Navigation – Plan du site

Alain Badiou, Elisabeth Roudinesco, Jacques Lacan, passé présent. Dialogue

Loïc Geffrotin
Jacques Lacan, passé présent
Alain Badiou, Élisabeth Roudinesco, Jacques Lacan, passé présent. Dialogue, Paris, Seuil, 2012, 104 p., ISBN : 978-2-02-107804-6.
Haut de page

Texte intégral

1Jacques Lacan, passé présent est un dialogue entre un philosophe, Alain Badiou, et une historienne de la psychanalyse, Élisabeth Roudinesco, à propos de l'actualité du psychanalyste Jacques Lacan. Un ouvrage petit par sa taille (100 pages, petit format, gros caractères), mais grand par son intérêt ?

  • 1  « Alain Badiou, Élisabeth Roudinesco : Choisis ton Lacan ! », Philosophie Magazine, n° 52, septemb (...)

2La première partie du livre intitulée « Un maître, deux rencontres » est une version revue et augmentée de leur entretien pour Philosophie Magazine1. Les deux penseurs reviennent sur leur rapport à J. Lacan, inscrit dans leur propre trajectoire.

3Chaque auteur revient chacun sur les circonstances de sa rencontre avec Lacan : Pour É. Roudinesco, J. Lacan était un collègue de sa mère, elle le connaissait donc personnellement depuis longtemps, mais c'est seulement lorsqu'elle a entrepris des études de linguistique à l'université qu'elle s'est intéressée à la pensée structuraliste. Quant à A. Badiou, d'abord sartrien, puis althusserien, le rapport au psychanalyste s'est fait par le biais de ses écrits. Ainsi, contrairement à É. Roudinesco, A. Badiou n'est jamais entré en analyse.

4Le philosophe s'interroge à l'apport de J. Lacan à sa discipline. Avec les autres penseurs qu'on range sous la catégorie ''structuraliste'' (Althusser, Foucault...), il a critiqué la vision ''humaniste'' de Sartre notamment, qui confond sujet et conscience et qui se centre sur le moi réflexif. Lorsque J. Lacan écrit que « l'inconscient est structuré comme un langage », il dit d'une part, qu'il faut prendre le concept d'inconscient au sérieux, et d'autre part, il caractérise cet inconscient comme dépendant totalement du langage. Ainsi « La science de l'inconscient se substitue donc à la philosophie de la conscience » (p. 22).

  • 2  Sur la polémique concernant la continuité ou non de Lacan avec Freud, voir l'ouvrage de Carlos Maf (...)

5Pour ce qui concerne le champ de la psychanalyse, É. Roudinesco avance que l'intérêt de J. Lacan, face aux ''freudiens orthodoxes'' de l'époque, c'est son ouverture à la philosophie, aux questions spéculatives, et à la linguistique. Alors que ses collègues étaient de ''froids matérialistes'', conjuguant des conceptions biologisantes et scientistes, et faisant de Freud un dogme. C'est cette différence qui a permis à J. Lacan d'être aussi original, tout en restant dans la lignée de Freud2. L'historienne de la psychanalyse note qu'on retrouve le même problème aujourd'hui : certains lacaniens font des écrits de leur maître un dogme (amour de la logique formelle...), ce qui peut avoir pour conséquence de manquer la « souffrance du patient » (p. 32).

6Le journaliste interroge ensuite les deux auteurs sur le caractère révolutionnaire, au sens politique, de J. Lacan. Selon eux, le psychanalyste n'était pas du tout un révolutionnaire, au mieux un « conservateur éclairé » (p. 46), par contre il a donné les clefs à ses disciples pour réussir à articuler révolution politique et révolution subjective. Ainsi pour A. Badiou : « L'oppression se définit toujours par une stérilisation des capacités individuelles et collectives. De ce point de vue, la cure lacanienne, bien qu'elle soit totalement apolitique dans son exercice propre, propose à la pensée une sorte de matrice politique. J'établis une continuité entre la pensée de Lacan, et une démarche révolutionnaire, qui ré-ouvre une disponibilité collective enfoncée dans la répétition ou barrée par la répression étatique. » (p. 37-38). Pour É. Roudinesco, la posture politique de J. Lacan a permis à ses élèves de ne pas « sombrer dans l'extrémisme », comme en Italie ou en Allemagne (p. 42).

7Cette première partie se conclut sur ce que peut nous apporter J. Lacan pour comprendre le monde d'aujourd'hui. Il avait pressenti les dérives du XXIe siècle : l'hédonisme aveugle, le repli identitaire, les politiques sécuritaires, le comportementalisme, le cognitivisme, la médicalisation à outrance. On trouve dans sa pensée de quoi analyser et combattre ces éléments.

8La deuxième partie du livre s'intitule « Penser le désordre ». Elle est issue d'un débat, organisé par France Culture et Philosophie Magazine, qui s'est déroulé à la Bibliothèque Nationale de France, le 4 octobre 2011, sur le thème « Jacques Lacan, 30 ans après »3.

9Il y est question des différences avec S. Freud concernant son utilisation des pièces de Sophocle, et son rapport à l'écriture, le lien de J. Lacan à la philosophie (A. Babiou : « il a rétroactivement lacanisé beaucoup de philosophes » p. 72), aux écrivains (Duras, Joyce). Un commentaire est fait sur le séminaire «… ou pire » (1971-1972) qui venait de paraître au moment du débat (septembre 2011). Pour Badiou, la dernière période de J. Lacan est très stimulante alors que pour E. Roudinesco, cette période déshumanise la cure.

10Pour É. Roudinesco « Lacan est une arme de subversion contre le système capitaliste actuel : ce capitalisme de la finance, déshumanisé, sans peuple ni sujet, en proie à une dérive incontrôlable. S'inspirer de Lacan contre cette folie, ce pourrait être semer le désordre dans l'ordre. » (p. 95).

11Cette partie insiste également sur les mauvaises interprétations de J. Lacan qui en feraient un défenseur de la Loi (le « Nom-du-Père »), donc du patriarcat, alors qu'il s'agit d'une catégorie pour analyser la place de la Loi, qui peut être incarnée par n'importe qui. Il ne peut donc pas servir à condamner les couples homosexuels, par exemple.

12Le livre se conclut par un plaidoyer en défense de la psychanalyse : aujourd'hui comme hier, ses théories subissent de violentes attaques, et il serait l'affaire de chacun de se sentir concerné par ce débat. Les apports de la psychanalyse, qui pense l'homme dans sa complexité, s'ils étaient discrédités, seraient une grande perte car on ramenait chacun à son animalité, qu'on ne soignerait qu'avec des médicaments.

13D'un abord aisé, Jacques Lacan, passé présent permet d'obtenir quelques repères sur la pensée du psychanalyste. Il permet également d'en savoir davantage sur le travail d'Alain Badiou et sur celui d'Élisabeth Roudinesco.

Haut de page

Notes

1  « Alain Badiou, Élisabeth Roudinesco : Choisis ton Lacan ! », Philosophie Magazine, n° 52, septembre 2011

2  Sur la polémique concernant la continuité ou non de Lacan avec Freud, voir l'ouvrage de Carlos Maffi, Le Souvenir-écran de la psychanalyse. Freud, Klein, Lacan. Ruptures et filiationshttp://lectures.revues.org/8196

3  Pour l'écouter : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_conferences_2011/a.c_111004_roudinesco_badiou.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Geffrotin, « Alain Badiou, Elisabeth Roudinesco, Jacques Lacan, passé présent. Dialogue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9013

Haut de page

Rédacteur

Loïc Geffrotin

Professeur de philosophie en lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page