Navigation – Plan du site

Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Françoise Dubost, Ruralités contemporaines. Patrimoine, innovation & développement durable

Sandrine Bretou
Ruralités contemporaines
Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Françoise Dubost (dir.), Ruralités contemporaines. Patrimoine, innovation & développement durable, Paris, L'Harmattan, coll. « Patrimoines et Sociétés », 2011, ISBN : 978-2-296-54498-7.
Haut de page

Texte intégral

1Grâce à une équipe pluridisciplinaire travaillant au sein de différents centres de recherches et institutions, les auteurs nous livrent une série de rendus d'enquêtes sur le rural, avec une place privilégiée des praticiens des ruralités. L'agriculture est devenue démographiquement et économiquement minoritaire en campagne, cet état a très bien été rendu par les auteurs de cet ouvrage. Ils emmènent le lecteur dans une portée symbolique culturelle de la ruralité, un certain imaginaire mêlé à un quotidien vécu.

2Tout d'abord, Aline Brochotsoulève l'autoritarisme des institutions étatique, européenne et même mondiale sur la contrainte des choix de paysages et de filières d'un territoire, que ce soit pour un maintien ou un changement radical. « Tout se passe comme si l'état du site considéré au moment de l'inscription comme un optimum d'harmonie homme/nature, une sorte de climat physico-social, devait être maintenu coûte que coûte et être protégé de tout risque de changement. » (pp. 67-68).

3Conjointement, Michel Streith, par son rendu d'enquête dans le Pays de Caux en Normandie nous démontre les changements qu'opèrent les agriculteurs, récemment encore fleurons d'une agriculture productiviste en France. « Elle promeut une dimension sociétale par le biais d'actions citoyennes à destination des populations non agricoles. » (p. 77). Il rend compte que l'autonomie agricole passe par une diversification des activités (artisanat, commerce, pédagogie) accompagnée nécessairement par une réorganisation des rapports de production et des produits à une destination locale a contrario des grands céréaliers. En effet, comme le souligne M. Streith, l'éducation, la formation ne doivent pas pousser à une agriculture industrielle, ce qui a été fait en France depuis les années 60'. Et force est de constater que les agricultures alternatives restent encore un phénomène marginal.

4Les agriculteurs montrent même de la nostalgie envers « l'ancien » système agricole et cela essentiellement pour la nature, le paysage et la qualité du lien social (Martine Bergues, p. 101). En effet, l'agriculture de subsistance tissait des liens sociaux essentiels, que ce soit avec l'oustal du Lot, ou l'etxe basque, la maysou bigoudane ou encore la casa languedocienne, l'habitation, l'ensemble des biens, ainsi que le système de parenté et les relations de voisinage, tout y était lié. La pluriactivité et l'entraide étaient les créneaux primordiaux de ce type d'agriculture. La modernisation amena à une redéfinition du métier d'agriculteur, avec son cycle pervers : investissement-endettement. Il est intéressant de voir comment l'auteure, enrichit son étude, notamment par la visite des grands magasins spécialisés comme Gamm Vert, où on peut voir les évolutions et nouvelles orientations des exploitants alentours (agriculture raisonnée, biologique, ou encore le marché équitable et même le tourisme avec la mise en vente de chaussures de randonnées, produits introuvables dans ce genre de magasins il y a peu encore).

5Cette perte d'homogénéité est aussi relevée par Françoise Dubostavec son analyse sur les potagers ruraux et urbains. Les différentes classes sociales, d'âges et les genres y sont représentés, souvent en s'appuyant sur des techniques potagères alternatives, s'inspirant pour nombres d'entre eux de magazines tels que Rustica ou l'Ami des jardins, à vocation alimentaire et/ou pédagogique. L'auteure met en avant l'effet de mode de ces potagers et jardins chez les classes moyennes. Il faut en souligner l'aspect nécessaire dans nos temps incertains.

6Martin de la Soudière met en avant ces changements, mais aussi la difficulté d'animer ces « terrains », avec les agriculteurs notamment. Pour ces derniers, l'acte d'écrire reste encore timide et hésitant, même si quelques initiatives ont été soulignées. Par là même, il démontre l'intérêt d'une posture méthodologique possible du chercheur, celle de l'animateur-chercheur, dépassant l'observation participante, cela permettant les discours collectifs autant que les prises de paroles plus personnelles et singulières (p. 161).

7De ces changements dans la ruralité, des conflits entre les différents acteurs apparaissent. Trois exemples nous sont proposés : l'implantation de champs d'éoliennes en Ardèche, qui a reçu une forte opposition, l'introduction de chevaux de traits pour des travaux abattage notamment, et le conflit entre la protection des cormorans et la culture des étangs dégradés par cette espèce particulièrement piscivore. Que ce soit Jacques Cloarec avec son étude sur les éoliennes ou Bernadette Lizetsur l'utilisation de chevaux dans les réserves naturelles, et même Sophie Bobbé sur les cormorans, les trois illustrent très bien une France possédant une « forte empreinte culturelle du paysage » (p. 183). C'est avec cette dernière que l'on voit le mieux, les différents aspects et effets pervers d'un interventionnisme sur la gestion des paysages de la part de l'État, de l'Europe ou encore de certaines institutions mondiales. Sophie Bobbé arrive à sensibiliser le lecteur à la déprise que subit le secteur piscicole et ses conséquences sur la biodiversité, avec l'intensification des productions au détriment de gestions plus extensives, l'abandon même de la production régionale, le développement du négoce et l'importation de poissons, etc. (p. 235).

8C'est un ouvrage qui s'adresse autant à un lecteur non spécialiste du développement durable et des sciences humaines et sociales, qu'aux chercheurs. Tous les auteurs nous livrent leur propre expérience et une partie de leurs récits de terrains, et comme Martine Perrotle dit « Chaque enquête s'est écrite à la place de la précédente, mais chacune d'elle s'est enrichie de l'existence de l'autre. » (p. 258) Les enquêtes s'enrichissent ainsi que le paysage rural et péri-urbain, ce sont des paysages regardés et vécus « comme un espace spécifique, façonné par les liens sociaux de proximité et par une histoire partagée, producteurs d'altérité et de conflits mais aussi de confiance et d'intégration, d'attachement durable et de cohésion. » Pierre Alphandéry, (p. 280).

9C'est donc un ouvrage riche, illustrant parfaitement les altérités et la fragile cohésion qu'il peut exister dans ces paysages ruraux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Bretou, « Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Françoise Dubost, Ruralités contemporaines. Patrimoine, innovation & développement durable », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8989

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page