Navigation – Plan du site

Adrian Maben, Rémi Lainé, Jean Reynaud, Cambodge. La dictature des Khmers rouges. 1975-1979

Sophie Louey
Cambodge. La dictature des Khmers rouges
Adrian Maben, Rémi Lainé, Jean Reynaud, Cambodge. La dictature des Khmers rouges. 1975-1979, Arte éditions, coll. « Histoires », 2012.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme « khmers rouges » a d’abord été utilisé par Norodom Sihanouk pour désigner les communistes (...)
  • 2 L'expression est utilisée par le cinéaste Rithy Panh, voir Bataille Christophe et Panh Rithy, L'éli (...)

1De 1975 à 1979, les khmers rouges1 mènent une politique dictatoriale au Cambodge. Plus d'un quart de la population du pays est alors éliminé2. En 1979 la libération du Cambodge par les vietnamiens marque le début d'une guerre civile qui prendra fin en 1998. En 1997, les autorités cambodgiennes entament des négociations avec l'ONU afin d’organiser un procès à l’encontre des anciens cadres décisionnaires khmers rouges toujours en vie. En 2001, l'Assemblée nationale cambodgienne vote une loi créant un tribunal spécial. Le procès est co-organisé par l'ONU et les tribunaux cambodgiens grâce à un accord conclu en 2003. En 2006, le procès s’ouvre. Pour la première fois dans la justice internationale, les individus ont la possibilité de se porter partie civile.

2Le coffret ici présenté Cambodge: La dictature des khmers rouges 1975-1979 comprend cinq documentaires répartis sur 3 dvd. Les quatre premiers films sont réalisés par Adrian Maben et le dernier par Rémi Lainé et Jean Reynaud. En tout, environ six heures d'images tentant de retracer origines, politiques, chute et procès du « régime ».

  • 3 Le documentaire tait de nombreux événements des années 1950 et 1960.

3Le premier dvd « Pol Pot et les khmers rouges» comprend trois parties. La première, « Khmers rouges : pouvoir et terreur» expose le caractère politique complexe d'émergence du régime. Adrian Maben commence par les débuts des khmers rouges qu’il date aux années 1950-1960 et il s'arrête à l'effondrement du régime en janvier 1979. Le début du mouvement est présenté comme reposant sur une forte influence de l'idéologie communiste déferlant alors dans les pays occidentaux. En effet de nombreux futurs cadres du régime (c’est par exemple le cas de Pol Pot et Duch) ont effectué leurs études supérieures en France et c'est depuis ce pays qu'ils ont commencé à construire leur organisation. À leur retour au Cambodge et malgré l'indépendance du pays obtenue en 1953, la construction s'accélère du côté des futurs khmers rouges mais d'autres voies de révoltes se font aussi entendre du côté du corps militaire. En 19703 le système conservateur de gouvernance royal est renversé par le général Lon Nol. Avec la destitution du roi Sihanouk, une guerre civile débute. Les khmers rouges bénéficient alors des soutiens de la Chine et des vietnamiens communistes tandis que Lon Nol a l’appui des Etats-Unis. Tout au long de cette période, Sihanouk opte pour un comportement politique « opportuniste ». Les Khmers rouges s’imposent face aux hommes de Lon Nol. Le commentaire du documentaire est assez éloquent sur ce point « les khmers rouges n’ont jamais été de bons combattants mais ils ont trouvé plus mauvais : l’armée de Lon Nol ».

4Le 17 avril 1975, les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh. Progressivement, les révolutionnaires ferment les frontières du pays et la traque des ennemis et traîtres du peuple débute. Simultanément des déplacements de population sont orchestrés et une politique de prolétarisation est mise en œuvre.

5La seconde partie du dvd « Le mystère Pol Pot» repose en grande partie sur un entretien de Pol Pot réalisé en 1997 par Nate Thayer. Cet entretien est « unique » : Pol Pot a toujours refusé de répondre à ce type d’échange. Une seule interview avait été accordée à la télévision yougoslave en 1978. Pol Pot est présenté comme un homme « médiocre ». Né en 1925 au sein d’un milieu rural d’un père paysan prospère et d’une mère dite pieuse, son frère le présente comme un être doux. Après son séjour en France, il développe une forte admiration envers le monde prolétarien qui se renforce à son retour et il va jusqu'à aller vivre dans une ethnie. À travers le parcours « d'un homme » c'est toute l'histoire des Khmers rouges qui se dessine. Les trajectoires individuelles montrent que les révolutionnaires khmers étaient pour la plupart des idéalistes, aveuglés par leur idéologie. Les révolutionnaires se réfugiaient dans un ultra-nationalisme visant à évincer et éliminer les « ennemis » avec acharnement et paranoïa.

6La troisième partie « Crime sans châtiment» a été réalisée à la fin des années 1990 autrement dit avant l’ouverture du procès. Le film suit le travail de chercheurs du Centre de Documentation de Phnom Penh chargés de récolter des données sur ce pan historique. Ces individus tentent notamment de constituer une carte des charniers présents au Cambodge. Le documentaire décrit un pays politiquement et institutionnellement instable en insistant sur la nécessité d’opérer un travail de mémoire présenté comme indissociable d’une démarche de poursuites judiciaires.

  • 4 Ce titre rappelle un autre documentaire tourné à la même époque : Panh Rithy, Duch le maître des fo (...)
  • 5 Il s’agit de l’ancien lycée français de Phnom Penh devenu la plus grande prison sous le régime des (...)

7Dans la continuité du documentaire « Le Mystère de Pol Pot », « Camarade Duch, Bienvenue en enfer »4, dresse le parcours de l'ancien directeur de la prison S215. Le film expose, de façon ponctuée par des témoignages de survivants ou des descriptions de tortures infligées par les Khmers rouges, le parcours d’un homme qui a l'image de Pol Pot est dit « ordinaire » : professeur de mathématiques apprécié, il est discret, discipliné, obéissant et travailleur. Lorsque le régime tombe, Duch rejoint un camp de réfugiés. Il cache son identité. L'homme travaille pour une ONG et il rencontre un pasteur auprès duquel il se confesse. Un interrogé évoque que cette conversion serait un moyen pour Duch d'échapper aux lois du karma bouddhiste (réincarnations). Duch raconte sans omettre de détails, reconnaît les faits et s'excuse. Les scènes des reconstitutions filmées à S21 et Choeung Ek, principaux lieux d’exécution et charnier de prisonniers, attirent l'attention. Lors de l'une d'elle Duch pleure. Dénuée de voix off, la mise en perspectives de plusieurs témoignages que ce soit ceux de victimes, de juristes ou d’experts permet de révéler toute la complexité du « personnage ».

  • 6 Duch est alors condamné pour crimes contre l'humanité et graves violations des Conventions de Genèv (...)

8Les témoignages des victimes rappellent combien ces faits a priori passés font figure d’enjeux (psychologiques, politiques, historiques et sociaux) permanents. Sok My une femme ayant été prisonnière résume le rapport à la mémoire de cette période historique en une phrase « On porte un lourd fardeau mais on ne veut pas communiquer cette souffrance ». Le film se conclut par plusieurs extraits du procès de Duch et surtout des témoignages de victimes. Le 26 juillet 2010 Duch est condamné à 35 ans de prison suscitant la déception des cambodgiens6. En février 2012, après avoir fait appel, Duch est condamné à la perpétuité.

9Le dernier film du coffret « Khmers rouges, une simple question de justice »retrace la mise en place du procès des Khmers rouges. La caméra suit le juge d’instruction Marcel Lemonde7 nommé en 2006 par l’ONU. Le procès ayant débuté en 2009 devait durer trois ans. Ce dernier a pour l’heure été scindé en deux dossiers et le deuxième a du être subdivisé.

10Le premier dossier clôturé en 2012 concernait Duch. Le second dossier ayant débuté en 2012 met en examen quatre individus : Nuon Chea, ancien Président de l’Assemblée nationale du Kampuchéa démocratique et Secrétaire adjoint du Parti communiste du Kampuchea, Ieng Thirith, ancienne ministre des affaires sociales et Khieu Samphan, ancien chef d’Etat du Kampuchéa.

  • 8 Pour en citer quelques uns : Bizot François, Le Portail, La Table ronde, 2000 ; UNG Loung, D'abord (...)
  • 9 Voir : Deron Francis, Le procès des khmers rouges, Gallimard, 2009 ; Kiernan Ben, How Pol Pot came (...)

11Si Marcel Lemonde reconnaît qu'il existe aujourd'hui de nombreux témoignages8 et écrits sur cette période historique9, il n'en demeure pas moins qu'ils ne peuvent pas directement être utilisés dans le cadre de cette instruction. Il s'agit alors de mener un travail de terrain en recueillant des paroles de victimes mais aussi d'acteurs du régime afin de restituer les faits. Le film montre également à travers quelques expositions d'archives combien les khmers rouges apparaissaient comme de véritables graphomanes. Leur chute, relativement soudaine, les a empêché de détruire leurs documents (confessions, biographies, etc.) aujourd'hui largement sollicités dans le cadre de la procédure.

12Le film montre un pan « spectaculaire » d'une justice extrêmement médiatisée. Une scène est éloquente de cela : Jacques Vergés, avocat du côté des accusés, dénonce une attitude d'obstruction concernant des documents de preuves non traduits en français. Mis en garde, Vergés se lance dans un laïus. Une femme du « public » prend la parole « Toute ma famille est morte ! » l'homologue cambodgien de Vergés y répond : « la mienne aussi ! ». Cette scène a priori anecdotique est le symbole de tensions omniprésentes impliquant une multitude d'acteurs.

  • 10 Voir Cruvellier Thierry, Le maître des aveux, Gallimard, 2011 : l'homme a suivi le procès jour aprè (...)

13Le documentaire expose ainsi cette justice dans sa construction et son déroulement10. Douze enquêteurs sont chargés de recueillir de nouveaux témoignages pour alimenter la « base de preuves ». La difficulté majeure est soulevée par l'un de ces enquêteurs « toute personne de plus de 50 ans est un témoin potentiel ».

14Dans la dernière partie du film des archives de notes du ministère des affaires étrangères français montrent que le gouvernement français « savait » ce qui se déroulait. Une note évoque qu'une « épuration » était réalisée par les autorités cambodgiennes ou encore qu'il y avait déjà 600.000 à 1.000.000 morts au milieu de la période. Enfin les réalisateurs dénoncent le poids de l'actuel gouvernement cambodgien sur la tenue du procès. Le premier ministre Hun Sen a plusieurs fois fait peser d'importantes pressions sur les acteurs de cette justice révélant le poids de la sphère politique sur la sphère judiciaire. L'instruction de ce procès est montrée comme un long cheminement, complexe et soumis à des « pressions ».

15Ce coffret de cinq documentaires s'attache à aborder de nombreux aspects de cette période historique dont les enjeux de mémoire semblent plus que jamais d'actualité. Sur le fond, peu d'informations sont données sur « l'avant khmer rouge » nuisant ainsi à une compréhension « complète » de l'émergence du régime. En effet, les Khmers rouges tirent leurs « racines » des groupes nationalistes apparus dans les années 1930. À cette époque la monarchie était déjà vivement critiquée et accusée de corruption. Les réalisateurs abordent peu l'ultra-nationalisme des Khmers rouges et ils négligent clairement la part influente de l'anticolonialisme et l'antimonarchisme. Les revirements politiques de Sihanouk sont peu abordés ainsi que le poids des relations et influences des multiples acteurs en proie à des questions complexes de géopolitiques mais aussi à des affrontements d'égos politiques.

  • 11 Pour comparaison voir : Panh Rithy, Le cinéma de Rithy Panh, Editions Montparnasse, 2008.

16Sur la forme, les documentaires comportent plusieurs doublons de scènes (des extraits d'interviews ou des plans). La force de ces réalisateurs est d'utiliser de multiples données émanant aussi bien de sources « officielles » qu'« officieuses »11 témoignant d'une sérieuse investigation. Nous ne pouvons que gager que ces nombreuses images revêtent un caractère « inédit » et « historique ». En somme il s'agit d'un coffret de grande qualité n'apportant cependant qu'une compréhension partielle du sujet dans la mesure où il fait l'impasse sur de nombreux événements de cette époque.

Haut de page

Notes

1 Le terme « khmers rouges » a d’abord été utilisé par Norodom Sihanouk pour désigner les communistes cambodgiens.

2 L'expression est utilisée par le cinéaste Rithy Panh, voir Bataille Christophe et Panh Rithy, L'élimination, Grasset, 2012. Ces morts ont majoritairement été entraînées par épuisement et/ou malnutrition et/ou tortures.

3 Le documentaire tait de nombreux événements des années 1950 et 1960.

4 Ce titre rappelle un autre documentaire tourné à la même époque : Panh Rithy, Duch le maître des forges de l'enfer, 2011, 1h43.

5 Il s’agit de l’ancien lycée français de Phnom Penh devenu la plus grande prison sous le régime des khmers rouges. Cette dernière a été un centre de tortures se visitant aujourd'hui comme un musée et un lieu de mémoire.

6 Duch est alors condamné pour crimes contre l'humanité et graves violations des Conventions de Genève de 1949. La peine a été réduite à 30 ans en raison d'une détention illégale par le Tribunal militaire cambodgien. De plus, le condamné avait été emprisonné durant dix ans avant la tenue du procès si bien que par ce verdict il lui restait 20 ans à purger.

7 Voir son portrait paru dans Libération : http://www.liberation.fr/jour/010178664-marcel-lemonde-juge-de-la-terreur-khmere-rouge.

8 Pour en citer quelques uns : Bizot François, Le Portail, La Table ronde, 2000 ; UNG Loung, D'abord ils ont tué mon père, Plon, 2000 ; Phcar Malay, Une enfance en enfer, Robert Laffont, 2005 ; Yathay Pin, Tu vivras mon fils, L'Archipel, 1987.

9 Voir : Deron Francis, Le procès des khmers rouges, Gallimard, 2009 ; Kiernan Ben, How Pol Pot came to power, Yale University, 2ème édition, 2004 ; LOCARD Henri, Pol Pot’s little Red Book The sayings of Angkar, Silkworm Books, 2004; Voir également les approches de la bande dessinée : Fukay Akira, Enfant soldatn Delcourt, 2009 ; SEPA, Impasse et rouge, Rackham, 1995 ; SEPA, L'eau et la terre, Delcourt, 2005 ; SEPA, Lendemain de cendres, Delcourt, 2007 ; TIAN, L'année du lièvre, Gallimard 2011.

10 Voir Cruvellier Thierry, Le maître des aveux, Gallimard, 2011 : l'homme a suivi le procès jour après jour durant six mois : voir également le site de la journaliste Anne Laure Porée suivant le procès depuis quatre ans: http://proceskhmersrouges.net/ et le blog de deux autres journalistes: Arnaud Dubus et Arnaud Vaulerin : http://cambodge.blogs.liberation.fr/

11 Pour comparaison voir : Panh Rithy, Le cinéma de Rithy Panh, Editions Montparnasse, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louey, « Adrian Maben, Rémi Lainé, Jean Reynaud, Cambodge. La dictature des Khmers rouges. 1975-1979 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 août 2012, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8962

Haut de page

Rédacteur

Sophie Louey

Doctorante en sociologie (allocataire de recherche) à l'Université Picardie Jules Verne (membre du CURAPP UMR 7319 et du GRIP)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page