Navigation – Plan du site

Marc Joly, Devenir Norbert Elias

Franck Bousquet
Devenir Norbert Elias
Marc Joly, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d'un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard, coll. « Histoire de la pensée », 2012, 472 p., ISBN : 978-2-213-66678-5.
Haut de page

Texte intégral

1Vaste et ambitieuse entreprise que celle de Marc Joly. L’historien tente en effet dans cet ouvrage tiré de sa thèse d’expliquer la trajectoire de Norbert Elias et de son œuvre dans l’histoire intellectuelle du XXe siècle, en leur appliquant les principes élaborés par le sociologue allemand lui-même. Il va ainsi marier l’analyse d’une formation et d’une trajectoire personnelle à celle des configurations de l’université et du monde des idées de son temps, pour proposer une psycho-socio-genèse de l’œuvre d’Elias et de sa reconnaissance.

2Découpé en trois parties, l’ouvrage s’attarde d’abord sur l’espace personnel et intellectuel dans lequel Elias a développé ses ouvrages majeurs et sa conception de la sociologie. De formation philosophique, l’auteur allemand s’éloigne de cette discipline et trouve à Francfort un climat intellectuel favorable pour entrer en sociologie avec la volonté d’en faire une science à vocation globalisante, capable de prendre en compte la psychologie individuelle et les grandes tendances des évolutions sociales, et surtout capable de s’affranchir de la différence ontologique entre les sciences sociales et les sciences de la nature.

3Marc Joly déplie également une dimension épistémologique convaincante en montrant comment l’œuvre d’Elias est possible et l’inscrit dans un contexte scientifique prenant ses racines au XVIIIe siècle. C’est d’ailleurs cette piste qu’il choisit de développer ensuite en montrant comment cette œuvre est construite par la mise en relation des apports de Freud, de certains éléments de psychologie individuelle et de l’analyse des changements affectant le fonctionnement des sociétés, en y intégrant les évolutions nationalo-étatiques et leurs jeux d’influence. Il s’agit donc de proposer une explication totale des interdépendances entre les hommes et les sociétés qui les voient naître et se développer, ainsi que de l’auto-institution du social par l’intermédiaire de configurations particulières, fortement dépendantes des contextes nationaux et des affirmations étatiques.

4Selon Marc Joly, la rencontre entre le contexte universitaire de Francfort avant l’emprise du régime nazi et la personnalité propre d’Elias (enfant unique sûr de lui à la formation philosophique…) serait à l’origine de cette ambition théorique globalisante, de la certitude du sociologue allemand d’être dans le vrai ainsi que de sa capacité à rester sur ses positions malgré la non-reconnaissance immédiate de son œuvre. Car en effet, durant toute sa carrière d’enseignant en Angleterre et ce jusqu’à la reconnaissance de son œuvre au début des années 1970, Elias a été dans une position de dominé, apparaissant comme un excentrique en sociologie, sûr de la justesse d’une théorie ignorée par tous, avec comme seules publications deux livres oubliés (Le processus de civilisation et La société de cour), jamais traduits, à contre-courant de la spécialisation disciplinaire des années d’après-guerre et diamétralement opposés au fonctionnalisme parsonien, au quantitativisme lazarsfeldien et au structuralisme Lévi-straussien. Il vivra ainsi une carrière universitaire médiocre au sein d’un monde intellectuel dans lequel ses thèses n’étaient pas recevables, mais saura personnellement être au centre d’un réseau faisant cohabiter psychologues et sociologues ; situation qui entretient sa certitude d’être dans le vrai et lui permet de continuer à développer sa pensée.

5Ce n’est qu’à la faveur des retournements institutionnels et paradigmatiques qui ont cycliquement lieu que l’œuvre d’Elias se verra reprise à leurs comptes par de jeunes universitaires soucieux de marquer leur différence avec leurs aînés et dans un contexte intellectuel à nouveau favorable à l’interdisciplinarité et à la réception d’une théorie centrée sur les rapports individu-société dans une dynamique de processus.

6La troisième partie de l’ouvrage est donc consacrée à Norbert Elias en France, avec une analyse de la situation de la sociologie française à la fin des années soixante, centrée autour de la relation entre Pierre Bourdieu et Raymond Aron, pour expliquer les difficultés de la rencontre avec l’œuvre du sociologue allemand, puis une analyse de sa réception par certains médiateurs auprès du grand public cultivé et enfin un regard sur la science historique au début des années 80, moment clé du partage de l’héritage de l’école des Annales.

7Cet ouvrage dans lequel Marc Joly allie biographie intellectuelle et familiale et connaissance fine du monde des idées est extrêmement convaincant et stimulant. L’auteur parvient en effet à suivre son programme (analyse de configurations particulières pouvant donner naissance à une œuvre et à sa réception, ainsi que prise en compte des particularités, construites socialement, d’un individu) et propose au lecteur un tableau mariant épistémologie des sciences sociales, histoire des idées et analyse des champs intellectuels et universitaires.

  • 1 Voir en particulier Les fils maudits de la république, 2005.

8Cependant quelques points restent aveugles et demanderaient une attention supplémentaire. Il nous semble ainsi qu’une analyse des logiques de pouvoir et de carrière du point de vue des sections universitaires aurait eu sa place pour compléter celle de quelques trajectoires personnelles au sein des structures d’excellence. Si ce travail est fait en creux pour les historiens héritiers de l’école des annales grâce à des pages lumineuses et à un schéma éclairant, il n’en est pas de même en sociologie. Réduire le champ de la sociologie française à la relation entre Raymond Aron et Pierre Bourdieu, en insistant longuement sur les facteurs psychologiques la déterminant, peut ainsi paraître réducteur. De même la réception d’Elias par la sociologie à la fin des années 80, et en particulier par la sociologie politique, est ignorée. De façon générale, l’insistance sur les trajectoires personnelles des universitaires, qui place Marc Joly dans les pas de Gérard Noiriel1, ne nous semble pas assez équilibrée par une analyse fine des disciplines universitaires et par une mise en perspective plus fouillée de l’histoire des idées (en particulier du structuralisme et du fonctionnalisme alors dominants). Les structures institutionnelles et cognitives ainsi que leur processus d’évolution auraient donc gagné à être développés en explorant par exemple les relations entre Elias et son premier éditeur français Jean Baechler.

9S’inscrivant résolument dans la discipline historique - pour l’auteur, l’historien est en effet le mieux placé pour marier « les exigences de la sociologie et de la psychologie » c’est à dire pour « combiner l’analyse des réseaux d’interdépendances sociales et l’analyse des déterminismes psychiques de l’enfance et des processus de singularisation » - cet ouvrage fera néanmoins référence quant à l’analyse de la production et de la réception d’une œuvre universitaire, en particulier du point de vue de la méthode appliquée.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier Les fils maudits de la république, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Bousquet, « Marc Joly, Devenir Norbert Elias », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 septembre 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9106

Haut de page

Rédacteur

Franck Bousquet

LERASS, Université de Toulouse

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page