Navigation – Plan du site

Catherine Omnès, Laure Pitti, Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins

Xavier Vigna
Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle
Catherine Omnès, Laure Pitti (dir.), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », 2009, 262 p., EAN : 9782753508132.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne-Sophie Bruno et Catherine Omnès (dir.), Les mains inutiles. Inaptitude au travail et emploi en (...)

1La santé au travail constitue aujourd'hui un chantier de l'histoire sociale qui occupe une place croissante. Le mérite en revient incontestablement à Catherine Omnès qui pilote depuis une dizaine d'années un groupe de travail sur cette question. A l'écart des modes, cette équipe poursuit ses recherches qui ont donné lieu à une première publication en 2004 consacrée à L'inaptitude au travail et a fourni une partie des communications de la livraison de la Revue d'histoire moderne et contemporaine consacrée aux « Maladies professionnelles : genèse d'une question sociale »1. Le livre ici présenté est le fruit des activités du Groupe d'histoire travail et santé, et l'ouvrage importe.

2Car par-delà l'austérité apparente du sujet, son importance et son enjeu tiennent à des évolutions très contemporaines que les directrices de l'ouvrage associées à Laure Machu rappellent dès l'introduction : depuis 1995, les courbes des taux de fréquence et de gravité des accidents du travail se sont inversées et progressent, et les maladies professionnelles connaissent une croissance spectaculaire. En retraçant la manière dont le monde du travail a abordé la question du risque et de sa prévention depuis un siècle, l'ouvrage invite à reprendre cet effort séculaire. Un exemple qui revient comme un leitmotiv est à cet égard extrêmement frappant : c'est dès 1906 qu'un inspecteur du travail de Caen, Denis Auribault, signale les dangers de l'amiante. Mais il faut attendre 1997 pour son interdiction ! Entre temps, combien de milliers de travailleurs ont été intoxiqués et sont morts ? De fait, c'est à l'histoire du passage, compliqué et incertain, de la réparation, instauré avec la loi de 1898 sur les accidents du travail, à la prévention que cet ouvrage se consacre.

3C'est la raison pour laquelle la première partie aborde les métiers et les professionnels du risque, ceux que l'on appelle d'un terme un peu barbare mais précis, les « préventeurs ». Les diverses contributions examinent ainsi à la fois des figures déjà connues, comme les surintendantes d'usine (Catherine Omnès) ou les inspecteurs du travail (Jean-Pierre Galland), mais aussi des professions moins fameuses, tels les ingénieurs de sécurité de la métallurgie (Aimée Moutet) ou les médecins-conseils du BTP (Manuela Martini). La seconde partie envisage les instances qui contribuent à l'institutionnalisation de la reconnaissance du risque, tant au niveau international, comme l'Organisation internationale du Travail dans l'entre-deux-guerres (Isabelle Lespinet-Moret), que national, comme l'Etat en charge de l'enseignement technique (Odile Join-Lambert) que régional, ainsi de la CRAM des régions Bourgogne - Franche-Comté depuis 1991 (Françoise Fortunet). La dernière section de l'ouvrage aborde enfin les luttes sociales autour du risque, menées à la fois par le patronat de la métallurgie (Danièle Fraboulet) et la CGT (Laure Machu) dans l'entre-deux-guerres, ou dans la foulée de 68 en Italie (Pietro Causarano) ou en France, notamment chez Penarroya (Laure Pitti).

4Plutôt que de résumer les contributions, deux points ont soulevé notre intérêt. La comparaison avec plusieurs pays voisins (l'Espagne, le Royaume-Uni, la Belgique et l'Italie), permet de relever des moments de cristallisation. Ainsi, la contribution d'Eric Geerkens au fonctionnement des comités de sécurité, d'hygiène et d'embellissement des lieux du travail en Belgique repère un basculement vers 1967-1968. C'est au même moment que naît à Turin un modèle syndical de prévention, qui se diffuse ensuite contre les pratiques habituelles de monétarisation du risque, selon Pietro Causarano. Et ce refus de la monétarisation structure ensuite la grève de 1972 des ouvriers immigrés chez Penarroya et leur long combat contre le saturnisme. En outre, plusieurs contributions soulignent le rôle décisif des médecins, comme experts qui, tantôt minimisent les risques, tantôt les diagnostiquent. Nicolas Hatzfeld, dans son étude sur l'épidémie des affections périarticulaires, pointe ainsi le rôle décisif de quelques médecins dans la région nantaise et en Lorraine au milieu des années 1980 pour enquêter sur cette souffrance au travail, avant la formalisation de la reconnaissance de la maladie en 1991.

5L'ouvrage refermé, on en sait davantage sur cette nébuleuse réformatrice dans l'industrie et sur les obstacles multiples (et pas seulement patronaux !) qu'elle dut affronter pour faire progresser la santé au travail et pour combler le retard français sur l'Italie et la Grande-Bretagne, pointé par Isabelle Lespinet-Moret dans l'entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1 Anne-Sophie Bruno et Catherine Omnès (dir.), Les mains inutiles. Inaptitude au travail et emploi en Europe, Paris, Belin, 2004 ; Catherine Omnès et Paul-André Rosental (dir), « Maladies professionnelles : genèse d'une question sociale », Revue d'histoire moderne et contemporaine, n°56-1, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Vigna, « Catherine Omnès, Laure Pitti, Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 janvier 2010, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/902

Haut de page

Rédacteur

Xavier Vigna

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Nanterre et membre du laboratoire IDHES. Spécialiste des années 68 et historien des mondes ouvriers, il est un des animateurs de l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (https://afhmt.hypotheses.org/).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page