Navigation – Plan du site

« Les espaces du contrôle social », Politix, n° 97, 2012

Pascal Décarpes
Les espaces du contrôle social
« Les espaces du contrôle social », Politix, n° 97, 2012, Bruxelles, De Boeck, ISBN : 9782804169831.
Haut de page

Texte intégral

1Le contrôle social est une notion centrale de la recherche en criminologie1, et le développement croissant de la vidéosurveillance en a confirmé son usage dans les sciences criminelles. Dans un numéro de grande qualité et aux contributions riches et stimulantes, c’est un des aspects du contrôle social qui est abordé sous le premier chapitre intitulé « contrôler des populations par l’espace ? » (pp. 25-46) dans lequel François Bonnet traite plus particulièrement de la prévention situationnelle et de la vidéosurveillance dans les gares et les centre commerciaux. Il distingue ainsi trois catégories d’usages attribués à la vidéosurveillance : la lutte contre la délinquance, la surveillance des salariés et la gestion de l’espace. Ainsi que l’indique avec justesse l’auteur, « le principe de la prévention situationnelle est d’empêcher, de susciter et d’influencer des comportements sans recourir à la coercition » (p. 44) – à cet égard, les concepts de délinquance et de déviance ne sont pas toujours en adéquation avec les buts poursuivis par le déploiement d’un tel arsenal technologique, et donc il en résulte que les diverses rationalités en présence dans cette configuration ne se fondent pas forcément sur les mêmes critères et les mêmes objectifs.

  • 2  Compte rendu de l’ouvrage collectif sur la comparution immédiate : P. Décarpes, 2012, http://lectu (...)

2C’est par un glissement sémantique et pratique pertinent que s’effectue le passage de relais au cas de la surveillance électronique des condamnés sous le titre « vers de nouvelles frontières de la pénalité » (pp. 47-74). L’auteure, Marie-Sophie Devresse, insiste brillamment sur le fait que le bracelet électronique, au-delà d’une justice pénale expéditive2 qui n’est pas directement abordée ici, instrumentalise d’une part l’espace privé des individus mais aussi influence d’autre part – et ce de manière paradoxale – leur interaction aux espaces sociaux. En s’interrogeant sur la qualité du ‘placement sous surveillance électronique’ comme étant éventuellement une « prison réelle, prison virtuelle ? » (p. 51), cette contribution recoupe les propos généraux de la revue en y voyant également une composante situationnelle (p. 66) qui se dilue dans les interstices de la vie sociale.

  • 3 Allusion à ‘Dedans dehors’ qui est également une revue trimestrielle éditée par l´Observatoire Inte (...)

3C’est dans une approche semblable et innovatrice que le monde carcéral est abordé par Grégory Salle qui fait l’introspection des « métamorphoses et contradictions d’une assimilation » de « la prison dans la ville à la prison-ville (p. 75-99). Il y démontre l’échec de l’insertion du milieu carcéral dans le tissu urbain tout en voyant la réussite rationnelle et utilitariste d’une prison gérant au mieux le contrôle des espaces. C’est pourtant dans un mouvement d’inclusion/d’exclusion que se font aux parloirs les visites des familles à leurs proches incarcérés, « entre dedans et dehors »3 comme l’aborde l’auteure Gwénola Ricordeau (pp. 101-123). Elle décrit de façon remarquable « l’espace perméable » (p. 109) que constitue le parcours du parloir, expérience « incomparable » (p. 122) qui pourtant représente le cœur de l’interaction intra/extra-muros et le lien qui est noué entre les différents espaces du contrôle social.

4Ce numéro de Politix se referme (pp. 125-148) sur un lieu à la fois moderne et conservateur, empreint de violence carcérale »4, mais dont les configurations sont très contrastées et laissent cours à diverses formes de surveillance. Cet espace que sont les établissements pénitentiaires pour mineurs dispose d’un ‘poste central d’informations’ que les auteurs considèrent comme « l’œil technologique du pouvoir » (p. 132). Un des intérêts de cet article est de mettre en exergue les multiples strates spatiales que constituent des lieux comme la cellule, l’unité de vie ou tout autre espace institué dans l’établissement pénitentiaire.

5Un récent rapport d’information du Sénat s’est penché sur les suites de la loi pénitentiaire de novembre 20095. Se présentant comme une analyse des deux dernières années et demie « de la loi à la réalité de la vie carcérale », ce rapport est très critique envers le décalage évident qui est observé entre des exigences réglementaires en partie progressistes et des conditions de détention qui demeurent majoritairement mauvaises et qui produisent encore, à l’aube de la complexité pénitentiaire européenne6, des « prisons sous tensions »7 au sein d’espaces sociaux dont les formes de contrôle et de régulation sont plus que jamais à redéfinir et à pacifier.

Haut de page

Notes

1 Compte rendu de l’ouvrage de Laurent Mucchielli : I. Martinache, 2008, http://lectures.revues.org/578

2  Compte rendu de l’ouvrage collectif sur la comparution immédiate : P. Décarpes, 2012, http://lectures.revues.org/8091

3 Allusion à ‘Dedans dehors’ qui est également une revue trimestrielle éditée par l´Observatoire International des Prisons, association française militant pour la reconnaissance et l´application des droits des personnes incarcérées.

4 Compte rendu de l´ouvrage de Chauvenet et al. : F. Giraud, 2008, http://lectures.revues.org/599

5 http://www.senat.fr/notice-rapport/2011/r11-629-notice.html

6  Compte rendu de l´ouvrage de Sonja Snacken: P. Décarpes, 2012, http://lectures.revues.org/7619

7 Compte rendu de l´ouvrage : C. Touraut, 2011, http://lectures.revues.org/6279

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « « Les espaces du contrôle social », Politix, n° 97, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8946

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page