Navigation – Plan du site

Marie-Jo Thiel (dir.), L'Automne de la vie. Enjeux éthiques du vieillissement

Fiona Blanot
L'Automne de la vie
Marie-Jo Thiel (dir.), L'Automne de la vie. Enjeux éthiques du vieillissement, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Chemins d'éthique », 2012, 414 p., ISBN : 978-2-86820-487-5.
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd'hui encore, le vieillissement est malgré lui affublé d'une opinion négative dans l'imaginaire social : les notions de mort, de déchéance et de dépendance reviennent d'ailleurs souvent pour le définir. Outre le fait de renvoyer tout un chacun à l'idée de son propre devenir, le vieillissement et plus généralement les coûts destinés à la vieillesse dans la sphère sanitaire et sociale sont de plus en plus importants avec l'allongement de la vie, qui a connu une progression spectaculaire ces cinquante dernières années. Ces différents facteurs font que les personnes âgées apparaissent aux yeux de beaucoup comme l'équivalent d'une véritable charge à supporter pour l'ensemble de la société.

2Face à ce constat, l'ouvrage collectif L'Automne de la vie. Enjeux éthiques du vieillissement, a été rédigé sous la direction de Marie-Jo Thiel, en vue d'offrir une vision plus objective et réaliste de la question du vieillissement en France, mais aussi dans d'autres pays du monde. Ainsi, l'enjeu principal pour les auteurs de ce livre est de faire émerger un débat qui décrit et étudie les divers aspects du vieillissement, tout en déconstruisant le concept de vieillesse, de manière à mettre en perspective les enjeux des pratiques et les représentations concernant la personne âgée.

3Etant donné la taille importante de cet ouvrage (un peu plus de 400 pages) et le caractère pluridisciplinaire de ses articles qui sont nombreux (une trentaine environ), il serait présomptueux de prétendre délivrer un résumé exhaustif de ce recueil des contributions les plus significatives des 4e Journées Internationales d'Ethique, qui ont eu lieu en mars 2011 à Strasbourg. Toutefois, il est possible d'en présenter les différents niveaux d'analyse, répartis sur quatre grandes thématiques centrales, qui sont vieillir: à tout prix ?, vieillir: à quels prix ?, rester un homme et croire en la vie jusqu'au bout.

4La première partie intitulée « Vieillir: à tout prix ? » est consacrée à l'analyse de la récente apparition de nouvelles médecines, telles la médecine anti-âge et la chirurgie plastique, qui rendent compte à leur manière de l'essor de l'adage « tu ne dois pas vieillir » qui prend de plus en plus d'ampleur en France. Le processus du vieillissement devient petit à petit associé à l'idée d'une maladie qu'il faudrait contrecarrer, d'où l'intérêt croissant vis-à-vis de ces médecines de la part des seniors, mais aussi des plus jeunes générations. Si jusqu'ici les quatre principes éthiques de Beauchamp et Childress permettent d'éviter tout excès dans le recours à ces médecines et de justifier certaines interventions (gain en terme de qualité de vie, éradication de traces d'un trauma antérieur), les auteurs mettent en avant la nécessité d'effectuer de nouvelles études empiriques à ce sujet afin d'assurer une meilleure formation dans ce domaine et d'y proposer une régulation performante, de façon à intégrer ces nouvelles médecines dans le prolongement de la médecine en général.

5« Vieillir: à quels prix ? » constitue la deuxième thématique centrale de l'ouvrage dans laquelle les auteurs questionnent les coûts humains, financiers et matériels par rapport à deux aspects : le travail des seniors d'une part et l'accès aux soins des personnes âgées d'autre part. Loin des préjugés habituels, les chercheurs montrent que malgré leur âge, les seniors n'en sont pas moins autant productifs et pourvoyeurs de services que les autres (que ce soit pour une activité professionnelle ou domestique de care), et que la retraite n'est pas forcément synonyme de repos. Si les auteurs proposent des pistes pour améliorer les conditions de travail des seniors (qui portent notamment sur l'environnement de travail et l'équipement), ceux-ci vont contre l'idée d'un prolongement trop intensif de leur activité professionnelle, car cela risquerait d'engendrer un conflit générationnel. Le deuxième niveau d'analyse de cette partie concernant les coûts de l'accès aux soins met en exergue un problème de plus en plus récurent dans les services de santé: la discrimination par l'âge, appelée l'âgisme, qui a des répercussions négatives sur l'organisation des services et la prise en charge des personnes âgées. Les auteurs, qui s'inscrivent contre le rationnement de l'accès aux soins, préconisent davantage deux approches plus éthiquement convenables : celle d'efficience médico-économique qui évite les surcoûts inutiles, et celle de la capabilité d'Amartya Sen qui réintroduit le patient âgé dans les décisions de soins.

6La troisième thématique de l'ouvrage « Rester un homme », s'emploie à démontrer que le malade d'Alzheimer, malgré les stéréotypes qui pèsent sur lui, n'en demeure pas moins un être humain qui conserve une identité, une dignité inaliénable et une relation d'interdépendance avec les autres individus de la société. Cette constatation permet de fait aux chercheurs de questionner notre propre humanité, en fonction du regard bienveillant ou stigmatisant que l'on porte sur les malades d'Alzheimer. Si les auteurs analysent précisément le cas de cette pathologie, c'est dans le but d'expliquer que cette relation d'interdépendance n'est possible et tenable que si une certaine justice dans le partage du care est mise en place entre le malade et ses proches dans le parcours de soins dans une logique d'éthique du care, chose à laquelle répondent aujourd'hui de nombreux organismes et associations qui apportent leur soutien aux aidants naturels.

7Dans la dernière partie du livre intitulée « Croire en la vie jusqu'au bout », est présenté un large panorama des diverses situations et options de prise en charge de la fin de la vie d'un individu dans différents pays du monde (les maisons de retraite, les soins palliatifs pour la Grande-Bretagne et la France, le suicide assisté pour la Suisse et enfin l'euthanasie pour les Pays-Bas), de manière à faire comprendre aux lecteurs qu'il n'existe pas une solution éthiquement plus acceptable qu'une autre vis-à-vis de la fin de la vie. Pour ceux qui ont participé à la rédaction de cet ouvrage, il vaudrait mieux retenir que la personne âgée est un adulte citoyen autonome et responsable face aux décisions de la fin de sa vie, où comme l'explique la dernière contribution du recueil, l'art du retrait permet justement de réinstaurer des espaces de liberté.

8La grande force de ce livre est qu'il déconstruit au fur et à mesure, à travers des articles transdisciplinaires et des thématiques pertinentes, tous les stéréotypes qui pèsent encore de nos jours sur la vieillesse, non pas en faisant des questions et des obstacles concernant le vieillissement des problèmes théoriques à résoudre, mais en les transformant plutôt comme des questionnements éthiques dont l'objectif est l'humanisation de tous. La vieillesse n'est de plus, comme le souligne Thérèse Awada, Patrick Antoine et Patrick Knipper, qu'une construction culturelle dans la mesure où le traitement et la place des personnes âgées dans une société diffèrent selon les cultures. A une époque où l'allongement de la vie parait être la norme dans de nombreux pays (en dehors des pays qui connaissent une surmortalité précoce, des soldes migratoires et/ou des politiques sociales favorisant ou non la natalité), les auteurs montrent combien il est encore difficile aujourd'hui d'appréhender cette question, alors même que le nombre de  personnes dépassant les 65 ans ne cesse d'augmenter. C'est d'ailleurs à ce titre que cet ouvrage invite chaque lecteur à une réflexion dont l'un des enjeux majeurs est la vie en société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiona Blanot, « Marie-Jo Thiel (dir.), L'Automne de la vie. Enjeux éthiques du vieillissement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 août 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8951

Haut de page

Rédacteur

Fiona Blanot

Etudiante en Master 2 recherche en sociologie et anthropologie à l'Université Paris-Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page