Navigation – Plan du site

« L'habitat, le logement et les jeunes », Agora Débats / Jeunesses, n° 61, 2012

Lucie Bony
L'habitat, le logement et les jeunes
« L'habitat, le logement et les jeunes », Agora Débats / Jeunesses, n° 61, 2012, INJEP.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Questions de sociologie, Éditions de Minuit, 1984. Ed. 1992, pp.143-154

1Le dossier thématique de ce 61ème numéro de la revue Agora – débats/jeunesses se propose d’aborder les « modes de logement » et les « manières d’habiter » des jeunes. L’introduction de François Ménard et Bertrand Vallet, qui expose un certain nombre de données de contexte (l’âge médian d’entrée dans un logement autonome est de 22 ans et demi, la majorité des jeunes ménages est locataire du secteur privé, leur taux d’effort –rapport entre la dépense pour le logement d’un ménage et son revenu- a connu un accroissement plus marqué que pour l’ensemble de la population ces dernières années), souligne les difficultés spécifiques à cette population en matière d’accès au logement. Malgré tout, si les jeunes partagent un certain nombre d’expériences (décohabitation, études plus ou moins longues, statut matrimonial, résidentiel, professionnel, identitaire en construction…), il n’en reste pas moins qu’elle « la “jeunesse” n’est qu’un mot »1 et qu’elle est composée d’une diversité de trajectoires et de situations. C’est ce que montrent les divers articles du dossier qui exposent ainsi les situations de jeunes hommes et celles de jeunes femmes, d’étudiants et/ou de salariés, de français, d’immigrés ou d’étrangers, de jeunes d’origine populaire ou plus bourgeoise…

2Contrairement aux quatre autres contributions qui reposent sur des enquêtes par entretien, celle de Laure Moguérou et Emmanuelle Santelli (« Modes de (déco)habiter des jeunes descendants d’immigrés») propose une analyse quantitative réalisée à partir de l’enquête INED-INSEE « Trajectoires et Origines ». Celle-ci leur permet d’observer les contraintes sociales et familiales qui s’imposent aux personnes âgées de 18 à 35 ans, nées en France et descendants d’immigrés, dans leur expérience ou perspective de décohabitation. Il apparaît ainsi que ces jeunes sont majoritairement d’origine populaire, peu diplômés et qu’ils résident plus tardivement chez leurs parents. Cette cohabitation dépend essentiellement de l’âge (cette situation devient minoritaire à partir de 25 ans), du statut matrimonial (la plupart attendent de « se marier pour partir ») et de la situation à l’égard de l’emploi (l’incertitude quant à l’avenir professionnel rend difficile toute perspective d’installation autonome). Un éclairage qualitatif sur cette question peut être apporté par Elsa Lagier(« Quitter le “quartier” et habiter la “ville”. Parcours résidentiels de jeunes femmes d’origine étrangère ») qui montre quant à elle comment la décohabitation provoque une recomposition du rapport aux espaces de vie. Du point de vue des jeunes femmes enquêtées, le quartier –d’habitat social- d’origine est ainsi globalement caractérisé par un fort contrôle social lié à la densité des relations sociales qui s’y déploient. A l’inverse, le centre-ville renvoie à un ensemble de représentations positives (animation, mixité, autonomie, loisirs…). Si cette représentation dichotomique est largement répandue dans le sens commun, l’auteure montre qu’elle est en fait plus complexe. Observant le lieu d’inscription sur les listes électorales, elle constate que beaucoup de ces jeunes femmes préfèrent voter dans leur ancien quartier. De plus, elle constate que le sentiment d’appartenance géographique est amené à évoluer au point de remettre en question les représentations initiales que ces jeunes femmes se faisaient de leurs espaces de vie : la prise de distance matérielle s’accompagne en effet parfois d’un rapprochement symbolique du quartier.

3La contribution d’Hélène Béguin, Claire Lévy-Vroelant (« Habiter chez autrui : pourquoi et comment ? Trajectoires et expériences de jeunes hébergés en région parisienne ») analyse des situations d’hébergement en région parisienne et interroge la configuration des relations sociales qui s’instaurent dans ce genre particulier d’unité domestique. Ces auteures distinguent quatre types d’hébergement qu’elles illustrent avec quatre exemples : le type « social », révélateur d’un état d’esprit et de pratiques relativement égalitaires entre hébergés et hébergeurs ; le type « familial », sans échange d’argent mais marqué par une relation d’autorité ; le type « culturel », placé sous le signe de l’obligation morale du devoir d’hospitalité ; le type « instrumental », résultant d’une démarche précise liée au travail ou aux études et donnant lieu à des régulations plus tranchées. Une seconde typologie est proposée par Christophe Pecqueur et Christophe Moreau (« Les mondes vécus de l’étudiant-habitant. Typologie des manières d’être et d’habiter ») sur la base d’une enquête qualitative menée auprès d’étudiants. Son volet sociologique, qui s’intéresse aux usages sociaux du logement, permet de distinguer les étudiants « marmottes », qui demeurent ancrés dans leur milieu d’origine et ne s’investissent pas dans leur nouveau cadre de vie, les « moineaux » qui s’approprient progressivement leur ville d’étude et les « albatros » qui ne s’ancrent nulle part. Son volet axiologique, qui s’intéresse aux comportements réalisés dans l’habitat, oppose les étudiants « écureuil » qui s’imposent une hygiène de vie stricte, les « chats » qui alternent plaisir et renoncement et les « cigales » qui adoptent une posture hédoniste.

4Patrick Ischer (« De la construction d’un “chez-soi collectif” à la composition d’un “chez-nous”. Enquête auprès de jeunes actifs en suisses »), consacre enfin la dernière contribution de ce dossier thématique à une analyse comparative des expériences de la colocation et de la cohabitation conjugale. Ces expériences se distinguent essentiellement par l’implication qu’elles nécessitent : le caractère transitoire de la colocation a généralement pour conséquence une faible appropriation de l’espace matérialisé par exemple dans un décor hétéroclite et bricolé, alors que la mise en ménage entraîne la mise en œuvre de diverses stratégies (moratoire, autocensure, lâcher-prise, non-concertation, argumentation) pour aboutir à la production d’un « chez nous » consensuel.

  • 2  Olivier Galland, « Qu’est ce que la jeunesse? », in L’allongement de la jeunesse, Paris, Actes Sud (...)
  • 3  Jean-Yves Authier et Jean-Pierre Levy, « L’étude des rapports résidentiels des citadins: une appro (...)

5On retrouve, au cœur de ces différentes contributions, la question de la décohabitation. Celle-ci participe du « passage à l’âge adulte » et s’inscrit donc dans l’« ensemble des situations intermédiaires dont la principale caractéristique est d’être socialement ambigües, d’être des situations frontières, mais qui peuvent se prolonger plusieurs année, des situations dont la définition ne relève ni tout à fait des rôles d’adultes ni tout à fait des rôles adolescents »2. Du point de vue des manières d’habiter, cette période transitoire renvoie à un rapport incertain aux lieux, construit en tension entre un « push » (volonté plus ou moins contrainte de quitter un lieu) et un « pull » (attraction vers un lieu), les choix opérés nécessitant une certaine flexibilité du fait du caractère fragile de la situation sociale des jeunes. Abordant cette question de manière variée et l’illustrant avec d’intéressants exemples, on peut toutefois regretter que ces contributions n’inscrivent pas davantage leur analyse des rapports au logement dans une échelle spatiale plus large. En effet, le logement se situe dans un immeuble, un quartier et une ville, et les rapports à ces différentes échelles de la ville ne sont pas indépendants3. Le rapport au logement est par ailleurs le produit de la succession des rapports aux lieux antérieurement habités mais aussi des projets et perspectives résidentiels, et a ainsi tout intérêt à être analysé à l’échelle biographique.

6Trois articles sont par ailleurs publiés hors dossier : « Le sentiment de discrimination des descendants d’immigrés : reflet d’une orientation contrariée et d’un chômagepersistant » (Yaël Brinbaum, Christine Guégnard) ; « Les relations entre les professionnels de santé et les jeunes filles au Burkina Faso. Stigmatisation, normes et contrôle social » (Bouma Fernand Bationo) ; « Paka, alcool, tabac et autres drogues : niveaux et contextes des usages des jeunes Polynésiens », (François Beck & al.).

Haut de page

Notes

1  Questions de sociologie, Éditions de Minuit, 1984. Ed. 1992, pp.143-154

2  Olivier Galland, « Qu’est ce que la jeunesse? », in L’allongement de la jeunesse, Paris, Actes Sud, 1993, pp. 11-18

3  Jean-Yves Authier et Jean-Pierre Levy, « L’étude des rapports résidentiels des citadins: une approche compréhensive des mobilités en milieu urbain », in L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 329-354

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bony, « « L'habitat, le logement et les jeunes », Agora Débats / Jeunesses, n° 61, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9015

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page