Navigation – Plan du site
L'islam au-delà des catégories

L'islam au-delà des catégories

« L'islam au-delà des catégories », Cahiers d'études africaines, n° 206/207, 2012, EHESS, ISBN : 978-2-7132-2349-5.
Notice publiée le 23 juillet 2012

Présentation de l'éditeur

Comment penser les mouvements qui se produisent au sein de l’islam si les catégories, élaborées par les sciences sociales, ne sont pas observables empiriquement ? Comment appréhender le dynamisme des acteurs islamiques, si ceux-ci font voler en éclats les grands paradigmes permettant de les analyser ? Ce numéro, sans avoir la prétention d’offrir une théorisation définitive, propose de revenir sur les classifications habituellement utilisées (soufisme, réformisme, islam politique…), et d’exposer leurs limites face à la complexité des recompositions de l’islam contemporain.

Fondé sur de fines études des pratiques islamiques en Afrique subsaharienne (et au-delà), ce numéro spécial montre la souplesse des musulmans qui, manifestement, ne désirent pas s’enfermer dans les terminologies que leur attribuent les islamologues. Les auteurs présentent, ici, la façon dont des guides soufis, qui ont toujours initié des mouvements de réforme, se ­lancent aujourd’hui encore dans une politisation de leur groupe spirituel ; comment certains acteurs islamiques ­refusent d’être catalogués, ou se réclament d’un islam de réforme si polysémique qu’il devient impossible à définir ; ou encore la manière dont des groupes dénommés « islamistes » ont des trajectoires complexes allant du djihadisme au légalisme selon le contexte politique dans lequel ils évoluent.
Au-delà d’une plasticité indéfinie, caractérisée par des notions telles que post-islamisme, néo-confrérisme, néo-fondamentalisme, etc., ce numéro montre que la délimitation des appartenances islamiques est l’un des plus grands défis auquel les chercheurs sont aujourd’hui confrontés.
 

Sommaire
- Fabienne Samson – Les classifications en islam.
- Vincent Geisser – La «question musulmane» en France au prisme des sciences sociales. Le savant, l’expert et le politique.
- Mara Vitale – Trajectoires d’évolution de l’islam au Burkina Faso.
- Gilles Holder – Chérif Ousmane Madani Haïdara et l’association islamique Ançar Dine. Un réformisme malien populaire en quête d’autonomie.
- Abdoulaye Sounaye – Heirs of the Sheikh Izala and its Appropriation of Usman Dan Fodio in Niger.
- Maud Saint-Lary – Du wahhabisme aux réformismes génériques. Renouveau islamique et brouillage. Des identités musulmanes à Ouagadougou.
- Denise Brégand – Catégorisations, auto-­identifications et circulation dans les «communautés» musulmanes plurielles au Bénin.
- Marie Nathalie LeBlanc – Du militant à l’entre­preneur. Les nouveaux acteurs religieux de la moralisation par le bas en Côte-d’Ivoire.
- Ashley Leinweber – The Muslim Minority of the Democratic Republic of Congo from Historic Marginalization and Internal Division to Collective Action.
- Ousmane Kane – L’«islamisme» d’hier et d’aujourd’hui. Quelques enseignements de l’Afrique de l’Ouest.
- Mame-Penda Ba – La diversité du fondamentalisme sénégalais. Éléments pour une sociologie de la connaissance.
- Haoues Seniguer – Les catégories dénomina­tives de l’islam à l’épreuve d’un objet «mutant». Le cas du parti de la justice et du développement marocain.
- Zekeria Ould Ahmed Salem – Les mutations paradoxales de l’islamisme en Mauritanie.
- Doris Ehazouambela – Les petites «liturgies» politiques de l’islam au Gabon. Ou comment lire les liens entre le politique et l’islam minoritaire.
Analyses et Comptes rendus
Ouvrages reçus

Haut de page