Navigation – Plan du site

Egalité et diversité

Virginie Blum
Egalité et diversité
« Egalité et diversité », Travail, genre et sociétés, n° 21, 2009, EAN : 9782707157508.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Travail, Genre et Sociétés se fait l'écho des études sur le genre et du marché du travail, tout en ayant à dessein d'être internationale. Comme nous le précise très bien Margaret Maruani dans l'éditorial du numéro présenté ci-dessous, « son territoire n'est pas la France, mais l'Europe et, au-delà, les Etats-Unis, l'Amérique latine, la Chine, l'Inde, l'Afrique » (p.5). Notre intention ici est de présenter le numéro 21, qui a pour but d'interroger les différents outils critiques pour penser l'égalité et la diversité. Avant cela, la mise en bouche de cet ouvrage nous éclaire sur le parcours, le vécu d'une femme, hôtesse de caisse, ayant activement participé aux grèves de février 2008, propos recueillis par Marlène Benquet.

2Jacqueline Laufer ouvre le dossier « Egalité et diversité » en posant la question suivante : « L'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes est-elle soluble dans la diversité ? ». L'auteure confronte la notion de « diversité » et la notion d'« égalité professionnelle entre les hommes et les femmes ». Pour cela, elle interroge les « apports et limites des démarches d'égalité professionnelle » (p.38). Même si l'application de ce principe a permis la mise en œuvre de plusieurs modalités visant l'égalité professionnelle sur le marché du travail, l'auteure n'oublie pas de souligner que ce principe d'égalité s'inscrit également « dans les logiques pragmatiques des entreprises, ce qui laisse ouverte la possibilité qu'[il] soit l'objet d'une moindre attention lorsqu'[il] ne rejoint pas les objectifs des acteurs économiques » (p.39). Cette ‘déficience' du principe d'égalité se trouverait palliée par la notion de « diversité ». Cette panacée génère alors un « pouvoir de séduction » (p.42) eu égard à ses multiples entrées. Y aurait-il alors un « nouvel espace pour penser les questions d'égalité » (p.44) avec d'un côté, ceux qui voient « dans la diversité la solution fédératrice de toutes les initiatives en matière de prévention et de lutte contre les discriminations », et d'un autre côté, ceux qui y voient « une menace pour le principe d'égalité » ? Jacqueline Laufer amorce une réflexion sur les enjeux et polémiques de ce débat, en abordant notamment la mesure des discriminations, les objectifs politiques. Et conclut son article en posant trois ‘garde-fous' quant à l'articulation de l'égalité professionnelle et de la diversité, le principal - selon nous - étant de se rappeler que « la différence entre hommes et femmes n'est pas une diversité comme les autres. [...] Elle traverse toutes les autres catégories d'origine, d'âge, de handicap, d'orientation sexuelle » (p.48).

3Le deuxième article de ce dossier de Monique Meron questionne les « tabous et boutades [des] statistiques ethniques » (p.55). Rappelant tout d'abord le lourd passé dont hérite la conscience statisticienne (le repérage des juifs sous le régime de Vichy), l'auteure passe en revue les arguments convoqués par les partisans des statistiques ethniques qui se résumeraient ainsi : « mesurer et identifier les origines permettrait de mettre en évidence les discriminations et de lutter contre les inégalités de traitement liées à ces différences » (p.59). Puis, au tour des réticences qu'émettent les détracteurs des statistiques ethniques : pour eux, « cela [reviendrait] à construire un référentiel ethno-racial en France qui s'imposera peu à peu aux autres chercheurs et à la statistique publique, ce qui mène de façon certaine aux dérives » (p.61), comme une banalisation de la vision ethnique de la société et un renforcement des stéréotypes racistes. Finalement, il est nécessaire de retenir que les limites des catégories statistiques, qui sont toujours des constructions sociales, ne peuvent garantir à elles seules une mise en lumière des inégalités.

4A partir d'une enquête menée auprès de 1413 salarié-e-s gays et lesbiennes, la troisième rubrique (écrite par Christophe Falcoz et Audrey Bécuwe) montre combien les politiques de management de la diversité doivent être convoquées pour la gestion des minorités « discréditables ». Qui plus est, l'élément incontestablement intéressant est que ces deux auteurs proposent « une prise en compte du caractère sexué des orientations sexuelles » (p.86). Autrement dit, ils tentent de distinguer les différences de perception et d'attitude entre gays et lesbiennes en matière de travail et d'emploi, ainsi que les variations des mécanismes d'assignation professionnelle que sont à même de connaître ces femmes et ces hommes.

5Le dossier « Egalité et diversité » se clôt sur un article de Marie-Thérèse Lanquetin, juriste en droit du travail, droit social et droit communautaire. Elle revient sur la mise en œuvre de l'égalité entre hommes et femmes dans le droit français et le droit communautaire et note ainsi que ces derniers n'en ont pas la même conception. Aujourd'hui, le thème de « l'égalité » tend à se substituer au thème de la « diversité » permettant ainsi de mettre en avant des avantages économiques pour les entreprises. Malgré tout, l'auteure relève une difficulté majeure dans la diversité « à la française » : « Il reste que les discriminations fondées sur le sexe ne sont pas incluses dans [sa] recherche. Ce débat est récurrent car les femmes ne sont pas, en effet, une catégorie » (p.100). Apparaît alors dans l'approche communautaire la notion de discriminations multiples qui « inciterait à faire les rapprochements nécessaires, [notamment entre l'origine ethnique, la religion, l'âge, etc.], les femmes subissant souvent un cumul de discriminations » (p.101). Seulement, en France, cette question demeure peu présente dans les débats. Néanmoins, ce thème est appréhendé par les théories de « l'intersectionnalité », développées par des féministes américaines (Kimberlé Crenshaw par exemple). De cette manière, l'enjeu de cette réflexion est de mettre l'accent sur le fait que « la discrimination ne repose pas toujours sur un seul motif. Elle peut être également fondée sur plusieurs motifs à la fois » (p.105).

6Il s'agit aussi pour nous d'arguer de l'intérêt de la rubrique « Mutations » faisant suite au dossier « Egalité et diversité ». Ainsi, Carole Brugeilles, Sylvie Cromer et Nathalie Panissal exposent « les représentations sexuées dans les lectures de références à l'école ». Puis, Olivier Mérignac s'interroge sur « les femmes dans le processus d'expatriation ». Ces deux travaux permettent de penser et de mettre au jour les logiques du ‘système de genre' sous le prisme de deux contextes différents. Enfin, il est question d'une « Controverse » et conséquemment, est discutée la thèse exposée par Irène Théry dans son ouvrage « La distinction de sexe ».

7Egalité professionnelle, égalité de traitement, lutte contre les discriminations, diversité...Comment se les approprier ? Comment les comprendre ? Quelle utilisation doit-on faire de chacune de ces expressions ? Le numéro 21 de la revue Travail, Genre et Sociétés devient un outil précieux pour appréhender les grands points nodaux de ce domaine de recherche que représente l'appellation « Egalité et diversité ». Loin de clore le débat, ce dossier constitue a contrario une entrée en matière et invite à pousser la réflexion. Pour ainsi dire, il amène à se forger un regard critique en se distanciant des passions que convoque le thème de l'égalité et de la diversité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Blum, « Egalité et diversité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/895

Haut de page

Rédacteur

Virginie Blum

Etudiante en master de sociologie à l'Université Lyon 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page