Skip to navigation – Site map

Stéphane Olivesi, L’expérience esthétique. Une archéologie des arts de la communication

Audrey Millet
L'expérience esthétique
Stéphane Olivesi, L'expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication, Paris, Honoré Champion, 2012, 456 p., ISBN : 9782745323118.
Top of page

Full text

  • 1  Voir à ce sujet le compte rendu de Stéphane Olivesi, La Communication au travail. Une critique des (...)

1Dans son dernier ouvrage, Stéphane Olivesi nous amène utilement à reconsidérer notre rapport à l’expérience esthétique. En six chapitres, l’auteur interroge l’historicité des œuvres, déconstruit les catégories, explore les multiples facettes de l’expérience et tente d’expliciter ce qui rend possible une telle communication. Professeur à l’Université de Lyon 2, spécialiste de la communication1, Stéphane Olivesi s’interroge en introduction : comment traiter de l’expérience esthétique dans ses multiples et diverses déclinaisons en s’émancipant du passage par le « terrain » ? Peut-on envisager venir à bout de cette structure d’expérience en recourant aux techniques d’investigation usuelles ?

2Dans un premier chapitre, l’auteur propose d’élargir notre réflexion sur les déterminations historiques des œuvres d’art et sur l’historicité de notre rapport à celles-ci. Les schémas positivistes intégrant insuffisamment la dimension imaginaire et l’inconscient anthropologique qui le sous-tendent, omettent que l’homme-producteur d’histoire précède l’objet. Il s’agit là d’une lutte incessante contre cet impossible représentation de ce qu’est le réel. Il nous faut donc saisir le rapport entre ce qui a été représenté et ce qui ne l’a pas été. C’est en expliquant l’œuvre et l’expérience, dont elle fait l’objet comme lieu de rencontre de deux historicités structurées et structurantes, que l’historien (et le sociologue) peut traiter son objet.

3Stéphane Olivesi soulève dans le chapitre 2 (« Juger et classer ») les problèmes que posent les catégories de classement variables selon leurs usages et leur degré de généralité. Les critères autour desquels elles s’articulent témoignent de la difficulté à les expliciter, mais aussi des jeux, des calculs et des luttes qui les sous-tendent. Le travail de fabrique de valeur résulte à la fois des jeux de lobbyings directs ou d’investissements capitalistiques, mais aussi de mécanismes routiniers de fixation de prix effaçant dans une certaine mesure toute appréciation esthétique sur la singularité d’une œuvre. Le rapport entre gains et reconnaissance de la valeur esthétique s’ordonne selon les logiques des mondes de l’art, notamment celles des acteurs occupant des positions dominantes (socialement, économiquement, symboliquement). La polarisation des espaces sociaux rend le goût hétérogène mais les mécanismes de construction de la valeur sont, à un pole comme à l’autre, relativement similaires.

  • 2  M. Ivens, Le peuple-artiste, cet être monstrueux. La communauté des pairs face à la communauté des(...)

4Dans le chapitre 3 intitulé « Du sujet en art », l’auteur part d’une réflexion sur la longue institutionnalisation de l’artiste-peintre pour expliquer que l’attention portée à des figures exceptionnelles, « obscurs desseins personnels » (p. 134) ne rend en aucun cas compte de la diversité des situations. On note des passages très stimulants reprenant les travaux de Nikolaus Pevsner et d’Antoine Schnapper. Le « peuple-artiste » devrait apparaître en négatif tel qu’il est analysé par M. Ivens2. Il s’agit d’analyser les différents espaces sociaux et les rapports entre les catégories d’agents afin de saisir les ressorts de la communication autour des rapports à la peinture ou à l’écriture sans réduire leur diversité et leurs variations. Les rapports entre les producteurs d’art et les publics autour des œuvres ont évolué dans le sens d’une plus grande affirmation du rôle de l’artiste-sujet. L’auteur explique ensuite que le lien entre pratique et artiste est conditionné par l’état du champ, par ses déterminations internes ou externes. Après s’être interrogé sur la catégorie « auteur », Olivesi conclut de la nécessité d’une histoire contextuelle qui donne relief et complexité à l’objet sans recourir aux catégories artificielles qui conditionnent la production. L’identité de l’artiste est une succession de masques.

5Le chapitre 4, intitulé « L’expérience esthétique du sens au sens de l’expérience esthétique », permet à l’auteur, par le renversement de la problématique, de démontrer que l’art est prétexte de socialisation, et de s’interroger sur le mode de socialisation constitutif d’un univers de production-réception artistique. Le rapport à l’art est « intrinsèquement intime et entièrement social », et éclaire, dans le même temps, « la manière dont l’individu se vit comme sujet au travers de ses pratiques, de ses représentations du monde et de lui-même » (p. 242).

6Stéphane Olivesi choisit dans son chapitre 5 de prendre en compte un angle d’analyse trop souvent écarté: les pratiques esthétiques en elles-mêmes et les discours qui les accompagnent. Représentation, narration et expression sont des moyens de communication, sortes « d’opérations de montage à la fois pratiques et symboliques visant à montrer, à raconter, à transmettre […] » (p. 243). La manière de faire récit est indissociable des logiques de communication qui prédéterminent les choix narratifs et en modèlent la production (p. 289). L’évocation de paysages, de lieux, de moments est, en fait, le rapport, la tension qui associe le regard et les choses regardées dans le temps et l’espace. Les moyens de communications se trouvent réinventés, dénaturés pour toujours mieux restituer sa force d’inattendu et sa capacité à saisir la chair du monde.

7L’objet « expérience esthétique » nous offre de multiples facettes et chaque nouvelle déclinaison empirique réactive une structure d’expérience. Ce dernier chapitre analyse les dynamiques qui permettent de reconduire l’expérience sans qu’elle perde son attrait et qui semblent essentielles pour la vie de l’art (nécessité d’innover, de se renouveler…). Elles participent à la promotion de l’image de l’art et sont érigées en « valeur suprême » (p. 342). Ces jeux perpétuent une sacralisation de l’artiste qui, par l’action et non pas par la réalisation, fait l’événement, c’est-à-dire l’art. La sacralisation est rejouée dans un contexte profane. L’événement devenant ainsi un moyen de communication.

8Stéphane Olivesi le sait, l’objet « expérience esthétique » suscite une légitime discussion. Il choisit de ne pas seulement le considérer comme les rapports qui se nouent autour des œuvres et le vécu des expérimentateurs, mais de saisir ces œuvres dans le cadre pratique et symbolique de leur production-réception, à l’intérieur de configurations cognitives et matérielles qui associent producteurs, auteurs, médiateurs, commentateurs, spectateurs, lecteurs selon des modalités et des agencements variés… Il s’agit en fait de comprendre l’expérience, objet de la connaissance, comme s’apparentant à la condition de possibilité de la connaissance de ce qui se joue dans toute relation à l’art et aux œuvres. La conclusion est clairement une invitation à poursuivre le travail. Si les pratiques culturelles ou les analyses portant sur le contenu des œuvres ne constituent pas des domaines d’études autonomes et pertinents pour rendre compte de ces rapports, il reste nécessaire, toutefois, de recourir à des études de terrain ou à des analyses de corpus. Notre connaissance ne peut avancer seulement à coups d’enquêtes de terrain successives mais il faut ajouter à notre réflexion un travail critique préalable. Il s’agit de trouver le juste équilibre entre théorie et données empiriques. Stéphane Olivesi privilégie l’angle des formes de communication pour appréhender l’objet « expérience » qui définissent la structure et les conditions d’existence des œuvres d’art et pratiques culturelles. Les mondes de l’art deviennent alors des laboratoires pour la « construction des valeurs, esthétiques et économiques, les modes de subjectivation, les manières de goûter et, plus généralement, les systèmes de représentations. Les rapports entre art et communication rendent possible la mise en intelligibilité de l’un par l’autre (p. 410). Pour finir, Stéphane Olivesi manie aussi bien le happening que les écrits de Paul Veyne, les œuvres de Cindy Sherman que les travaux de Michel Foucault et les tableaux de Rembrandt que les Vies d’artistes de Giorgio Vasari. Au final, l’ouvrage est aussi agréable à lire qu’il est stimulant mais l’apport de ce livre est aussi de proposer des éléments nouveaux pour réinterroger les rapports à l’œuvre d’art et au producteur.

Top of page

Notes

1  Voir à ce sujet le compte rendu de Stéphane Olivesi, La Communication au travail. Une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises par Igor Martinache : http://lectures.revues.org/436

2  M. Ivens, Le peuple-artiste, cet être monstrueux. La communauté des pairs face à la communauté des génies, L’Harmattan, 2002.

Top of page

References

Electronic reference

Audrey Millet, « Stéphane Olivesi, L’expérience esthétique. Une archéologie des arts de la communication », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 21 August 2012, connection on 20 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8987

Top of page

About the author

Audrey Millet

Doctorante, histoire moderne, UMR 8533, CNRS (IDHE), Université Paris 8, Institut d'histoire, Université de Neuchâtel

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page