Navigation – Plan du site

Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale

Emmanuel Porte
Artistes, intermittents, précaires en lutte
Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Salariat et transformations sociales », 2012, 276 p., ISBN : 9782814300989.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Jérémy Sinigaglia constitue une contribution importante à la compréhension de la mobilisation des intermittents du spectacle et des précaires dans la France des années 2000. Bien construite et appuyée sur une enquête ethnographique d'ampleur issue d'un travail de doctorat en sociologie, cette étude propose d'éclairer les conditions de possibilité de cette mobilisation et les modalités de son maintien dans la durée, en restituant tout à la fois les raisons de l'engagement et les mécanismes de celui-ci. L'auteur s'interroge plus particulièrement sur un paradoxe. Comment une population hétérogène, comme l'est celle des intermittents et précaires (quoi de commun entre le régisseur et la célébrité du 7e art ?), a pu réussir à se mobiliser massivement et dans la durée (depuis 2003) au point de devenir une référence pour d'autres mobilisations ? Pour tenter de le comprendre, Jérémy Sinigaglia étudie, au travers de trois parties, les éléments structurants du processus de mobilisation : la constitution du groupe mobilisé ; la définition de la cause ; l'élaboration des modalités de mobilisation. Ce travail s'appuie principalement sur l'étude d'un collectif d'intermittents en Lorraine, et sur celle de la coordination des intermittents et précaires d'île de France.

2L'auteur nous montre comment la dénonciation de la réforme des modalités d'indemnisation chômage a été l'occasion de centrer identification collective du groupe mobilisé autour de l'appartenance au « monde du spectacle ». Cela a permis de tenir ensemble la diversité des situations professionnelles et de lutter contre l'instabilité de l'emploi intermittent comme facteur désincitatif à la mobilisation. Jérémy Sinigaglia montre ainsi que la mobilisation a pu se maintenir par sa capacité à faire de ses faiblesses initiales (groupe hétérogène, précarité,) une ressource. La diversité des participants a permis de déployer la lutte dans un nombre considérable d'entreprises et de secteurs. La plasticité de la cause (de la défense du régime d'indemnisation à la lutte contre la précarité dans l'ensemble de la société) a contribué à unifier le groupe. La diversité des pratiques de mobilisation a favorisé le renouvellement des objets et des registres d'interpellation. La dynamique de la mobilisation explique ainsi qu'elle ait, malgré la non-satisfaction des revendications, pu apparaître comme une référence.

3Mais l'intérêt de cet ouvrage réside également dans le fait qu'il constitue une contribution intéressante aux réflexions sur la notion de précarité. Cette mobilisationa été l'occasion de décentrer le questionnement lié au chômage en posant la question de la perte du droit à indemnisation contre celle de la perte de l'emploi. Le régime d'indemnisation des intermittents constitue une forme de continuité du salaire favorable à la réalisation des activités professionnelles, mais non rémunérées, inhérente au monde du spectacle (création, maturation, etc.). De ce fait, l'indemnisation chômage est un signe d'intégration professionnelle (il faut réussir à avoir assez d'heures) et n'opère pas comme un stigmate d'échec comme dans l'emploi "traditionnel". Dans ce cadre, la notion de précarité employée par les acteurs vient moins dénoncer la discontinuité de l'emploi que celle des revenus. À cette condition, une partie des personnes a pu revendiquer l'instabilité de l'emploi comme une "liberté", retournant le stigmate lié au chômage. Pour autant, si la notion de précarité s'est imposée lors de la mobilisation pour dire une situation commune, elle demeure un label relativement lâche. Jérémy Sinigaglia montre qu'il existe des inégalités face à cette appréhension de la précarité qui tiennent dans la capacité des différents groupes à s'approprier la notion et à réaliser le retournement du stigmate. Il montre en cela que la précarité, parce qu'elle renvoie à des situations sociales très diverses, ne peut avoir (ni être analysée) « d'effet univoque sur la mobilisation ». Au final, c'est davantage la capacité à gérer l'hétérogénéité des situations professionnelles et des rapports à la précarité qui a permis la mobilisation, grâce notamment à la division du travail militant, que l'unicité de la cause ou la réelle proximité des acteurs mobilisés.

4La lecture de cet ouvrage est donc déterminante pour comprendre la mobilisation étudiée, mais elle constitue également une porte d'entrée enthousiasmante pour réfléchir à des questions plus larges que sont les recompositions du salariat, les mécanismes de représentation dans le monde du travail et les enjeux liés à l'évolution des registres de solidarité à l'égard des personnes touchées par la précarité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Porte, « Jérémy Sinigaglia, Artistes, intermittents, précaires en lutte. Retour sur une mobilisation paradoxale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9107

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Porte

Doctorant en science politique à l'Université Lyon 2, et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page