiatement après l’annonce de l’assassinat d’Anna Politkovskaïa, qu’il avait eu l’occasion de rencontrer et d’interviewer lors du tournage de son précédent film Coca, la colombe de Tchétchénie (2 005). Ce quatrième film d’Eric Bergkraut brossait alors le portrait de Zainap Gashaeva, fondatrice de l’ONG de promotion de la paix « Echo de guerre » dans la région du Nord Caucase dont la mission est, entre autres, de recueillir des témoignages des victimes de la guerre en Tchétchénie.

  • 5  Rappelons que la Fédération de Russie est actuellement composée de 83 « sujets », c'est-à-dire ent (...)

3Anna Politkovskaïa est une des premières journalistes à avoir suivi les événements du second conflit en Tchétchénie5 en se rendant sur place, informant ses lecteurs sur le quotidien de cette guerre, et n’oubliant aucun camp : civils et soldats russes, civils et partisans tchétchènes. Ce conflit n’est pour autant pas le sujet du film : le néophyte qui cherche à le comprendre, ou les connaisseurs de la Russie resteront sur leur faim. Il ne s’agit pas d’un film pédagogique ou informatif sur la guerre russo-tchétchène, et comme le réalisateur a pu l’affirmer, il ne s’agit pas non plus d’une enquête sur l’identité des tueurs d’Anna Politkovskaïa, ni même véritablement de brosser un portrait de cette femme hors du commun. Ce n’est pas non plus un film militant : « il suffit d’être citoyen pour s’intéresser à ce genre de chose… » a déclaré Eric Bergkraut. Et si effectivement tout citoyen peut être touché, voire révolté par la fin tragique d’Anna Politkovskaïa, il est difficile de trouver un fil conducteur cohérent à Lettre à Anna.

4Le film est construit sur une alternance entre des extraits d’interviews d’Anna Politkovskaïa, réalisées entre 2003 et 2005, et celles des proches de la journaliste, tournés après sa mort. Le fils, la fille, la sœur, l’ex-mari de la journaliste, mais également les collègues et amis de Novaïa Gazeta et des associations de défense des droits de l’homme y rappellent son parcours, sa personnalité et les réactions qu’elle suscitait parmi les élites politiques russe et tchétchène. Ces extraits d’interviews ne sont pas toujours des plus pertinents : un plan fixe sur le fils d’Anna Politkovskaïa qui soupire et dit « Emotionnellement, vous savez… » et puis plus rien, la séquence s’achève ainsi. Des hommes politiques apparaissent dans le film : l’oligarque Boris Berezovski réfugié à Londres ou l’ancien joueur d’échec Garry Kasparov rappellent leur implication dans l’opposition à Vladimir Poutine ; de l’autre côté de l’échiquier politique, Youri Tchaïka, ministre de la Justice au moment de l’assassinat d’Anna Politkovskaïa, et Ramzan Kadyrov qui allait devenir peu de temps après le président de la République de Tchétchénie, répondent aux questions posées par Eric Bergkraut. Mais le caractère allusif de leurs réponses, appuyé par la brièveté des extraits, construit une intrigue artificielle et faussement énigmatique sur la situation politique en Russie qui n’a, hélas, pas lieu d’être.

5Si toutes ces personnes interviewées dénoncent la brutalité et le caractère autoritaire du pouvoir en place en Russie, il est à regretter que le film ne permette pas de rendre compte de la complexité des rapports entre le pouvoir central et les médias, entre le centre et le pouvoir local en Tchétchénie, notamment. Le film ne fait qu’effleurer ces sujets. Une séquence retient néanmoins l’attention du spectateur : lors de la commémoration du premier anniversaire de la mort d’Anna Politkovskaïa, un milicien arrache une affiche qu’une femme placarde sur le mur de l’immeuble où habitait et a été assassinée la journaliste. L’affiche, dessinée à la main, rappelle combien les médias ont tous été progressivement muselés par le pouvoir.

6L’attribution du prix spécial Vaclav Havel à Lettre à Anna en 2008 illustre à quel point la mort d’Anna Politkovskaïa et de plusieurs journalistes et défenseurs des droits de l’homme en Russie inquiète ceux qui s’intéressent, de l’extérieur, à la Russie. Mais comme le suggère un des spectateurs du film lors de la projection au Festival de cinéma pour la paix à Berlin en 2008 (voir le premier complément du DVD), il y a de fortes chances que seuls ceux, déjà convaincus de la culpabilité des autorités politiques dans la mise au pas des médias, aillent voir ce film.

7Si Lettre à Anna aurait pu en de nombreux points être amélioré, il faut tout de même souligner que l’objectif premier du réalisateur a été atteint : rendre hommage à Anna Politkovskaïa en lui donnant post-mortem la liberté de s’exprimer. Les extraits d’interviews de la journaliste sont les plus émouvants et les plus percutants du film, comme ceux où elle expose sa réflexion sur le caractère génocidaire du conflit en Tchétchénie ou tout simplement sur la nature de l’homme russe d’aujourd’hui (elle raconte qu’un officier russe lui a fait parvenir un film qu’il a lui-même tourné sur les exactions commises à l’encontre de Tchétchènes, sans doute, dit-elle, pour se racheter une conscience). Ces extraits démontrent comment cette femme, menacée de mort, a choisi la liberté de penser et de s’exprimer, renonçant du même coup au conformisme et au confort d’une vie sans angoisses. Un film à voir en complément d’autres sources littéraires et cinématographiques pour établir un portrait juste d’Anna Politkovskaïa et avoir les clés pour mieux comprendre la Russie d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1  Citons entre autres la bande dessinée Les Cahiers russes, La guerre oubliée du Caucase d’Igort, Ed. Futuropolis, 2012, 176 p.

2  La pièce de théâtre de Petra-Luisa Meyer Putin hat Geburtstag – Ein Abend für Anna Politkowskaja [C’est l’anniversaire de Poutine. Une soirée pour Anna Politkovskaïa] jouée pour la première fois en 2007 à Potsdam.

3  Le téléfilm Une femme à abattre d’Olivier Langlois produit et diffusé par Arte en 2008.

4  Les films documentaires Au nom d’Anna (2007) de Manon Loizeau, 211 : Anna (2009) des Italiens Giovanna Massimeti et Paolo Serbandini, ou celui de son amie Marina Goldovskaïa A bitter taste of freedom (2011).

5  Rappelons que la Fédération de Russie est actuellement composée de 83 « sujets », c'est-à-dire entités territoriales distinctes (républiques, territoires administratifs, régions administratives, villes fédérales, région autonome, districts autonomes). La République de Tchétchénie, tout comme les autres Républiques au sein de la Fédération de Russie, est dotée d’une constitution (qui en principe ne doit pas entraver la loi fédérale), d’un parlement et d’un président élu par la population locale. Le premier conflit en Tchétchénie a débuté en 1994 et s’est achevé en 1996 ; le second a démarré en 1999 et n’a jamais officiellement pris fin. Concernant les conflits russo-tchétchènes voir Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Régamey, Silvia Serrano, Tchétchénie : une affaire intérieure ? Russes et Tchétchènes dans l’étau de la guerre, Paris : CERI/Autrement, 2 005 et également Aude Merlin, Tchétchénie, un « après-guerre » sans paix, In A. Merlin et S. Serrano, Ordres et désordres au Caucase, Bruxelles : Ed. de l’Université de Bruxelles, 2010, pp. 125-143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Chomentowski, « Eric Bergkraut, Lettre à Anna. Anna Politkovskaïa ou la liberté assassinée en Russie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8880

Haut de page

Rédacteur

Gabrielle Chomentowski

Docteure en science politique, chargée de cours à Sciences Po Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page