Skip to navigation – Site map

Frédéric Sawicki, « Politiques scolaires », Politix, n° 98, juillet 2012

Ismail Ferhat
Politiques scolaires
Frédéric Sawicki (dir.), « Politiques scolaires », Politix, n° 98, juillet 2012, De Boeck.
Top of page

Full text

1L’école est régulièrement au cœur du débat et des passions politiques en France, une spécificité liée à l’histoire de la République. En effet, si l’éducation est devenue dans l’ensemble des pays développés un sujet qualifié de sensible, peu de pays l’ont enchâssée au cœur du socle national.

2C’est de ce fait un véritable pilier de l’identité républicaine que s’attache à étudier la revue Politix, sous-titrée « revue des sciences sociales du politique ». Frédéric Sawicki, professeur de science politique à Paris-I, souligne dans son introduction au dossier le paradoxe hexagonal des rapports entre sciences sociales et institution scolaire. En effet, la France, qui a vu apparaître la notion de « reproduction » et des analyses critiques de l’école (ainsi les sociologues Christian Baudelot, Pierre Bourdieu, Roger Establet et Jean-Claude Passeron), est aussi un pays où les sciences sociales ont eu historiquement du mal à ouvrir la « boîte noire » de l’éducation.

3Parmi celles-ci, la science politique est restée le plus longtemps au seuil de l’école, et ses travaux sur l’Education nationale sont, comme le souligne Frédéric Sawicki, peu nombreux jusqu’à la dernière décennie. Plusieurs facteurs sont intervenus : le système scolaire français, depuis la réforme de l’Université en 1808, a secrété ses propres experts en son sein. De même, le caractère supposé spécifique de l’école française a laissé tardivement place au souci comparatiste. Enfin, d’autres disciplines faisaient déjà, pour paraphraser Monsieur Jourdain, de la science politique de l’école sans le savoir : sociologie, histoire, sciences de l’éducation.

4« Ce que contient la « boîte noire » de l’école : les analyses et constats de la science politique » : Les auteurs du dossier représentent donc une nouvelle génération de politistes, qui ont fait du système éducatif un objet d’études de la science politique. Les sujets abordés dans le dossier (articulation de l’école et de l’économie pour Philippe Bongrand, loi d’Orientation de 1989 pour Sylvie Aebischer, élaboration des programmes scolaires pour Pierre Clément, carte scolaire pour Lorenzo Barrault, évaluation du système éducatif pour Hélène Buisson-Fenet et Xavier Pons, baccalauréat « théâtre » pour Claire Lemêtre) ont un point commun fondamental. Ils concernent les mutations de l’Education nationale par des facteurs et des rapports de force qui se retrouvent dans l’ensemble des démocraties avancées. Les systèmes scolaires occidentaux, au-delà de leurs spécificités nationales- par ailleurs réelles- sont en effet traversés par des pressions comparables, internes et externes. La notion d’européanisation de l’école française, analysée par Xavier Pons et Hélène Buisson-Fenet, est l’une des facettes d’une analyse résolument transnationale.

5Que ce soit le « consumérisme scolaire » qui pèse sur les sectorisations des élèves, la montée du secteur éducatif privé, la montée d’une gouvernance managériale, les conflits entre les acteurs éducatifs, les articles soulignent les aspects ou les potentialités du comparatisme. L’imposition progressive de l’évaluation PISA, qui regroupe les pays de l’OCDE et traite des compétences et savoirs des élèves de 15 ans, en est un des exemples les plus parlants.

  • 1  Annette BON et Antoine PROST, « ‘Le moment Allègre’ (1997-2000). De la réforme de l'Éducation nati (...)

6« Les axes de la boussole : Transformation de l’école, résistances, le ‘haut’ et le ‘bas’ »: Ce riche dossier a pour axe majeur l’appréhension des réformes contemporaines de l’école (des années 1950 à aujourd’hui) et la manière dont les acteurs du système éducatif les appréhendent. De fait, les résistances aux changements, souvent qualifiés de « corporatistes », voire de « conservatrices », mettent aux prises les acteurs de terrain (enseignants en premier lieu, personnels administratifs, parents) et des élites politiques ou administratives convaincus du caractère modernisateur, voire progressiste, de leur agenda scolaire. Cette opposition apparente entre le « haut réformateur » et le « bas conservateur » a été notamment étudiée dans le conflit entre le Ministère de Claude Allègre et les enseignants du second degré (1997-2002)1. Ainsi, dès les années 1950, selon Philippe Bongrand, l’école française s’est vue assigner la mission de répondre aux besoins de l’économie, au nom de la modernisation de sa fonction. Face à certaines transformations perçues comme déstabilisatrices ou injustes, comme le montre Lorenzo Barrault sur l’exemple de la carte scolaire depuis 2007, les acteurs locaux sont un maillon essentiel encadrant le « volontarisme » des élites politiques en matière scolaire.

7Cependant, les articles montrent combien ce clivage entre élites modernisatrices et terrain conservateur est auto-justificateur, voire peut pertinent, dans d’autres cas d’études. En effet, des entreprises réformatrices, comme le Conseil national des programmes (CNP) entre 1985 et 1994, étudiées par Pierre Clément, peuvent être en butte à une partie des élites du Ministère, dépossédés de leur contrôle de l’élaboration des programmes scolaires. Ce sont dès elles qui ont progressivement remis en cause cette institution, considérée comme inefficace, voire illégitime. De même, certaines ouvertures pédagogiques, comme les options artistiques (théâtre) du baccalauréat, sont largement le fruit d’une demande des personnels de terrain et des usagers face à des dirigeants parfois indifférents.

8De manière transversale, le dossier pointe la figure complexe du cadre de l’Education nationale- dont des exemples de trajectoires biographiques sont analysés par Sylvie Aebischer pour l’élaboration de la loi d’Orientation dite « Jospin » de 1989. Souvent issus des professionnels au niveau local (enseignants, chefs d’établissements, inspecteurs territoriaux), ils gardent de cette expérience passée une forte légitimité de « praticiens de terrain ». Dans le même temps, devenus des cadres de l’Education nationale, et souvent dotés d’une légitimité universitaire, ils se situent à l’intersection permanente du savoir, de l’expertise, de la gestion et de l’évaluation. Ce groupe socioprofessionnel peut-être, pour conclure sur ce numéro novateur, une des plus fortes spécificités de l’école française.

Top of page

Notes

1  Annette BON et Antoine PROST, « ‘Le moment Allègre’ (1997-2000). De la réforme de l'Éducation nationale au soulèvement », Vingtième Siècle. Revue d'histoire n° 110, février 2011, pp. 123-145

Top of page

References

Electronic reference

Ismail Ferhat, « Frédéric Sawicki, « Politiques scolaires », Politix, n° 98, juillet 2012 », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 06 September 2012, connection on 21 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9126

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page