Navigation – Plan du site

Christian Gros, David Dumoulin Kervran (dir.), Le multiculturalisme "au concret". Un modèle latino-américain ?

Anna Perraudin
Le multiculturalisme "au concret"
Christian Gros, David Dumoulin Kervran (dir.), Le multiculturalisme "au concret". Un modèle latino-américain ?, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012, 461 p., ISBN : 978-2-87854-544-9.
Haut de page

Texte intégral

1En Amérique Latine, le multiculturalisme se greffe sur une longue histoire de gestion de l’hétérogénéité culturelle. « Rupture », « révolution copernicienne », « changement de visage », ou « nouveau paradigme » qualifient de façon récurrente son adoption sur le continent. À partir des années 1990, le multiculturalisme prétend en effet se substituer aux idéologies nationales du métissage, teintées d’assimilationisme. Les formes qu’il revêt, ses mutations en fonction des périodes et des pays, ses effets sur les sociétés latino-américaines sont l’objet de Le multiculturalisme au concret. L’ouvrage réunit 28 contributions issues d’un colloque éponyme, organisé en juin 2010 autour de la personne et de l’œuvre de Christian Gros. En postface, un texte d’Yvon Le Bot rend d’ailleurs hommage à cet auteur dont les travaux servent de point de rencontre entre les différents auteurs, et revient sur son parcours personnel et intellectuel.

2Partant d’une définition large du multiculturalisme, comme « l’action publique qui vise à transformer l’imbrication entre injustice sociale et disqualification culturelle au sein d’une société » (p.14), l’ouvrage se donne un double objectif. Il s’agit d’abord de produire des analyses de la politique « par le bas ». L’expression « au concret » du titre, empruntée à J.G. Padioleau, marque le souci de ne pas se cantonner aux discours ou aux lois mais d’en analyser l’influence sur les pratiques sociales. Le second objectif est de donner à connaître la spécificité de l’Amérique Latine par rapport au Canada, aux Etats-Unis et à la France, pays dans lesquels le multiculturalisme est le plus souvent analysé, afin d’enrichir les débats européens. La circulation du terme, sa réappropriation en fonction des contextes nationaux, et les politiques mises en place génèrent en effet de « forts décalages tant chronologiques que sémantiques entre pays » (p.16).

3L’introduction se propose de définir ce qui ferait la singularité du multiculturalisme en Amérique Latine, en révélant des convergences entre ses manifestations sur le continent. D’importation récente, la notion ne commence à être utilisée en Amérique Latine que vingt ans après son émergence au Canada dans les années 1970. Véhiculée par certaines organisations internationales et des réseaux d’experts, elle se diffuse à la faveur de la démocratisation et en réponse à des mobilisations indigènes qui demandent la reconnaissance du pluralisme culturel. Son adoption correspond aussi au tournant néolibéral et à l’ouverture à la mondialisation économique, une coïncidence qui fait l’objet de plusieurs des textes. La notion est alors très rapidement réappropriée. Devenue centrale tant dans l’action publique que dans les débats universitaires, si elle est parfois disqualifiée en Amérique Latine, c’est afin d’inventer des modalités de reconnaissance plus approfondies, souvent guidées par les notions de décolonialité et d’interculturalité, et non pour en abandonner les principes. Une autre caractéristique réside dans la prévalence des droits collectifs et des politiques de la reconnaissance sur les logiques de redistributions. Enfin, les politiques mises en place en Amérique Latine se focalisent essentiellement sur la « question indienne » et, dans une moindre mesure, sur la « question noire », au détriment des populations issues de l’immigration. L’ensemble de ces éléments, défendent C. Gros et D. Dumoulin, renvoie bien à « une communauté d’expérience qui fait sens » et permet de dégager un « modèle latino-américain » du multiculturalisme (p.26).

4La première partie de l’ouvrage, particulièrement éclairante, resitue le multiculturalisme tel qu’il est entendu en Amérique Latine dans les débats plus larges sur la notion. Chaque contribution revient, avec un angle propre, sur les grandes questions soulevées par le multiculturalisme : égalité ou différence, redistribution ou reconnaissance (Juteau) ; lien entre multiculturalisme, démocratisation et néolibéralisme (Boccara) ; imbrication du concept dans une histoire marquée par la colonialité et la post-colonialité (De la Peña) ; rôle du religieux et des projets missionnaires (Belleau) ; implantation et appropriation au niveau local d’une notion forgée en bonne part dans les sphères internationales (Dehouve) ; implications en termes de production des savoirs (Bellier). Danièle Juteau invite à user le terme au pluriel, en rappelant que le multiculturalisme renvoie tantôt à la diversité culturelle, à une pratique, à une politique ou à une idéologie. Afin d’éviter une dérive essentialisante, elle prône une approche relationnelle, transversale, constructiviste et matérialiste, d’un multiculturalisme « ancré dans des sujets sexués, ethnicisés, racialisés et prolétarisés » (p.54).

5La seconde partie considère le lien entre les mouvements sociaux indigènes et les transformations de la citoyenneté, à la suite de la crise du modèle intégrationniste. Les modèles de citoyenneté (Bengoa), l’autonomie des mouvements sociaux (Laurent), la participation électorale (Sonnleitner), l’élaboration des réformes législatives locales en matière indigène (Devineau) sont analysés à partir du cas du Chili, de la Bolivie, de la Colombie, du Mexique. Ces contributions soulignent l’ambivalence du rapport au pouvoir étatique: le multiculturalisme admet une autonomie relative pour les populations indiennes en même temps qu’il génère de nouvelles formes de dépendance par rapport à l’Etat. Le modèle d’Etat plurinational instauré en Bolivie en 2009 énonce la volonté de redéfinir le rôle de l’Etat et de proposer un modèle sociétal propre, sortant de la post-colonialité et mettant fin au traitement inégalitaire entre les différences cultures (Lacroix). Laurent Lacroix observe toutefois des continuités structurelles et historiques qui l’amènent à considérer le modèle de l’Etat plurinational dans le prolongement, plutôt que dans la rupture, par rapport au modèle du multiculturalisme libéral.

6Le droit et ses évolutions récentes font l’objet de la troisième partie, avec des situations très diverses : les verdicts de la Cour Constitutionnelle concernant la différence culturelle en Colombie (Pineda Camacho); les politiques locales de gestion de l’environnement dans le Cerrado brésilien (Filoche) ; les lynchages en Bolivie (Robin Azevedo) ; la mise en place d’une police communautaire dans le Guerrero au Mexique (Sierra); la création d’organisations collectives développant des stratégies juridiques en réponse aux violations des droits humains et aux mégaprojets économiques en Colombie (Santamaria). Les textes donnent à voir la diversité des rapports entre normes indigènes et droit national : reconnaissance par l’Etat d’une normativité indigène propre, juridicisation de la politique autochtone cherchant l’appui du droit national et international, ou encore institutionnalisation de pratiques juridiques et policières indigènes dans une situation intermédiaire qui ne relève ni de la reconnaissance ni de la confrontation avec l’Etat. On notera que la violence est présente en filigrane dans l’ensemble des textes, soit qu’elle témoigne de l’incapacité de l’Etat à protéger les populations indigènes (cas de la création de la police communautaire), soit que la définition des formes et des usages de la violence tolérables dans un Etat de droit constituent un point de friction entre droit communautaire et droit étatique (cas des lynchages).

7La quatrième partie s’intéresse aux politiques publiques focalisées en matière de santé, défense, éducation, défense des langues autochtones. Les trois premiers textes présentent l’élaboration de politiques publiques dans le cadre étatique : politiques de santé (Mazars) ou de politiques linguistiques (Landaburu) en Colombie ; mise sur l’agenda de la question noire (Agudelo). Les deux derniers textes éclairent, eux, des situations limites. Dans le cas du Paraguay, l’officialisation du guarani en 1992 et la mise en place de politiques d’éducation bilingue puisent dans le répertoire argumentatif du multiculturalisme alors même que cette langue a le statut de langue nationale depuis 1954 et n’est pas la langue d’une minorité (Boidin). A l’inverse, les projets éducatifs adoptés dans les zones d’autonomie zapatistes se construisent à l’écart de toute intromission de l’Etat mexicain, comme une alternative aux principes éducatifs se réclamant du multiculturalisme néolibéral mis en œuvre dans d’autres régions indigènes (Baronnet).

8Une dernière partie est consacrée aux nouvelles territorialisations indigènes et à l’impact des logiques économiques mondialisées sur ces territoires. Les deux premières contributions s’intéressent aux mobilités des populations indiennes. A partir du cas des migrations de populations indiennes mexicaines vers la Californie et la Basse-Californie, Françoise Lestage s’interroge sur l’aptitude des politiques multiculturelles à saisir ces mouvements et à protéger les migrants. Luisa Fernanda Sánchez observe des espaces appropriées par des populations d’Amazonie colombienne à Bogotá (crèche, jardin potager). Des logiques coloniales aux logiques néo-libérales de sécurisation des investissements, Margarita Serje revient ensuite, à partir du cas de la Sierra Nevada en Colombie, sur la création des resguardos. Les deux textes suivants s’intéressent au lien entre politiques de conservation de l’environnement et mouvements indigènes. Astrid Ulloa  se penche sur la façon dont les politiques climatiques définies au niveau global génèrent une multitude d’acteurs avec lesquels les populations indigènes doivent composer, mais également de nouvelles formes de connaissance qui n’intègrent pas les connaissances indigènes. Jean Foyer, lui, revient sur l’émergence, la politisation et l’institutionnalisation de la rhétorique sur la diversité bio-culturelle, en en présentant les déclinaisons. Enfin, Juan Luis Sariego montre les impacts locaux du regain d’intérêt mondial pour l’industrie minière : l’ouverture de nouvelles zones d’exploitation repousse une « frontière minière » qui vient empiéter sur les territoires indigènes, sans que les législations nationales ou internationales de reconnaissance des peuples autochtones ne soient à même d’encadrer ce processus. Ces dernières contributions soulignent la position contradictoire d’un Etat qui protège d’un côté, tout en étant tenté de l’autre côté de tirer profit des ressources naturelles. Pour Margarita Serje, il s’agit d’un double bind, entre «fixer pour protéger et ouvrir pour libéraliser la production et le commerce» (p. 359).

9Les contributions se montrent attentives aux représentations et aux imaginaires à partir desquels est saisie la diversité culturelle; elles conjuguent les échelles d’analyse, articulant  contextes locaux et nationaux; elles sont, enfin, critiques envers une notion dont les limites apparaissent nettement : risque de l’ethnocentrisme, de la persistance de rapports coloniaux, et de l’enfermement des populations ciblées dans des catégories d’appartenance rigidifiées ; possible récupération des luttes indiennes par l’Etat ; continuités, plutôt que franche rupture, avec les politiques indigénistes. Le risque d’un projet aussi ambitieux réside dans une certaine disparité entre les contributions. Cet ouvrage n’y échappe pas complètement. Le polymorphisme de la notion de multiculturalisme, dont l’ouvrage tâche d’appréhender toutes les facettes, contribue sans doute aussi à cette impression. On peut également regretter que l’ouvrage n’accorde pas davantage d’importance à la question noire (une contribution seulement s’y intéresse) ou aux politiques mises en place à la faveur des populations immigrées (point aveugle de l’ouvrage). La centralité de la question indienne en Amérique Latine est certes défendue en introduction, mais elle aurait pu être assumée plus explicitement comme choix éditorial. Néanmoins, l’intérêt de l’introduction qui recadre la notion et en fournit une excellente mise en perspective, l’apport des contributions dont il convient de souligner qu’elles s’appuient toutes sur des données empiriques originales et très actualisées, mais aussi l’outil que constitue une bibliographie de fin d’ouvrage classée, distinguant les références générales sur le multiculturalisme et celles sur ses manifestations en Amérique Latine, imposent Le multiculturalisme au concret comme une référence sur un sujet d’importance dans le monde en général, et en Amérique Latine en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Perraudin, « Christian Gros, David Dumoulin Kervran (dir.), Le multiculturalisme "au concret". Un modèle latino-américain ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 juillet 2012, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8911

Haut de page

Rédacteur

Anna Perraudin

Docteure en sociologie (EHESS), et chargée de cours à l'Université de Marne-la-Vallée

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page