Navigation – Plan du site

« Le Paris des ethnologues. Des lieux, des hommes », Ethnographie française, n° 3, juillet 2012, 2012

Lionel Francou
Le Paris des ethnologues
« Le Paris des ethnologues. Des lieux, des hommes », Ethnographie française, n° 3, juillet 2012, 2012, 200 p., PUF, ISBN : 978-2-13-059352-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  À ce dossier volumineux s’ajoutent deux articles (dans la rubrique « varia »), une série de compte (...)
  • 2  La liste des contributions et de leurs auteurs est visible sur la page de présentation du numéro : (...)

1Cette livraison estivale d’Ethnologie française consacrée à la capitale française1 nous propose un recueil de contributions nombreuses et variées ayant en commun un regard particulier porté sur la ville2. Bien que la ville de Paris ait servi de cadre à la réalisation de nombreuses enquêtes ethnographiques, elle n’a été que peu abordée pour elle-même, comme objet d’étude en tant que tel. Pour Anne Monjaret, éditrice invitée de ce numéro, « l’ethnologie de Paris est d’abord une ethnologie dans Paris » (p. 414).

2Faut-il faire une anthropologie de Paris ? Ce numéro pose cette question à travers des textes d’ethnologues, principalement, mais aussi de sociologues (notamment D. Lepoutre, M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot) qui partagent avec les premiers une méthode, une certaine façon d’appréhender la ville, de la ressentir et d’ensuite partager avec d’autres ce qu’ils y ont vu et vécu « de l’intérieur », en arpentant leur terrain de long en large. L’approche ethnologique étudie simultanément les pratiques et les représentations d’un lieu ; ce qui « implique d’y « entrer », littéralement, pour aller à la rencontre de ceux qui le font. » (M. Roustan, p. 550). Au-delà du jeu de mots, le titre de ce numéro évoque ce pari qu’un certain nombre d’ethnologues ont accepté de relever : décrire leur regard singulier sur Paris, « faire découvrir leur Paris » (A. Monjaret, p. 417).

  • 3  « C’est ainsi qu’un même site, pour une même personne, peut basculer du « lieu » au « non-lieu » s (...)

3Ce numéro forme un ensemble hétéroclite de réflexions issues de travaux et de terrains portant sur une multitude d’objets de recherche de tous types. Ainsi, parmi les individus et groupes observés, sont abordés, pêle-mêle, habitants, voisins, squatteurs, touristes, vendeurs, artistes, garçons de café, danseurs, girls de music-halls, passants, agents de sécurité, de médiation, travailleurs sociaux, etc. Les lieux (ou non-lieux3) étudiés ne sont pas moins nombreux : immeubles, squats, boutiques, bistrots, dancings, monuments, espaces publics, le Père-Lachaise, la tour Eiffel, les Halles, la Gare du Nord, la pyramide du Louvre, etc. Le regroupement et l’articulation de toutes ces contributions devant permettre de passer au-delà du « Paris touristique et pittoresque pour mieux approcher le Paris [intra-muros] ordinaire contemporain » (A. Monjaret, p. 415), une ville à la fois visitée, voire « muséifiée », et « habitée » à travers les usages qui s’y inscrivent, dans la routine et le quotidien.

4Le plus souvent, c’est là une constante que l’on retrouve dans la plupart des contributions, chaque individu ou groupe percevra la ville différemment des autres, l’appréhendera à partir de son expérience propre et spécifique. Ainsi, C. Pétonnet décrit son « Paris préféré » en se référant à un trajet de bus particulier qui résonne positivement en elle : « Cette émotion m’appartient, elle conforte mon sentiment d’appartenance à la capitale. » (p. 563). Pour éclairer les difficultés de coprésence entre touristes (parfois propriétaires d’une résidence secondaire à Paris) et habitants, S. Chevalier, S. Corbillé et E. Lallement soulignent la coexistence de « manières différentes de penser et de fabriquer la ville : la ville des habitants (le quartier) et la ville de la mobilité (la centralité urbaine attractive) » (p. 445).

5Chacun y a vécu une série d’expériences, y a attaché des émotions, des souvenirs, des relations, des aspirations, etc. Tout le monde ne se figure pas Paris de la même façon, il n’existe pas un, mais des Paris. Pour M. Augé, les parcours personnels, les histoires individuelles, entrent en résonance avec l’ « histoire collective » (p. 517), ce qui forme des souvenirs. G. Teissonnières, qui a étudié la tour Eiffel, s’inscrit dans les pas de M. Augé en estimant, lui aussi, que ces deux types d’histoires « se font écho ». Il cite M. Halbwachs pour qui « il y a autant de façons de se représenter l’espace qu’il y a de groupes. » Dans son analyse de la tour Eiffel, « il apparaît qu’il existe autant de raisons de la visiter, de manières de la vivre et de sentiments éprouvés que de visiteurs du monument. » (p. 533). « 80 % environ des quelque deux millions de visiteurs annuels » (M. Giampaoli, p. 519) du Père-Lachaise s’y rendraient pour voir la tombe de Jim Morrison. Certains viendraient même à Paris principalement pour cela, effectuant une sorte de pélérinage. D’autres y vont à la rencontre de la tombe de Molière ou d’Edith Piaf, alors qu’ils sont aussi un certain nombre de parisiens habitant les alentours à s’y promener, profitant de cet espace vert.

  • 4  « Le mythe est toujours présent car la construction d’une allégorie féminine et typiquement parisi (...)

6Paris possède une certaine identité, une « parisianité », caractérisée par une série de traits distinctifs, parmi lesquels la forme reconnaissable de la tour Eiffel, « l’esthétique » des danseuses du Moulin Rouge4 ou la succession d’élégants immeubles haussmanniens. Dans un contexte où les villes se mènent une compétition acharnée, à l’échelle internationale, en témoignent les nombreux classements existants, Paris va prendre soin de son image et tenter d’écarter les menaces potentielles. Ainsi, F. Bouillon et P. Dietrich-Ragon, dans l’article qu’elles consacrent aux squats, soulignent la priorité qui est donnée par les pouvoirs publics aux squats les plus repérables : « c’est [l’] attractivité [de la ville] pour les touristes, les investisseurs et les habitants « productifs » qui est en jeu, d’où l’urgence de la réhabilitation. » (p. 435).

7La ville va également mettre en avant ses symboles. Ces images, diffusées à travers le monde, participent à la « fabrique de Paris » (A. Monjaret, p. 417). Tous les visiteurs de Paris, qu’ils soient touristes d’un jour ou amoureux de longue date, viennent à la rencontre de leurs propres représentations de la ville. Ainsi, ils ne la regardent pas telle qu’elle se présente à eux, mais telle qu’elle correspond à l’image qu’ils s’en étaient fait préalablement : il existe une « sorte de mémoire collective fantasmatique diffusée par la peinture, la littérature, les chansons et le cinéma » (S. Perault, p. 493). S. Chevalier, S. Corbillé et E. Lallement soulignent que certains arrondissements parisiens « n’appartiennent pas à la géographie symbolique des résidents secondaires. » (p. 446). Pour ceux-ci, le « vrai Paris » se trouve exclusivement dans quelques quartiers centraux. De plus, « la référence à la fiction est importante » (p. 448), en témoigne un couple interrogé qui part à la recherche des quartiers décrits par Simenon pour « re-connaître les lieux et y retrouver ce Paris à la fois typique et fictionnel. » (p. 448). Personne ne remarque, en effet, les dancings parisiens fréquentés par des représentants du troisième âge qui « ne rejoignent pas l’imaginaire érotique de la capitale », sont « aux antipodes des représentations sémillantes du Paris by night » (Chr. Apprill, p. 489). Par contre, au Moulin Rouge, symbole du Paris by night, « la quête du rêve est à portée de main » pour le public (S. Perault, p. 500). La tour Eiffel est connue à travers le monde grâce à l’image que les médias en diffusent : ses visiteurs ont emmagasiné ces images et se rendent sur place « pour en vérifier la conformité avec la réalité. » (G. Teissonnières, p. 534). M. Roustan explique les « rituels touristiques » (p. 545) qui prennent place autour de la pyramide du Louvre, par exemple dans le type de photos qui sont prises.

  • 5  Voir notamment Goffman (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. 2 – Les relations en public (...)

8Plusieurs pages sont aussi consacrées aux flux et aux situations de rencontre dans l’espace public, où les interactions, souvent anonymes et fugaces, sont cadrées implicitement5 ou explicitement, à travers cette forme de « ville sous surveillance » et les nombreux contrôles auxquels chacun est soumis (voir les contributions d’A. Jarrigeon sur les Halles et de J. Kleinman sur la Gare du Nord). Une place est également accordée à la précarité et aux inégalités sociales qui se ressentent fortement, par exemple lorsqu’il s’agit d’accéder à un logement. On pense, par exemple, à l’article de F. Bouillon et P. Dietrich-Ragon qui présente la façon dont des individus s’aménagent un foyer dans les squats et y trouvent une certaine stabilité et une série d’avantages. L’article de D. Lepoutre renseigne également sur les différences qui existent entre les ménages aisés et les ménages plus modestes lorsqu’il s’agit de pouvoir, ou non, aménager son logement, l’entretenir ou le rénover.

  • 6  Voir, notamment, l’ouvrage méthodologique de L. E. R. Achutti (2004), L’homme sur la photo : manue (...)

9La photographie joue un rôle important tout au long des pages, devenant un « instrument de recherche à part entière » (tel est, par exemple, le cas dans le « Portrait d’un bistrot des faubourgs » dressé par A. Steiner et S. Conord, p. 472). Elle ne se limite plus à l’illustration du récit, mais participe à celui-ci en proposant une autre forme de récit, visuel. Elle dévoile des informations inédites qui permettent à l’ethnologue de révéler une série de détails, notamment l’ambiance dans laquelle il a évolué. L’image devient un outil qui facilite la compréhension et donne une certaine intelligibilité à des situations qui, sinon, seraient restées dans l’ombre, incomprises par quelqu’un qui n’a pas vécu lui-même le terrain. Le recours à cette anthropologie visuelle6 « trouve son sens dans l’analyse des mises en scène, des [re]présentations de la ville et de ses usagers » (A. Monjaret, p. 415).

10Pour conclure, le pari est plutôt réussi et chacun pourra dénicher dans ce numéro des articles qu’il jugera dignes d’intérêt. La ville, en tant qu’objet d’étude, se laisse capturer par l’ethnologie et des pistes sérieuses ont été données pour tenter de répondre à la question posée en début de numéro : « qu’est-ce que Paris ? ».

Haut de page

Notes

1  À ce dossier volumineux s’ajoutent deux articles (dans la rubrique « varia »), une série de comptes rendus et un hommage à Jacques Gutwirth, cofondateur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU – CNRS/EHESS),  décédé le 11 janvier 2012. Le premier de ces deux articles s’attèle à l’étude du rôle majeur que le désir joue dans les appariements tant chez l’humain que chez l’animal, malgré leurs différences. Le deuxième, à travers une enquête menée auprès de jeunes pratiquantes de la gymnastique rythmique, tente de lever le voile sur une « matrice de socialisation sexuée extrêmement efficace » (p. 592).

2  La liste des contributions et de leurs auteurs est visible sur la page de présentation du numéro : http://lectures.revues.org/8993, consulté le 9/9/2012.

3  « C’est ainsi qu’un même site, pour une même personne, peut basculer du « lieu » au « non-lieu » selon la situation et l’angle de vue. » (p. 547). Pour de plus amples explications sur les non-lieux, voir M. Augé (1992), Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil.

4  « Le mythe est toujours présent car la construction d’une allégorie féminine et typiquement parisienne reste la principale préoccupation d’une scène comme le Bal du Moulin Rouge. » (p. 500).

5  Voir notamment Goffman (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. 2 – Les relations en public, Paris, Les Editions de Minuit.

6  Voir, notamment, l’ouvrage méthodologique de L. E. R. Achutti (2004), L’homme sur la photo : manuel de photoethnographie, Paris, Téraèdre. Mais aussi l’article de S. Conord intitulé « Usages et fonctions de la photographie », ainsi que l’ensemble du numéro d’Ethnologie française dans lequel il a été publié (Arrêt sur images. Photographie et anthropologie, 2007/1, XXXVII).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « « Le Paris des ethnologues. Des lieux, des hommes », Ethnographie française, n° 3, juillet 2012, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 septembre 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9155

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page