Navigation – Plan du site

Frédéric Forest, Les universités en France. Fonctionnement et enjeux

Laurène Le Cozanet
Les universités en France
Frédéric Forest (dir.), Les universités en France. Fonctionnement et enjeux, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012, 296 p., ISBN : 978-2-87775-551-1.
Haut de page

Texte intégral

1Pour Les Universités en France, fonctionnement et enjeux, publié en 2012 aux PURH, Frédéric Forest s’est entouré d’acteurs du système universitaire chargés de faire un état des lieux de leur domaine de compétence. Ceux-ci prennent acte des changements engagés par la LRU – qu’ils célèbrent pour la plupart –, soulignent les efforts à fournir pour une gestion plus « stratégique » et s’interrogent sur l’articulation entre politique nationale et autonomie des établissements. Plutôt qu’un ouvrage scientifique mobilisant les outils des sciences sociales pour penser son objet, il s’agit d’une collection de « fiches » destinées à promouvoir et accompagner une réforme des universités. Son intérêt réside dans la description, pour chaque domaine, par un acteur relativement central (président d’université, directeur du patrimoine, inspecteur général, etc.) de ses récentes transformations, de ses règles et des enjeux qu’il juge majeurs. Un bon moyen d’appréhender le langage bureaucratique indigène.

2La « brève histoire des universités » proposée par Christine Musselin nous apprend que la dissolution des universités sous la Révolution française, puis leur « renaissance tardive » (p. 14), aurait marqué durablement les universités françaises, ouvrant la voie au développement des formations d’élites et d’institutions de recherche hors de leur périmètre. Un autre héritage résiderait dans le poids des disciplines, assorti d’une « cogestion corporatiste » du système, (p. 19) privant les établissements de « capacité de pilotage » (p. 20). La politique de contractualisation amorcée en 1989 et confirmée par la LRU a cependant accéléré le mouvement vers une plus grande autonomie, jusqu’à la « nouvelle rupture » opérée par les politiques d’excellence actuelles et leur tendance à la différenciation (p. 23).

3Suivent deux chapitres sur l’organisation du système universitaire, par Eric Piozin et Jean-Pierre Finance. Le premier déplore la dispersion des « opérateurs » (les établissements), le second insiste sur la coopération nécessaire pour dépasser les clivages alimentés par la prégnance du sentiment d’appartenance à la discipline chez les universitaires. L’autonomie apportée par la LRU aurait précisé le positionnement des universités dans l’enseignement supérieur : rapprochement avec les écoles, liens avec les collectivités territoriales, relations avec les partenaires socio-économiques, et coopération entre établissements entre ambition internationale affirmation de son identité. De son côté le ministère se fait contrôleur, armé du contrat pluriannuel et de son pendant évaluateur l’AERES, pour « responsabiliser » l’université vis-à-vis de « la société qui la finance » (p. 48). L’organisation administrative des établissements constitue le support de cette forme de « gestion responsable » appelée « gouvernance », dont le ballet doit être orchestré par le conseil d’administration.

4Daniel Filâtre évoque la complexité du système et le « poids des libertés académiques » responsable du dualisme universités/écoles et de la « dispersion des moyens » (p. 72). Il explique la résistance universitaire à certains changements par la tension entre une vision de la formation centrée sur l’étudiant et une conception « maintenue dans le cadre disciplinaire » (p. 78). L’autonomie pédagogique croissante des universités favoriserait toutefois la structuration des politiques de formation, encadrées par la contractualisation. L’auteur passe en revue l’actualité de chaque niveau de formation, la licence lui paraissant « le plus problématique » vu sa « faible performance » (p. 87).

5Jean-Richard Cytermann remarque la marginalisation persistante de la recherche universitaire, qu’il nuance toutefois, questionnant « l’articulation entre les priorités de formation et de recherche, les variations de flux d’étudiants ne correspondant pas toujours aux priorités de recherche » (p. 103). La balance pencherait désormais en faveur des secondes. L’émergence d’une « administration de la recherche » (p. 119) ne compense pas la complexité en matière de gestion et de financement, ni l’insuffisante valorisation des résultats de la recherche. Dans le même temps, la compétition internationale se traduit par une quête d’attractivité et de compétitivité (p. 124), entraînant une différenciation des établissements.

6Guillaume Houzel dénonce une méconnaissance des conditions de vie étudiante. Après avoir montré que la hausse des effectifs ne s’est pas accompagnée d’une démocratisation, il explique ensuite dans quelle mesure les conditions de vie étudiante déterminent la réussite puis souligne l’ « effet endogène des filières d’études » s’agissant de la vie culturelle (p. 135). Certains dispositifs comme l’aide au logement et l’avantage fiscal pour les familles sont critiqués pour leur caractère inégalitaire. Si les CROUS, « opérateurs de l’Etat » dans le domaine sont souvent ignorés des universités, les vingt dernières années ont vu émerger une réflexion sur les publics au sein des établissements, sous la pression à l’attractivité liée à la stagnation des inscriptions.

7Concernant les relations internationales, Eric Froment en appelle à plus de clarté. Les acteurs impliqués sont variés mais l’enseignant-chercheur est l’acteur dominant, souvent à l’initiative des partenariats. Deux démarches sont distinguées : la coopération (surtout dans le cadre européen) et la compétition, aiguisée par l’arrivée de l’ « idéologie libérale » dans l’enseignement supérieur suite aux négociations du GATTS des années 2000 (p. 150). Mais l’absence de politique pensée en articulation avec les activités de l’université ne favorise pas un véritable « pilotage » des questions internationales.

8C’est aussi plus d’ « intégration » que réclame Pierre Carbone, s’agissant de la politique documentaire. Les « questions de bibliothèque sont trop souvent considérées comme techniques », écartées de la « stratégie globale » (p. 167). L’auteur note une progression avec la prise en charge de la documentation électronique, alors que de nouvelles questions émergent avec les rapprochements d’établissements. Si le modèle des learning centres présente l’attrait d’une « vision intégrée de l’enseignement, de la recherche et de la documentation » (p. 171) il nécessiterait de « faire évoluer les métiers » de la bibliothèque (172).

9Claude Ronceray loue l’« initiation de véritables stratégies managériales » (p. 177) favorisée par un ensemble de facteurs : la LOLF pour un « dialogue de gestion (…) plus politique » ; la RGPP et l’ « optimisation de l’organisation » (p. 178) ; les nouveaux modes d’allocation des ressources à la performance ou sur projet ; l’autonomie avec la LRU. Les outils de ce nouveau « pilotage » tendent vers un « management de la qualité » – démarche européenne prônée par l’AERES – et font la part belle aux systèmes d’information « intégrés », conduisant les établissements à s’engager dans des structures de mutualisation.

10Après avoir regretté le caractère majoritairement public du financement des universités, Jean-Sébastien Valet et Gwenaëlle Verscheure listent les sources de ce dernier. Ils comptent sur le système de répartition des moyens à la performance et à l’activité (SYMPA, 2 009) pour en réduire la complexité en élaborant une dotation globale pour les établissements. La LRU a transformé le rôle des tutelles, chargeant le recteur du contrôle du budget. En interne, « aucune règle préétablie n’est imposée », la répartition se fonde donc sur le fonctionnement récurrent, le calcul du coût des activités et le « dialogue de gestion » (p. 203). Devant cette complexité croissante, les auteurs en appellent à une « professionnalisation » de la fonction financière.

11F. Forest constate la constitution de la gestion des ressources humaines en « politique », alimentée par des réflexions successives menées face à la diversité des situations et au manque d’attractivité des carrières universitaires (p.211). La LRU a alimenté la différenciation des politiques de recrutement selon les établissements, encouragés à gérer de façon centralisée et compétitive leurs ressources humaines. L’hétérogénéité – de statuts et de carrières – règne parmi les personnels enseignants comme administratifs, renforcée par le recours aux contractuels élargi par loi de 2007.

12Enfin, Nicolas Gaillard et Franck Joyeux présentent l’évolution des responsabilités des universités en matière de patrimoine immobilier. Ainsi, la LRU permet aux établissements de devenir propriétaires. Ils insistent sur le facteur d’attractivité pour les universités que constitue le parc immobilier. Il reste essentiellement la propriété de l’Etat, les établissements étant chargés de la maintenance. Détaillant les sources de crédits, notant au passage l’essor des partenariats public-privé, les auteurs rappellent que ce financement morcelé entrave le « développement d’une véritable réflexion prospective » (p. 233).

13Malgré son caractère parfois redondant – compréhensible pour un ouvrage qui s’efforce de traiter isolément des thématiques aussi interdépendantes – Les Universités en France, fonctionnement et enjeux s’avère une riche source d’informations et de lectures indigènes sur l’organisation et l’actualité du système universitaire. Si chaque auteur considère son domaine comme « vital », tous semblent partager une vision commune des universités (« complexité », « manque de lisibilité », « poids des composantes »), des universitaires (résistants au changement, accrochés à leur discipline) et de l’orientation prise par le système (« économie de la connaissance », « gouvernance », « stratégie », « responsabilisation », « compétitivité »). Ces termes ne sont pas remis en question, éloignant l’ouvrage de son objectif, « s’écarter de la doxa » (p. 10). Si le problème de l’équité dans l’accomplissement de ce qui reste une mission de service public apparaît ici et là, seule la postface soulève certains présupposés de l’ouvrage : l’enseignement supérieur « ne se réduit pas » aux questions de compétitivité, « la compétition envahit tous les discours » (p. 250), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurène Le Cozanet, « Frédéric Forest, Les universités en France. Fonctionnement et enjeux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9138

Haut de page

Rédacteur

Laurène Le Cozanet

Doctorante en science politique à Paris Dauphine, membre de l'IRISSO (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales, UMR CNRS 770)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page