Navigation – Plan du site

Alberto Castoldi, L'imaginaire des cartes

Louise Dorignon
L'imaginaire des cartes
Alberto Castoldi, L'imaginaire des cartes, L'Harmattan, 2012, ISBN : 978-88-6642-058-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Grataloup, C. (2009). L’Invention des Continents. Paris: Larousse.

1L’Imaginaire des Cartes est le sixième ouvrage d’une série née de la collaboration entre L’Harmattan et la maison d’édition italienne Sestante Edizioni et intitulée « L’Envers du Miroir ». Co-directeur de cette collection dédiée aux sciences humaines et professeur de littérature française à l’Université de Bergame, Alberto Castoldi est aussi l’auteur de cet étonnant opuscule sur la carte et l’imaginaire. Le sujet de l’ouvrage, la carte comme objet d’art et d’esprit, paraît s’inscrire dans la continuité de nombreux travaux parus récemment sur le sujet, et plus particulièrement dans les disciplines de géographie et de géohistoire1. La carte, création intellectuelle issue du désir de connaître et de comprendre le monde, connaît en effet depuis plusieurs années un regain d’intérêt auprès du grand public comme dans la recherche scientifique.

2Dès les premières pages, l’auteur se distingue des publications sur le sujet en se positionnant immédiatement dans le champ de l’analyse littéraire. Pas question de science, d’échelle, de mesure ni même de géographie. L’Imaginaire des Cartes est un essai littéraire consacré exclusivement à la part d’imaginaire contenue dans des cartes, et donc aux espaces virtuels de l’imagination. Le projet de Castoldi est d’ailleurs clairement annoncé : il s’agit d’analyser le processus qui conduit une carte à remplacer le texte qu’elle devrait représenter. Toutes les cartes ne se prêtent pas à cette étude : l’auteur sélectionne scrupuleusement des exemples tirés tout aussi bien de la littérature du XIXe et du XXe (Stendhal, Zola, Stevenson, Proust) que de la peinture de la Renaissance (Fra Angelico, Michel-Ange) et de l’art moderne et contemporain (Duchamp, Parmiggianni, Boetti). L’étude entend ainsi « tracer le contour de l’imaginaire qui est à l’origine de ces métamorphoses, à partir de la tradition classique » (Castoldi, 2012, p.1).

3Aussi le titre, « L’imaginaire des Cartes », cache-t-il le véritable sujet de Castoldi, qui est bel et bien les cartes de l’imaginaire, ou la cartographie des espaces de l’imagination. Pour ces raisons, l’auteur préfère penser les cartes comme des textes que comme des images. Ces cartes sont à lire, à décrypter : elles déploient les capacités du lecteur à imaginer, rêver, et aimer. L’ouvrage s’apparente dès lors plus à un cheminement, autant contemplatif qu’analytique, dans le monde littéraire des cartes qu’à un ouvrage érudit sur la nature ou la fonction de ces objets. Concis et très richement illustré, le format même du livre semble proposer une invitation à développer sa propre imagination à partir des images proposées. Dotée d’une structure simple mais efficace, l’analyse est articulée autour de quatre chapitres sans autre partitionnement : l’imaginaire des cartes, les cartes allégoriques, la carte anthropomorphe et les cartes de l’abstrait.

  • 2  Harley, B. (1988). « Maps, knowledge and power » » in Cosgrove, D. et Daniels, S., The Iconography (...)

4La progression de l’argumentaire tient grâce à la relation que l’auteur instaure très tôt dans l’ouvrage entre la carte et le texte. C’est ce lien qui donne toute sa cohérence à L’Imaginaire des Cartes. Cette idée n’est pas nouvelle, puisqu’elle a été développée sous l’influence du poststructuralisme en géographie, et notamment par un Brian Harley à partir des années 19802. Mais ici, l’analyse de la carte et du texte n’est pas destinée à comprendre les formes de pouvoirs et de savoirs qui sous-tendent les règles cartographiques. Lorsqu’elle nouent une relation singulière avec un texte, les cartes transforment, développent ou se substituent aux mots pour représenter l’imaginaire de l’auteur(e) ou de l’artiste.

5Fixant le début de son étude au XVIe siècle, la première séquence sert de préambule historique à ce qui suit. L’auteur s’empare des cartes fondatrices de la pratique cartographique en Occident (la carte d’Anaximandre, la carte de Ptolémée dite en TO, la carte de Mercator) et les soumet au filtre de l’imaginaire. À l’imaginaire du Moyen-Âge, emprunt de religion, de limites physiques et de barrières conceptuelles, Castoldi oppose l’imaginaire de la Renaissance, fait de matières, d’images et d’ouvertures sur l’infini. Les cartes allégoriques, sujet de la deuxième séquence sont des cartes destinées à accompagner le lecteur tout au long de son voyage dans l’imaginaire d’un roman, tandis que les cartes anthropomorphes, titre du troisième chapitre, désignent les métamorphoses du texte en carte. Les cartes abstraites enfin, cœur de la partie finale de l’ouvrage, se distinguent par leur capacité à représenter l’innommable, l’invisible, ou « le fatras mental » (Castoldi, 2012, p.78). La progression de l’argumentaire va donc du plus concret, l’œil-monde surplombant les Grandes Découvertes, au plus abstrait, l’amour pour une femme contenu au creux d’un tissu dans la peinture de John Sargent. Plus subtilement encore, Castoldi fait passer son lecteur de l’universel, avec la connaissance du monde, à l’intime, à travers l’exploration de l’errance psychique et de la folie.

6La nouveauté de l’ouvrage, comme son intérêt, ne réside donc pas tant dans l’analyse historique et le choix des cartes présentées, mais dans la façon bien spécifique à l’auteur de définir ces cartes comme des fenêtres ouvertes sur un imaginaire à parcourir. La caractérisation même de cet imaginaire, et l’étude très méticuleuse du passage entre carte et texte (ou texte et carte) fait toute la finesse de l’ouvrage. Comme dans un tour de tour passe-passe, Castoldi fait de la cartographie un « imaginaire épistémologique » (2012, p.20) et, par l’entremise de la carte du Fool’s Cap World (Le Monde dans une tête de Fou, 1590), avertit son lecteur : toute lecture d’une carte ouvre l'accès à un imaginaire, et la lecture de son livre pourrait bien constituer une entrée dans les yeux du fou.

7L’Imaginaire des Cartes est certes un ouvrage destiné aux littéraires ou aux passionnés de cartes, mais il offre également des réflexions sur le savoir et la connaissance contenues dans les cartes qui éveilleront l’intérêt des géographes. La relecture de la Carte de Tendre par Castoldi offre par exemple une perspective intéressante sur l’espace des émotions, la fonction initiatique de la carte et la femme comme auteure de la géographie.

Haut de page

Notes

1  Grataloup, C. (2009). L’Invention des Continents. Paris: Larousse.

2  Harley, B. (1988). « Maps, knowledge and power » » in Cosgrove, D. et Daniels, S., The Iconography of Landscape : Essays on the symbolic representation, design and use of past environments. New York : Cambridge University Press.

Harley, B. (1992). « Deconstructing the Map » in Barnes, T. et Duncan, J. (ed.), Writing Worlds : Discourse, Text, Metaphor the Representation of Landscape. London & New York : Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dorignon, « Alberto Castoldi, L'imaginaire des cartes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 août 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8953

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page