Navigation – Plan du site

Vincenzo Cicchelli, L'esprit cosmopolite. Voyages de formation juvéniles et cultures européennes

Céline Leroux
L'esprit cosmopolite
Vincenzo Cicchelli, L'esprit cosmopolite. Voyages de formation juvéniles et cultures européennes, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2012, 280 p., ISBN : 978-2-7246-1246-2.
Haut de page

Texte intégral

1À travers une enquête auprès d’étudiants ayant réalisé un séjour en Erasmus, Vincenzo Cicchelli tente de mettre en exergue la socialisation cosmopolite. Erasmus est un dispositif européen crée en 1987 dont l’objectif est la mobilité européenne des étudiants. Chaque année, 200 000 jeunes partent étudier dans un autre pays européen pour une durée moyenne de six mois. Cette expérience permet à l’auteur d’étudier ce type de socialisation entendue comme un mode d’apprentissage des dimensions transnationales du monde qui entoure ces jeunes adultes. Pour cela, il actualise le concept de Bildung. La Bildung, d’origine allemande, signifie la formation, l’apprentissage et sous-tend le développement d’un rapport réflexif à la société dans laquelle vivent les individus. La Bildung cosmopolite renvoie alors au processus d’édification d’un rapport cosmopolite au monde qui implique de se pencher sur la triple question : la place d’Autrui dans les identités contemporaines, la reformulation des appartenances et la gestion de la pluralité culturelle.

2L’auteur développe les attentes des jeunes d’un séjour en Erasmus. Ces attentes sont à replacer d’une part, dans un cadre plus global d’injonction sociale au cosmopolitisme, c’est-à-dire à la mobilité et à la connaissance de l’Autre. D’autre part, ces séjours s’inscrivent dans la tradition renouvelée des voyages de formation des élites, transmis notamment à travers la littérature et plus récemment à travers le cinéma avec le film L’auberge espagnole de Cédric Klapich. L’expérience du voyage est uniquement abordée ici sous l’angle de la rencontre avec Autrui. Deux mouvements composent la Bildung cosmopolite dans le processus d’adéquation de ces jeunes à un monde cosmopolite : le premier consiste à se détacher de son cadre de vie ; le deuxième renvoie à l’attrait d’un horizon élargi de connaissances. Dans les deux cas, c’est l’élargissement du champ des possibles au moyen d’un séjour d’un autre pays. La principale aspiration des jeunes est d’être en adéquation avec leur monde, ce qui implique, à leurs yeux, de devoir le connaître en le parcourant. Cela signifie aller à la rencontre d’autres jeunes et élargir leur cercle de sociabilités ; affiner leurs capacités critiques et réflexives à travers la connaissance d’une autre culture, enfin acquérir des vertus ou des prédispositions leur permettant d’être à l’aise dans un environnement cosmopolite. Un séjour en Erasmus se caractérise par une absence de contraintes de la vie quotidienne, tout se passe comme si les jeunes se créaient un réseau en dehors de toute réglementation ordinaire. Ils évoquent l’apprentissage d’une culture, en dehors de tout cadre sociétal, de tout fonctionnement réel du social. L’expérience d’une autre culture se fait, en quelque sorte sans la prise en compte de son inscription sociale, l’important est d’installer un cadre de vie leur permettant de développer la Bildung. Néanmoins, ces attentes de rencontres avec Autrui s’avèrent plus ou moins satisfaits au contact de la réalité de l’expérience.

3La spécificité d’un séjour en Erasmus – c’est-à-dire une position particulière d’étranger pour une durée limitée – entraîne deux types de comportements. Le premier est de préserver une distance avec la société d’accueil, le second est au contraire, de tenter de s’immerger totalement dans la culture du pays. Quel que soit le comportement adopté, les jeunes en Erasmus ont du mal à créer des relations avec des locaux. Lorsque c’est le cas, ils sont considérés comme des intermédiaires. Plus fréquemment, ces jeunes finissent par assumer le fait de vivre dans une sociabilité parallèle, constitués exclusivement d’autres jeunes en Erasmus. Les capacités à créer des ponts et à transcender la différence culturelle prennent alors une place importante dans le fonctionnement de groupes de pairs et font émerger des règles générales de savoir-vivre en situation cosmopolite basées notamment sur l’importance d’utiliser une langue comprise par tous, ou encore d’instaurer un climat permettant à la fois de faire-valoir leurs spécificités culturelles tout en permettant aux autres de pouvoir exprimer leurs propres spécificités. Enfin, la festivité y occupe une place prépondérante, les fêtes Erasmus entraînant l’illusion d’une communion entre individus au-delà de leurs différences. La position interstitielle des jeunes en séjour en Erasmus est finalement vécue comme une épreuve de dépassement de soi, comme une parenthèse avant le passage à l’âge adulte. Le temps est vécu intensément, en dehors des rythmes quotidiens et peut permettre de se réinventer en découvrant d’autres milieux sociaux, par exemple.

4À travers l’expérience Erasmus, il s’agit d’étudier le raisonnement cosmopolite et tenter de mettre en exergue en quoi cela se forge une identité européenne. Les jeunes partagent ainsi une vision commune de l’Europe constituée d’une part d’un regard pacifié des pays et de l’oubli des conflits, d’autre part, de l’égale dignité entre les pays, enfin, d’une Europe envisagée comme un espace de mobilités et de possibilités. Lorsque l’auteur s’attache à étudier la vision des jeunes en Erasmus de la société française, deux types de raisonnements sont identifiés. Le premier est de type culturaliste où les jeunes cherchent à mettre au jour les éléments d’une société, le deuxième est au contraire de dé-spécifier ces mêmes éléments, en les appréhendant comme le résultat de déterminations qui ne seraient pas le résultat du pays observé. De manière plus globale, ces jeunes structurent l’espace européen selon deux grands axes (Nord/Sud et Est/Ouest) qui définissent également des types sociétaux. De ces types sociétaux, il en ressort la conscience de l’impossible perfection de chaque société.

5La Bildung cosmopolite incite à la fois, à se questionner et à affirmer sa propre appartenance nationale, et à reconnaître des traits culturels transnationaux qui construisent l’identité européenne. Pour ces jeunes, ces voyages d’apprentissage se traduisent par l’acquisition d’une capacité très valorisée : s’adapter aux différents modes de vie. Se sentir européen serait alors l’effet de ces adaptations. En outre, se sentir européen signifie pour eux, partager avec d’autres individus un certain nombre de conceptions de ce qu’est l’individu, l’Etat et le lien social. Certaines valeurs sont au fondement de l’Europe et c’est une appartenance qui s’enracine dans le fait de tenir à un modèle de vie en commun, d’avoir une vision du monde spécifique.

6Si l’ouvrage de V. Cicchelli nous apporte des éléments de compréhension sur le vécu des séjours en Erasmus et leur réel intérêt pour construire une identité européenne, les apports théoriques y sont également appréciables. Ainsi, il revient sur la sociologie du cosmopolitisme, assez peu développé en France et se réfère aux théories développées par le sociologue anglais, Ulrich Beck. Il enrichit ainsi cette sociologie en y développant la notion de Bildung cosmopolite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Leroux, « Vincenzo Cicchelli, L'esprit cosmopolite. Voyages de formation juvéniles et cultures européennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 août 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9017

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page