Navigation – Plan du site

Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation

Elieth P. Eyebiyi
Internet et politique en Chine
Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2011, 420 p., ISBN : 978-2-8111-0580-8.
Haut de page

Texte intégral

1Internet et politique en Chine interroge les enjeux multiples qui sont ceux de l’Internet et de ses usages dans l’Empire du Milieu : les blogs, les fora de discussion, la mobilisation politique, etc. En 420 pages, table incluse, Séverine Arsène essaie de reconstruire la pratique quotidienne des Chinois autour d’internet, et plus largement la place de la communication numérique dans les sociétés humaines à la lueur des révolutions arabes.

2La première partie montre ainsi que les perceptions autour d’internet sont d’abord et avant tout celles de la modernité. Pour cause, la plus grande part des 420 millions d’internautes chinois a un profil de jeunes nés après 1980, vit en milieu urbain et a accès à l’éducation, représentant ainsi de facto une certaine classe moyenne (p. 90), s’intéresse aux divertissements en ligne (p. 100), au commerce électronique (p. 101) et de plus en plus aux réseaux sociaux. Or, Internet est considéré comme faisant partie d’un projet de modernité tridimensionnel : le développement économique, le développement personnel et plus largement le mouvement symbolique du « progrès ». Il en résulte une transformation des rapports sociaux, avec en toile de fond la consolidation de l’individualisation des rapports et l’atomisation de ceux-ci. L’ouvrage est organisé en trois parties dont la première sera davantage examinée ici.

3La première partie de l’ouvrage interroge donc les représentations sociales existantes autour d’Internet, et donc du fait d’être internaute. On apprend ainsi qu’Internet, outre d’être considéré comme porteur du progrès est aussi source de disparités géographiques et « genrées », puisque essentiellement urbain et masculin (p. 95). Effectuant l’historique du développement des services sur Internet, Séverine Arsène conclut que l’Internet chinois donne une impression pléthorique, foisonnante, dynamique, presque euphorique (p. 103). Ce dynamisme justifie d’ailleurs la surveillance très rapprochée d’Internet par le régime chinois afin de circonscrire la coordination de mobilisations de masse, lesquelles ont été à l’origine en Tunisie et ailleurs dans le monde arabe, de la Révolution dite de Jasmin qui sera elle-même le prélude au « printemps arabe ».

4Si les jeunes Chinois, instruits et urbains, ont adopté Internet comme mode d’accès à la modernité et élément constitutif du progrès, s’il ne lui en est pas restreint, ils favorisent pourtant la montée d’une forme singulière d’individualisme où le microblogging règne, ainsi que l’usage de clients de messagerie instantanée. Les liens faibles qui se forment sont alors utilisés pour satisfaire des besoins pratiques, créer une communauté, fut-elle virtuelle et éphémère, et donc influencer la socialisation de soi. « Désormais, l’individu devient un acteur central et narcissique, au sein d‘une société qui valorise la singularité (p. 157) écrit l’auteure. Ceci n’exclut pas l’intérêt de ces internautes pour des sujets relevant de la politique. Pour cause, l’émancipation individuelle et le raffermissement des liens sélectifs peuvent conduire à un investissement plus fort dans la sphère publique, et par conséquent, dans l’espace politique, comme le rappelle la théorie habermassienne.

5La deuxième partie examine les contraintes d’une civilité « moderne », à travers trois thématiques majeures : la responsabilisation de l’individu, la clôture du domaine public et les conversations en « clair-obscur ». L’auteure explique comment l’adoption d’Internet par la plupart des citoyens chinois est intrinsèquement liée à une certaine idée de la modernité, promue par les autorités chinoises et relayées par le public (p. 194). Or, en matière de responsabilisation des individus, les limites « officielles » de l’utilisation d’Internet à des fins politiques ne sont pas clairement explicitées si bien que c’est la dérogation aux normes officieuses qui paradoxalement éclaire l’intérêt des internautes. La défiance à l’autorité publique travers l’usage politique d’internet apparaît ainsi comme un lieu de sens important dans la compréhension de l’usage politique d’internet en Chine.

6La dernière partie de l’ouvrage s’attache à montrer comment l’irruption du politique impacte l’opinion publique et les mobilisations civiles en Chine. Si les sujets d’intérêt général déclenchent des mobilisations de grande importance, ces dernières sont variées en raison de la marge d’interprétation laissée aux citoyens. Les postures liées à la prise de parole sont donc multiples, bien que le régime au pouvoir déploie diverses stratégies de contrôle ou de « supervision » pour essayer de canaliser ces mobilisations orchestrées au moyen d’Internet.

7L’ouvrage de Séverine Arsène a le mérite d’illustrer de façon factuelle comment les mobilisations qui tiennent, en Chine, Internet comme espace d’expression, sont cadrées par l’idéologie du parti au pouvoir. Mieux, cette dernière serait selon l’auteure, le fruit d’un compromis dont l’objectif est d’accorder davantage d’autonomie aux citoyens tout en maintenant un contrôle plus strict (p.407). Le pouvoir garde ainsi un œil sur un espace de délibération  et de critique politique apparemment autonome.  Par ailleurs, l’usage d’Interne test vécu et présenté comme un signe manifeste de modernité, une sorte de facteur individuel d’insertion dans le paradigme du développement à l’occidentale. L’usage politique d’Internet démultiplie néanmoins les degrés de visibilité et les formes de prise de parole, en rendant poreuses les la séparation entre les scènes publiques et celles privatives (p.408). Internet complexifie de fait la superposition entre espace public et espace privé, tout en gardant, en Chine, une forte dimension politique. Egalement, l’auteure montre dans ce livre que l’opinion publique est un facteur central de légitimation du régime politique du parti communiste chinois. Un élément qui aurait pu fragiliser le régime, Internet, est en définitive utilisé pour affermir le pouvoir en favorisant le contrôle de l’espace d’expression étendu, offert aux citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 septembre 2012, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9153

Haut de page

Rédacteur

Elieth P. Eyebiyi

Doctorant, EDP/LHME, Université d'Abomey-Calavi, Bénin

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page