Navigation – Plan du site

Jacques Rancière, La leçon d'Althusser

Igor Martinache
La leçon d'Althusser
Jacques Rancière, La leçon d'Althusser, La Fabrique, 2012, 254 p., ISBN : 978-2-358-72031-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son édition du 12 août 2010, citée par Alexandre Zevin, « « The Economist, le journal le plus (...)

1Le titre peut induire en erreur : il ne s'agit pas ici d'un « tombeau » élevé à la gloire posthume du Caïman de la Rue d'Ulm, philosophe organique du Parti Communiste français, défenseur entre autres de la thèse d'une rupture épistémologique entre le « jeune Marx » et le Marx de la maturité qui se serait opérée avec les Manuscrits de 1844 et du « concept d'appareil idéologique d’État », bien au contraire. Si la philosophie de ce dernier est aujourd'hui tombée dans un oubli à la mesure de son aura au tournant des décennies 1960 et 1970, éclipsée un peu vite par le meurtre de son épouse sous le coup de la folie en 1980, à l'instar d'un The Economist le qualifiant de « marxiste fou tueur de femme »1, il ne faudrait pas oublier pour ceux qui entreprendraient de le (re)lire aujourd'hui de ne pas oublier de la resituer dans le contexte social et politique de son énonciation. C'est ce à quoi invite Jacques Rancière dans ce petit ouvrage d'intervention publié initialement en 1974, tout juste agrémenté d'une nouvelle préface -dans laquelle l'auteur explique justement pourquoi il a souhaité conserver l'intégrité du texte initial- et de quelques notes supplémentaires permettant d'identifier certains protagonistes évoqués et aujourd'hui de même ignorés par les plus jeunes.

  • 2 Paris, Maspero, 1973
  • 3 Publié en deux volumes par François Maspero en 1965

2Comme il l'explique lui-même dans la première préface de l'époque, cet ouvrage - auquel a été adjoint en « appendice » un premier écrit cinq ans plus tôt en support d'un cours de l'auteur à l'Université de Vincennes lui-même déjà présent dans l'édition originale-, constitue une réponse indirecte à un texte de Louis Althusser publié l'année précédente qui se voulait déjà lui-même un tel exercice, sa Réponse à John Lewis2 - personnage imaginaire censé incarner le sens commun-. Jacques Rancière, alors jeune philosophe inclinant vers le maoïsme s'inscrit en faux par rapport à celui qui fut son professeur à l’École normale supérieure et avec lequel il participa notamment au séminaire qui donna lieu au monumental Lire le Capital3 - aux côtés également d’Étienne Balibar et d'un certain Roger Establet...

  • 4 Sur cette notion, voir notamment l'article « classique » de Luc Boltanski, « L'espace positionnel (...)

3Il ne s'agit pas ici pour lui de discuter son ancien maître sur le seul terrain des « idées », mais au contraire de commenter « ce que cette leçon veut nous apprendre et sur ce qu'elle nous apprend de fait : non sur la théorie de Marx, mais sur la réalité présente du marxisme » (p.17). Et c'est bien ce qui fait tout l'intérêt de la lecture de ce document pour le sociologue d'aujourd'hui, au-delà du fond philosophique, que l'auteur de ces lignes serait bien en peine de juger avec pertinence. Un intérêt double car il apporte une réflexion intéressante sur les conditions et les effets potentiels d'émission d'une philosophie critique en même temps qu'un témoignage d'une impressionnante clairvoyance sur l'état du Parti Communiste et de l'Université française dans cette période « post-68 ». En d'autres termes, Jacques Rancière se livre ici à une entreprise de « sociologisation » exemplaire en proposant de rendre compte des positions développées par le philosophe communiste le plus en vue au regard de sa « multipositionnalité »4 entre les deux institutions que constituent le Parti communiste et l'Université.

  • 5 Paris, Fayard, 1981, magistral analyse d'archives du monde ouvrier, qui illustre bien la transdisc (...)
  • 6 Paris, 10/18, 2004 [1987]

4En substance, la thèse qu'Althusser développe dans la Réponse à John Lewis consiste à affirmer que l'« humanisme » est une composantede l'idéologie bourgeoise, entendue comme un système de représentations illusoires justifiant l'assignation des individus à leur place dans la division du travail et à perpétuer ainsi la domination sociale. D'où la nécessité de la combattre cette dernière au moyen de son contraire : la Science. Une science que seuls détiendraient les dirigeants et intellectuels du Parti Communiste dont l'action est ainsi nécessaire pour guider les masses et leur permettre de se libérer de l'emprise de l'idéologie. C'est cette logique que l'auteur ultérieur entre autres de La Nuit des prolétaires5et du Maître ignorant6s'applique à démonter, manifestant déjà son adhésion au présupposé d'égalité des intelligences sans laquelle aucune émancipation démocratique ne serait possible. Jacques Rancière s'emploie ainsi en premier lieu à démonter les concepts sur lesquels s'appuie l'orthodoxie marxiste-léniniste dont Louis Althusser s'érige en gardien, en fustigeant par exemple l'affirmation qu'il impute à la pensée bourgeoise selon laquelle ce serait « l'homme » -et non « les masses »- qui ferait l'histoire. Or, derrière les déviances des existencialistes et autres camarades révisionnistes contaminés par l'idéologie bourgeoise auxquels Althusser semblait alors s'adresser pour les ramener dans le droit chemin, c'est, selon Rancière, la Révolution culturelle alors à l’œuvre dans la Chine maoïste qui serait la cible véritable, dans la mesure où elle remet en cause à la fois la prééminence du Parti et des penseurs communistes, respectivement sur le plan politique et intellectuel.

  • 7 Voir Intellectuels communistes. Une sociologie de l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 20 (...)
  • 8 Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984
  • 9 A l'instar d'un Paul Nizan avant lui. Voir Les chiens de garde, Paris, Agone, 2012 [1932]

5S'ensuit dans les chapitres suivants une série d'analyses s'efforçant de rendre compte des positions défendues par Louis Althusser au regard de sa position dans le Parti communiste et l'Université, ainsi que du Parti dans la société française et le mouvement social en particulier. Préfigurant les analyses de Frédérique Matonti sur la place des intellectuels dans le Parti Communiste français à partir de l'évolution de la revue de La Nouvelle Critique7, Jacques Rancière montre ainsi l'ambivalence de leur position, qui leur ouvre certaines marges de manœuvre, permettant par exemple à Althusser de frayer avec certaines thèses révisionnistes ou maoïstes, à condition toutefois de manifester leur subordination en légitimant sur le plan théorique les positions de la direction politique du Parti quelles qu'elles soient, suivant une morale « provisoire » implacable : « nous ne savions pas si les positions du Parti étaient justes, nous avions quelque doute qu'elles ne l'étaient pas mais nous estimions ne pas le savoir encore » (souligné par l'auteur, p.74). L'auteur dénonce également un Parti Communiste Français engagé dans un certain réformisme et dénonçant les entreprises révolutionnaires le débordant sur sa gauche et les luttes concrètes, comme l'expérience autogestionnaire des ouvrières et ouvriers de Lip à Besançon au nom d'une vérité du matérialisme historique qu'il serait seul à détenir et de la nécessité de sauvegarder les acquis. Une analyse qui n'est pas sans faire écho à la théorie des champs de Pierre Bourdieu, vocabulaire en moins. Mais c'est plus encore dans son analyse du champ académique que Jacques Rancière se montre le plus convaincant, anticipant cette fois un autre ouvrage du grand sociologue béarnais8. Avec une lucidité surprenante qui ne verse pas dans l'auto-critique, il analyse en effet sa position privilégiée de normalien9 qui l'a incliné comme nombre de ses condisciples à adhérer initialement à un althussérisme assurant leur autorité en proclamant l'autonomie de la théorie, et à défendre ensuite le s positions du Parti au sein d'une UEC (Union des Étudiants Communistes) traversée par les tendances scissionnistes. Et surtout, il montre bien comment la défense par Althusser d'une science détenue par les seuls professeurs l'amenant à défendre l'inégale verticalité de la relation pédagogique traditionnelle contre les revendications subversives des étudiants « gauchistes » (salaire étudiant, travail collectif, etc.) constituait avant tout une défense de sa position dominante sur ces derniers.

  • 10 Comme l'illustre l'adoption depuis plusieurs campagnes électorales du mot d'ordre « l'Humain d'abo (...)

6Si ces quelques développements sont loin de résumer le propos de l'ouvrage de Rancière, ni même n'en auront restitué la « sève », on espère qu'ils auront convaincu de l'intérêt de lire ou relire ce texte écrit il y a déjà près de quatre décennies. A la fois témoignage éclairé sur les rapports de force politiques et sociaux d'une période mouvementée dans tous les sens du terme, et « leçon » de méthode invitant à toujours relier les positions d'un locuteur à sa position sociale au moment où il les énonce, il pourra ainsi contenter différents types de lecteurs. Sans oublier évidemment que le point de vue de Jacques Rancière est lui-même situé, jeune maître de conférences à l'Université de Paris 8 en rupture avec son ancien maître et son ancien Parti : si on trouvera sans nul doute matière à discuter certaines de ses affirmations sur les plans théoriques et politiques, à l'égard notamment d'un Parti Communiste Français qui a beaucoup évolué depuis cette période10, l'ouvrage livre aussi un certain nombre de clés pour comprendre la trajectoire intellectuelle de celui qui est considéré, à raison, comme l'un des plus importants penseurs contemporains.

Haut de page

Notes

1 Dans son édition du 12 août 2010, citée par Alexandre Zevin, « « The Economist, le journal le plus influent du monde », Le Monde diplomatique, août 2012, p.5

2 Paris, Maspero, 1973

3 Publié en deux volumes par François Maspero en 1965

4 Sur cette notion, voir notamment l'article « classique » de Luc Boltanski, « L'espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie. 1973, 14-1. p. 3-26

5 Paris, Fayard, 1981, magistral analyse d'archives du monde ouvrier, qui illustre bien la transdisciplinarité qui caractérise le travail de Jacques Rancière

6 Paris, 10/18, 2004 [1987]

7 Voir Intellectuels communistes. Une sociologie de l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005

8 Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984

9 A l'instar d'un Paul Nizan avant lui. Voir Les chiens de garde, Paris, Agone, 2012 [1932]

10 Comme l'illustre l'adoption depuis plusieurs campagnes électorales du mot d'ordre « l'Humain d'abord ! » qui ferait certainement se retrourner Louis Althusser dans sa tombe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jacques Rancière, La leçon d'Althusser », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9000

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page