Navigation – Plan du site
Freedom Summer

Freedom Summer

Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964
Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, Marseille, Agone, 2012, 480 p., ISBN : 978-2-7489-0164-1.
Notice publiée le 03 septembre 2012

Présentation de l'éditeur

Juin 1964. Plus de mille volontaires rejoignent le Mississipi pour soutenir l’inscription des électeurs noirs. Deux mois plus tard : quatre morts, quatre-vingt personnes battues et mille arrêtées, soixante-sept églises, maisons et commerces incendiés ou détruits à l’explosif. Ce livre retrace l’histoire de cet été-là et de son impact sur toute une génération.
La campagne du Freedom Summer constitue un tournant critique pour ceux qui y ont participé mais aussi pour l’ensemble de la gauche américaine. Elle a rassemblé et radicalisé les volontaires présents dans le Mississipi, et elle a préparé le terrain à la constitution de vastes réseaux militants nationaux d’où sont issus les principaux mouvements contestataires de l’époque (féministes, pacifistes, étudiants, etc.).
Le projet Freedom Summer a été un creuset pour l’organisation de l’activisme des années 1960, tout autant qu’une contribution majeure au développement de la contre-culture américaine.
Professeur de sociologie à l’université de Stanford, Doug McAdam est spécialisé dans l’étude des mouvements sociaux. Il a notamment écrit Political Process and the Development of the Black Insurgency 1930–1970 (The University of Chicago Press, 1982).

L’initiation des volontaires à « l’autre Amérique » s’avéra décisive et déroutante. Si le succès du livre de Michael Harrington du même nom, paru en 1962, avait peut-être donné aux volontaires une connaissance intellectuelle de la pauvreté, leurs avantages de classe les avaient écartés d’une compréhension empirique du problème. Dans le Mississippi, cette distance confortable se volatilisa. Généralement éduqués dans une atmosphère optimiste et idéaliste, les volontaires n’étaient guère préparés au revers du rêve américain :
« C’était la pire indigence que les démarcheurs aient jamais vue. En abordant la maison, on nous invita à passer sous un proche jonché de cosses de haricots, de sacs de coton moisis, des débris d’un poêle à bois cassé et d’autres déchets de toutes sortes. Vers la porte, sur la droite, un bébé (de six mois) était étendu dans un berceau vétuste. Ses yeux, son nez et sa bouche étaient couverts de mouches. Trouvant cette vision insupportable, je tentai de les chasser mais la mère m’en dissuada : “Elles reviendront de toute façon”.
Toute la maison paraissait viciée, pourrie et gangrénée de part en part. Cependant, ses habitants savaient pourquoi nous venions et remplirent les formulaires sans que nous le demandions. Cette scène nous a tous marqués au fer rouge et nous ne dormirons plus tranquilles. »
Ces images marquèrent profondément les volontaires, en particulier ceux dont les origines ne les y avaient pas préparés, ne serait-ce que sur un plan idéologique. Une volontaire issue d’un milieu particulièrement protégé, une banlieue cossue de Chicago, se souvient : « Je m’endormais le soir en pleurant. Je voyais, je ressentais trop de choses. Les choses n’étaient pas censées être comme ça. Je n’y comprenais plus rien. Je me souviens que je me sentais triste, coupable et révoltée en même temps. »
Face à ces sentiments – en particulier la culpabilité – la chaleur, l’ouverture et la tolérance prodiguées par la communauté noire aux volontaires suscitèrent chez eux autant d’apaisement que de confusion. Apaisement parce que cette attitude, qui leur faisait l’effet d’une rédemption, atténuait la culpabilité qu’ils étaient nombreux à éprouver ; et confusion car ils ne pensaient pas mériter tout l’intérêt qu’on leur portait. Tout ceci fusionnait en un magma de sentiments face auquel bon nombre de volontaires se sentaient dépassés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Célia Izoard
7 pages de photographies et documents

Haut de page