Navigation – Plan du site

Diego Venturino (dir.), « L'éducation de Louis XV », Histoire de l'éducation, n°132, octobre-décembre 2011

Alain Chiron
L'éducation de Louis XV
Diego Venturino (dir.), « L'éducation de Louis XV », Histoire de l'éducation, n°132/octobre-décécembre 2011, 2012, Lyon, ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-360-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les rois de France de Louis XIII à Louis XV accédèrent au pouvoir après une régence et leurs éducateurs furent préoccupés par la perspective de leur prochaine accession au trône. Il est à noter que parmi eux, seul le dernier eut le malheur d’être également orphelin de mère. Ce numéro de L’Histoire de l’éducation réfléchit aux caractéristiques de l’éducation offerte au futur Louis XV et on s’aperçoit que la conjonction de certaines circonstances joua plus dans la forme fortement accomplie qu’elle prit que la volonté de Louis XIV. La régence cesse à treize ans et on peut penser que si la prise en charge officielle des responsabilités de l’État fut plus tardive, certaines mesures éducatives auraient été prises avec une moindre urgence et d’autres avec une moindre timidité (comment continuer à enseigner à un souverain régnant effectivement ?). Le futur Bien Aimé ne fut pas instruit par des professeurs centrés uniquement sur cette tâche, mais dans une autre urgence par des ministres absorbés par leur charge et au milieu d’une cour animée par les intrigues.

2L’on connaît l’éducation de Louis XIII grâce au journal de son médecin Héroard et Mazarin son gouverneur eut une grande influence sur lui ; pour Louis XV on dispose plutôt de renseignements fragmentaires qu’on tient en particulier de Montesquieu. En 1717 alors qu’il a sept ans, ce dernier quitte sa gouvernante Madame de Ventadour et il est confié à son précepteur Fleury (alors évêque de Fréjus) et à son gouverneur le duc de Villeroy. Ce dernier a été le compagnon de jeu de Louis XIV et désire donner au prince le goût du Roi Soleil pour une étiquette rigoureuse, une conception du pouvoir absolu et une certaine morgue vis-à-vis de ses sujets. Par contre le Régent (Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV et petit-fils de Louis XIII) ainsi que le futur cardinal Fleury ont un regard très critique sur la politique de Louis XIV. En conséquence ils entendent insuffler au futur Louis XV l’idée que la grandeur royale se mesure aux capacités d’amener le bonheur à son peuple, de connaître l’état réel du royaume, de solliciter des avis des ministres, d’être mécène dans les arts voire protecteur d’hommes des sciences et techniques. En matière de réflexion pédagogique, ils bénéficient (comme témoins très proches) de la connaissance des actions de l’équipe éducative autour du duc de Bourgogne pilotée par Fénelon. Toutefois ils visent des objectifs plus pratiques sans avoir l’approche théorique et les mêmes visées morales de Fénelon. Après que Dieguo Venturino dans son introduction ait situé les grands axes de ce que l’on sait de l’éducation de Louis XV et les enjeux politiques de cette éducation, Pascale Mormiche montre quel dispositif éducatif construit le Roi Soleil pour son arrière-petit-fils et comment celui-ci évolue. Un système qui est certes organisé mais qui est aussi le fruit de relations d’influence au sein de la cour. Il est sérieusement retoqué par le Régent avec l’appui du Parlement après l’éviction du duc de Maine (bâtard légitimé de Louis XIV) de l’organigramme. La place au Conseil de guerre faite au sous-gouverneur choisi par Louis XIV après son refus encouragé de son poste aide également au démantèlement de l’ensemble d’origine. Fleury arrive grâce à la protection de Madame de Maintenon, qui fut déjà la cause de la nomination de Fénelon comme précepteur, mais il n’appartient pas une coterie.

3Peter R. Campbell creuse la personnalité du futur cardinal en montrant d’abord comment notable languedocien il arrive à la cour et quels rôles il y joue. Dans un second point il analyse le parcours d’obstacles qui conduit Fleury aux responsabilités qu’il a auprès de l’arrière-petit-fils de Louis XIV et dans un troisième temps comment son statut lui permet de devenir ministre et même l’équivalent de premier ministre. Chantal Grell révèle la découverte récente d’un manuscrit écrit par Fleury, retrouvé aux archives départementales des Yvelines où il est arrivé par des chemins mystérieux. Ce document intitulé L’Abrégé se compose de cinq volumes et chose surprenante compte trois mille pages, il s’agit de l’histoire des dynasties françaises depuis les Mérovingiens jusqu’en 987. L’auteure présente la forme, le contenu et les objectifs pédagogiques de cet ouvrage. Dieguo Venturino s’intéresse au parcours en lien avec la personnalité du cardinal Dubois et à la formation politique qu’il offre à Louis XV juste avant et juste après la fin de la minorité de ce dernier. Pour cette tâche, Dubois fait fabriquer des supports pédagogiques (par des collaborateurs) qui touchent des univers aussi variés que par exemple les finances ou l’armée. Joël Félix aborde justement de très près la formation en matière de finances publiques que reçoit Louis XV, sous l’autorité du Régent. Cette réflexion économique nécessaire (vue l’importance des dettes laissées par Louis XIV) est totalement novatrice dans le curriculum des enseignements destinés aux princes et il faut y voir une des racines de l’économie politique.

4Bernard Hours met en exergue les rôles de Jacob-Nicolas Moreau et l’abbé Proyart dans la pédagogie de la chose politique dans la seconde moitié du règne de Louis XV. La réflexion du premier se fit au profit du fils de Louis XV (qui ne régna pas) et du duc de Berry (futur Louis XVI). Ses idées consistent à vouloir défendre les prérogatives d’une monarchie en s’appuyant sur la religion pour maintenir l’idée qu’elle est de droit divin, l’argumentation est puisée dans une enquête historique en quête d’exhaustivité. L’objectif de Proyart est de proposer d’édifier Louis XVI afin qu’il devienne un roi très chrétien (dans un esprit dévot) qui soit un modèle pour ses sujets. Tous les deux ne limitent pas leur rôle à instruire un dauphin, mais saut qualitatif significatif cherchent à donner à comprendre le rôle d’un roi à certains de ses sujets. Il est vrai qu’ils écrivent à un moment où Louis XV bute sur une opposition venant des parlements et que ces derniers développent habillement maints arguments pour faire preuve de leurs droits de remontrance alors que la conjonction de certains évènements on fait passer aux yeux du peuple Louis XV de Bien Aimé à mal aimé, voire un nouvel Hérode.

5Dans le devenu classique Louis XV de Michel Antoine, le deuxième chapitre présente rapidement tous ceux qui ont initié le futur roi à une discipline précise et parle du futur monarque comme d’un élève studieux bénéficiant de leçons pratiques et d’une éducation chrétienne. Ce numéro de L’Histoire de l’éducation permet de bien connaître les personnages clés de la première partie du règne de Louis XV et d’approcher les jeux de cour pour une période précise. Toutefois le mérite essentiel de cette production est de révéler les enjeux et les ressorts d’une éducation d’un futur roi qui amènent le lecteur à saisir qu’avec le futur Louis XV progressivement l’instruction d’un prince d’affaire uniquement privée dans l’intérêt d’une dynastie passe au stade de préoccupation publique pour la prospérité d’un peuple sur le point de devenir une nation. On peut se demander par ailleurs si n’a bénéficié qu’au seul futur Louis XV l’effort de réflexion, sur les contenus et les méthodes d’enseignement à offrir, amorcé par l’archevêque de Cambrai (précepteur du duc de Bourgogne) qui dans L’Éducation des filles écrivait (à la page 61 de l’édition de 1687)  « J’ai vu divers enfants qui ont appris à lire en se jouant ; on n’a qu’à leur raconter des choses divertissantes, qu’on tire d’un livre en leur présence ». Ce mouvement n’accompagne-t-il pas une vision progressivement renouvelée de l’enfance en ce siècle des Lumières à l’échelle de l’ensemble de l’Europe occidentale ? À la diversité des formations qui est offerte au prince répond d’ailleurs la  variété des disciplines que recommande d’enseigner aux enfants du peuple, dans un esprit nouveau fondé sur l’idée de découverte et de jeu, le pédagogue allemand Basedow dans son Manuel élémentaire d’éducation publié l’année de la mort de Louis XV. Deux ans plus tard en 1776 s’ouvrent en France des écoles militaires avec des programmes très différents de celui des collèges ; ceci alors que des pensions spécialisées pour des fils de la bourgeoisie commerçante ont déjà abandonné l’étude du latin au profit de leçons de comptabilité. Incontestablement l’effort de réflexion pédagogique menée au XVIIIe siècle en direction de différents publics allait aider en Europe occidentale à fonder les socles d’une instruction généralisée à l’ensemble de la Nation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Diego Venturino (dir.), « L'éducation de Louis XV », Histoire de l'éducation, n°132, octobre-décembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 août 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8956

Haut de page

Rédacteur

Alain Chiron

Titulaire d'un DEA de muséologie, membre de l'AFRELOCE (l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page