Navigation – Plan du site

Cyrille Rougier, Adrien Pégourdie, Sophie Orange, Stéphane Chantegros, La fabrique biographique

Abdia Touahria-Gaillard
La fabrique biographique
Cyrille Rougier, Adrien Pégourdie, Sophie Orange, Stéphane Chantegros (dir.), La fabrique biographique, Limoges, Presses universitaires de Limoge, coll. « Sociologie & Siences sociales », 2012, 190 p., ISBN : 9782842875664.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherches sur les milieux p (...)

1L’ouvrage collectif, La fabrique biographique, regroupe en dix contributions les aspects les plus hétéroclites de la notion de biographie. En effet, dans une introduction très dense et fouillée, les auteurs s’intéressent aux « constructions biographiques en sciences sociales » et reprennent les différentes acceptions et conceptions de cette notion qui est à la fois un outil et un objet1. Les auteurs, dont les contributions combinent à la fois enquêtes quantitative et qualitative, ne remettent pas en question l’intérêt de l’usage des notions de biographie ou de carrière, mais il leur semble que le succès qu’ont connu ces termes invite à plus de vigilance. En effet, l’inflation de ces notions sur « le marché conceptuel » en a multiplié les définitions, créant ainsi une confusion. Loin de considérer que biographie, trajectoire, carrière, histoire de vie, itinéraire et autres… sont des équivalents interchangeables, les auteurs prennent le soin de définir dans leurs textes chacune des notions dont ils font usage, d’inscrire cet emploi dans une filiation, d’en préciser les présupposés théoriques sous-jacents et de l’incarner au moyen des matériaux empiriques. Le format court des contributions permet au lecteur de prendre connaissance d’une diversité de terrains, variés par leur objet et leur méthodologie. En effet, les champs sociologiques abordés dans le livre sont divers : de la sociologie historique à celle du sport, en passant par l’analyse des parcours scolaires ou encore du goût musical. L’ouvrage se divise en trois parties dont les deux premières regroupent trois chapitres et la dernière, quatre.

  • 2  Chantegros, Orange, Pégourdie, Rougier, (dir.), La fabrique biographique, Limoges, PULIM, coll. «  (...)
  • 3  op.cit., p. 41.
  • 4  op.cit., p. 44.

2Au cours de la première partie « Biographies et socialisation », les contributeurs s’intéressent au sens que prennent certaines expériences vécues dans le parcours des individus. Cette partie s’ouvre sur « La force des destins d’institution. Analyse comparée en monde clérical et sportif », Charles Suaud s’attelle à l’analyse « des devenirs biographiques en situation de socialisation instituée »2 et nous montre « les effets durables des catégories d’institution »3. Il compare deux univers a priori très éloignés : celui des prêtres et celui des sportifs. La situation de certains prêtres qui après l’ordination ont fait le choix de s’inscrire dans le monde social et d’adopter le bleu de travail de l’ouvrier s’apparente à celui des sportifs de haut niveau. Leur corps est, toutes proportions gardées, mis à l’épreuve. La notion d’incorporation, en mettant le corps au centre des analyses, permet de considérer les biographies avec un nouveau regard. En tant qu’outil « à l’articulation du monde extérieur et de l’intériorité de l’individu »4, le corps permet de comprendre les transformations individuelles et les comportements des agents face à de nouvelles situations. Car en effet, pour les uns comme pour les autres, il serait illusoire de croire que l’empreinte faite par les institutions sur les corps et les esprits serait indélébile. De même que de croire à une inconditionnelle liberté des agents : il est certain que la faculté d’adaptation et les résistances individuelles infléchissent les trajectoires.

3Dans un tout autre registre, la contribution de Wenceslas Lizé s’intéresse également à une expérience sociale particulière, en l’occurrence celle du goût musical. Pour ce faire, son travail de thèse a consisté à articuler plusieurs perspectives : l’histoire sociale afin de saisir la construction historique du goût musical, l’étude de l’offre en matière de production artistique, l’analyse statistique des caractéristiques du public concerné et pour finir une approche qualitative qui s’inspire de la sociologie de la réception pour comprendre le goût et sa formation par le prisme des comportements et des usages des amateurs. L’étude de la trajectoire biographique, que l’auteur prend soin de distinguer de l’étude de la trajectoire sociale, permet certes de comprendre avec davantage de finesse les parcours des jazzophiles mais sans pour autant autoriser le sociologue à distinguer des facteurs explicatifs du goût et de sa genèse, parmi tous les événements personnels, les ruptures ou les bifurcations.

  • 5  op.cit., p. 65.
  • 6  op.cit., p. 62.

4Pour clore cette première partie, José Luis Moreno Pestena, dans son travail sur les troubles alimentaires, s’intéresse notamment à la notion de carrière et à ces « présupposés téléologiques »5. Selon lui, les carrières sont soumises à des contingences, des probabilités de voir certains événements se produire. Les carrières ne « fonctionne (nt) pas comme un mécanisme stable et prévisible »6 elles ont des commencements et des fins non programmables et leur temporalité varie. Il en est de même pour les dispositions. S’appuyant notamment sur les travaux d’Emmanuel Bourdieu, l’auteur considère que le commencement d’une disposition ou sa fin ne peuvent être définies dans la mesure où elles ne peuvent être considérées de manière isolée.

  • 7  sections de technicien supérieur.
  • 8  op.cit., p. 90.

5La seconde partie, « Espaces de conformation et de confirmation », regroupe trois contributions qui montrent comment les institutions transforment les individus et/ou confirment les comportements. Cette partie de l’ouvrage commence avec le chapitre de Sophie Orange. La méthodologie employée dans le cadre de sa thèse et résumée dans sa contribution permet de dépasser les écueils bien connus des entretiens biographiques. Les biais liés à la reconstruction, à la recherche de la cohérence et de la linéarité des parcours sont courants. L’auteur a tenté d’échapper à ces difficultés en mettant en place une enquête longitudinale en quatre vagues afin d’interroger, à l’aide d’un questionnaire, une cohorte d’étudiants engagés dans un cursus STS7. Les questions portent sur leur expérience vécue de la formation et leurs projets de reconversion, d’arrêt ou de continuation. Cette démarche longitudinale permet à l’auteur d’avoir accès à certains épisodes dans le parcours de l’étudiant qui auraient probablement été occultés si cette restitution avait été faite en entretien. Par ailleurs, l’interprétation que peut faire le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche des résultats scolaires des étudiants peut être erronée. Une lecture superficielle de ces résultats ne s’attarde pas sur le sens des réussites ou des échecs. Or certaines réussites peuvent l’être au prix d’un renoncement à la filière de son choix et certains échecs peuvent être dus à un arrêt prématuré pour rejoindre le diplôme convoité. Autrement dit, seule une interrogation régulière en cours de parcours peut permettre d’interpréter les issues scolaires et de comprendre comment s’articulent les trajectoires individuelles, celle de la fratrie, de la famille, du groupe de pairs ou d’une génération ou encore d’un groupe social.8

6Le second chapitre aborde également la question des parcours scolaires. Samuel Bouron et Karim Souanef s’intéressent à la formation des journalistes sportifs en s’appuyant sur l’exemple de deux écoles de journalisme. Les auteurs observent que ces institutions mettent en œuvre des modalités différentes de sélection à l’entrée et privilégient certains types de parcours scolaires : linéaires et cohérents pour l’une, moins sélectif et moins socialement homogène pour l’autre. Ces entrées dans la carrière de journaliste infléchissent différemment les parcours et révèlent les modes de reproduction à l’œuvre dans ces formations.

  • 9  op.cit., p. 120.

7Par ailleurs, le genre est également une variable importante et utile pour comprendre certaines trajectoires notamment professionnelles. Maud Navarre nous le montre en étudiant le « Devenir femme politique ». Elle s’intéresse au parcours professionnel au prisme de la carrière de genre et met ainsi en évidence le fait qu’il s’agit d’une profession sous « tension de genre »9. Appréciées pour mettre au service du politique des qualités jugées proprement féminines, les femmes se heurtent à la mise en cause de leur « identité corporelle » dès lors qu’elle tente d’embrasser une carrière politique moins proches des administrés (où « leur » place est légitimée par l’application de l’écoute et de l’empathie) ou encore une carrière plus éloignée des instances dites « sociales ».

  • 10  op.cit., p. 129.
  • 11  op.cit., p. 129.
  • 12  op.cit., p. 129.

8La troisième partie, « Devenirs individuels et configurations sociales », met en évidence l’entrelacement et l’interdépendance des parcours individuels et des transformations structurelles. Cette partie s’ouvre sur la contribution de Marie-Pierre Pouly, intitulé « rendre raison des écrits (auto) biographiques d’un écrivain ». Elle s’intéresse au cas de Pierre Guyotat, écrivain français de la seconde moitié du siècle. Pour mieux donner à voir le parcours de cet auteur elle divise son propos en deux parties principales. La première au cours de laquelle, pour mieux comprendre l’homme et ses choix, elle revient sur trois types d’histoire : familiale, celle des opportunités personnelles de Guyotat et celle du « champ intellectuel, littéraire et éditorial ».10 Dans la seconde partie, elle revient sur « les fonctions de l’autobiographie et de la biographie littéraire »11 dans le cas spécifique de Pierre Guyotat et met en évidence le triple projet de ces entreprises biographiques : une recherche de la consécration littéraire, de la mise en cohérence de sa vie et pour finir d’inscription dans sa famille.12 Le parcours intellectuel et social d’un écrivain, jugé un temps à la marge, permet de montrer que les carrières littéraires prennent forme à la faveur d’un processus de consécration, processus rendu possible par la production littéraire elle-même.

9Toujours dans le champ de la création artistique, le chapitre d’Adrien Pégourdie se consacre aux « effets de génération dans le rapport au métier des intermittents en musique classique. » Au moyen d’une enquête ethnographique par entretiens et observations, l’auteur s’intéresse à la trajectoire professionnelle des musiciens classiques et rend compte des effets de générations sur la façon d’occuper son statut d’intermittent, d’y avoir accès, de s’y maintenir, d’y évoluer. Prenant pour appui théorique la définition bourdieusienne des trajectoires, l’auteur détaille « « les trois âges » de l’intermittence ». Grâce à son étude des trajectoires, il montre que la génération, en ce qu’elle définit une classe d’âge et un contexte social bien particulier de représentations, a également une incidence sur les manières de concevoir son métier et son mode d’occupation.

  • 13  Bernard Pudal et Olivier Fillieule, « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement (...)

10Le chapitre suivant, de Nedjib Sidi Moussa, traite du « devenir révolutionnaire ». Pour ce faire l’auteur propose de produire une sociologie des trajectoires révolutionnaires en s’intéressant au cas des membres du Conseil national révolutionnaire durant la Guerre d’Algérie. Son étude porte sur l’analyse des parcours de la trentaine de membres du CNR. En s’appuyant sur Bourdieu et Strauss, l’auteur est vigilant à ne jamais dissocier « histoire individuelle, institution et contextes13 ».

11Cette troisième partie et le livre s’achèvent sur le travail de thèse de Séverine Sofio. Sa recherche l’a conduite à étudier la division sexuelle du travail dans le champ des Beaux-Arts de 1789 à 1848. L’usage de la biographie en sociologie historique s’avère très utile pour peu que le chercheur sache distinguer les sources et les exploiter en gardant en mémoire les contextes de production de ces textes : récits autobiographiques, récits de carrière produits du vivant de l’artiste, biographies posthumes sont nécessaires à la reconstitution des trajectoires mais exposent à trois types d’écueil : tout d’abord, l’illusion biographique qui guette tout biographe lorsqu’il s’attelle à la reconstitution a posteriori d’une trajectoire ; deuxièmement, la rareté des données socio-démographiques telle que l’origine sociale, la profession du père etc.… jugées anecdotiques et inutiles dans le cadre d’une biographie d’artiste ; et pour finir, le contexte de production de ces biographies qui en tant que production littéraire sont révélatrices des intérêts et des attentes de leur époque.

12Afin d’éviter ces difficultés liées à l’exploitation de ces sources, Séverine Sofio a combiné trois usages de la biographie fondés pour chacun sur un type de recontextualisation des données. Elle a commencé par séquencer les parcours individuels d’une population sélectionnée au préalable pour ensuite les comparer à une plus grande échelle. Elle a ainsi pu établir une biographie collective. La deuxième étape est une reconstitution diachronique qui s’apparente à la mise en évidence de carrières. Le traitement statistique et l’importance de l’évolution dans le temps mettent en relief les processus à l’œuvre à l’échelle de l’individu ou du collectif. Pour finir, l’auteur s’attelle à une recontextualisation structurelle à savoir la prise en considération des pratiques et des discours dominants, des systèmes normatifs et des ruptures biographiques justifiant des changements de l’identité sociale de ces artistes. Ce travail a permis de faire taire certains préjugés relatifs au destin des femmes artistes, préjugés selon lesquels ce serait uniquement le genre qui orienterait leur carrière, laissant ainsi de côté tous les autres paramètres que sont les spécialisations techniques, les ateliers de formations, l’origine géographique etc.

13L’ouvrage, dont nous venons de détailler les contributions, ne propose pas de conclusion. Mais la densité de son introduction, riche en références et en citations, ainsi que la diversité des chapitres, compense cette absence.

Haut de page

Notes

1  Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherches sur les milieux populaires », Politix, n° 27, 1994, p. 32.

2  Chantegros, Orange, Pégourdie, Rougier, (dir.), La fabrique biographique, Limoges, PULIM, coll. « Sociologie et sciences sociales », 2012, p. 43.

3  op.cit., p. 41.

4  op.cit., p. 44.

5  op.cit., p. 65.

6  op.cit., p. 62.

7  sections de technicien supérieur.

8  op.cit., p. 90.

9  op.cit., p. 120.

10  op.cit., p. 129.

11  op.cit., p. 129.

12  op.cit., p. 129.

13  Bernard Pudal et Olivier Fillieule, « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacements des méthodes d’enquête », in Eric Agrikoliansky (dir.), Penser les mouvements sociaux, La Découverte, 2010, p. 163-184, cité par Nedjib Sidi Moussa, p. 169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdia Touahria-Gaillard, « Cyrille Rougier, Adrien Pégourdie, Sophie Orange, Stéphane Chantegros, La fabrique biographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9055

Haut de page

Rédacteur

Abdia Touahria-Gaillard

Doctorante au sein de l’équipe de recherche sur les inégalités sociales (centre Maurice Halbwachs)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page