Navigation – Plan du site

Julien Langumier, David Desaleux, Emmanuel Martinais, État des lieux, les lieux de l'État

Sophie Louey
État des lieux, les lieux de l'État
Julien Langumier, David Desaleux, Emmanuel Martinais, État des lieux, les lieux de l'État, Lyon, Editions Libel, 2012, 160 p., ISBN : 978-2-917659-23-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’état des lieux d’un lieu de l’Etat est ici proposé par une approche originale alliant photographie et sociologie.

  • 1  L’ouvrage ne présente pas de pagination. Pour respecter ce choix des auteurs, nous commenterons do (...)
  • 2  Sur la RGPP voir : BEZES Philippe et LIDEC Patrick, « L’hybridation du modèle territorial français (...)

2Les auteurs tentent de « photographier » l’évolution d’une institution publique : la Direction Départementale de l’Equipement (DDE) ayant fusionné avec la Direction Départementale de l’Agriculture (DDA), donnant ainsi le jour à la Direction Départementale des Territoires (DDT). Le fil conducteur de l’ouvrage est le « changement de lieu » qu’engendre la fusion. La mise en scène de cet événement repose sur les photographies de l’avant, le pendant et l’après déménagement1 de la DDE de Lyon. Ce changement de lieu est la concrétisation « physique » des bouleversements institutionnels issus de la politique de modernisation des services publics. L’ambition des auteurs est de faire de cette monographie un exemple de ce qui se joue dans les nombreuses administrations publiques depuis 2007 via la mise en œuvre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP)2.

  • 3  Pour aller plus loin dans la compréhension du fonctionnement d’un pan de la DDE voir son article : (...)

3La photographie apparaît ici comme une source majeure d’accès au terrain. L’initiative de l’enquête émane du « capteur d’images » : David Desaleux ensuite rejoint par les regards sociologiques du géographe Emmanuel Martinais et de l’ethnologue Julien Langumier3. La photographie a ici permis de détourner les traditionnelles réticences des enquêté.e.s à accepter la présence d’un extérieur dans leur environnement clos. C’est parce que le photographe a été accepté que les chercheurs ont ensuite pu pénétrer ce milieu. Néanmoins la photographie n’est pas un biais pour l’ouvrage, elle en est le support majeur. Dans sa préface, le sociologue Sylvain Maresca annonce que ce livre « n’est pas un rapport d’enquête, mais un livre de photographe ». S’il est vrai que la multitude de photographies et la plupart de la typographie du texte appuie cela, il n’en demeure pas moins que ce livre dispose de nombreuses qualités communes à celles d’ouvrages sociologiques.

  • 4  La couverture du livre représentant un carton appuie cette idée « d’objet » ainsi que la dispositi (...)

4Ce livre pourrait presqu’être qualifié de « livre objet » dans la mesure où il capture un événement en cours par une forme de fabrication de l’image4. Les nombreuses paroles des employé.e.s viennent appuyer la force des images. Sans commentaires ou analyses, les mots des fonctionnaires sont livrés de façon « brute ». C’est alors la sélection opérée par les auteurs qui guide le lecteur.

  • 5  La DDE avait toujours occupé ces locaux puisqu’il s’agissait de « l’hôtel historique des Ponts et (...)

5La volonté de différencier les deux textes « scientifiques » et « analytiques » par rapport aux supports photographiques, mais aussi par rapport aux retranscriptions des paroles des fonctionnaires, se retrouve dans l’organisation du livre. Les deux textes, développant pour le premier : l’apport de l’utilisation de la photographie et pour le second : la contextualisation de ce « déménagement » de la DDE5, est imprimée sur des pages d’un bleu/vert relativement neutre, là où les paroles sont retranscrites en caractères blancs sur un fond rouge vif. Pour Julien Langumier c’était « un phénomène d’écho » qu’il s’agissait de trouver plus qu’une adéquation des différentes sources.

6Au fil des photographies nous découvrons les locaux exposés dans une dynamique de changement par des séries de plans cadrés de manière identique mais les pièces sont progressivement vidées de leurs objets. À aucun moment les employé.e.s n’apparaissent physiquement, seule leur ombre peut être fantasmée dans le « vif » des photographies des bureaux avant le déménagement. La présence de ces fonctionnaires réside donc dans leurs paroles « brutes ».

  • 6  Sur les rapports des agents de la DDE avec leurs partenaires locaux voir l’enquête : REIGNER Hélèn (...)

7Les témoignages des fonctionnaires font état d’une carrière ayant débuté souvent par hasard et à laquelle ils se sont rapidement socialisés, le mot « famille » revient à plusieurs reprises lors de l’évocation de l’ambiance de travail durant « l’avant ». Mais les paroles relatent ensuite un mal-être au travail semblant apparaître avec les réformes de modernisation. Ces mutations institutionnelles entraînent des brouillages de compétences entre les différentes collectivités territoriales (notamment par les fusions). Les employé.e.s peinent alors à (re) trouver leur place dans un système aux configurations qui ne sont plus identifiables6. Les fonctionnaires interrogés révèlent la douleur ressentie à l’idée de ne plus « faire du service public ».

  • 7  Voir LINHART Danièle (sous la dir. de), Pourquoi travaillons-nous ?, Erès, 2 008.

8Les auteurs exposent la violence de ce déménagement « physique » dans tout ce qu’il engendre de bouleversement dans le travail quotidien. Il s’agit alors pour ces individus de s’adapter à une institution qui change sans qu’ils en comprennent le sens. Dans cette optique un interrogé avance « je n’ai pas compris (…). Soit parce qu’on ne nous le dit pas. Soit parce que ce n’est pas clair ». Les multiples propos de cette teneur ne sont pas sans rappeler ce que Danièle Linhart désigne comme le paradigme perdu du fonctionnaire d’Etat7. Pour Emmanuel Martinais cette monographie révèle une détérioration majeure des conditions de travail inhérente à la mise en œuvre de la RGPP.

9Pour conclure, l’originalité de l’ouvrage tient principalement en sa composition de roman photographique-sociologique. Cette nature plurielle voulue par les auteurs est à la fois force et faiblesse de l’œuvre. S’il est vrai que Julien Langumier évoque « un niveau intermédiaire entre l’observation et le texte analytique » il n’en demeure pas moins que le refus d’avoir recours à des données d’archives ou la mise en perspective réduite des extraits d’entretiens peuvent s’avérer frustrants à une compréhension poussée. Gageons cependant que l’objectif de cet ouvrage est probablement de donner des clés aux lecteurs-observateurs de cet ouvrage pour une approche de ces administrations en pleine mutation à la fois si connues et inconnues car étant des acteurs quotidiens publics paradoxalement toujours très opaques.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage ne présente pas de pagination. Pour respecter ce choix des auteurs, nous commenterons donc le texte sans référencement de pages.

2  Sur la RGPP voir : BEZES Philippe et LIDEC Patrick, « L’hybridation du modèle territorial français. RGPP et réorganisations de l’Etat territorial », Revue française d’administration publique, numéro 136, 2010, pp. 919-942 ou encore DEBAR Anne, « La gestion des hommes dans l’administration territoriale de l’Etat : entre bricolage gestionnaire et travail sur le sens », 2 009/4, numéro 132, Revue française d’administration publique, pp. 757-770.

3  Pour aller plus loin dans la compréhension du fonctionnement d’un pan de la DDE voir son article : LANGUMIER Julien, « Des ouvriers de la fonction publique d’Etat face aux réformes de modernisation », 2 005/2, numéro 58, Sociétés Contemporaines, pp. 65-84.

4  La couverture du livre représentant un carton appuie cette idée « d’objet » ainsi que la disposition des photographies en format paysage entraînant la nécessité de manipuler le livre lors de la lecture-observation en le tournant et retournant.

5  La DDE avait toujours occupé ces locaux puisqu’il s’agissait de « l’hôtel historique des Ponts et Chaussées » c'est-à-dire l’ancêtre institutionnel de la DDE. Le déménagement s’est fait vers la cité administrative de Lyon.

6  Sur les rapports des agents de la DDE avec leurs partenaires locaux voir l’enquête : REIGNER Hélène, Les DDE et le politique. Quelle co-administration des territoires ?, Paris, L’Harmattan, 2 002. L’ouvrage, écrit avant la RGPP, montre qu’il y aurait une mutation des politiques étatiques renforçant le poids du local par la flexibilité nécessitant le déploiement de tactiques de conciliations entre partenaires.

7  Voir LINHART Danièle (sous la dir. de), Pourquoi travaillons-nous ?, Erès, 2 008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louey, « Julien Langumier, David Desaleux, Emmanuel Martinais, État des lieux, les lieux de l'État », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9132

Haut de page

Rédacteur

Sophie Louey

Doctorante en sociologie (allocataire de recherche) à l'Université Picardie Jules Verne (membre du CURAPP UMR 7319 et du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur le Politique)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page