Navigation – Plan du site

« Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », Dissidences, n° 11, 2012

Frédéric Carbonel
Pierre Broué
« Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », Dissidences, n° 11, 2012, 210 p., Le Bord de l'eau, ISBN : 978-2-35687-178-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Écrits non publiés.

1La revue Dissidences parue en mai 2012 est consacrée à l’œuvre de l’historien Pierre Broué (1926-2005), spécialiste du communisme et des mouvements trotskystes mondiaux. Neuf historiens y reviennent sur l’apport fondamental des recherches scientifiques de Pierre Broué effectuées entre les années 1960 et la fin des années 1990. Pour le coordinateur de ce numéro, Jean-Guillaume Lanuque, il s’agit de rompre avec le « désert éditorial » qui a suivi son décès. Rappelons cependant les journées d’études qui furent tenues sur cet historien à l’université de Bourgogne en juin 2010 et le bref hommage paru dans la revue L’Histoire, n°298, en mai 2005 : « Pierre Broué n’a jamais mis son drapeau dans sa poche. Historien de la guerre d’Espagne, des procès de Moscou, du Komintern et du trotskisme dont il a épousé la cause, cet ancien enseignant à l’Institut d’études politiques de Grenoble a traversé des périodes critiques et croisé des personnages qu’il ressuscite dans ses Souvenirs et portraits1 (Fayard) ».

  • 2  Historien du syndicalisme et du mouvement ouvrier.
  • 3  Spécialiste du trotskysme et de l’histoire de l’URSS.
  • 4 Groupe de recherche en Histoire de l’Université de Rouen.
  • 5 IEP Lyon.
  • 6  Rédacteur de la revue Dissidences.
  • 7  Responsable de l’association des Amis de Pierre Broué.
  • 8 Voir notamment la Notice biographique rédigée par J.-G. Lanuque publiée dans le Maitron. Dictionnai (...)

2On notera la qualité et la diversité des différents collaborateurs sélectionnés pour cette publication : Michel Dreyfus2 (« Pierre Broué historien du communisme et du trotskysme ») ; Jean-Jacques Marie3 (« Pierre Broué historien du bolchevisme et du stalinisme ») ; Ludivine Bantigny4 (« Un historien révolutionnaire face à l’histoire des révolutions. Pierre Broué ou l’histoire contre l’assassinat de la mémoire ») ; Gilles Vergnon5 (« Outsider ou pionnier, militant et universitaire ? Pierre Broué historien dans les années 1960-1970 ») ; Jean-Guillaume Lanuque6 (« Autour du Trotsky de Pierre Broué : quelle réception pour quelle postérité ? ») ; Gérard Roche7 (« Pierre Broué et la création de l’Institut Léon Trotsky »). À noter que plusieurs de ces contributeurs ont eu la chance de s’entretenir avec Pierre Broué du temps de son vivant8.

  • 9 Ou Organisation Communiste Internationaliste. Pierre Broué sera définitivement écarté de ce courant (...)

3Les derniers articles du numéro resituent l’engagement de Pierre Broué ainsi que la « couleur partisane » de plusieurs de ses écrits dans le contexte des années 1950 jusqu’au milieu des années 1970, époque où il appartenait à la direction d’une des trois principales branches du trotskysme français : le groupe dit Lambert9. En effet, cet historien fut directement plongé dans les événements de mai 1968 à rattacher aux affrontements idéologiques entre Etats-Unis et URSS. Plusieurs papiers les évoquent ici : « Pierre Broué et la discussion sur Cuba, 1961-1963 » (Jean Hentzgen) ; « Pierre Broué, militant internationaliste (Pologne-Hongrie, 1956-1973) » (Matthieu Le Tallec) ; « L’action militante de Pierre Broué à Grenoble autour de mai 1968 » (Pierre Saccoman).

4Pierre Broué est né le 8 mai 1926 à Privas en Ardèche. Elevé dans une famille républicaine et laïque, il s’initie à l’histoire au début de la seconde guerre mondiale. Il s’éveille dès cette époque à la politique, influencé par un érudit local, Elie Reynier, membre du Syndicat National des Instituteurs et dirigeant de la Ligue des droits de l’homme de l’Ardèche. C’est ce mentor qui lui fait découvrir l’Histoire de la révolution russe de Trotsky. Il lui donne aussi le goût des grandes fresques historiques comme celles des Annales (Marc Bloch et Lucien Febvre) ou des historiens de la Révolution Française (Georges Lefebvre, Albert Mathiez).

  • 10 Meurtres au maquis, Paris, 1997 (coécrit avec Raymond Vacheron) retrace les dissensions fratricides (...)

5Après ses jeunes années passées au Lycée de Privas, Pierre Broué fait son entrée en hypokhâgne à Marseille. C’est là, en 1942-1943, qu’ il prend contact avec un réseau des Mouvements Unis de Résistance (MUR). À la suite il est nommé en Khâgne au Lycée Henri IV de Paris où il participe aux activités clandestines d’une cellule parisienne des étudiants communistes entre septembre 1943 et la Libération. Cependant à partir de 1944 il s’éloigne des directives nationalistes du PCF10. Il rejoint alors les militants parisiens du PCI (Parti communiste internationaliste – section française de la Quatrième Internationale). Il s’intéresse aux activités du groupe Socialisme ou Barbarie animé par Claude Lefort et Cornélius Castoriadis. À la fin des années 1940, Pierre Broué est très attentif à la situation en Yougoslavie et à l’évolution du Titisme. Au cours de la scission en 1952 au sein de la section française de la IVe Internationale il soutient les « lambertistes » contre les « pablistes » et reste opposé à une politique d’entrisme au sein du PCF.

6En plus de ces activités militantes, on retiendra le parcours exemplaire de l’enseignant-chercheur : obtention du CAPES (1960), assistant IEP Grenoble (1965), doctorat en Histoire de l’Université de Nanterre (1971), professeur des universités (1981). Tout au long de cette période, Pierre Broué multiplie les responsabilités syndicales d’abord au Syndicat national de l’enseignement technique puis au Syndicat national de l’enseignement secondaire (alors membre de la FEN). Il devient secrétaire académique, dirigeant Ecole Emancipée….  

  • 11  En plus des différences d’appréciations sur les écrits d’Isaac Deutscher, premier biographe de Tro (...)
  • 12  Voir les travaux de Pierre Broué sur la formation d’une « opposition de gauche » au sein du parti (...)
  • 13  La Quinzaine Littéraire, décembre 1988 (cité par J.-G. Lanuque).
  • 14  La thèse de Pierre Broué portait sur l’échec de la révolution allemande qui pouvait expliquer la v (...)

7En se remémorant cette époque, Michel Dreyfus rappelle ses relations complexes avec lui. Il met aussi en évidence la principale critique apportée à ses travaux historiques11 : une histoire politique et événementielle où la tactique et la stratégie des groupes et des partis occupent la première place12. De la même façon, ses analyses politiques auraient été mises trop en avant au détriment des éclairages sociaux et économiques. Ce jugement sera réitéré par Maurice Nadeau : Pierre Broué « néglige les arrière-plans sociaux, économiques et politiques13 ». Ce reproche pourrait aussi s’expliquer par les « sympathies » trotskistes que « l’historien engagé » affichait ouvertement ainsi que ses rapports délétères avec la présidente de son jury de thèse, la spécialiste du « communisme orthodoxe » français, Annie Kriegel14.

8Néanmoins, Gilles Vergnon replace les productions scientifiques de Pierre Broué dans leur contexte intellectuel et culturel marqué par sa rencontre avec Edgard Morin alors responsable des Editions de Minuit. Ses premières années de recherche se conclurent positivement avec plusieurs publications importantes : La révolution et la guerre d’Espagne coécrit avec Emile Témine (1961), Révolution en Allemagne, 1917-1923 (1971), Les procès de Moscou (Gallimard, 1965) et Le Printemps des peuples commence à Prague (SELIO, 1970). Suivront les années Fayard ponctuées d’importantes biographies : Communistes contre Staline (2003) ; Rakovsky, ou la révolution dans tous les pays (1996) ; Trotsky (1988). De plus, Gille Vergnon met en lumière l’écho bigarré de ces premiers écrits dans le monde des universitaires des années 1960-1970 : Antoine Prost, Pierre Sorlin, Hélène Carrère d’Encausse...

  • 15  Voir les sommaires des Cahiers recensés p. 153-156 de ce numéro.
  • 16  Voir notamment P. Feydel « Cinq chercheurs en quête de vérité », Le Matin, 23-24 février 1980 ; «  (...)

9Par ailleurs, Jean-Jacques Marie souligne la lucidité et la clairvoyance des examens de Pierre Broué sur la bureaucratie et le totalitarisme soviétique notamment lorsqu’il rédigea ses brochures sur la vague révolutionnaire traversant les pays de l’Europe orientale au milieu des années 1950 dans La révolution hongroise des conseils ouvriers (SELIO, 1976) et Pologne-Hongrie 1956 (EDI, 1961). Ces études rendaient parfaitement compte des combats du mouvement ouvrier à l’Est de l’Europe pour la défense des libertés démocratiques. Toutefois, comme le relate Gérard Roche, l‘ambition première de Pierre Broué était de créer un centre de recherche dédié à Trotsky qui aurait sa propre revue : Les cahiers Léon Trotsky15. Cet Institut, fondé en 1977, allait profiter de l’ouverture à la Houghton Library de Harvard des archives Trotsky en 1980 et de l’accès en 1984 à la Hoover Institution on War, Revolution and Peace, Stanford University. Les différents séjours de l’équipe de scientifiques français partis aux Etats-Unis sous la direction de Pierre Broué pour inventorier des milliers de documents inéditsallaient faire l’admiration des journalistes français16. Des pans entiers de l’histoire de l’URSS pouvaient désormais être revus.

10On soulignera la singularité des sources utilisées par J.-G. Lanuque, et publiées dans la presse française peu avant la chute du mur de Berlin, justement sur le fameux Trotsky. Parmi les contemporains retenus pour l’enquête : Eric Roussel, Max Gallo, Alexandre Adler…

Haut de page

Notes

1  Écrits non publiés.

2  Historien du syndicalisme et du mouvement ouvrier.

3  Spécialiste du trotskysme et de l’histoire de l’URSS.

4 Groupe de recherche en Histoire de l’Université de Rouen.

5 IEP Lyon.

6  Rédacteur de la revue Dissidences.

7  Responsable de l’association des Amis de Pierre Broué.

8 Voir notamment la Notice biographique rédigée par J.-G. Lanuque publiée dans le Maitron. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (Dir. Cl. Pennetier, tome II, 1940-1968) et reprise dans ce numéro.

9 Ou Organisation Communiste Internationaliste. Pierre Broué sera définitivement écarté de ce courant en 1989 en raison de ses rapports tumultueux avec son principal dirigeant, Pierre Lambert.

10 Meurtres au maquis, Paris, 1997 (coécrit avec Raymond Vacheron) retrace les dissensions fratricides au sein des résistants communistes français.

11  En plus des différences d’appréciations sur les écrits d’Isaac Deutscher, premier biographe de Trotski.

12  Voir les travaux de Pierre Broué sur la formation d’une « opposition de gauche » au sein du parti communiste d’URSS en 1929 puis du « bloc des gauches » constitué en 1932 pour enrayer la montée du stalinisme.

13  La Quinzaine Littéraire, décembre 1988 (cité par J.-G. Lanuque).

14  La thèse de Pierre Broué portait sur l’échec de la révolution allemande qui pouvait expliquer la victoire du stalinisme en URSS.

15  Voir les sommaires des Cahiers recensés p. 153-156 de ce numéro.

16  Voir notamment P. Feydel « Cinq chercheurs en quête de vérité », Le Matin, 23-24 février 1980 ; « Les derniers secrets des Archives de Trotsky », entretien entre Philippe Robrieux et Pierre Broué, Le Monde, 4 mai 1980 et Alexandre Adler, « Quand Broué rend justice à Trotsky », Le Matin, 27 février 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Carbonel, « « Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », Dissidences, n° 11, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 août 2012, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9025

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Carbonel

Docteur en histoire contemporaine (Groupe de recherches en Histoire, Université de Rouen - Laboratoire GRHIS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page