Skip to navigation – Site map

André Ducret, Olivier Moeschler (dir.), Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie

Pierre Gille
Nouveaux regards sur les pratiques culturelles
André Ducret, Olivier Moeschler (dir.), Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie, Paris, L'Harmattan, series: « Logiques sociales », 2011, 250 p., ISBN : 978-2-296-55557-0.
Top of page

Full text

1Difficile de résumer cet ouvrage (publié en Suisse) consacré aux « Nouveaux regards sur les pratiques culturelles » réalisé sous la direction de deux chercheurs suisses des universités de Genève et Lausanne, André Ducret et Olivier Moeschler, tant les textes ou contributions (au statut pas toujours clairement défini, nous y reviendrons) qui constituent celui-ci apparaissent divers. Cette diversité pouvant apparaître à la fois comme une force et comme une faiblesse.

2Une force car cette diversité, qui ne prétend certainement pas à l'exhaustivité, permettra au lecteur intéressé, mais pas forcément spécialiste du domaine de l'analyse des pratiques culturelles, de se faire une (certaine) idée des différents axes de recherche et méthodes d'approche (parfois assez originales ou surprenantes comme en témoigne une contribution consacrée à l'usage de l'outil cartographique dans l'analyse des phénomènes culturels) qui existent aujourd'hui (en tout cas en France et en Suisse) en ce qui concerne ces pratiques. L'ouvrage présentant en outre l'intérêt de ne pas limiter l'analyse des pratiques culturelles à l'analyse des seules pratiques de consommation culturelles, fussent-elles « signifiantes » (pour faire référence à une question soulevée par Laurent Fleury dans le deuxième texte) mais de s'intéresser également (d'une manière que l'on pourra peut être juger insuffisante, au moins quantitativement) aux pratiques culturelles en tant que pratiques de production culturelle (à travers en particulier une contribution faisant état d'une recherche en cours consacrée à la production littéraire).

3On pourra bien sûr considérer que prises individuellement ces différentes contributions présentent un intérêt variable, qu'elle sont plus ou moins convaincantes et que certaines d'entre elles reposent sur un «matériau de terrain» un peu fragile (il semble ainsi assez délicat de tirer de grandes conclusions sur la manière dont se construisent sur « temps long » les « carrières d'amateurs » d'une enquête de terrain menée auprès d'un échantillon constitué de 28 personnes seulement !) mais prises dans leur ensemble, leur diversité offre un panorama (certainement partiel) qui ne manque pas d'intérêt.

4Mais cette diversité peut également apparaître comme une faiblesse de l'ouvrage. Celui-ci présente en effet un aspect hétéroclite, reconnu d'ailleurs dans l'introduction ou en tout cas dans ce qui en fait office, à savoir le premier texte, par les chercheurs suisses qui l'ont dirigé, et le lecteur a parfois du mal à faire le lien entre les différentes contributions.

5Cette absence d'unité ne serait pas en soi gênante et pourrait même sembler consubstantielle à ce genre d'ouvrage si le lecteur ne semblait pas orienté au début de celui-ci sur la piste d'une certaine unité des contributions. Si le statut du premier texte apparaît assez clairement (même si cela n'est pas explicitement dit) comme étant celui d'une introduction-présentation générale, le statut du deuxième texte (ou de la première contribution?) rédigé par Laurent Fleury apparaît beaucoup plus ambigu et tend à « brouiller les cartes ».Sans nier l'intérêt que peuvent présenter certaines grandes enquêtes sur les pratiques culturelles (telles que celles menées régulièrement en France au niveau national depuis 1973 par le ministère de la culture) et découlant à l'origine des travaux fondateurs de Pierre Bourdieu (menés dès les années soixante) en matière d'analyse des pratiques culturelles, ce texte se montre très critique vis-à-vis de ces travaux et des méthodes utilisées dans le cadre de ceux-ci (méthode de l'analyse factorielle des correspondances en particulier). Il en appelle à Max Weber et à Georg Simmel pour soutenir la nécessité de développer des études relevant de la sociologie compréhensive, seule capable de saisir la diversité des facteurs influençant les pratiques culturelles et le sens donné par leurs acteurs à celles ci et invite les chercheurs à engager une réflexion méthodologique et épistémologique sur la question de la mesure des pratiques culturelles.

6Le lecteur s'attend donc à ce que ce « programme de recherche » soit respecté « à la lettre » dans les contributions qui suivent. Las, ce n'est pas toujours le cas, en particulier dans les contributions constituant la troisième partie de l'ouvrage. On retrouve certes dans bon nombre d'entre elles la volonté de saisir le sens donné par les acteurs à leurs pratiques (d'où la réalisation d'enquêtes de terrain avec entretiens, plus ou moins convaincantes) et de montrer que ces pratiques ne sauraient être analysées exclusivement sous l'angle de stricts déterminismes sociaux, mais certaines de ces contributions semblent en contradiction flagrante avec les préconisations évoquées ci-dessus. La méthode de l'analyse factorielle des correspondances, mise en cause dans le texte de Laurent Fleury à propos de son usage chez Pierre Bourdieu est ainsi utilisée sans qu'elle soit véritablement « questionnée » dans une contribution consacrée aux rapports entre les musées et leurs publics étudiés à travers l'exemple de divers musées de la région de Besançon.

7Il aurait donc peut être été utile de clarifier le statut de ce texte de Laurent Fleury afin d'éviter de lancer le lecteur sur de «fausses pistes» ; S'agit-il d'une sorte d'introduction, complétant la présentation générale faite dans le premier texte, censée donner le ton général de l'ouvrage ? Ou d'une simple contribution parmi d'autres ? De même qu'il aurait peut être été utile de faire ressortir plus clairement l'origine exacte de cet ouvrage car on apprend tout à fait incidemment, au détour d'une note de bas de page, qu'il est en fait le produit d'une séance plénière et de deux ateliers ayant eu lieu à l'occasion du congrès plénier de la Société suisse de sociologie ayant eu lieu à Genève le 8 septembre 2009 (ce qui peut expliquer le manque relatif d'unité de l'ouvrage et le fait que certaines contributions apparaissent plus comme des «programmes de recherche» plus ou moins en cours que comme des recherches véritablement achevées).

8A défaut de cette clarification, il conviendra donc peut être aux lecteurs de ne pas chercher systématiquement une cohérence d'ensemble et de prendre les diverses contributions pour ce qu'elles sont : des recherches plus ou moins convaincantes, plus ou moins achevées, jamais inintéressantes mais qui ne relèvent ni dans leurs objets ni dans leurs méthodes d'un programme véritablement unifié.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Gille, « André Ducret, Olivier Moeschler (dir.), Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 15 July 2012, connection on 24 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8891

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page