Navigation – Plan du site

François Hourmant, Arnauld Leclerc, Les intellectuels et le pouvoir. Déclinaisons et mutations

Eric David
Les intellectuels et le pouvoir
François Hourmant, Arnauld Leclerc (dir.), Les intellectuels et le pouvoir. Déclinaisons et mutations, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2012, 270 p., ISBN : 978-2-7535-1830-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les Intellectuels et le Pouvoir, telle est la thématique traitée par François Hourmant et Arnauld Leclerc dans le cadre d’un ouvrage collectif dirigé par leurs soins. S’attachant à rendre compte des déclinaisons et mutations au sein du champ intellectuel, les auteurs de cette somme -résultat d’un colloque organisé à l’Université de Rennes en janvier 2010- ont souhaité élargir et renouveler la lecture des taxinomies généralement offertes en ce domaine. Riches d’informations et d’analyses stimulantes, les interventions ont eu l’ambition, au travers d’« une palette contrastée de postures » et de portraits, de questionner les liens toujours complexes entre les intellectuels et la politique ou le pouvoir. En effet, loin de se cantonner aux deux grandes figures de « l’intellectuel français » (universaliste) et de « l’intellectuel anglo-saxon » (expert), les intervenants ont souhaité montrer que ces deux types-idéaux pouvaient être le support de greffes et de chassés-croisés ayant pour effet d’estomper les frontières. Cette circulation des modèles a mené F. Hourmant à envisager deux angles : celui du « régime de singularité » où le patronyme, condensant une multiplicité de ressources, transforme le nom en renom ; et celui du « régime de communauté » dans lequel la composante biographique se dilue dans la structuration de réseaux intellectuels.

2Sous le premier angle, on retrouve le nom de René Guénon. Pour D. Bisson, ce penseur marginal illustre de nouvelles relations entre l’intellectuel et le politique, notamment de par un engagement réorienté du côté de la recherche individuelle et spirituelle. Malgré une certaine reconnaissance dans l’espace public, Guénon préférera toujours la « sphère des influences subtiles » aux luttes temporelles. Il est vrai que profondément marqué par le milieu occultiste, cet « intellectuel prophète » convaincu du « providentialisme de la connaissance » se présentera tel le commandeur d’une vérité cachée et non humaine. À la fois clerc gnostique, guide intellectuel et annonciateur de l’Apocalypse, Guénon chercha surtout à transmettre sa pensée. Si celle-ci eut une réalité pratique pour quelques disciples, elle n’aura que peu d’effets sur les jeux de pouvoir.

3Entre désir d’engagement et passion pour l’indépendance, Raymond Aron eut un itinéraire plus atypique qu’on veut bien le dire, et les clichés le présentant comme un intellectuel de pouvoir ont incité G. Chaton à un réexamen. Si des éléments peuvent forger sa réputation d’intellectuel de droite, il reste que, contrairement à la légende, Aron n’a jamais rien fait pour devenir « conseiller du prince ». Son souci de l’indépendance l’a conduit à critiquer tous les pouvoirs, même ceux qu’il soutenait.Au milieu des années 70, Aron est un intellectuel engagé (au côté de la droite libérale) sans pour autant être un intellectuel de pouvoir. Et dans les années 30, lorsqu’il débute son itinéraire politique à gauche, Aron ne manquera pas de juger les socialistes pour leur inconséquence économique. Telle sera sa marque de fabrique : se donner le droit de critiquer le pouvoir en place, quel qu’il soit.

4« Indépendance » : une exigence étrangère à Bernard-HenryLévy. Selon F. Hourmant, le normalien et agrégé de philosophie B-H Lévy est surtout l’auto-promoteur d’un personnage nommé… BHL ! Cette logotisation narcissique, symbole de la transformation de l’intellectuel en produit-marketing, fait apparaître un intellectuel d’un nouveau type, épousant tous les canaux médiatiques dans le but (unique ?) de se mettre en scène. Ici, la visibilité n’est plus seulement liée aux idées mais aux personnes, et l’éclectisme cumulatif de « l’entreprise BHL » (presse, édition, cinéma) est révélateur de la concentration des lieux de pouvoir. Fortuné, ce « rebelle mondain » à la « rhétorique victimaire » s’est toujours prévalu d’être libre de toute affiliation. Sa versatilité montre en fait qu’en murmurant à l’oreille de tous les gens de pouvoir (politique, économique, médiatique), BHL ne fait que se conformer aux règles médiologiques du marché.

5Dans un registre de transgression plus réelle, A. Haye a planché sur le cas de C. Wright Mills, l’électron libre de la sociologie américaine. De par sa critique cinglante de l’Amérique des années 50, Mills a œuvré comme la conscience morale et radicale de son temps. Décrivant les phénomènes de captation du pouvoir au profit de certains groupes sociaux, Mills visera le « libéral consensus » américain tout en rejetant les interprétations liées à la lutte des classes. Ne croyant pas à une sociologie totalement apolitique, le « Trotsky du Texas » eut une conception engagée et polémique du rôle du sociologue : démystifier, dévoiler. Mais son indocilité professionnelle lui vaudra un ostracisme académique fort. Acerbe envers la sociologie institutionnelle, il n’obtiendra finalement sa légitimité qu’en tant qu’unificateur idéologique de la New Left (1958-1962), c’est-à-dire hors du champ académique.

6La trajectoire de Pierre Bourdieu, observée par J. Baudouin, semble exemplaire de la mutation des pratiques. Intellectuel « critique », intellectuel « spécifique », intellectuel « total » : le chef de la sociologie réflexive fut tout cela à la fois, mais ne connut que tardivement l’engagement politique. Alors que l’angle mort de sa pensée fut précisément la question du Politique, celui qui n’admit jamais la moindre positivité aux principes démocratiques déploya toutefois, quelque temps avant sa disparition, un activisme polymorphe, notamment contre la théodicée néo-libérale. Mêlant alors théorie et pratique, Bourdieu jouera un rôle moteur dans la réinvention de l’intellectuel « collectif », une figure plutôt éloignée des pratiques hexagonales.

7Avec Jürgen Habermas, A. Leclerc s’est attelé à dresser le portrait de l’intellectuel engagé en Allemagne, une singularité en rupture avec la tradition allemande qui postule une séparation entre les espaces politique et intellectuel. Important le modèle français de l’intellectuel critique, l’engagement politique de Habermas, à gauche, fut multiple et évolutif même si le modèle allemand reste celui de l’intellectuel professionnel. Intellectuel critique, intellectuel organique, Habermas fut aussi un intellectuel collectif. Mais entre sa position sur le marché allemand et sa renommée internationale, Habermas connut une réception paradoxale. Peut-être la fragilité d’un argumentaire à géométrie variable et l’impuissance de son idéalisme moralisateur face à la réalité expliquent-elles aussi cette réception en mi-teinte.

8La seconde configuration traite du « régime de communauté » : la composante biographique se dilue dans la structuration de réseaux et le contexte entre davantage en ligne de compte.

9Dans ce cadre, F. Lambert dresse un constat sur les « intellectuels catholiques français »:ils ont déserté la Cité. Il est vrai aussi que « l’intellectuel catholique » procède d’une espèce originale. Car afin d’articuler le langage de la tradition et celui de la culture contemporaine, le bilinguisme est de mise. Pris entre deux feux -trop « intello » pour l’Eglise, trop « catho » pour des laïcs-, son identité s’avère problématique et son engagement en politique passe souvent pour illégitime. La réforme de Vatican II présageait de conditions plus favorables pour son intervention dans la Cité : cette ouverture coïncidera paradoxalement avec une période de déclin ! L’appropriation par l’Eglise de thèmes portés jusqu’ici par ses intellectuels aura privé ceux-là de ce monopole.

10Le jeu mouvant des configurations a, de son côté, nourri l’analyse de B. Bruneteau quant aux conditions de l’engagement intellectuel européen au XXe siècle. Distinguant trois variables contextuelles dont celle d’étapes cruciales (1900, 1930, 1 960) et celle des singularités nationales (chaque pays ayant une stratégie particulière par rapport à l’Europe), c’est sur le « marché des idées », autre lieu d’affrontement, que B. Bruneteau conclut son exposé. Renvoyant d’abord à l’idée de Paix universelle, le concept « Europe » est ensuite devenu un contrepoint à la menace géopolitique d’alors. Aujourd’hui, face à l’anti-européanisme, cette idée se positionne désormais comme un projet moderniste, constructiviste et vertueux.

11J. Tournadre s’est penché sur les engagements des Thirwayers britanniques, ces intellectuels de la Troisième Voie qui, malgré leur diversité, ont réussi à diffuser un certain air du temps dans l’espace public. Capables de conjuguer théorie et pratique, ces « intellectuels utiles » dotés d’un savoir opérationnel au service du bien commun n’ont pas craint d’approcher le pouvoir. Outre une forme de militantisme scientifique, c’est la perméabilité des univers politique et académique, la circularité des échanges que l’on note : au principe polémologique français prévaut un principe dialogique aboutissant à une coopération entre « entrepreneurs d’idées » (journalistes, universitaires, experts) et sphères politiques.

12En ce sens, l’omniprésence des think tanks exemplifie cette tendance intellectuelle d’une production éditoriale rapide et synthétique (policy concept) destinée à la sphère politico-administrative.

13L’enracinement du courant libertarien aux Etats-Unis, étudié par S. Caré, entre dans ce cadre. Rompant avec les conservateurs, l’intellectuel libertarien s’est professionnalisé. En 1971, la création du Parti libertarien avait pour ambition de gagner les esprits plutôt que les urnes. De fait, l’institutionnalisation de deux laboratoires d’idées (thinks tank), l’un pragmatique et expert, le Cato Institute basé à Washington, et le second, plus radical et dogmatique le Mises Institute, basé en Alabama, ont permis d’asseoir cette stratégie métapolitique « libertarienne » : influencer tant la sphère politique que le marché des idées américain.

14Enfin, les intellectuels libéraux au sein d’un régime autoritaire ont été approchés par D. MansuyHuerta qui a examiné la promotion -inattendue ?- des Chicago boys et de leurs thèses économiques ultras au sein du Chili de Pinochet. En 1973, le Chili, dans une crise sans précédent, voit les militaires adopter les thèses de ce groupe de pression composé d’économistes chiliens liés, depuis 1956, à l’Université de Chicago. Hormis le fait que ce libéralisme s’accommode volontiers -et dans une certaine logique- d’un pouvoir politique autoritaire, c’est surtout l’emprise d’un groupe d’intellectuels sur le destin d’un pays qu’il convient de retenir : le visage du Chili en a été, depuis, définitivement modifié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric David, « François Hourmant, Arnauld Leclerc, Les intellectuels et le pouvoir. Déclinaisons et mutations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 septembre 2012, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9097

Haut de page

Rédacteur

Eric David

Docteur en Sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page