Navigation – Plan du site

Cyril Mennegun, Louise Wimmer

Patrick Cotelette
Louise Wimmer
Cyril Mennegun, Louise Wimmer, Blaq Out, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années, crises économique et financière aidant, les discours journalistiques et artistiques se sont plongés dans le monde des « précaires ». Pour caricaturer, tandis que le sujet était quasiment absent des grands médias, si ce n’est sous la forme des films de Ken Loach ou des frères Dardenne, l’année 2009 signe le retour de la question sur le mode du témoignage (Iain Levison, Tribulations d’un précaire), du journalisme d’investigation (Florence Aubenas, Le quai de Ouistreham ou Günter Walraff, Parmi les perdants du meilleur des mondes) ou encore du cinéma (Une vie meilleure de Cédric Kahn ou Ma part du gâteau de Cédric Klapisch). Le premier long métrage de Cyril Mennegun, Louise Wimmer, s’inscrit dans cette veine particulière.

2Il ne s’agit pas ici de reprocher au réalisateur le choix de son sujet. Au contraire, Louise Wimmer se situe dans la continuité logique de ses productions antérieures, essentiellement documentaires, et l’avènement de la crise a plus rendu possible le financement du film et sa visibilité médiatique que son propos. Pour preuve, le DVD édité par Blaq Out contient deux des premiers documentaires du réalisateur : Tahar l’étudiant (2005), qui nous a fait découvrir Tahar Rahim, alors étudiant précaire belfortain exilé à Montpellier ; et Le journal de Dominique (2007), suivant le quotidien d’une concierge et de ses voisins dans le grand ensemble des Glacis à Belfort. Dès ces premières productions, on retrouve une patte particulière à Cyril Mennegun qu’il a su exploiter avec plus d’ampleur et de moyens dans ce premier long métrage, notamment grâce à la performance de l’actrice principale du film, Corinne Masiero.

3Thématiquement, Louise Wimmer dépeint le quotidien de Louise, constamment sur le fil du rasoir. La deuxième scène du film est emblématique de la situation du personnage : Louise se réveille dans sa voiture, qui est désormais son domicile, et se retrouve coincée par les deux voitures qui l’entourent ; la seule solution pour sortir est d’ouvrir le coffre depuis l’intérieur, empruntant ainsi une voie inhabituelle. C’est une telle situation bloquée que le film décrit ensuite. On suit Louise allant de ses petits emplois à temps partiel de femme de ménage (dans l’hôtellerie et à domicile) à l’huissier lui réclamant paiement, en passant par l’assistante sociale chargée de son dossier de relogement, le mont-de-piété ou un bar PMU qui lui sert d’adresse postale. Et ce quotidien est emmaillé par tout un ensemble de petites combines pour économiser quelques sous.

  • 1  Pour une exploration large du sujet, voir Patrick Cingolani, La précarité.
  • 2  Voir Robert Castel, La montée des incertitudes.
  • 3  Comme en témoigne ce dialogue avec son amant : « Lui : On arrivera à se parler un jour ? ; Elle : (...)
  • 4 « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationne (...)

4Ce faisant, Cyril Mennegun arrive à dresser un portrait assez juste des « petits » déjà décrits par Pierre Bourdieu (La misère du monde) ou Stéphane Beaud (La France invisible), tout en permettant d’illustrer certaines théories classiques sur le thème de la précarité1 ou du précariat2. Le peu d’informations données par le réalisateur sur le passé ou les pensées du personnage rend d’ailleurs ce travail d’induction plus facile, en gardant pour réserve que Louise se trouve constamment sur le fil du rasoir, sans connaître les situations les plus extrêmes. D’une part, on peut voir en Louise Wimmer l’image d’une « intégration disqualifiante », pour reprendre le vocabulaire de Serge Paugam dans Le salarié de la précarité: en multipliant les emplois à temps partiel contraint, et se voyant refuser toute perspective d’avenir ou d’augmentation, Louise combine en elle les difficultés d’un emploi dit « précaire » et d’une insatisfaction au travail. D’autre part, comme le film ne se contente pas de montrer la situation économique de Louise, il est également possible de qualifier sa position sociale comme une « fragilité intériorisée » en passe de tomber dans « l’assistance différée », toujours selon Serge Paugam dans La disqualification sociale. Par son emploi précaire et son refus de confesser sa situation à ses proches, notamment à son amant d’occasion3, Louise incarne une angoisse existentielle faite de honte sociale, exprimée parfois par des larmes, face à sa situation. Elle se retrouve également face à plusieurs assistantes sociales, mais toujours avec une pointe de ressentiment faisant à nouveau écho à son propre désarroi. Enfin, la situation familiale de Louise illustre un processus de « désaffiliation » tel que théorisé par Robert Castel4 : la fragilité économique de Louise est en effet redoublée par une rupture des liens familiaux, à la fois maritaux et filiaux, son ex-mari s’étant remis en couple et sa fille ressentant énormément de gêne face à elle.

  • 5  Voir notamment le deuxième entretien disponible sur le DVD : « Je suis à la recherche d’un être hu (...)

5Pour autant, cette capacité du film à servir d’illustration à de nombreuses théories peut en constituer dans le même temps sa faiblesse aux yeux du sociologue. Comme l’indique Cyril Mennegun dans son entretien croisé avec Corinne Masiero disponible sur le DVD, Louise Wimmer a été réalisé parce qu’il « cherchait une actrice pour qui écrire » et parce que chacun de ses films a pour but de permettre une « rencontre » entre le spectateur et un « être humain »5. Le terme « humain » a ici toute son importance car Cyril Mennegun affirme explicitement que les caractéristiques sociales du personnage ne l’intéressent pas. Déjà ses premiers documentaires, par la manière de cadrer les personnages ou de découper une scène, faisaient la place belle à la « dignité » des individus plutôt qu’aux explications sociologiques de leur existence. Cette posture n’est d’ailleurs pas étonnante pour un réalisateur qui indique s’être « construit tout seul », en remportant une « victoire sur [soi]-même » et contre son milieu d’origine « où les hommes et les femmes n’ont jamais choisi leur destin », et qui réinvestit ainsi le « goût amer » produit par « [son] parcours » dans « les films [qu’il] fait » en rejetant dans le même temps toute explication à ce parcours. On ne saurait reprocher à l’auteur ce parti pris moral et, par conséquent, esthétique, et ce d’autant plus qu’il réussit à le formuler cinématographiquement, mais il constitue un obstacle entre le film et la portée sociologique qu’on peut lui prêter.

6En conclusion, Louise Wimmer constitue une bonne illustration des situations vécues par certains précaires en France, sans pour autant pouvoir constituer une proposition sociologique à part entière. On laissera donc le sociologue passer son chemin tandis qu’on invitera le spectateur à profiter d’une « rencontre », prometteuse en soi et pour l’avenir du réalisateur.

Haut de page

Notes

1  Pour une exploration large du sujet, voir Patrick Cingolani, La précarité.

2  Voir Robert Castel, La montée des incertitudes.

3  Comme en témoigne ce dialogue avec son amant : « Lui : On arrivera à se parler un jour ? ; Elle : Pour dire quoi ? Je n’ai rien à dire sur moi » ; ou les divers refus qu’elle oppose à son ancien mari ou à une main tendue.

4 « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », dans l’ouvrage dirigé par Jacques Donzelot : Face à l’exclusion. Le modèle français, 1991.

5  Voir notamment le deuxième entretien disponible sur le DVD : « Je suis à la recherche d’un être humain ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Cyril Mennegun, Louise Wimmer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 septembre 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9151

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page