Navigation – Plan du site

François De Singly, Le questionnaire. L'enquête et ses méthodes (3e édition)

Béatrice Mabilon-Bonfils
Le questionnaire
François de Singly, Le questionnaire. L'enquête et ses méthodes (3e édition), Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 128 p., ISBN : 9782200259877.
Haut de page

Texte intégral

1La collection 128 est une collection universitaire qui propose en un volume limité (128 pages) l’état des savoirs à destination des étudiants. La série « L’enquête et ses méthodes » comprend plusieurs titres destinés à appréhender les principales techniques de recueil de données en sciences sociales : l’observation directe, le récit de vie, l’entretien compréhensif, l’enquête ethnologique, l’entretien collectif…

2« Le questionnaire » publié dans une édition un peu refondue par le sociologue François de Singly est désormais un classique qui fait le point sur un des outils centraux des sciences sociales et permet, dans un langage accessible et rigoureux, aux étudiants mais aussi aux chargés d'études, aux travailleurs sociaux ou aux cadres des collectivités locales d’appréhender à la fois les techniques d’élaboration des questionnaires, mais aussi à chaque étape de leur construction et de leur passation, de leur utilisation ainsi que les enjeux épistémologiques et méthodologiques de leur utilisation.

3Toutes les techniques de recueil de données relèvent par principe d’une même visée : l’administration de la preuve. Quand le chercheur doit produire ses propres données grâce à une enquête par questionnaires, il procède d’une interrogation particulière à portée généralisable dans un but d’administration de la preuve et sans intentionnalité de modifier opinion, attitude ou représentation, même si cette observation n’est jamais réductible à un simple enregistrement. Au cœur du dispositif scientifique, dans le procédé de recueil des informations et de sélection des données, le chercheur ne peut ignorer la question épistémologique de ce que « la question fait à l’objet ». Les limites même de la technique utilisée sont parties prenante des résultats obtenus et il convient d’en tenir compte. L’ouvrage répond à deux questions principales et liées : à quoi servent les enquêtes par questionnaires et comment produire de « bons »chiffres » ?

4Après avoir resitué la technique du questionnaire dans la démarche scientifique, l’auteur explicite pourquoi produire des chiffres en distinguant les chiffres descriptifs des chiffres explicatifs avant de détaillée la conception même d’un questionnaire. A l'aide d’illustrations d'enquêtes réalisées, il montre comment construire l'objet de l’enquête en procédant étape par étape, de manière détaillée et en soulevant les enjeux, les difficultés, que pose chaque phase et  les solutions possibles.

5L’avant questionnaire est abordé questionnaire est abordé : il s’agit avant même que d’aborder la maîtrise technique des outils de se forger une culture sociologique mais aussi la culture des acteurs sociaux concernés par l’étude. Aucun objet social n’est entièrement inédit et « croire que la connaissance provient du désert est un mirage » (pp 26.27). Le sociologue le montre à partir de l’analyse d’une grève étudiante et cette illustration permettra à l’étudiant de comprendre  comment se définissent des hypothèses.

6L’auteur montre aussi comment opérationnaliser un concept ou une notion, exercice complexe pour tout étudiant : il l’illustre à partir du concept de liquidité théorisé par Zygmunt Bauman sans mise à l’épreuve systématique et montre comment ce concept peut être décomposé en éléments testables empiriquement grâce à un questionnaire.

7La fabrication du questionnaire du questionnaire est détaillée : le repérage des déterminations sociales et ses multiples dimensions, la description des pratiques mais aussi la saisie des représentations mentales. Car les processus d’objectivation doivent tenir compte des représentations sociales des acteurs qui sont constitutives de la réalité sociale. L’auteur explicite toutes les questions que l’étudiant doit se poser, comment il peut les résoudre, quand il fabrique son questionnaire, bâtit son échantillon de population, rédige les questions en abordant notamment toutes les questions de forme mais aussi exploite son questionnaire, code ses données, les traduit en tableaux, les analyse. Si l’étudiant comprend que les réponses dépendent en partie de la forme des questions, il sera attentif aux indications que donne le sociologue poru déjouer les pièges de manière à lutter contre l’effet d’imposition d'une problématique que peut suggérer le questionnaire.

8Par toute une série d’exemples, il montre comment construire, mais aussi comment lire des tableaux, en détaillant la démarche de manière pédagogique  règle après règle. Le lecteur habitué à former des étudiants en sciences sociales repère clairement que l’auteur connaît bien les erreurs et écueils classiques auxquels sont confrontés les étudiants dans la pratique des données quantitatives. L’ouvrage permet par une écriture limpide et une progression efficace de déjouer ces difficultés. Il permet de progresser dans l’acquisition par l’exemple du raisonnement sociologique qui nécessite constamment des allers retours entre réflexion théorique sur l’objet étudié et décision empirique. Enfin, l’ouvrage aborde la question de l’engagement du sociologue et celle du rapport au monde social : « les chiffres produits par les sociologues à travers la médiation des catégories utilisées (dans le questionnaire et dans le codage de l’information) font aussi partie de l'univers des jugements sociaux » (p119)

9Il est à conseiller à tout étudiant qui souhaite se former et réfléchir aux outils de la soiologie dite explicative, principalement mue par la recherche des déterminants sociaux des comportements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « François De Singly, Le questionnaire. L'enquête et ses méthodes (3e édition) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 juillet 2012, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8915

Haut de page

Rédacteur

Béatrice Mabilon-Bonfils

Professeur d'Université - Sociologie Directrice du laboratoire EMA Laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages) - EA 4507 Université de Cergy-Pontoise

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page