Navigation – Plan du site

Antoine Grandjean, Florent Guénard, Le ressentiment, passion sociale

Frédérique Langue
Le ressentiment, passion sociale
Antoine Grandjean, Florent Guénard (dir.), Le ressentiment, passion sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Philosophica », 2012, 236 p., ISBN : 978-2-7535-1987-9.
Haut de page

Texte intégral

1Traditionnellement inscrit dans un ensemble de définitions a contrario, le sentiment « spécifiquement moderne » qu’est le ressentiment est abordé à travers cet ouvrage dans une perspective résolument collective, à savoir sa dimension sociale. Les analyses de philosophie politique, de psychologie clinique, de philosophie, de sociologie et d’histoire qui le composent proposent à cet égard une définition à la fois relativiste et ouverte à cet apport pluridisciplinaire conséquent : celle d’un “système socio affectif” intrinsèquement lié à des émotions négatives (haine, hostilité, envie). Proie et expression tout à la fois de l’impuissance, le ressentiment est en effet fréquemment appréhendé dans une perspective nietzschéo-schelérienne qui tend à associer cette manifestation de « faiblesse » à un jugement politique sans appel. En vertu du « processus de civilisation » analysé par Norbert Elias, certaines époques sont elles-mêmes considérées comme porteuses d’émotions mal maîtrisées. Au-delà des formes changeantes du processus psychologique ici pris en considération et des formes abstraites que peuvent revêtir les imaginaires en présence, l’ouvrage s’attache à analyser les fondements sociaux de ce discrédit, l’associant au regard porté par les élites sociales à l’encontre des manifestations populaires et, plus généralement, des mouvements revendicatifs. Il fait état des circonstances qui ont facilité l’émergence de cette perception dans l’ordre social, insistant sur le fait que l’Etat social né après la Deuxième guerre mondiale, incarnation d’un État Providence fondé sur la minoration des inégalités, a considérablement changé la donne, subvertissant la perspective communément admise. La « logique du ressentiment » ne procéderait plus, en effet, de ces inégalités sociales d’Ancien Régime telles que les avaient décrites Tocqueville, de l’hostilité voire de l’envie émanant des classes défavorisées mais des élites désormais « mises à contribution » — il y a « subversion des valeurs par l’ordre bourgeois » dans la genèse du capitalisme. Les actions humanitaires et le modèle compassionnel qu’elles développent n’échapperaient guère à cette dissymétrie et à cette inégalité de fond, qui tendent également à faire du ressentiment un sentiment « mondialisé ».

2La société contemporaine se présente dès lors comme l’observatoire privilégié d’un sentiment complexe dont les approches sont ainsi revisitées en faisant la part de l’affect dans cette « passion mal famée », ancrée dans le souvenir d’un passé, révolu ou non, expression d’un desiderium collectif visant à la réparation d’un tort ressenti en commun et à une reconnaissance de fait. Les analyses axiologiques sont ici évacuées au profit d’une étiologie de la souffrance, de la violence voire de la vengeance/soif de justice et de la guerre des valeurs qui la sous-tend si l’on considère les divers paradigmes véhiculés par les révolutions. Sont ainsi évoquées les « politiques du ressentiment », et les principes qui les animent, liés à la démocratie — conçue comme un héritage naturalisé du christianisme —, au socialisme, à l’anarchie, ou encore au féminisme. Les compagnons du ressentiment que sont la haine, la colère, l’envie et la vengeance en viennent à composer ce que Chateaubriand qualifiait de « vrai dictionnaire des révolutions », conjonction déjà relevée dans les textes anciens (Platon, Aristote) ou à l’âge classique (l’indignation selon Spinoza, ou l’injustice visible de Pascal). Malgré l’arrière-plan historique, ou plutôt la prégnance de certains événements fondateurs de mythes et d’imaginaires (en tout premier lieu la Révolution française), ce n’est cependant pas l’histoire qui s’impose dans ces approches plurielles de la notion et la renouvelle en grande part, mais bel et bien la philosophie. Le déni de raison, tel qu’on l’observe y compris dans ce type d’événement fondateur de l’histoire nationale et, partant, de l’accès à la modernité politique, a en effet longtemps été apposé à cette passion sociale rejetée dans les ténèbres de la misère, du fanatisme, et d’une irrationalité que l’approche psychanalytique ne manque pas de relativiser.

3Les usages philosophiques et historiens de la notion font toutefois apparaître des constantes sur le long terme. Plusieurs contributions montrent bien le rôle décisif de cette émotion à la fois délétère, forte et contradictoire, et qui, faisant appel à des valeurs spirituelles et religieuses et rejoignant un autre sentiment, celui d’injustice sociale, en vient à remettre en question les fondements mêmes de la démocratie libérale (thème des communautarismes). Catalyseur des révoltes, indignations et révolutions, axé sur la dénonciation d’un ennemi commun, expression in fine d’une altérité, le ressentiment s’affirme de la sorte comme une passion « productrice du politique ». À l’aune de la critique des interprétations traditionnelles et des simplifications idéologiques, cet ouvrage en restitue la richesse insoupçonnée, dégageant ses signifiants émotionnels face à l’événement. Il rappelle à juste titre que nos sociétés démocratiques, de par leur caractère inégalitaire, portent en germe cette passion sociale inassouvie, contestation d’une norme morale et politique, revendication parfois violente de valeurs autres et expression d’une dimension affective ignorée de gouvernances à l’irénisme de façade. En ce sens, le ressentiment serait bel et bien, comme le suggère l’un des auteurs, non une pathologie à l’usage des pauvres, des opprimés, des « précarisés » ou des minorités, mais une « passion sociale démocratique », porteuse d’imaginaires politiques, voire un enjeu de justice à ses différentes échelles. En témoignent amplement les discours de la révolte à travers l’histoire et plus encore de gouvernants qualifiés d’atypiques, d’inspiration nationaliste ou populiste pour ne prendre que les exemples les plus évidents. Prolongeant sur de nombreux points l’étude de Marc Ferro (Le ressentiment dans l’histoire, 2007), les différentes contributions réunies dans cet ouvrage confirment incontestablement l’intérêt de la notion pour l’analyse issue de l’histoire et des sciences sociales. C’est toute la question du rôle des émotions et sensibilités, du dialogue entre le singulier et le collectif, de l’écriture de l’histoire et des usages politiques et sociaux du passé, qui affleure en effet dans cette réhabilitation précise et nuancée d’une « passion sociale » méconnue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Antoine Grandjean, Florent Guénard, Le ressentiment, passion sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 31 août 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9076

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Langue

Directrice de recherche en histoire (CNRS Mascipo UMR 8168)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page