Navigation – Plan du site

Baptiste Mylondo, La décroissance économique. Pour la soutenabilité écologique et l'équité sociale

Arnaud Evrard
La décroissance économique
Baptiste Mylondo (dir.), La décroissance économique. Pour la soutenabilité écologique et l'équité sociale, Editions du Croquant, coll. « Ecologica », 2009, 239 p., EAN : 9782914968645.
Haut de page

Texte intégral

1La décroissance est ici le centre thématique de l'ouvrage collectif dirigé par Baptiste Mylondo. Recherche & Décroissance est une association réunissant des chercheurs de plusieurs disciplines universitaires et qui a pour but de produire des analyses sur les questions de décroissance et donc de toute remise en cause de la croissance. Véritable collaboration interdisciplinaire, le recueil se divise en trois grandes parties, la première établit un état des lieux de la croissance économique. La deuxième s'intéresse aux alternatives déjà mises en place, se révélant être des exemples marquants du changement. La troisième et dernière partie travaille sur les limites concevables et les transitions menant vers la décroissance. Fabrice Flipo (« Les racines conceptuelles de la décroissance »), philosophe, introduit le concept de décroissance, et fait part de son apparition, en citant Nicholas Georgescu-Rogen ou encore Cornelius Castoriadis, et énumère les nombreux constituants de la « pensée décroissante », notamment la presse. On peut citer les journaux comme La Décroissance, Silence, L'Âge de faire, l'Ecologiste ou encore la revue Entropia. Continuant sur les débats qui ont pu avoir lieu ces dernières années entre la presse et la politique afin de souligner le clivage des propos entre le gouvernement et les objecteurs de croissance. Enfin, il attribue cinq sources à la décroissance et celles-ci offrent des dimensions permettant au lecteur de comprendre que la décroissance est en fait la synthèse de plusieurs revendications nées il n'y a pas si longtemps.

2Roefie Hueting («Pourquoi soutenabilité écologique et croissance économique sont très vraisemblablement incompatibles »), économiste et statisticien, s'intéresse au revenu national écologiquement soutenable (RNS). La construction de cet outil de mesure fut impulsée dans les années soixante par le service des statistiques environnementales des Statistiques nationales néerlandaises. Il est défini comme « [...] le niveau de production maximum garantissant, à technologie donnée, une préservation des fonctions écologiques vitales pour les générations futures. » Il permet de mesurer l'écart qu'il y a entre celui-ci et le revenu national. L'auteur décrit ensuite les difficultés que l'on peut rencontrer quand on construit cet indicateur. Pour lui, croissance économique et soutenabilité écologique ne vont pas de paire. Une politique écologique affaiblit la croissance, accroît le nombre de travailleurs pour un même produit, et fait augmenter le prix de revient d'un produit ce qui entraîne une diminution de la production.

3Vincent Moreau et Gregor Meerganz von Medeazza (« L'économie se dématérialise-t-elle ? Étude des cas de l'Allemagne, de la Chine et de l'Espagne ») mettent en avant les différentes études réalisées sur les indicateurs économiques permettant de mesurer l'impact de la croissance économique sur l'environnement. Ils évoquent la théorie des écologistes industriels qui considèrent que la dématérialisation est un processus qui n'épuiserait pas les ressources naturelles et n'affaiblirait pas la croissance économique. Mais ils l'a démentent en rappelant à quel point les nouvelles technologies sont gourmandes : « L'utilisation efficace d'un aspect du système peut par exemple se faire au détriment d'une autre, comme l'efficacité énergétique des logements qui nécessitent souvent des matériaux isolants supplémentaires. » La consommation intérieure de matière (CIM) est un indicateur qui comparé au PIB, permet de juger de la matérialisation d'un pays. Cependant la masse du commerce extérieur (MCE) rend mieux compte des charges environnementales déplacées à l'étranger. En prenant l'exemple de l'Allemagne et de la Chine, ils expliquent comment il est possible de distinguer une dématérialisation relative d'une dématérialisation absolue. De même, ils reviennent sur l'efficacité énergétique en insistant sur sa relative efficience qui a tendance à déboucher sur un effet rebond. L'effet rebond n'est malheureusement pas assez pris en compte par la Stratégie de Lisbonne sur laquelle s'attarde Thomas Schauer (« La Technologie au secours d'une croissance virtuelle ? »).

4François Schneider (« Sur l'importance de la décroissance des capacités de production et de consommation dans le Nord global pour éviter l'effet rebond ») élabore plus loin dans l'ouvrage une description très dense des formes que peut prendre ce qu'on peut aussi appeler l'effet de Jevons. Pour rappel, la stratégie de Lisbonne, mise en place par le conseil européen en 2000, visait l'établissement d'une Europe dont l'économie de la connaissance se voyait la plus compétitive du monde d'ici 2010. Elle mettait en avant une croissance économique durable. Suite à un échec celle-ci fut revisitée en 2005. Tout en citant les travaux de John Stuart Mill, Herman Daly et Thomas Malthus, Christian Kerschner (« Décroissance économique versus état stationnaire : approches complémentaires ou contradictoires ? ») appuie la thèse selon laquelle il faut privilégier un état stationnaire de l'économie humaine (EDEES). Il aborde la question de population à travers les travaux de Thomas Malthus (Malthusianisme) qui ont été mis à tord par l'histoire mais qui relativisée au concept de décroissance et de stabilisation économique retrouve tout à fait son sens. Décroissance et EDEES deviennent complémentaires pour Kerschner.

5Frédéric Heran (« Le mythe des effets positifs de la vitesse en agglomération ») démontre en s'appuyant sur des travaux de J. Poulit (Ingénieur des Ponts et Chaussés) qu'à court terme la vitesse augmente l'accessibilité, mais pas à long terme. L'hyperchoix qu'entraîne la multiplication des accessibilités dérouterait le consommateur. Au final, ce qu'essaye de mettre en avant l'économiste Frédéric Heran est tout simplement le fait qu'en améliorant les technologies logistiques et de transports urbains, afin de promouvoir une meilleure accessibilité, nos sociétés n'ont pas pu contrôler l'effet rebond engendré. La vitesse n'est donc pas un facteur d'amélioration de la qualité de vie, a contrario elle a tendance à y nuire. « Une société qui manque d'espaces favorisant la rencontre et surtout la création publique, tend à atomiser ses membres et à les rendre dépendants de structures intermédiaires telles que le Marché ou l'État. » affirme Matthieu Lietaert (« Décroissance dans le voisinage - Analyse des habitats groupés »), politologue et activiste. A travers les témoignages récoltés au Danemark, en Suède et aux Pays-Bas on fait connaissance avec des cohabitants (habitat groupé). Leur quotidien en est bouleversé: ils partagent des salles communes, des outils ménagers, ils troquent et se rendent mutuellement des services (garde des enfants par exemple). Un mode de vie qui de plus favorise la prise de conscience d'une écologie responsable individuelle comme collective. Selon Jo Williams, vivre en cohabitant permettrait de réduire jusqu'à 50% ses émissions de CO2.

6« Si la société de croissance a un ventre, il est certainement occupé par les supermarchés. » pour citer Tommaso Venturini (« Retours vers le futur : Eataly et la réinvention des supermarchés »). Bruno Scaltriti (« Révolution Slow Food versus révolution génétique ») et lui-même reviennent sur l'importance de l'agriculture biologique et de son lien avec la décroissance, ils citent les AMAPs ou les CSA aux Etats-Unis comme exemples d'alternatives et présentent le mouvement Slow Food qui lutte contre la Gene Revolution. Claude Llena (« Bonheurs de la décroissance »), introduit une critique économique fondamentale; la croissance économique n'apporte pas le bonheur. Comme il dit « [...] l'argent permet d'acquérir une maison, mais pas un foyer, un lit mais pas le sommeil, ... » De même il témoigne d'une expérience vécue respectivement dans le quartier populaire Paul Valéry et avec l'Université Populaire (UP) de Montpellier. Globalement, il critique le productivisme, ses indicateurs de performance (PIB...), ses externalités négatives et déplore l'absence de valeurs humaines, qui sont la véritable source de richesse, le bonheur en soi.

7Pour introduire la dernière partie, Pascal Van Griethuysen (« Pourquoi sommes-nous « accros » à la croissance ? »), économiste à l'Institut universitaire d'études du développement de Genève, cible les obstacles de la décroissance. Il préconise de subordonner les intérêts économiques aux impératifs écologiques, à l'opposé de ce qui se passe aujourd'hui, il énumère les contraintes que les agents économiques rencontrent pour rester en compétitivité dans le circuit des profits. Seuls les plus puissants peuvent attirer des financements extérieurs et donc peuvent financer des recherches afin d'innover, d'être encore plus productif et compétitif, ce qui élimine les concurrents, qui eux ne sont pas assez développés. Les grands groupes acquièrent une influence inégalable sur le marché économique.

8Le sociologue Romano Onofrio (« Les enjeux anthropologiques de la décroissance ») change de ton en soulignant les paradoxes des concepts de Serge Latouche, considéré comme le chef de fil de la décroissance en France. Selon lui, ce dernier privilégierait trop la vie humaine pour la vie humaine elle-même; il faudrait défendre la vie humaine car c'est ainsi, morale injustifiable. L'homme serait exposé à un "non sens" alors même que c'est justement ce "non sens" qui est la problématique actuelle. Les ingrédients institutionnels de la décroissance sont les mêmes qui ont donné naissance à la modernité occidentale, à la croissance au développement. Cette critique est très intéressante car elle pose la question épistémologique de la décroissance, question non sans réponses certes mais très peu travaillée dans la plupart des ouvrages sur le sujet.

9Ernst Schriefl, Andreas Exner, Christian Lauk et Kostantin Kulterer (« En route pour la décroissance. Scénarios de transition et visions désirables du futur »), tous les quatre membres du Social Innovation Network, exposent des transitions du type Life Maintenance Organisation (LMO), éco-socialisme, jardins urbains de Détroit ou encore le Red Global de Trueque en Argentine. Ceci rappelle que de nombreux exemples existent historiquement et internationalement. Enfin, dans la dernière partie de l'ouvrage est incluse la déclaration finale de la première conférence internationale sur la décroissance économique pour la soutenabilité écologique et l'équité sociale, ayant eu lieue à Paris en 2008. Celle-ci recadre l'intérêt et l'objectif d'un tel projet et ainsi suggère des réformes profondes de nos institutions politiques.

10La décroissance économique : Pour la soutenabilité écologique et l'équité sociale, apporte de nouvelles connaissances et de nombreux exemples à la décroissance. Le concept baigne souvent dans le doute ou la confusion au sein de l'imaginaire collectif ce qui a tendance à décrédibiliser celui-ci. Les différentes contributions rejoignent presque à chaque fois l'idée que notre société, une fois diagnostiquée, doit absolument repenser la croissance économique qui nuit de plusieurs manières à l'environnement mais aussi et surtout à la démocratie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Evrard, « Baptiste Mylondo, La décroissance économique. Pour la soutenabilité écologique et l'équité sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/891

Haut de page

Rédacteur

Arnaud Evrard

Etudiant en sociologie Lille 1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page