Navigation – Plan du site

Yves Courrière, Monnier Philippe (dir.), La Guerre d’Algérie

Thierry Colmard
La Guerre d’Algérie
Yves Courrière, Monnier Philippe (dir.), La Guerre d’Algérie, Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Présenté comme « le film de référence sur la guerre d’Algérie », le présent coffret rassemble plus de cinq heures d’images rassemblées en deux DVD. Sur le premier, le film-documentaire « La guerre d’Algérie » (2h 30), suivi d’une interview du coréalisateur Yves Courrière (25 mn). Sur le second, intitulé « Compléments », on trouve un documentaire sur les Harkis (52 mn) puis une série d’entretiens intitulée « France-Algérie, une histoire en perspective » avec R.Girardet et P.Vidal-Naquet interrogés en tant que témoins engagés dans le conflit, suivi des analyses de deux historiens spécialisés sur la question algérienne, B.Stora et G.Fleury.

2Un demi-siècle après les accords d’Evian qui entérinent la fin officielle du conflit, l’accession à l’indépendance de l’Algérie reste un sujet sensible en France comme en Algérie. Les derniers acteurs de cet épisode douloureux de la décolonisation française sont encore vivants et on a parlé à juste titre de génération de la guerre d’Algérie à propos des appelés du contingent, contraints de passer de 24 à 30 mois sous les drapeaux dans des opérations de « maintien de l’ordre », dénomination officielle d’une guerre qui n’a jamais dit son nom.

3Fleuron de la présence française en Afrique, ce territoire conquis militairement en 1830, va être intégré à la métropole avec la création de trois départements centrés sur les grandes agglomérations qui traversent le pays d’Est en Ouest : Constantine, Alger, Oran.

4Outre ce statut territorial particulier, l’originalité de l’Algérie française repose sur la présence d’une population d’origine européenne d’un million de personnes, les « pieds noirs », groupe hétérogène issu d’une immigration récente et bénéficiant de tous les attributs de la citoyenneté française. Face à cela, mis à part une minorité de « notables », une masse de près de cinq millions de personnes de confession musulmane constitue l’essentiel du peuplement du pays, essentiellement dans le cadre d’un statut juridique inférieur « d’indigène autochtone ». Cette inégalité fondamentale constitue le terreau d’une situation explosive.

5A l’issue de la seconde guerre mondiale, alors qu’un vaste mouvement mondial de décolonisation se met en place, ce sont les événements sanglants de Sétif en 1945 qui annoncent la rudesse à venir du drame algérien.

6Le premier DVD revient précisément sur ces événements puis enchaîne sur l’année 1954, date officielle du début du conflit algérien. L’essentiel du film est constitué d’un montage d’images d’archives issues des actualités françaises de l’époque mais aussi de documents tournés par l’armée française et l’armée nationale de libération algérienne (ALN). La chronologie précise des événements est suivie jusqu’à l’été 1962 avec la fin officielle de cet épisode historique et l’accession à l’indépendance totale du pays. Le fil directeur du récit est assuré par une narration distanciée et certaines images sont utilisées en plan fixe comme illustration de l’analyse proposée par le narrateur. En alternance, des extraits des discours les plus significatifs des grandes figures politiques de l’époque sont présentés en image où leurs prises de positions respectives sont soulignées.

  • 1  Voir aux Editions de Minuit, notamment, Henri Alleg, La question (1958-1961/2008) ; Noël Favrelièr (...)

7Pour un spectateur non averti, ce film constitue une bonne introduction à la guerre d’Algérie, grâce notamment au choix d’images significatives et à la rigueur efficace de la présentation chronologique. Cette qualité est aussi son défaut. Dans un souci affiché d’évacuer les passions associées à ce conflit, le ton adopté est volontairement neutre et parfois le discours est trop général. On n’apprend rien par exemple sur les débats d’opinion en métropole lors des huit années qu’a duré le conflit, sur la position des appelés du contingent, sur la dissidence et la censure – voir à ce propos la réédition récente des livres interdits à l’époque1 – mais aussi sur les méthodes musclées des ultras - la torture - et d’une partie des militaires impliqués dont l’échec dans le précédent conflit colonial en Indochine explique pourtant pour une bonne part le comportement. D’autre part, le propos est trop souvent allusif par exemple lorsque les soutiens en France au Front de Libération Nationale (FLN) – « les porteurs de valises » - sont évoqués ou encore lors des dissensions au sein du mouvement de libération nationale algérien et les règlements de compte sanglants qui en ont découlés.

8Autre exemple d’oublis malencontreux, le drame du métro Charonne du 8 février 1962 - où 9 manifestants anti OAS trouvent la mort suite aux violences policières - n’est même pas mentionné. De même, on regrettera le manque d’analyse des positions et postures des principaux décideurs : Soustelle, De Gaule, Salan,… Ainsi, par exemple, le néophyte ne peut pas percevoir l’ambiguïté du Général De Gaule lors de son retour aux affaires politiques, en particulier quand il prononce son fameux « je vous ai compris » en préambule de son discours du 4 juin 1958 à Alger.

9Compte tenu de ces réserves, le second DVD permet de compléter utilement la compréhension de ces événements historiques et s’avère ainsi non seulement complémentaire mais aussi complètement indissociable du film principal.

10En résumé, une bonne introduction au conflit algérien mais un manque d’analyse qui laisse supposer que ce film trouvera tout son intérêt auprès d’élèves et d’étudiants, toutefois impérativement accompagnés d’un enseignant qui les éclairera d’une lecture active et circonstanciée des événements évoqués dans le film.

Haut de page

Notes

1  Voir aux Editions de Minuit, notamment, Henri Alleg, La question (1958-1961/2008) ; Noël Favrelière, Le désert à l’aube (1960/2000); Pierre Vidal-Naquet, L’affaire Audin (1958/1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Yves Courrière, Monnier Philippe (dir.), La Guerre d’Algérie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 septembre 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9089

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page