Navigation – Plan du site

Vadim Jendreyko, La Femme aux 5 éléphants

Lisa Vapné
La Femme aux 5 éléphants
Vadim Jendreyko, La Femme aux 5 éléphants, Éditions Montparnasse, 2009.
Haut de page

Texte intégral

1Le réalisateur germano-suisse, Vadim Jendreyko, a rencontré une femme fascinante, Svetlana Geier, qui l’a tant fascinée, qu’il a choisi de lui consacrer un film. Svetlana Geier est née à Kiev en Ukraine en 1923, puis a quitté le pays vingt ans plus tard, à l’automne 1943. C’est pour ses traductions littéraires du russe en langue allemande qu’elle s’est fait connaître.

2Ce documentaire est, tout d’abord, et c’est certainement la partie la plus intéressante, le portrait d’une traductrice au travail : bien que voûtée par les années, Svetlana Geier s’attelle chaque jour à la traduction car, dit-elle, « elle est trop vieille pour faire des pauses ». Le réalisateur la filme chez elle, avec deux compagnons qui se rendent à son domicile, à heure régulière, et l’aident dans sa tâche ; l’une, en tapant sur une vieille machine à écrire le texte que Svetlana Geier lui dicte, et l’autre, en lui lisant sa traduction, pour faire résonner la langue. La tâche qui les occupe, c’est de traduire en allemand l’œuvre de Fiodor Dostoïevski, et surtout cinq de ses grands romans, « les cinq éléphants » du romancier.

3Vadim Jendreyko filme Svetlana Geier en mouvement, au marché, choisir ses légumes, regarder les fleurs, parée d’un tablier de cuisine blanc, pétrir de la pâte, faire un gâteau et surtout repasser. Elle repasse, comme elle semble traduire, expliquant que « lorsqu’on lave le linge, les fils perdent leur chemin. Il faut aider le fil à retrouver sa voie exacte. Les mots « texte » et « textile » ont la même racine ». Le réalisateur choisit aussi de filmer Svetlana avec ses nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants, en patriarche, qui donne des conseils experts sur l’art culinaire. La dextérité de Svetlana Geier en va en cuisine comme en toute chose, même si on goûte peu au texte dans le film, pas assez pour comprendre pourquoi Svetlana Geier a donné une nouvelle voix à Dostoïevski, une voix qui parlerait allemand. Vadim Jendreyko nous fait entendre son héroïne prodiguer à de jeunes étudiants de judicieux conseils, expliquant qu’il faut « lever le nez en traduisant ».

4Lever le nez de la traduction, c’est aussi ce que Svetlana Geier fait à son corps défendant : pendant le tournage du film, son fils a un accident très grave, et la traductrice va devenir mère à temps plein pour s’occuper de lui. Le réalisateur choisit alors de ne pas mettre entre parenthèses son film, et de continuer à filmer Svetlana Geier dans le soin, dans le chagrin, mais surtout dans les souvenirs. L’accident de son fils ramène Svetlana vers le souvenir de son père, qu’elle a soigné, jeune fille, lorsque celui-ci est sorti de prison, très affaibli, en 1938, victime des purges staliniennes, jusqu’à sa mort, six mois plus tard, des suites de la torture. La mémoire de son père, qu’elle a enfermée en elle, se réveille au détour du film. Celui-ci prend alors un tour biographique et le réalisateur s’empare d’un lieu commun du cinéma documentaire : le retour sur les traces.

5Car, Svetlana Geier choisit d’accepter l’invitation d’une école ukrainienne, à venir parler de la traduction et, pour la première fois depuis 1943, elle revient en Ukraine - sur les traces de son enfance, des lieux où elle a vécu avec ses parents - en compagnie de sa petite-fille, qui porte un regard tendre et bienveillant sur sa grand-mère. Sur le chemin qui les emmène vers l’Ukraine, Svetlana Geier lit un guide sur Kiev et à haute voix prononce : « les nazis exécutèrent à Babi Yar, plus de 100 000 habitants de Kiev, en majorité des Juifs ». Plus tard, dans le film, elle fait le récit de sa dernière rencontre avec son amie juive Neta, avant qu’elle ne soit tuée à Babi Yar. « Ca ne cesse jamais. Ce n’est jamais devenu du passé. Ca me fait aussi mal d’en parler maintenant qu’il y a soixante ans. Ca ne s’oublie pas », dit-elle. À tâtons, le réalisateur nous emmène vers les zones d’ombre de la vie de Svetlana ; car, alors que son amie est assassinée à Babi Yar, elle, devient traductrice pour le Comte Kerssenbrock, le commandant de l’armement pour la section sud à Kiev, un homme à la « loyauté chevaleresque », selon elle. Interrogée par le réalisateur, elle répond « pas une seconde, je n’ai fait le lien entre Kerssenblock et ces événements. Jamais… Hitler n’a rien en commun avec Goethe, Schiller ou Thomas Mann ». Le réalisateur lui demande : « mais ça ne vous a pas effleurée ? Il portait un uniforme », elle répond « je ne peux rien y changer, je n’y ai pas pensé ». Ainsi, cette femme brillante, au regard si lumineux, échoue dans l’analyse rétrospective, en ne voyant pas que tout cultivé soit-il, un homme de la Wehrmacht en 1941 sur le front de l’Est, n’est ni Schiller, ni Thomas Mann, ni Goethe.

6Svetlana Geier et sa mère arrivent en Allemagne nazie en 1943, « nous n’avions pas d’autre choix que partir », explique-t-elle. La jeune femme rejoint l’Allemagne avec l’espoir de pouvoir étudier : ses attentes sont comblées par l’obtention d’une bourse. Racontant qu’elle a été aidée, protégée, bien que citoyenne soviétique, pendant ces années 1943-1944, Svetlana Geier lance : « cela me force à un immense respect envers ce pays. Et je suis heureuse de pouvoir rembourser un peu de mes immenses dettes à l’Allemagne. » Puis, le film part sur autre chose ; et une sensation de malaise demeure jusqu’à la fin. Il ne s’agit pas ici de juger d’un individu aux prises avec l’Histoire, mais du choix du réalisateur, à la fois de garder cette phrase au montage, et de l’indulgence qu’il nous impose à l’égard de sa protagoniste. Entre le film hagiographique et le portrait à charge, il existe un champ des possibles. Et, on se met à penser, qu’un film sur une grande traductrice, sur la langue, sur la littérature, aurait peut-être été plus judicieux, même si son succès aurait eu moins de chance de dépasser le cercle des initiés.

7Car, le film, comme les bonus du DVD, regorgent de pépites : les charmantes chamailleries de la traductrice avec ses compagnons de traduction, en quête du mot juste qui se dérobe et ses dilemmes de traductrice : comment traduire mokraia kouritsa (poule mouillée, en russe) dans une langue comme l’allemand, où l’on ne parle que de « chien mouillé » (nassen Hund) ?

8Svetlana Geier est fascinante d’intelligence et de beauté, mais, à force d’être subjugué, le réalisateur veut probablement en dire beaucoup trop et perd son sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Vapné, « Vadim Jendreyko, La Femme aux 5 éléphants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8933

Haut de page

Rédacteur

Lisa Vapné

Ater de civilisation russe à l'Université Paris IV et doctorante à Sciences-Po

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page