Navigation – Plan du site

Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Entrer en littérature. Premiers romans et primo-romanciers dans les limbes

Philippe Lorenzo
Entrer en littérature
Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Entrer en littérature. Premiers romans et primo-romanciers dans les limbes, Paris, Arkhe editions, 2012, ISBN : 9782918682196.
Haut de page

Texte intégral

1Le premier roman et donc le primo-romancier seraient devenus une catégorie médiatique à part entière, quand ce n’est pas une catégorie littéraire : le Goncourt du premier roman, ou tel festival du premier roman (par exemple Chambéry), en témoignent. L’étude sociologique de Bertrand Legendre et Corinne Abensour, responsables de masters liés à l’édition à Paris 13, vient donc « situer l’importance relative des premiers romans dans l’ensemble de la production romanesque » tout en décrivant les profils des primo-auteurs et les stratégies des auteurs et des éditeurs. Ainsi, les deux auteurs font-ils remonter au milieu des années quatre-vingt-dix la construction littéraire et médiatique du premier roman et du primo-romancier, passant d’une occupation occasionnelle des éditeurs à une véritable stratégie marketing.

2L’analyse fine à laquelle se sont essayés les deux auteurs repose sur un double recueil de données portant sur la période 1995-2008 : un questionnaire envoyé à 2680 primo-romanciers (repéré dans la base Électre, taux de réponse, 10 %) complété par une enquête qualitative auprès de primo-romanciers, d’éditeurs et d’autres professionnels de la chaîne du livre. Une enquête similaire a été réalisée en Angleterre, aux résultats très comparables à ceux de la France.

3Le « phénomène » du premier roman reste marginal dans l’édition française, à hauteur de un pour vingt romans publiés, alors que sa croissance est exponentielle, multipliée par cinq entre 1995 et 2008 là où l’ensemble de production romanesque a été multipliée par 1,5 (1988-2008).

4Les caractéristiques sociales et socio-démographiques des primo-romanciers sont très hétérogènes. Contrairement aux idées reçues, soulignent les auteurs, le primo-romancier n’est en rien « jeune », comme ont pu l’être Sagan (19 ans) ou l’éphémère Radiguet (20 ans). 25% des primo-romanciers ont entre 41 et 50 ans, 25% plus de 50 ans. La majorité des auteurs français a entre 30 et 50 ans. Une étude parallèle menée en Angleterre et dont les auteurs comparent les résultats confirme ces données : 58% des primo-romanciers britanniques avaient entre 40 et 59 ans au moment de la publication de leur livre et 8% seulement avaient moins de 30 ans.  Les primo-romanciers, comme d’autres écrivains, exercent une autre activité professionnelle. 19% de ceux qui ont fait l’objet de l’enquête de Bertrand Legendre et Corinne Abensour sont enseignants ou chercheurs, 23% si on ajoute les étudiants. 14% exercent dans les métiers des arts ou du spectacle, 13% sont dans les métiers du livre et 12,5% dans ceux de l’information et de la communication. En tout 60% appartiennent à l’une de ces quatre sphères d’activité.

5S’il n’est pas nécessairement jeune, le primo-romancier n’est pas plus exempt de toute pratique d’écriture. Tout au contraire nous disent Legendre et Abensour, « Non seulement les premiers romanciers ont pour la plupart déjà écrit et publié avant le premier roman, mais ils se sont le plus souvent essayés à la fiction depuis longtemps ». 30 % ont publié des articles, 16 % des nouvelles, 11 % des poèmes et 9 % des essais. 62 % des primo-romanciers ont donc déjà publié avant leur premier roman, ce qui, soulignent les auteurs, « relativisent le caractère néophyte de ces auteurs présentés comme primo-romanciers ». Yasmina Reza est déjà un auteur de théâtre confirmé, Pascal Roze a déjà publié deux recueils de nouvelles, Claude Ponti ou Nicole Caligaris ont écrit des livres pour enfants, Thiphaine Samoyault ou Marie-Hélène Congourdeau des ouvrages de sciences humaines. En Angleterre, un tiers des primo-romanciers a déjà été publié, certains ayant même écrits en tant que nègres !

6Le primo-romancier ne publie pas non plus son premier roman à l’aveuglette. Dans la plupart des cas, il met en œuvre une véritable stratégie pour solliciter les éditeurs reposant sur quatre critères : la politique éditoriale en tout premier lieu, puis le fait de disposer d’un contact chez un éditeur, l’intérêt pour une collection ou encore la politique promotionnelle. L’étude montre cependant que, en ce qui concerne le premier critère, l’imprécision du terme même « politique éditoriale » laisse la porte ouverte à des « stratégies approximatives » ou politique éditoriale et notoriété de l’éditeur se confondent dans bon nombre de cas. Le choix de l’éditeur est aussi fonction de la profession exercée parallèlement. Les enseignants et chercheurs privilégient à la fois les trois éditeurs majeurs (Gallimard, Grasset, Le Seuil) et des éditeurs de second plan mais à forte image littéraire, esthétique ou innovante. Les professionnels de la communication se tournent vers des éditeurs similaires mais Gallimard n’est pas la maison privilégiée et se retrouvent derrière Stock et Le Seuil. L’attractivité de  l’éditeur est ici fonction de sa capacité à « orchestrer la visibilité médiatique (…) et le succès commercial d’un auteur. Pour les professionnels des métiers du livre, Gallimard est l’éditeur phare, avec Grasset et Le Seuil et les maisons à forte image littéraire. De même, les professionnels des arts et spectacles sollicitent en majorité Gallimard mais se tournent d’avantage que les autres vers des maisons du second cercle (L’Olivier, Minuit, Julliard, Le Dilettante) en fonction de l’image de leur politique éditoriale. Mais en règle générale remarquent les auteurs, les primo-romanciers sont davantage choisis par les éditeurs qu’ils ne les choisissent. Si jamais le primo-romancier a à choisir entre eux éditeurs intéressés, c’est le critère de réactivité qu’il l’emporte alors, sur le modèle : « premier arrivé, premier servi » !

7Sur un point, les résultats des études française et anglaise diffèrent largement. Si 62 % des primo-romanciers se sont vus demander de modifier leur texte par l’éditeur, c’est le cas pour 80 % des primo-romanciers anglais. Bien plus, les éditeurs anglais demandent des modifications plus importantes que leurs homologues français, touchant à la structure narrative du texte (42 %), voire à l’intrigue (36 %). 33 % des primo-romanciers anglais ont dû remanier le niveau de langue, changer le nom des personnages, insérer davantage de dialogues, etc. Au demeurant, les primo-romanciers français sont très majoritairement demandeurs d’accompagnement dans une relation qu’ils valorisent très fortement.

8Enfin, si premier roman il y a, deuxième il y a aussi pour les deux tiers des primo-romanciers. Car, concluent les deux auteurs de manière habile : « la publication du premier roman ne correspond pas à une entrée en littérature, mais instrumentalise l’acte éditorial dans une stratégie communicationnelle ». Le primo-romancier est avant toute chose un professionnel de l’écrit !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lorenzo, « Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Entrer en littérature. Premiers romans et primo-romanciers dans les limbes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 septembre 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9088

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page