Navigation – Plan du site

Natacha Chetcuti (dir.), La face cachée du genre

Agnès Vandevelde-Rougale
La face cachée du genre
Natacha Chetcuti, Luca Greco (dir.), La face cachée du genre, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012, 168 p., ISBN : 9782878545685.
Haut de page

Texte intégral

1De même que la Lune ne peut être réduite à sa face visible de la Terre, la langue ne peut être réduite à ses propriétés structurelles hors contexte d’utilisation. La face cachée du genre nous invite à regarder derrière les apparences : à questionner le rôle du langage, appréhendé par les opérations énonciatives (parole orale ou écrite), dans la construction du genre et des inégalités sociales de sexes ; et à questionner la relation entre langue et vision du monde (et la compréhension de cette relation) par l’observation de stratégies de re-catégorisation et d’(auto)nomination.

2Cet ouvrage collectif s’articule autour de quatre questionnements épistémologiques et politiques, initialement abordés dans le cadre d’une journée d’étude organisée en novembre 2009 à l’Université Sorbonne Nouvelle par ses deux coordinateurs, Natacha Chetcuti (sociologue) et Luca Greco (sociolinguiste), tous deux membres du Réseau Genre et Langage. Les six contributions et la postface reprennent l’objectif de cette journée, à savoir « aborder la question des relations entre langage, pouvoir et catégorisation à partir d'un objet d'analyse commun : le genre », en mobilisant une pluralité disciplinaire : linguistique, sociologie, sciences politiques, philosophie, études culturelles. La diversité des données (discours d’anthropologues hommes, ateliers Drag King, entretiens auprès de femmes se définissant comme lesbiennes, sketches de comiques femmes…), des contextes (historique, médiatique, universitaire…) et des cadres théoriques (linguistique de l’énonciation, interactionnisme, herméneutique…) illustre la transversalité de la question des pratiques de genre.

  • 1  N. Chetcuti et L. Greco relèvent notamment que le débat sur la féminisation des noms de métiers en (...)

3À partir du constat d’une insuffisance des études francophones reliant ces pratiques avec celles du langage, insuffisance que les coordinateurs lient à une « quasi-naturalisation » de la différence des sexes1 et que l’article de Bruno Perreau sur « la réception du geste queer en France » permet également de lier à la difficile « mise en question des frontières disciplinaires et des corpus constitués […] dans l’université française » (p. 124), Natacha Chetcuti et Luca Greco proposent l’ouvrage comme un « espace » de réflexion inscrit dans le processus d’« interrogation critique des dispositifs catégoriels » (p. 9) engagé dans les études féministes depuis les années 1980.

4Les premières pages soulignent les débats politiques liés à la perception de la langue, de la notion de genre et des rapports sociaux de sexe dans différents courants. Elles exposent le lien entre position théorique et positionnement politique à travers une présentation rapide de différents courants féministes (matérialiste et marxiste, essentialiste et culturaliste, postmoderne déconstructionniste) que le lecteur profane pourra approfondir grâce aux références bibliographiques. L’ouvrage se donne comme inscrit dans « les courants du féminisme matérialiste et du mouvement queer d’inspiration butlerienne » (p. 13). En appui sur les travaux de Monique Wittig et de Nicole Claude Mathieu, N. Chetcuti et L. Greco questionnent la vision d’« articulation entre structures langagières et représentations sociales, genre et rapports sociaux de sexe » qui reposerait sur « une perspective non critique de la différence des sexes » et sur une « vision uniquement référentialiste » de la langue (p. 11). Avec A. Duranti, ils postulent que la langue est « un outil de médiation non neutre entre représentations, formes linguistiques et société » (p. 11).

  • 2  Une note de bas de page (p. 10) invite le lecteur dans les débats posés dans la constitution même (...)
  • 3  Même si on peut regretter que le rattachement disciplinaire initial de chacun n’apparaisse pas tou (...)

5Les contributions regroupées dans cet ouvrage s’intéressent ainsi à la « dimension performative, interactionnelle et multimodale du langage» (p. 11) et sont présentées en trois parties équilibrées : « langue et sexisme », « corps et genre », « sexualités et normes ». Après avoir sensibilisé le lecteur aux débats théoriques et politiques liant langage, pouvoir et catégorisation, et l’avoir encouragé à réfléchir à sa pratique de la langue2, l’introduction présente de manière synthétique chacun des articles (problématique, inscription disciplinaire, structure, corpus et principales hypothèses) et la postface de Judith Butler. Une notice bibliographique des auteurs (pp. 151-152) complète cette présentation3, ainsi qu’un résumé en français et en anglais des six contributions constituant le corps de l’ouvrage (pp. 153-158).

6La structure adoptée en permet plusieurs lectures : comme un tout permettant d’aborder une problématique centrale par différentes entrées et un certain dialogue entre contributions, ou comme un recueil d’articles permettant d’aborder des notions spécifiques, telles que la « dimension idéologique du discours » (Claire Michard, sur le « rapport de sexage » dans la langue française, pp. 23-38) et « l’agentivité » (Claire Michard, id., et L. Greco, pp. 63-83), le « retournement performatif de l’insulte » (Dominique Lagorgette, à partir de l’étude de l’évolution sémantique du terme « pétroleuses » né pendant la Commune de Paris, pp. 39-60), le « soi pluriel » avec « la présentation de soi comme modalité de transgression des normes de genre » (Luca Greco, à partir d’ateliers Drag King, pp. 63-83) et un « "brouillage de l’énonciation" de genre » (Nelly Quemener, à partir de l’étude des « contradictions corps/langage comme moteur du rire » chez deux humoristes femmes en France, pp. 85-102), la « nomination de soi » et la « dés-hétérosexualisation » (Natacha Chetcuti, dans l’étude du processus de « penser le genre chez femmes lesbiennes », pp. 105-121), ou encore la « dimension épistémologique et politique de la traduction culturelle » des savoirs (Bruno Perreau, sur « la réception du geste queer en France », pp. 123-143).

7La postface prend un relief particulier en rendant directement présente dans l’ouvrage une auteure qui a largement contribué aux réflexions présentées, puisqu’elle fait partie des références bibliographiques de cinq des six contributeurs. Judith Butler revient sur le genre et le processus de subjectivation : elle explore la dépendance du genre à l’égard de l’adresse des autres (p. 147), son caractère d’« institution temporelle, historique et multivalente » (p. 148), dont « l’indifférence de la catégorie pour l’individuel » est cela-même qui permet l’alliance de certains individus pour « combattre ou transformer la catégorie » (p. 149) et « refuser l’institutionnalisation de notre personne » (p. 150).

  • 4  Cf. notamment l’article de S. Bilge qui donne la définition suivante de l’intersectionnalité, init (...)
  • 5  Par exemple : « effet aïkido » du retournement de l’insulte (D. Lagorgette, pp. 54-55), néologisme (...)

8La réflexion engagée autour de la langue par les différents auteurs s’inscrit ainsi dans le questionnement d’une vision binaire des sexes et des genres et dans un militantisme politique dénonçant l’hétéro-normativité et la domination masculine, où « le sexisme dans le langage est à la fois le symptôme du rapport de pouvoir et l’un des moyens de sa mise en œuvre » (C. Michard, p. 24). L’ouvrage illustre ainsi l’intérêt de la prise en compte de la matérialité de la langue pour questionner les processus de domination, via le questionnement du sens des formes linguistiques adoptées (lexicales, mais aussi grammaticales par exemple) et de leur contexte d’utilisation. La face révélée serait alors celle d’une intersectionnalité4 entre genre et langage dans la domination sociale, dont les coordinateurs forment le vœu qu’elle fasse l’objet de futures explorations (p. 10). À l’issue de la lecture de cet ouvrage, la révélation de la face cachée du genre peut également être entendue comme la construction plurielle et mouvante des genres et du soi, en interaction avec les autres et par une réappropriation de la langue révélée par l’usage qu’en font les acteurs sociaux5. Une émancipation portée par une vision dynamique de la langue ?

Haut de page

Notes

1  N. Chetcuti et L. Greco relèvent notamment que le débat sur la féminisation des noms de métiers en France  « s’en est tenu à une perspective non critique de la différence des sexes ainsi posée comme quasi naturelle » (p. 11).

2  Une note de bas de page (p. 10) invite le lecteur dans les débats posés dans la constitution même de l’ouvrage par la question du marquage de genre dans la langue, soulignant la tension entre féminisation de la langue pour "contrer" « l’équivalence entre "universel" et "masculin" » et le maintien de la différence des sexes comme « principe de lecture de la réalité sociale ». Dans l’ouvrage, un « non-marquage du genre » a été retenu pour l’introduction, tandis que l’écriture des différentes contributions s’appuie sur le choix de chaque auteur d’une « politique graphique et linguistique », par exemple la marque -e- (cf. notamment N. Chetcuti, p. 116 : « les tenant-e-s de ce courant ») ou l’utilisation de lettres capitales (cf. notamment L. Greco rapportant l’observation d’une graphie distinctive pour marquer une distanciation avec une vision binaire lors d’un atelier de l’association Genres Pluriels : « garçonNEs », « transexuelLEs », « asexuelLEs »…, pp. 73-75).

3  Même si on peut regretter que le rattachement disciplinaire initial de chacun n’apparaisse pas toujours clairement.

4  Cf. notamment l’article de S. Bilge qui donne la définition suivante de l’intersectionnalité, initialement conceptualisée par K. Crenshaw : « L’intersectionnalité renvoie à une théorie transdisciplinaire visant à appréhender la complexité des identités et des inégalités sociales par une approche intégrée. Elle réfute le cloisonnement et la hiérarchisation des grands axes de la différenciation sociale que sont les catégories de sexe/genre, classe, race, ethnicité, âge, handicap et orientation sexuelle. L’approche intersectionnelle va au-delà d’une simple reconnaissance de la multiplicité des systèmes d’oppression opérant à partir de ces catégories et postule leur interaction dans la production et la reproduction des inégalités sociales » - Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l'intersectionnalité », Diogène 1/2009 (n° 225), pp. 70-88. URL : www.cairn.info/revue-diogene-2009-1-page-70.htm.

5  Par exemple : « effet aïkido » du retournement de l’insulte (D. Lagorgette, pp. 54-55), néologismes sémiotiques (L. Greco, pp. 73-75).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Vandevelde-Rougale, « Natacha Chetcuti (dir.), La face cachée du genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 juillet 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8913

Haut de page

Rédacteur

Agnès Vandevelde-Rougale

Doctorante en sociologie au Laboratoire de Changement Social, Université Paris Diderot - Paris 7

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page