Navigation – Plan du site

Gavin Bowd, Un géographe français et la Roumanie. Emmanuel de Martonne (1873-1955)

Alain Chiron
Un géographe français et la Roumanie
Gavin Bowd, Un géographe français et la Roumanie. Emmanuel de Martonne (1873-1955), L'Harmattan, 2012, 216 p., ISBN : 978-2-296-96421-1.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un ouvrage consacré aux rapports qu’a entretenus, avec la Roumanie, le chef de file de la géographie française de la première moitié du XXe siècle, Emmanuel de Martonne, à qui l’on doit la création en 1941 d'une licence et d'une agrégation de géographie.

2L’ouvrage Un géographe français et la Roumanie : Emmanuel de Martonne (1873-1935) reprend, en les développant, les idées contenues dans deux articles parus un an plus tôt par le même auteur. L’un s’intitulait « Emmanuel de Martonne et la défense de la Grande Roumanie » et provenait du dixième numéro de la revue Studii si Materiale de Istorie Contemporana. L’autre avait pour titre « Emmanuel de Martonne et la naissance de la Grande Roumanie », il avait paru pour le cinquante-cinquième numéro de la Revue roumaine de géographie.

3Deux éléments jouent malheureusement en la défaveur de ce livre : le premier est qu’on ne sait strictement rien du milieu familial, de l’enfance et de la scolarité du personnage traité. Le passage à l’ENS tient lieu d’un quart de page, pour nous rappeler que Martonne y est élève de Paul Vidal de la Blache et qu’entré comme historien, il s’oriente progressivement vers la géographie humaine puis physique. Certes incidemment, en cours de route, il est fait allusion à des personnes rencontrées à la rue d’Ulm, mais on aurait aimé voir les présenter dès le départ. Nous sommes obligés d’aller chercher dans Wikipedia ou dans des articles nécrologiques qu’Emmanuel de Martonne est né à Chabris dans le nord du département de l’Indre et qu’il est le fils d’un archiviste. Lycéen à Laval puis Poitiers, il est lauréat au Concours général en histoire. Il devient le condisciple d’Albert Demangeon à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm où il rencontre également Pompiliu Eliade (essentiellement historien de la littérature) et future personnalité influente du parti libéral roumain à la fin de la Belle Époque. Gavin Bowd signale que c’est ce dernier personnage qui incite Emmanuel de Martonne à choisir en 1898 comme sujet de recherches la Valachie, région occupant alors la moitié du royaume de Roumanie qui est né juste vingt ans plus tôt. Le deuxième souci tient à l’absence de cartes. Le lecteur est frustré d’entendre parler constamment de cartes et de ne jamais en voir la moindre, surtout lorsqu’on vous explique le jeu de cartes qui consiste à opposer celles du personnage étudié à d’autres conçues pour mettre en valeur des populations non roumaines.

4L’ouvrage dresse un tableau des relations entretenues par Emmanuel de Martonne avec la Roumanie depuis la période de la Belle Époque jusqu’au décès de celui-ci au milieu des années cinquante. L’auteur s’intéresse également à la mémoire de son action et l’entretien (ou l’occultation) de son souvenir dans la Roumanie de Ceausescu et d’après la chute du mur de Berlin et la Révolution roumaine de 1989. Toutefois la période la plus intéressante pour l’historien et le géographe est celle traitée dans le chapitre « Vers la Grande Roumanie » qui en un peu plus de soixante-dix pages montre comment Emmanuel Martonne pèse sur le tracé des frontières de la petite sœur latine de l’Europe orientale. Pour arriver à cette influence, ce dernier a su promouvoir auprès des élites civiles et militaires françaises la connaissance et les intérêts de la Roumanie durant toute la Première Guerre mondiale (en s’appuyant sur certains sujets de ce pays) et il a joué sur ses bonnes relations avec l’Américain Isaiah Bowman lors de la préparation des traités de paix. Cette volonté de créer une Grande Roumanie reçoit un très fort appui d’André Tardieu (successivement proche d’Aristide Briand puis bras droit de Clémenceau) qui a l’entière confiance du Tigre pour mener les négociations des traités de paix. En tant qu’ancien Commissaire général aux Affaires de guerre franco-américaines, il a des relations relativement  anciennes et souvent cordiales avec les responsables américains.

5Aristide Briand, alors qu’il est Président du conseil, est à l’origine de la création en janvier 1917 du Comité d’études ; ce dernier est chargé sous la présidence du député Charles Benoist de réfléchir sur les possibles positions en matière frontalière que défendra la France lors des négociations qui suivront une paix victorieuse. Dans l’ouvrage La Fabrique de la paix absolument complémentaire de celui que nous examinons, Olivier Lowczyk cite Ernest Lavisse : « Il s’agit non d’apporter des solutions, mais de constituer une série de dossiers utiles à ceux qui auront la responsabilité de représenter la France au Congrès de la paix. Toutes les questions touchant l’Europe devront être examinées ; les questions coloniales resteront en dehors. Toutefois, on pourra s’occuper de l’empire turc en Asie ».

6La partie suivante, intitulée « D’une guerre à l’autre », ne manque pas d’intérêt car elle montre comment la Roumanie gère ses problèmes de minorités et quel regard Emmanuel de Martonne garde ou modifie sur le contenu des traités de l’ensemble balkanique. De surcroît il est ici pointé que durant tout l’Entre-deux-guerres, notre géographe doit pour la Transylvanie se faire régulièrement le défenseur des nouvelles frontières contre le révisionnisme hongrois et la Geopolitik allemande. Si les frontières actuelles entre la Roumanie et la Hongrie tiennent à un tracé de crayon d’un géographe français, par contre entre la Roumanie et la Yougoslavie les recommandations d’Emmanuel de Martonne n’ont pas été entièrement suivies du fait en particulier de la proximité existante entre Belgrade et des villages peuplés de Roumains et que pour nombre de négociateurs le pays à récompenser territorialement dans les Balkans (du fait de son attitude durant la Grande Guerre) est la Serbie. Cette dernière, contrairement à la Roumanie, n’a jamais signé de paix avec ses ennemis entre 1914 et début 1918 même si elle a été largement occupée. La possession de la superficie maximum du Banat est de chaque côté un enjeu national ; quelques villages à très forte proportion de population roumaine deviennent donc partie prenante de la Serbie et renforcent la sommaire présence roumaine déjà existante dans la Serbie d’avant 1914.

7Les décisions en matière de limites territoriales balancent entre désir de récompenser les vainqueurs, droit des nationalités, frontières naturelles, enjeux stratégiques, intérêts économiques et très marginalement caractère historique. Pour justifier chacun de ces agrandissements un ou plusieurs des points cités sont avancés. Au moment des négociations André Tardieu s’appuie beaucoup sur des cartes d’Emmanuel de Martonne bâties avec la volonté de mettre en valeur la présence roumaine sur l’espace le plus large possible. De plus André Tardieu peut argumenter à la date des négociations par rapport à certains lieux de la présence déjà sur place des armées roumaines. Cette avancée justifiée par le désir de contenir la Révolution hongroise, est due à la volonté d’un seul homme. Il s’agit du général Berthelot (voir l’ouvrage de J.-N. Grandhomme sorti en 2012  sur cet officier supérieur) qui outrepasse ses responsabilités de décembre 1918 au début de l’année 1919. Il avait dirigé la mission militaire française en Roumanie durant la durée de la Grande Guerre. C’est donc à trois Français André Tardieu, Emmanuel de Martonne et le général Berthelot que la Roumanie doit de doubler sa superficie en juin 1920 lors des signatures du Traité du Trianon par les belligérants. Toutefois la Bessarabie et la Dobroudja du sud échappent à ce pays après 1945, ces deux provinces couvrant ensemble 20% du territoire offert à la Roumanie en 1920.

8Cet ouvrage a permis au lecteur de voir par le détail comment des argumentaires géographiques, renouvelés selon le lieu évoqué, ont servi un projet politique global. Même si certains évènements d’après-guerre (les révolutions russes et hongroises) ont facilité la prise en compte des revendications territoriales, ces dernières se sont toujours appuyées sur un faisceau d’idées filles d’Eugée. Que l’on songe au contenu des discussions des négociateurs qui mettent fin à la Guerre de Trente ans par les traités de Westphalie et à celles du Congrès de Vienne destiné à fabriquer une Europe postnapoléonienne, pour mesurer l’évolution des stratégies diplomatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Gavin Bowd, Un géographe français et la Roumanie. Emmanuel de Martonne (1873-1955) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 septembre 2012, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9152

Haut de page

Rédacteur

Alain Chiron

Titulaire d'un DEA de muséologie, membre de l'AFRELOCE (l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page