Navigation – Plan du site

David Gerber, Juliet J. Fall, Annik Dubied, Aux frontières de l'animal. Mises en scène et réflexivité

Bastien Picard
Aux frontières de l'animal
David Gerber, Juliet J. Fall, Annik Dubied (dir.), Aux frontières de l'animal. Mises en scène et réflexivité, Droz, coll. « Travaux de Sciences Sociales », 2012, 272 p., ISBN : 978-2-600-01527-1.
Haut de page

Texte intégral

1Comment se font et se défont les frontières entre humains et animaux ? En abordant ce problème dans toute sa complexité, cet ouvrage constitue une riche contribution à la réflexion sur les rapports entre humains et animaux, un thème en plein essor dans le domaine des sciences sociales et humaines. Coédité par Annick Dubied, David Gerber et Juliet J. Fall (Université de Genève), il contient une introduction, douze contributions, et trois courtes mises au point sur des aspects institutionnels de nos rapports aux animaux. On y trouve aussi un index des noms propres et des noms d'animaux.

2L'ouvrage s'interroge donc sur les frontières, au pluriel, entre humains et animaux, en insistant sur le fait que ces frontières sont non seulement spatiales, mais aussi biologiques et culturelles. L'introduction d’Annick Dubied, David Gerber et Juliet J. Fall souligne que l'impulsion qui est à l'origine de cet ouvrage est le constat d'une ambiguïté dans les rapports entre hommes et animaux. Alors que certains animaux sont toujours plus incorporés dans les sociétés humaines (animaux personnifiés), d'autres font l'objet d'une mise à distance (animaux indésirables). On assiste donc, selon les auteurs, à la coexistence de deux tendances contraires, l'une marquant, l'autre effaçant, les frontières entre humains et animaux. Cette ambivalence est détaillée dans la contribution d’Annik Dubied et Claudine Burton-Jeangros, qui distinguent cinq figures médiatiques principales de l'animal, celles-ci évoluant entre deux pôles : la « brave bête » et l'« altérité menaçante » (p. 227).

3Pour les coauteurs, cette ambivalence engendre une incertitude quant à la « "bonne" place des animaux » (p. 10). D'où la nécessité d'analyser ces « jeux sur les frontières » (ibid.) et d'examiner la manière dont ces dernières se font, se défont, se refont, ou se refondent. Et c'est là l'un des aspects les plus intéressants de l'ouvrage : l'approche en termes de dynamiques et de processus. En effet, l'ensemble des contributions insistent sur le fait que ces frontières entre humains et animaux sont multiples, fluctuantes, et qu'elles sont le résultat d'actions, aspects que l'on retrouve dans l'usage répété du terme de négociation. C'est que pour les coéditeurs « la définition de la frontière entre l'humain et l'animal est essentiellement culturelle » (ibid.). Bref, l'idée générale de l'ouvrage est que cette frontière est indissociable des rapports entre humains et animaux qu'elle exprime, d'où la nécessité d'examiner la diversité des processus qui la marquent, l'effacent et la déplacent.

4Ce qui nous conduit au second point fort de l'ouvrage : l'interdisciplinarité. En effet, la diversité de l'objet étudié a rendu nécessaire aux yeux des coéditeurs la multiplication des perspectives. L'ouvrage réunit donc des contributions en provenance de plusieurs sciences humaines et sociales : philosophie, histoire, ethnologie, analyse de la littérature, sociologie, et géographie. À cela s'ajoutent les trois courtes interventions rédigées par le médecin vétérinaire Andreas Steiger.

5La contribution de la philosophe Vinciane Despret constitue la deuxième section de cette partie introductive, ce qui est justifié par le fait qu'elle constitue « un regard critique des chercheurs sur eux-mêmes. » (p. 13). Adoptant une approche pragmatique, l'auteur analyse la problématique des frontières entre humains et animaux dans le domaine des sciences sociales et de l'éthologie. Il montre que les mouvements de ces frontières sont étroitement liés à des enjeux pratiques : la définition des sciences. La négociation des frontières entre humains et animaux correspond à une négociation de frontières entre disciplines ou entre science et amateurisme.

6Comme l'indique son sous-titre, l'ouvrage est subdivisé en deux parties. La première est consacrée aux « mises en scène » de la frontière homme/animal et à ses négociations. L'historien Éric Baratay montre ainsi comment les savants, du XVIIè siècle au XXè siècle, ont ébranlé la frontière hommes/animaux sans la supprimer, déplaçant la problématique afin de sauvegarder la spécificité humaine. Il décrit ensuite comment cette évolution se manifeste dans les zoos et les planches d'histoire naturelle.

7Interrogeant les cadres méthodologiques de sa discipline, l'ethnologue Sergio Dalla Bernardina montre, lui, que le fait de « classer, reclasser, déclasser » (p. 67) les êtres et les choses doit être étudié en relation avec les actions et les émotions qui l'accompagnent. En examinant récits de chasse, militantisme antispéciste, et Tamagotchi, il invite à dépasser le simple recensement de classifications basé sur les vécus « indigènes » pour saisir « les fonctions immatérielles, psychologiques et symboliques, remplies par les animaux au sein de notre société » (p. 80), et ce en faisant appel à l'observation participante et à l'éthologie humaine.

8Le sociologue André Micoud explore quant à lui le concept de chair dans l'ordre symbolique chrétien. Il montre l'utilité des couples corps/âme et chair/parole pour penser la frontière entre homme et animal en Occident.

9Suivent deux contributions de la part d'analystes de la littérature. Dans la première, Anne Simon analyse les procédés narratifs et stylistiques utilisés par la littérature française contemporaine pour représenter la vie animale. Elle commence par montrer comment le thème de la métamorphose a été renouvelé pour évoquer une proximité entre hommes et bêtes, puis décrit les différents moyens mobilisés afin d'exprimer une véritable altérité des animaux, c'est-à-dire une différence qui aille de pair avec une certaine communauté. Jennifer McDonell étudie pour sa part les relations entre les humains et les chiens à partir des écrits épistolaires de deux femmes de l'époque victorienne. Elle montre comment le rôle subversif de l'affectivité fait vaciller les frontières interespèces et les normes patriarcales.

10Cette première partie s'achève avec la contribution des géographes Jean Estebanez et Jean-François Staszack, qui montrent que les « jeux sur les frontières » évoqués en introduction sont l'objet même des zoos. Dans ces derniers, des barrières matérielles et symboliques sont sans cesse dressées et franchies, l'important étant de faire l'expérience d'une véritable altérité animale tout en ayant l'assurance de ne pas perdre son identité humaine. En jouant avec les frontières, le zoo est un lieu éminemment paradoxal qui manifeste ainsi toutes les ambiguïtés de la frontière homme/animal.

  • 1  Manceron V. et Roué M. 2009. Les animaux de la discorde, Ethnologie française, vol. 39, n° 1, p. 5 (...)

11La seconde partie de l'ouvrage traite de la « réflexivité » engendrée par les remises en cause de cette frontière entre humains et animaux. Ainsi la géographe Juliet Fall montre comment les animaux envahissants, en transgressant les frontières matérielles et symboliques nature/culture et sauvage/domestique, deviennent des « animaux-problèmes » (p. 179). Elle décrit alors la manière dont ces « animaux de la discorde »1 mobilisent les hommes et les obligent à redéfinir leurs catégories. Les sociologues Isabelle Mauz et Céline Granjou notent que le rejet de ces espèces invasives marque « l'élévation d'une nouvelle frontière » (p. 190) qui a pour origine l'apparition d'un objet inédit : la biodiversité. Les auteurs examinent comment cette dernière amène à contester, conserver ou renforcer les différentes frontières, avec d'importantes conséquences sur la circulation des animaux.

12Le géographe Phil Macnaghten enquête sur les représentations du « public profane » (p. 203) liées aux bouleversements technologiques et à la constitution d'hybrides hommes/animaux. Il montre que, en dépit de quelques différences, l'ensemble des groupes sociaux est pris entre deux perspectives face au traitement des animaux : l'une morale, l'autre instrumentale.

  • 2  Keck, F. 2010. Les maladies animales révèlent une solidarité vitale, in J. Birnbaum (dir.), Qui so (...)

13À partir d'une analyse des médias d'information suisses de ces trente dernières années, les sociologues Annik Dubied et Claudine Burton-Jeangros montrent l'ambivalence de nos rapports aux animaux. Alors que l'animal personnifié acquiert des propriétés humaines sans remettre en cause l'asymétrie constitutive de l'attitude anthropocentrique, l'animal indésirable est quant à lui mis à distance car il manifeste une continuité menaçant la sécurité des hommes. C'est le cas des animaux malades qui, dans le cas des zoonoses, révèlent une « solidarité vitale »2 entre humains et animaux.

14Dans la dernière contribution de cet ouvrage, le géographe Steve Hinchliffe aborde l'évolution des pratiques de protection et de conservation d'espèces en milieu urbain. Il entame alors une réflexion sur les outils conceptuels permettant de penser les « limites dynamiques entre humains et animaux » (p. 247). Il s'agit de s'éloigner du face à face de la confrontation et de la rencontre pour faire émerger un « être avec » (p. 254) composé d'interactions affectives.

15Enfin, mentionnons les trois interventions du vétérinaire Andreas Steiger, qui décrit l'évolution des institutions et des législations par rapport aux animaux « en Suisse et au-delà » (p. 143). Trois points sont abordés : la protection, les animaux de compagnie et l'expérimentation.

  • 3  Descola, P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.
  • 4  Camos, V., Cézilly F., Guenancia P. et Sylvestre J.-P. (dir.) 2009. Homme et animal, la question d (...)

16Les réserves que suscite la lecture de cet ouvrage tiennent à trois limitations. En effet, le titre de ce recueil aurait pu laisser présager l'examen d'autres frontières animales que la frontière homme/animal. Ainsi les frontières animal/végétal et animal/machine (pensons aux robots) ne sont pas abordées. De même, la frontière homme/animal est essentiellement traitée au sein du monde occidental. Or, d'autres manières d'articuler des différences entre hommes et animaux existent3. Enfin, troisième limitation, on aurait pu souhaiter une plus grande interdisciplinarité en faisant appel aux sciences dites « de la nature ». En effet, que ce soit par la taille ou par l'objectif affiché, les sections rédigées par le vétérinaire Andreas Steiger ne sont pas des contributions à part entière, mais des mises au point qui portent sur des aspects institutionnels de nos relations aux animaux. Quant à l'éthologie, si elle est abordée de manière très stimulante dans la contribution de la philosophe Vinciane Despret, il aurait été intéressant d'entendre le point de vue de divers éthologues, écologues et autres biologistes, a fortiori si la frontière entre humains et animaux est « biologique, spatiale, culturelle » (p. 10). On ne peut éviter la comparaison avec l'ouvrage intitulé Homme et animal, la question des frontières4, qui fait appel à des contributions en provenance des sciences « de la nature » et des sciences « de la culture ». Cette absence est peut-être liée à l'idée, partagée par « la plupart des auteurs » (p. 15), que « la définition de la frontière entre l'humain et l'animal est essentiellement culturelle » (p. 10). Dès lors, les sciences humaines suffisent à rendre compte de ce qu'il y a de plus fondamental dans cette définition. Tout ceci ne doit pas occulter la grande fécondité du dialogue interne aux sciences humaines et sociales, dialogue que cet ouvrage contribue à enrichir. Cette limitation a en outre un avantage : celui de permettre la mobilisation de disciplines qui sont souvent négligées dans les ouvrages collectifs sur les rapports entre hommes et animaux : l'analyse de la littérature et la géographie.

17Au final, cet ouvrage reste une contribution originale à la question de la frontière homme-animal pour au moins deux raisons. D'abord parce qu'il montre que cette question est indissociable de celle des rapports entre humains et animaux. Ensuite parce qu'il met l'accent sur le faire, ces rapports étant toujours négociés. Il reste ainsi attentif à la diversité mouvante des processus de définition des frontières. En résulte un ouvrage d'une grande richesse pour qui cherche à approfondir sa réflexion sur un problème trop souvent simplifié.

Haut de page

Notes

1  Manceron V. et Roué M. 2009. Les animaux de la discorde, Ethnologie française, vol. 39, n° 1, p. 5-10. Voir aussi Roué M. 2009. Une oie qui traverse les frontières. La bernache du Canada, Ethnologie française, vol. 39, n° 1, p. 23-34.

2  Keck, F. 2010. Les maladies animales révèlent une solidarité vitale, in J. Birnbaum (dir.), Qui sont les animaux ?, Paris, Gallimard, p. 127-137.

3  Descola, P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.

4  Camos, V., Cézilly F., Guenancia P. et Sylvestre J.-P. (dir.) 2009. Homme et animal, la question des frontières. Versailles : Quae.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Picard, « David Gerber, Juliet J. Fall, Annik Dubied, Aux frontières de l'animal. Mises en scène et réflexivité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 août 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8969

Haut de page

Rédacteur

Bastien Picard

Doctorant en anthropologie sociale au LAS (EHESS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page