Navigation – Plan du site

Frédéric Chauvaud, Christian Moncelet, Solange Vernois, Jean-Claude Gardes, Boucs émissaires, têtes de Turcs et souffre-douleur

Pascal Décarpes
Boucs émissaires, têtes de Turcs et souffre-douleur
Frédéric Chauvaud, Christian Moncelet, Solange Vernois, Jean-Claude Gardes (dir.), Boucs émissaires, têtes de Turcs et souffre-douleur, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2012, 338 p., ISBN : 978-2-7535-1867-4.
Haut de page

Texte intégral

1La représentation et les attitudes à l´encontre des familles Roms dans l´imaginaire et le vécu européen contemporain n´est en rien l´unique apanage d´une quelconque réaction moderne aux bouleversements post-industriels ou à la globalisation des échanges mondiaux. Déjà en 1631, on retrouve la trace d´un juge espagnol qui rédigea un pamphlet intitulé Discurso contra los gitanos– c´est O. Caporossi (pp. 253-264) qui nous donne à comprendre comment fut « réactualisée la figure du bouc émissaire dans l´Espagne du siècle d´or ». Il est fascinant d´observer que c´est notamment le manque de conformisme voire de soumission à l´Eglise, à l´Autorité et au devoir de labeur qui effraient les classes dominantes de l´époque, et qui pour préserver l´ordre établi vont donc essentialiser des mœurs de sauvage qui disqualifient les populations gitanes dans leur altérité.

2C´est en tout vingt contributions qui sont regroupées dans cet ouvrage de grande qualité tant par la diversité des approches et thématiques que par le dynamisme que confère le regroupement d´auteurs sous quatre parties fort pertinentes. Tout d´abord, la première partie traite de la ‘victimisation de l´individu’ (pp.17 et s.) à travers des figures du théâtre, de la politique, de l´histoire européenne, de la peinture, du fourbe et également celle du clown. Ce dernier personnage, abordé par D. Cézard, est considéré comme une « figure sacrificielle consentante » (p. 86) transcendée par la notion de ‘sacrifice christique’. Si l´auteure n´entend pas présenter les boucs émissaires comme des victimes bienveillantes, le parallèle et l´analogie avec le clown et sa critique humoristique des conventions des sociétés dans lequel il agit confèrent une dimension quasi-politique et une fonction cathartique au bouc émissaire.

3La deuxième partie s´intéresse davantage aux ‘figures collectives’ (pp. 109 et s.) qui de tout temps ont forgé les identités exclusives – dans un journal d´information de 1836, il en est ainsi des « Bohémiens [qui] sont en guerre perpétuelle avec la société et celle-ci a dès lors le droit de se défendre par des moyens appropriés » (p. 109). Dans une autre contribution, P. Pretou indique la parution d´un ouvrage en 1 847 intitulé ‘L´histoire des races maudites de la France et de l´Espagne’ (p. 116). Nous y apprenons que des archives datant déjà du Xe siècle faisait écho à la ségrégation d´un groupe social particulier (et disparus depuis) connus sous le nom de ‘cagots’, communauté qui « aurait vécu sous un régime d´exception » (p. 117).

4Dans une vision plus générale, il est important de noter que ce rejet de l´autre sous différentes formes revêt des caractéristiques communes qui s´accrochent à dénoncer des « mœurs et des modes de sociabilité étrangères » (p.141), peu importe le taux d´intégration et d´extranéité de l´Autre au sein de la population autochtone dominante. À cet égard, les ‘relégués multirécidivistes’ décrits par J.-C. Vimont sont l’archétype du bouc émissaire car ils concentrent toutes les handicaps possibles (p. 167) sans être en soi une communauté nationale ou religieuse prédéfinie. Bannis par l´administration pénitentiaire, Albert Camus parlait d´eux comme « ces hommes qu´on raye de l´humanité ».

5La richesse de l´ouvrage dirigé par Chauvaud et al. est telle qu´elle ne se laisse pas réduire à l´exercice présent d´un compte rendu. En effet, la troisième partie fait état des ‘transpositions’ (pp. 183 et s.) qui sont opérées dans des romans aussi divers que le Passe-muraille de Marcel Aymé, De sang-froid de Truman Capote ou bien encore The crucible d´Arthur Miller. De même, la quatrième partie est extrêmement stimulante et s´attache aux ‘processus’ (pp. 247 et s.) « visant à la culpabilisation du bouc émissaire ou de la tête de Turc [qui] doit remplir trois conditions » qui sont le maintien de l´ordre établi, un discours prescripteur et un objectif manipulateur.

  • 1  Cf. le compte-rendu d´un précédent ouvrage de F. Chauvaud : http://lectures.revues.org/7740
  • 2  Page 122, in : J.-C. Croizet et J.-P. Leyens, Mauvaises réputations. Réalités et enjeux de la stig (...)

6Les auteurs reprennent finalement notamment un des éléments centraux de « l´antipathie obsessionnelle » (p. 7) qui est la peur, entre autres « une peur liée aux vagabonds, aux mendiants, aux prostituées, aux escrocs, aux voleurs, et en particulier aux jeunes délinquants et aux récidivistes ou encore aux adolescents »1. Dès lors, l´enracinement des stigmates et de la discrimination s´opère à travers le « processus d´essentialisation »2 qui modifie le comportement des personnes stigmatisées ainsi que la légitimation sociale des différences entre les groupes ainsi ‘antagonisés’. L´ouvrage présent illustre de manière admirable la multiplicité des personnes et groupes ostracisés et instrumentalisés, à la fois dans une perspective historique et politique.

  • 3  Toute ressemblance avec des faits existants n´est pas fortuite.

7Pour ne pas conclure sur ces phénomènes de ‘lèpre sociale’ (p. 123), ce sont les dernières lignes de la contribution d´O. Caporossi qui apparaissent de nouveau éclatantes d´actualité, car « les Gitans […], menace globale, [ce qui] enracine la solution politique de l´expulsion »3.

Haut de page

Notes

1  Cf. le compte-rendu d´un précédent ouvrage de F. Chauvaud : http://lectures.revues.org/7740

2  Page 122, in : J.-C. Croizet et J.-P. Leyens, Mauvaises réputations. Réalités et enjeux de la stigmatisation sociale, Armand Colin, 2012.

3  Toute ressemblance avec des faits existants n´est pas fortuite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Frédéric Chauvaud, Christian Moncelet, Solange Vernois, Jean-Claude Gardes, Boucs émissaires, têtes de Turcs et souffre-douleur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 septembre 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9103

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page