Navigation – Plan du site

Guy Michelat, Michel Simon, « Le peuple, la crise, et la politique », La Pensée, hors série - Supplément au n° 368, mars 2012

Amaury Marceau
Le peuple, la crise, et la politique
Guy Michelat, Michel Simon, « Le peuple, la crise, et la politique », La Pensée, hors série - Supplément au n° 368, mars 2012, Paris, Fondation Gabriel Péri, ISBN : 9782916374505.
Haut de page

Texte intégral

1À l’automne 2008, débute une crise boursière et financière d’envergure mondiale. Quel impact a-t-elle, tant du point de vue sociologique que politique sur les citoyens français ? Modifie-t-elle et si oui dans quelle mesure les idéologies et cultures politiques françaises ? C’est à ces questions que les sociologues Guy Michelat et Michel Simon, habitués à s’interroger sur les rapports de classe et comportements politiques, apportent des éléments de réponse.

2Sur la forme, l’ouvrage se découpe en six chapitres de même dimension. Le premier prend pourtant l’apparence d’une première partie visant à déterminer le ressenti social des Français (et il est «  lourd » : le sentiment de « moins bien vivre » est majoritaire et en hausse dans toutes les catégories sociales, et plus encore parmi les plus modestes) ainsi que leurs préoccupations prioritaires. Les deux chapitres suivants interrogent les valeurs politiques majoritaires en France à l’aune de la crise et soulignent un double recul, celui de l’idéologie libérale et celui du conservatisme identitaire (xénophobie, valeur répressive..). Cependant, si l’heure est à plus de réglementation étatique et à une défiance accrue envers les « marchés  financiers » (au XIXe siècle, on appelait cela « le pouvoir de l’Argent », mais le scientisme économique n’avait pas encore frappé), les Français ne semblent pas pour autant vouloir réhabiliter des solutions économiques radicales, le mot communisme suscitant beaucoup d’hostilité.

3Les trois derniers chapitres pourraient former une troisième partie structurée autour du choix politique de gouvernance. Ils soulignent, contrairement aux idées reçues, la survivance de l’opposition gauche-droite comme élément structurant de la culture politique française. De même, rien n’indique une dépolitisation des Français, bien au contraire : l’intérêt pour la politique progresse depuis dix ans. En revanche, le recours à un camp politique pour sortir de la crise n’apparaît pas. Les « sans préférence partisane »augmentent. Ainsi, la moitié de ceux qui se réclament d’une famille politique ancrée à Gauche, refusent leur confiance à un parti de gauche pour améliorer leur situation (il en est de même pour ceux se réclamant de la droite)

4Sur le fond, l’étude frappe par le décalage, pour le lecteur profane, entre les convictions politiques des Français, estimées par le biais d’outils scientifiques, et un discours, relayé par nombre de journalistes (presse écrite, radio..) incitant à « briser les tabous » et à « libérer la parole » des Français, qui s’inquiéteraient grandement, par exemple, de la place des immigrés en France. Or, à la question d’une présence excessive (trop) des immigrés en France, les partisans du oui (ceux qui pensent qu’il y a trop d’immigrés en France) ne sont plus majoritaires ces dernières années ; cette opinion est d’ailleurs en déclin. De manière plus générale, la concentration de l’information, engagée depuis les libéralisations-rachats-restructurations des années Mitterrand, induit une pensée dominante organisée autour de valeurs telles que la fin du clivage gauche-droite, la poussée du conservatisme identitaire, le capitalisme financier comme horizon indépassable. Si chacun est parfaitement libre d’adhérer à ce corpus de valeurs, il peut sembler erroné, ou à tout le moins non fondé scientifiquement, de le présenter comme majoritairement partagé par les Français. Ainsi, avec la crise de 2008, la remise en cause des acquis sociaux inquiète presque deux fois plus les Français que l’insécurité et la violence (52% contre 27%).

5Il convient à présent d’interroger le choix, par les sondeurs, de certains mots. Si l’on comprend aisément ce que le vocable « violence » recouvre (à savoir la violence physique, l’agression au coin de la rue), la remise en cause des acquis sociaux n’est-elle pas une forme d’insécurité ? Et le fait que les responsables politiques sont identifiés comme peu préoccupés par ce que les « gens comme nous » veulent, ne relève-t-il pas d’une forme de violence, certes symbolique ? Le problème est dès lors celui du langage. S’il est nécessaire d’utiliser le langage commun pour se faire comprendre du plus grand nombre de sondés, ne risque-t-on pas de consolider l’imaginaire populaire refusant encore au XXIe siècle de considérer les violences symboliques pour ce quelles sont : des violences.

6Pour conclure, la prochaine étude pourrait se porter sur ce qui fonde (quelle source d’informations) l’idéologie politique et culturelle des Français. De quoi la fabrique de l’opinion est-elle le nom ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaury Marceau, « Guy Michelat, Michel Simon, « Le peuple, la crise, et la politique », La Pensée, hors série - Supplément au n° 368, mars 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8930

Haut de page

Rédacteur

Amaury Marceau

Inspecteur des finances publiques (Trésor) Juriste et ingénieur en droit de formation (Paris I)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page