Navigation – Plan du site

Boubacar Niane, Elites par procuration. Handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais

Daniel Outré
Elites par procuration
Boubacar Niane, Elites par procuration. Handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais, L'Harmattan, coll. « Etudes africaines », 2011, 260 p., ISBN : 978-2-296-54891-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean Copans (2 001), « Afrique noire, un Etat sans fonctionnaires ? », Autrepart, 2 001/4 n°20

1Jean Copans regrettait il y a une dizaine d’années le délaissement par la sociologie africaniste de l’objet bureaucratique1, au profit, au choix, de la haute politique ou du « Politique par le bas ». Il appelait de ses vœux une sociologie des organisations bureaucratiques africaines dont le titre du dernier livre de Boubacar Niane, Elites par procuration, handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais, laisse espérer beaucoup.

2La déception est donc à la hauteur de l’ambition du titre. Une large moitié du livre traite en effet d’un sujet connexe mais bien distinct du titre et même de l’essentiel de l’introduction, celui des stratégies éducatives concurrentes des étudiants parvenus à l’enseignement supérieur et aspirant à une mobilité sociale ascendante. La perspective du livre est alors largement bourdieusienne : il s’agit de se demander quelle a été l’institution dominante dans le champ de l’éducation supérieure sénégalais au cours du XXe siècle.

  • 2  p. 35
  • 3  Autour par exemple du Théatre de Ponty et des Cahiers de Ponty (p. 60 seq.)
  • 4  Tels que Mamadou Dia par exemple

3Après un XIXe siècle marqué par la prédominance de l’instruction islamique des écoles coraniques, qui reste essentiellement « une connaissance de prestige »2, l’éviction des missions catholiques par le colonisateur conduit progressivement à l’institutionnalisation d’un système éducatif opposant écoles rurales et écoles des Quatre Communes (dont les habitants bénéficient du statut de citoyens français). La création de l’Ecole normale William Ponty (ENWP) en 1903 lui sert de clé de voûte, et va avoir un rôle clé dans la formation d’une élite de lettrés férus de culture « franco-africaine »3, mais structurellement dominée socialement par les commis de l’administration. La position de franc-tireur et la frustration sociale des enseignants qui en sont issus les rendent tout désignés à prendre par la suite les premières places parmi les leaders politico-administratifs de la première génération de l’indépendance4.

  • 5  p. 67
  • 6  École Nationale d’Administration et de Magistrature
  • 7  p. 99 seq.

4Par la suite cependant, cette « République des instituteurs »5 qui semble noyauter le Bloc démocratique sénégalais (BDS) va laisser place à l’émergence d’une élite issue de l’Ecole Nationale d’Administration du Sénégal (ENAS, qui deviendra l’ENAM6), qui domine alors sur ce plan sa concurrente, l’Ecole normale supérieure (ENS), pourtant héritière de l’ENWP. Aidée du Club des Administrateurs civils, l’ENAS est la principale pourvoyeuse du Club Nation et Développement (CND) puis du Groupe de recherche et d’échanges pour le Sénégal nouveau (GRESEN), deux associations viviers de jeunes « technocrates » (par opposition aux « barons ») qui deviendront membres de cabinets ou même ministres7.

  • 8  p. 128

5Avec les années 1980, selon l’auteur, les programmes d’ajustement et l’intervention de plus en plus massive des institutions « transnationales » mettent les institutions éducatives nationales en crise. Ce contexte favorise la montée en puissance de stratégies éducatives individuelles d’expatriation en France ou surtout aux Etats-Unis, et la domination du champ éducatif par des écoles qui, telles le COFEB (Centre ouest-africain de formation et d’études bancaires), sont soutenues par des institutions multilatérales8.

6Chaque transition d’un modèle à l’autre met en évidence des perdants – ceux qui parient sur l’ancienne institution dominante par hystérèse, et des gagnants – ceux qui ont la clairvoyance ou simplement la chance d’être au bon endroit au bon moment. Par contraste avec les ouvrages de Bourdieu cependant, le livre s’interroge peu sur l’origine sociale des étudiants du supérieur et sur les conditions de leur reproduction sociale.

  • 9  p. 133
  • 10  p. 134

7De manière beaucoup plus contestable, le livre repose sur une conception doctrinale de la mondialisation, prétexte à des propos hâtifs et péremptoires (surtout patents dans le chapitre III), et qui finit par voler la vedette à l’analyse du système éducatif. L’auteur convoque à plusieurs reprises telle ou telle tribune très générale du Monde Diplomatique à l’appui de sa thèse d’une imposition de la politique éducative par les « transnationales de Bretton Woods ». On voit pourtant mal le lien entre le faible niveau en sciences humaines de l’Université Cheik Anta Diop (UCAD) en 1990, par exemple (taux de passage de la première à la deuxième année autour de 10 %9), avec la prétendue « omniprésence des critères commerciaux » dans l’enseignement10 ou avec le financement par le PNUD ou la Banque mondiale d’autres institutions éducatives. L’accusation à peine implicite mais omniprésente de néocolonialisme est peu étayée par une analyse empirique. Les termes de « permissivité » de l’Etat vis-à-vis de ces financements et « d’imposition » du dehors véhiculée par des relais coupables aussi divers que les ONG et les consultants indépendants reviennent sans cesse.

  • 11  Catherine Boone (2 003), Political topographies of the African State, Cambridge University Press

8Le ton péremptoire du livre rend difficile à supporter des égarements tels que la confusion entre dette extérieure du pays et dette publique extérieure liée à l’Aide publique au Développement (p. 144). De même, quand l’auteur affirme qu’une analyse du jacobinisme de l’Etat mis en évidence chez les Diola peut être facilement généralisée à tout le pays (p. 153), on ne peut que lui recommander l’ouvrage de référence en la matière de Catherine Boone11, ne serait-ce que pour qu’il argumente explicitement à son encontre.

9La fin du livre fait place à de nombreux changements impromptus de sujet, ce qui la rend difficilement lisible. Après avoir démystifié derrière la dénonciation des opposants politiques au nom de l’intérêt de la patrie une stratégie politique de mise à mort, l’auteur rappelle les grandes lignes des débuts politiques du régime, puis choisit de se concentrer sur cinq figures de l’intelligentsia, avant de mettre en évidence la prégnance des discours traditionnels et religieux, et la pratique sénégalaise de la séparation des pouvoirs.

10Si l’on ne sait pas très bien quelle est la thèse que le livre a souhaité défendre en sautant de la sorte d’un sujet à l’autre, son principal défaut reste, surtout dans sa seconde moitié du livre, son faible ancrage empirique et sa rigueur scientifique contestable, qui en font moins un ouvrage de sociologie qu’un essai réunissant les libres propos de l’auteur.

Haut de page

Notes

1  Jean Copans (2 001), « Afrique noire, un Etat sans fonctionnaires ? », Autrepart, 2 001/4 n°20

2  p. 35

3  Autour par exemple du Théatre de Ponty et des Cahiers de Ponty (p. 60 seq.)

4  Tels que Mamadou Dia par exemple

5  p. 67

6  École Nationale d’Administration et de Magistrature

7  p. 99 seq.

8  p. 128

9  p. 133

10  p. 134

11  Catherine Boone (2 003), Political topographies of the African State, Cambridge University Press

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Outré, « Boubacar Niane, Elites par procuration. Handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8991

Haut de page

Rédacteur

Daniel Outré

Diplômé de l'Ecole Normale Supérieure de Cachan, de la Paris School of Economics (PSE) et de Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page