Navigation – Plan du site

Franck Thénard-Duvivier, Images sculptées au seuil des cathédrales. Les portails de Rouen, Lyon et Avignon (XIIIe-XIVe siècles)

Simon Laporte
Images sculptées au seuil des cathédrales
Franck Thénard-Duvivier, Images sculptées au seuil des cathédrales. Les portails de Rouen, Lyon et Avignon (XIIIe-XIVe siècles), Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012, 348 p., ISBN : 978-2-87775-523-8.
Haut de page

Texte intégral

1D’un riche corpus iconographique, Franck Thénard-Duvivier nous transporte au cœur d’un art gothique qui, au XIIIe siècle, est parvenu à son faîte en termes de conception et de portée. L’auteur a constitué, pour son homogénéité et son exhaustivité, un corpus de 861 bas-reliefs qu’il veut considérer comme une source à part entière, s’émancipant ipso facto de l’« obsession » de l’utilisation de sources textuelles. De ce corpus iconographique, l’historien entend livrer, outre une seyante analyse iconographique, une habile fresque du fait politico-religieux qui ceint toute la période de conception et de réalisation des bas-reliefs, engageant dès lors vers des conclusions d’ordre plus général sur la spatialisation et la lisibilité des cycles iconographiques. Il est entendu que l’un des principaux objectifs de l’ouvrage est de dévoiler le contexte « monumental et historique » concourant à l’élaboration des « programmes » iconographiques des portails cathédraux. Pour ce faire, à l’historien d’écrire, par l’heureuse entremise du riche corpus que l’auteur a établi, une histoire aussi politique qu’artistique, tant locale que nationale.

  • 1  Alain Erlande-Brandenburg, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989, 418 p.

2Il apparaît par un premier biais que les ambitieux programmes iconographiques des portails étudiés sont inscriptibles dans une histoire nationale et possiblement supranationale. Tel est essentiellement le cas pour la cathédrale Notre-Dame de Rouen qui s’inspire largement des programmes architecturaux de la Sainte-Chapelle et de Notre-Dame de Paris en introduisant cependant des particularités qui la démarquent des constructions franciliennes. Ainsi par l’élaboration d’une combinaison architecturale propre à cet édifice, le prélat commanditaire rouennais avoue ambitionner de reprendre une part de l’influence politique et spirituelle que la capitale normande a perdue lors de son annexion au Domaine en 1204. Une volonté d’ériger un autre modèle dans l’art gothique tout autant qu’une politique de prestige président à l'élaboration de la cathédrale de Rouen et particulièrement à son « programme » iconographique. La politique de prestige revendiquée trouve d’autres stimuli dans des rivalités locales ; en considérant toujours le cas de Rouen, il apparaît pour sûr que l’émulation vint en partie de la question des pèlerinages (relatifs au culte de saints locaux), opposant celui de saint Romain en la cathédrale Notre-Dame à celui de Saint-Ouen de l’abbaye rouennaise. Ce qu’illustre Franck Thénard-Duvivier dans les deux premiers chapitres de sa thèse remaniée, c’est le caractère homogénéisant des conceptions iconographiques de la cathédrale de Rouen, de l’abbaye Saint-Ouen, de la cathédrale Saint-Jean de Lyon et de la chapelle palatiale d’Avignon, dans la volonté de produire des ensembles prestigieux. De surcroît, la définition polysémique d’une « cathédrale » livrée par Franck Thénard-Duvivier dans son introduction nous convainc de l’intelligence de ses choix quant aux ouvrages monumentaux étudiés dans la présente publication et de leur qualité à être rassemblés sur ce point précis. En rassemblant de la sorte, différents édifices religieux sous le nom de cathédrale, alors que tous n’en sont pas au sens entendu par leur fonction, l’historien privilégie la qualité politique et hautement symbolique du lieu de culte aux dépends de la fonction au sein du maillage territoriale de l’Église, admettant de facto sur l’instant la primauté de l’une sur l‘autre. L’historien se rapproche ainsi de la définition de la cathédrale donnée par Alain Erlande-Brandenburg1 où celle-ci semble trouver sa place par le sens et la signification qu’elle projette sur la ville et sur l’idéal urbain.

  • 2  Voir, entre autres, Jérôme, Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une ap (...)

3La question de la perméabilité entre la ville profane et le sacré du lieu de culte –  et de l’attractivité – vers le sacré, que représente le « seuil des cathédrales » donne l’occasion à l’historien de se focaliser sur la spatialisation des bas-reliefs à l’intérieur des portails. En adoptant une démarche qui vise à considérer l’œuvre in-situ, avec une prise en compte de son environnement, sans pratiquer une « déterritorialisation » qui pourrait être nuisible à l’interprétation, l’historien se place dans la droite ligne édictée voilà quelques années, par Jérôme Baschet2. Le mérite revient à Franck Thénard-Duvivier de produire – avec la plus grande clarté, sans rechigner à l’utilisation d’une langue précise et scientifique – une étude sur les logiques de lecture des cycles sur les différents portails ; le fait qu’il y ait homogénéité du « cadre architectonique » n’empêche cependant pas l’originalité des cycles iconographiques. L’existence d’un réel programme au sein d’un portail peut être soutenue comme dans le cas du portail des Marmousets à Saint-Ouen de Rouen, a contrario le caractère d’apparence anarchique tel que l’on peut le trouver au portail des Libraires de Notre-Dame de Rouen laisse l’historien, à juste titre, perplexe quant à l’existence d’un programme iconographique cohérent. L’historien met en œuvre, par le biais d’analyses sérielles, une véritable grille de lecture destinée à mieux appréhender l’espace du récit allant de la plus petite entité, l’unité iconique, à l’ensemble lui-même, le portail. Schémas et tableaux illustrant les propos de l’auteur ajoutent à l’intelligibilité de l’exposé. L’intérêt de l’auteur pour l’« élément répété » ne s’arrête pas à cet endroit. Un chapitre consacré aux métamorphoses offre, en plus du traitement en séries, d’intéressants parallèles entre les différentes figures des portails rouennais, lyonnais et avignonnais. Ce chapitre permet à Franck Thénard-Duvivier de lier étroitement l’examen de la figure représentée et sa fonction dans l’imaginaire médiéval tout autant que dans l’espace ecclésial. Un bestiaire de créatures hybrides, un catalogue d’hommes que le vice a mâtiné et une étude associant le thème de la Luxure à la figure de la sirène contribuent à mettre en valeur ce riche (119 figures répertoriées sur l’ensemble des portails étudiés) et bel ensemble.

  • 3  Jean-Claude Schmitt, La Raison des gestes dans l’occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, 432 p.

4Trois chapitres centraux (à plus d’un titre) consacrés aux portails rouennais de Notre-Dame (portails des Libraires et des Calendes) et de l’abbatiale Saint-Ouen (portail des Marmousets) permettent de revenir ponctuellement sur la présence de deux modèles rouennais. C’est aussi l’occasion pour  l’historien de poser une définition de la composition iconographique globale desdits modèles. C’est dans la considération que l’Occident médiéval chrétien est une « civilisation du geste »3 que l’auteur nous traduit, avec subtilité, l’ensemble des mouvements des corps figurés. Cette étude des gestes qui traverse l’analyse des trois portails permet à l’auteur de conduire un examen des valeurs sociétales que transmettent les bas-reliefs au spectateur. Les cycles iconographiques sont présentés dans l’ordre de lecture logique quant à leurs situations au sein du portail, de nombreuses figures permettent d’orienter et notre regard et notre pensée, l’historien a, on peut le supposer, eu a cœur de faciliter ainsi la tâche du lecteur. La notion d’imago traverse les nombreux examens concernant les différents cycles iconographiques que produit Franck Thénard-Duvivier (la seule lecture de la bibliographie nous en convainc). Dans l’évocation d’une représentation de Dieu sur le portail des Libraires on croit bien voir en la perception qu’en a l’historien une idée que l’homme est fait « ad imaginem et similitudinem nostram » et que de fait il représente Dieu en homme. N’est-ce pas là la composante théologico-anthropolgique incluse dans la notion d’imago développé par Jean-Claude Schmitt ?

5Il est largement question dans les chapitres consacrés aux portails des Calendes (Notre-Dame de Rouen) et des Marmousets (Abbatiale de Saint-Denis) des anciens archevêques devenus saints, Romain et Ouen. En toute fin de l’ouvrage, un heureux chapitre vient compléter nos connaissances sur l’influence du culte de ces saints dans l’élaboration d’une politique architecturale. Au même titre, l’historien nous convie à observer avec attention le caractère original que développent Notre-Dame de Rouen et l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen en matière de propagande hagiographique.

6Franck Thénard-Duvivier s’en défend lui-même, cette production ne se veut pas une « étude iconographique classique ». Cet ouvrage qui peut sembler être, de prime abord, un pur ouvrage d’histoire de l’art s’avère en définitive être un véritable livre d’histoire. Cette recherche d’une écriture nouvelle de l’histoire des images apparaît plus propre à une compréhension plus fine grâce à deux localisations qui semblent essentielles. L’une temporelle, le contexte historique général ne parvenant pas toujours à éclaircir les raisons de la réalisation de tel « programme » ou de tel cycle iconographique, la nécessité se fait alors sentir de pénétrer plus intensément les milieux politiques, sociaux ou religieux afin d’en retirer la plus exacte interprétation. L’autre spatiale, l’importance de l’étude in situ des images n’est plus à démontrer et nous savons combien elle a permis d’élargir, sous d’autres angles, dans d’autres perspectives aussi, de nombreuses voies paraissant éculées. C’est aussi par son adhésion à ce courant emprunt de nouveauté que le travail de Franck Thénard-Duvivier est d’une vive intelligence.

Haut de page

Notes

1  Alain Erlande-Brandenburg, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989, 418 p.

2  Voir, entre autres, Jérôme, Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une approche iconographique élargie », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 51 / 1, 1996, p. 93–133.

3  Jean-Claude Schmitt, La Raison des gestes dans l’occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, 432 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Laporte, « Franck Thénard-Duvivier, Images sculptées au seuil des cathédrales. Les portails de Rouen, Lyon et Avignon (XIIIe-XIVe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8886

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page