Navigation – Plan du site

Lev-Sémionovitch Vygotski, Leçons de psychologie

Romaric Jannel
Leçons de psychologie
Lev-Sémionovitch Vygotski, Leçons de psychologie, Paris, La Dispute, 2011, 216 p., ISBN : 978-2-84303-200-4.
Haut de page

Texte intégral

1La présente traduction des Leçons de psychologie de Vygotski introduit dans un format raisonnable la pensée de l’un des grands noms de la psychologie du XXe siècle. Données en 1932 à Leningrad, ces leçons, notées par ses étudiants, traitent des grandes fonctions psychiques : la perception, la mémoire, la pensée, les émotions, l’imagination et la volonté. Elles permettent de prendre la mesure des qualités de réflexion de Vygotski, mais aussi de ses talents de pédagogue. Sur une question donnée, il prend soin d’en présenter les principales approches théoriques que connaît la discipline, de les mettre en perspectives, d’en rappeler les faiblesses et les expériences les plus remarquables. Ce n’est qu’ensuite qu’il explicite sa propre analyse et propose des hypothèses de recherche. L’intérêt de cet ouvrage est ainsi tout autant historique qu’épistémologique, et le recul dont fait preuve Vygotski est le fruit d’un cheminement singulier en tant qu’homme et en tant que penseur.

2Né en Biélorussie en 1896, Vygotski effectua ses études secondaires et supérieures alors que la société russe connaissait de profondes transformations. Intellectuel engagé, il adhérait au mouvement révolutionnaire et s’investissait dans la vie culturelle notamment littéraire de son temps.

3Aujourd’hui reconnu pour la qualité de ses travaux en psychologie du développement et son approche historico-culturelle, il s’était également formé à la philosophie par la lecture de Spinoza, de Hegel ou encore de Marx. Avec pour ouvrage majeur, Pensée et langage dont il rédigea le dernier chapitre sur son lit d’hôpital, il s’éteint en 1934 à l’âge de 38 ans, laissant une œuvre dont le champ ne se limite aucunement à une recherche mono-disciplinaire. Ses travaux intéressent tant la psychologie que la philosophie, les sciences cognitives que la linguistique. Il n’est par ailleurs pas surprenant que la traduction de ces Leçons de psychologie soit entreprise par une chercheuse en linguistique générale comparée.

4Dans ces leçons, Vygotski rappelle qu’il n’est pas particulièrement efficient d’étudier les fonctions psychiques indépendamment les unes des autres. Vygotski comprend le psychisme comme un système en développement constant. Ainsi pour comprendre ce psychisme, il est nécessaire d’en étudier l’ontogenèse. Cette ontogenèse a lieu chez l’enfant dans un contexte historique et culturel spécifique. Étudier le psychisme revient donc à étudier le développement compris comme le couplage dynamique de réalités psychiques et de réalités historico-culturelles. Ce type d’approche lie donc d’emblée, et de manière opportune, le développement psychique d’un sujet à son développement au sein de la société.  

5Pour expliciter la démarche de Vygotski, prenons la leçon finale de ces Leçons de psychologie. La question centrale est la suivante : comment expliquer l’émergence d’actes volontaires au cours du développement de l’enfant ? La présentation de Vygotski débute par quelques rappels historiques concernant le traitement de ce problème en 1932. Les recherches se développaient alors dans deux directions : les théories hétéronomes qu’il définit comme « l’ensemble des études théoriques et expérimentales […] qui essaient d’expliquer l’activité volontaire de l’homme en la ramenant à des processus psychiques complexes de caractère non volontaire », et les théories autonomes qui reposent sur « l’unité et l’irréductibilité des processus et des expériences volitives ». Il en précise ensuite les différentes tendances évoquant, outre des travaux de psychologues, l’analyse de Schopenhauer, Descartes ou Bergson. Les débats structurés, comme nous l’avons dit, entre théories hétéronomes et théories autonomes ne parvenant pas à fournir de réponses satisfaisantes, Vygotski fait alors appel à différentes spécialités de la psychologie. Il convoque Kurt Lewin qui, plaçant le sujet dans des situations dénuées de sens, montra que celui-ci recherchait alors un point d’appui en dehors de lui pour organiser son comportement – il s’agissait pour le sujet de trouver du sens hors du contexte immédiat. Il fit ensuite appel à Goldstein qui considérait pleinement le langage que le sujet se fait à lui-même dans le cadre de processus volitifs – il s’appuyait pour cela sur des expériences menées sur des malades victimes de problèmes psychomoteurs survenus après une encéphalite. Fort de ces indications, Vygotski termine son exposé rappelant que le développement chez l’enfant « se déroule sous la dépendance de la vie sociale de l’enfant ». Ainsi, l’enfant apprend la volition via l’expérience sociale qu’il se fait notamment auprès d’adultes et dans ce contexte, les instructions verbales faites par le sujet à lui-même seraient primordiales pour comprendre l’émergence de la volonté durant l’enfance. Il clôt finalement le chapitre en mentionnant la proximité des recherches en psychologie pathologique et de celles en psychologie génétique, et leur importance dans la résolution des problèmes de la psychologie. Il est clairement visible dans cette partie, sans trop en dévoiler l’argumentaire, que la démarche de Vygotski va bien au-delà de la psychologie pour analyser au mieux le psychisme humain. Bien que non réductibles à une discipline, ces leçons donnent parfaitement les clefs à des étudiants pour comprendre finement les débats quant au psychisme. Elles présentent aussi quelques pistes de recherche à même de mettre en haleine le futur chercheur d’alors.

6Olga Anokhina livre ici une traduction limpide dont les notes de bas de page précisent de manière opportune certains aspects du texte. Cette traduction est complétée par une bibliographie présentant notamment des ouvrages en langue française. Ces leçons, traitant du développement des grandes fonctions psychiques, conviendront tant au psychologue soucieux de (re-)découvrir Vygotski, qu’au lecteur non spécialiste de ces questions, mais désireux d’en comprendre les enjeux et les diverses approches. La lecture de Pensée et langage ne manquera pas de compléter cette introduction tant il est vrai que certaines leçons prennent fin de manière quelque peu abrupte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Lev-Sémionovitch Vygotski, Leçons de psychologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 juillet 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8935

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page