Navigation – Plan du site

Gilbert Dalgalian, Capitalisme à l'agonie : quel avenir pour Homo sapiens ? La pulsion démocratique, des origines à l'autogestion

Christopher Lecat
Capitalisme à l'agonie : quel avenir pour Homo sapiens ?
Gilbert Dalgalian, Capitalisme à l'agonie : quel avenir pour Homo sapiens ? La pulsion démocratique, des origines à l'autogestion, Paris, L'Harmattan, 2012, 170 p., ISBN : 978-2-296-56974-4.
Haut de page

Texte intégral

1Gilbert Dalgalian, docteur en linguistique propose, dans cet ouvrage, une approche globale de la démocratie et de son devenir. L’auteur tire les enseignements de nombreuses disciplines, de la paléontologie aux neurosciences en passant par les sciences de l’éducation, pour mettre en valeur le potentiel immense de l’Homme à corriger sa trajectoire et changer son avenir.

2L’ouvrage, « en toile d’araignée », comme l’auteur aime le rappeler, se découpe en trois parties faisant appel à des sciences distinctes. La paléontologie, la linguistique et les sciences de l’éducation nous permettent, dans une première partie, de comprendre l’évolution de l’Homme depuis ses origines. La seconde offre une analyse pertinente et critique de la situation politique, économique et sociale contemporaine. Enfin, la dernière partie invite à la réflexion et propose quelques pistes pour recentrer l’Homme dans la nature et l’organisation sociale. Dans un souci de clarté, nous ne présenterons pas les parties dans leur succession originale.

3Le XXsiècle a été marqué par une crise généralisée, crise économique et sociale, diplomatique et environnementale. Face à ces nombreux défis, l’humanité est amenée à se transformer pour survivre, comme elle le fait depuis des millions d’année. Nous voilà face à une première interrogation : comment l’Homme s’est-il doté d’une capacité de métamorphose, d’adaptation face aux pressions de l’environnement ? G. Dalgalian retourne aux origines de l’Homme pour mieux comprendre cette spécificité. L’invention de la bipédie, qui conduisit à l’Homo Erectus, est une des étapes primordiales dans le développement de ses capacités d’adaptation. Par cette élévation, Homo Erectus a modifié sa structure squelettique, laissant ainsi plus de volume au développement cérébral. Cette transformation a également impacté le processus de reproduction. La période de gestation devient plus courte que celle des quadrupèdes, depuis Homo Erectus, l’humanité accouche de prématurés, d’êtres inachevés.

  • 1  G. Dalgalian, « Capitalisme à l'agonie : quel avenir pour Homo sapiens ? La pulsion démocratique, (...)

4Or, ce prématuré dispose, dès sa naissance, d’un patrimoine génétique formidable, plus de 100 milliards de neurones. Cependant, il naît sans aucun savoir-faire, sans aucune compétence, à l’inverse des autres êtres vivants. Ce caractère inachevé entraîne l’obligation pour les parents ou la communauté d’accompagner le nouveau-né dans sa construction. Disposant d’une base neuronale importante, le jeune enfant va se développer en fonction de son environnement et entrer dans des « jeux cognitifs »1 de manière à construire des liaisons synaptiques. Héritier d’un patrimoine génétique, l’individu va pourtant se construire une base neuronale unique. Ce processus de construction synaptique permet d’expliquer pourquoi l’espèce humaine est la seule composée d’individus si uniques et différents. Cette différence tient sur tous les aspects, culturel, religieux, linguistique, organisationnel, etc.

5G. Dalgalian utilise l’image du grand écart pour insister sur plusieurs aspects contradictoires, paradoxaux de l’Homme. D’un côté, héritier d’un patrimoine génétique vieux de plusieurs millions d’années, l’Homme est archaïque. De l’autre, il manipule les nouvelles technologies et vit dans un monde nouveau, en constant changement. L’Homme est aussi moderne. L’écart est plus marquant entre les capacités d’invention et de créativité de l’Homme et ce qu’il en a fait. L’organisation solidaire primaire, permettant chasse et cueillette, a disparu au profit d’une société marquée par l’individualisme et l’opportunisme. Durant cette évolution, le rapport entre l’Homme et la nature s’est également inversé. L’adaptabilité de l’Homme face aux pressions de l’environnement s’est effacée pour faire place à une maîtrise de la nature par ce dernier. Cette maîtrise a d’abord été perçue comme bienfaitrice, jusqu’à la prise de conscience, progressive et toujours fragile, des dangers de la destruction environnementale.

  • 2  Ibid., p. 158.

6Homo Erectus, Homo Sapiens, puis Sapiens Sapiens, l’humanité doit faire face aujourd’hui à ses choix passés. L’Homme est-il devenu un Homo Economicus logique, rationnel et servile. Sommes-nous condamnés à devenir des « Homo Roboticus Servus »2 ? Pour s’adapter, il convient avant tout de mieux comprendre les erreurs passées. G. Dalgalian s’attache à décrire de manière cinglante l’état de la civilisation actuelle. La description sociétale de G. Dalgalian nous pose face à un corps social en inertie et à un détournement des avancées technologiques et scientifiques en faveur des profits et de la sacro-sainte loi des retours sur investissement. La démocratie en faillite, dite représentative, est pourtant dénuée de toute représentativité. Certains passages, traitant du conditionnement total de la société, génétique, politique, idéologique et même biologique nous rappellent avec étonnement les écrits de George Orwell ou d’Aldous Huxley. La science-fiction devient réalité.

7L’organisation sociale et politique doit être réinventée pour sortir l’humanité de cette impasse. L’auteur expose longuement sa vision d’une nouvelle éducation, nouvelle tant dans son fonctionnement que dans sa structure et ses locaux. L’éducation est, selon lui, le principal vecteur de changement. Le plaisir d’apprendre, la curiosité et l’imagination doivent succéder au devoir et à l’effort d’apprendre. L’école doit former des citoyens émancipés. Par une meilleure éducation, le corps social doit prendre conscience des impasses auxquelles il est confronté. Par une meilleure éducation, l’Homme pourra rénover la démocratie.

  • 3  Ibid., p. 145.

8La démocratie est au cœur de cet ouvrage. L’état « libéral-répressif »3 dominant par ses logiques d’évaluation, de sélection et de mise en compétition, s’est immiscé dans tous les aspects de la vie sociale. La mainmise idéologique s’est pleinement réalisée pour que le diktat des marchés financiers soit perçu comme la seule finalité possible. Pour sortir de cette situation de servitude – quasi-volontaire - une procédure d’émancipation doit se réaliser. Une sortie du productivisme destructeur et de la course au profit ou une véritable délégation de pouvoir et de responsabilité sont autant de chemins menant vers le changement et la survie. Le pouvoir doit être entièrement entre les mains du peuple, pour une véritable souveraineté populaire. Pour ce faire, la démocratie autogestionnaire doit être progressivement mise en place en réhabilitant la conscience et la parole du peuple. L’imbrication de l’état et des pouvoirs financiers, l’absence de contre-pouvoir réels, et les phobies sécuritaires sont une partie des éléments à proscrire définitivement des démocraties.

9L’autogestion fait souvent écho à une organisation sans état. Or ici, de mon point de vue, le terme de « démocratie autogérée » fait consensus, mais il n’est pas évident à saisir. Si le concept est utilisé par l’auteur pour remettre en valeur la souveraineté populaire et la responsabilité collective, la place et la fonction de l’état dans un tel système n’y sont pas clairement expliquées.

  • 4  Ibid., p. 159.
  • 5  Ibid., p. 161.

10En somme, face cette crise généralisée, l’humanité se trouve face à un dilemme cornélien : poursuivre son chemin et ses erreurs, aboutir à un véritable « Homo Roboticus Servus » et faire de la fiction réalité ou (re) gagner sa liberté et le chemin vers un « Homo Solidaris Responsabilis »4. L’Homme doit retrouver ses vraies sources, ses origines profondes, ne pas faire table rase de ses capacités d’évaluation et de créativité pour que « l’impossible devienne le chemin de la survie »5. Faut-il une tension pour engendrer le changement ? Même si la réponse peut être négative, la crise actuelle marque l’urgente nécessité de transformer en profondeur l’organisation complète des sociétés humaines.

11G. Dalgalian s’est attaché, dans cet ouvrage, à responsabiliser les individus face aux dangers auxquels notre trajectoire de développement nous mène, ces dangers sont, par ailleurs, déjà visibles comme le montrent l’émergence des états totalitaires, la résurgence des inégalités depuis la fin des trente Glorieuses et la dégradation de l’environnement. Or, un autre développement est possible. Finalement, nous pouvons reprocher à l’auteur d’avoir traité trop de sujets, d’avoir peut-être trop dérivé dans ses écrits, fait que G. Dalgalian admet, mais cela n’en reste pas moins un écrit riche en connaissances nouvelles, émanant de diverses disciplines. À sa décharge, cet ouvrage est à l’image de l’humain, complet, complexe et diversifié.

Haut de page

Notes

1  G. Dalgalian, « Capitalisme à l'agonie : quel avenir pour Homo sapiens ? La pulsion démocratique, des origines à l'autogestion », Paris, L'Harmattan, 2012, 170 p., p. 45.

2  Ibid., p. 158.

3  Ibid., p. 145.

4  Ibid., p. 159.

5  Ibid., p. 161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christopher Lecat, « Gilbert Dalgalian, Capitalisme à l'agonie : quel avenir pour Homo sapiens ? La pulsion démocratique, des origines à l'autogestion », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 août 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9053

Haut de page

Rédacteur

Christopher Lecat

Etudiant en Master 2 économie, spécialisation Économie et gestion du goût et du luxe à l'Université de Reims Champagne Ardenne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page