Navigation – Plan du site

Sylvie André, Le récit. Perspectives anthropologique et littéraire

Françoise Dufour
Le récit
Sylvie André, Le récit. Perspectives anthropologique et littéraire, Paris, Honoré Champion, coll. « Unichamp Essentiel », 2012, 262 p., ISBN : 9782745322937.
Haut de page

Texte intégral

1À partir du XIXe siècle, avec la naissance de la notion de littérature en Occident, le récit s’impose comme structure essentielle de la connaissance et forme organisatrice de la signification. Au XXIe siècle, ce modèle semble mis en brèche tant par la suprématie des modèles mathématiques dans le domaine des sciences humaines et sociales que par la mutation des supports. Dans son ouvrage très documenté, Sylvie André entreprend de démontrer la dimension anthropologique et cognitive de la fonction narrative comme modélisation de l’expérience humaine et d’en interroger le devenir, à l’ère des réseaux.

  • 1  Bernard Victorri, « Homo narrans : le rôle de la narration dans l’émergence du langage », Langages(...)

2À partir des « formes simples » identifiées par André Jolles (1972), l’auteure formule l’hypothèse du récit comme « forme universelle de la représentation par le langage humain de l’expérience temporelle ». Mais que met-on sous la catégorie « forme narrative » ? Plutôt que d’opposer récit oral et récit écrit, il serait par exemple plus pertinent de distinguer expression spontanée et expression élaborée en vue d’être transmise, conservée » (p.16) en retenant un usage littéraire (qu’il soit oral ou écrit), séparé du langage de communication ordinaire (éphémère par nature). Le récit « institutionnalisé » (plutôt que littéraire) aurait une fonction de cohésion sociale et de transmission d’un patrimoine symbolique, structurant et intégrateur. Signalons alors que les travaux de Bernard Victorri alimentent l’argument de Sylvie André. Dans son étude du « rôle de la narration dans l’émergence du langage »1, le linguiste formule l’hypothèse que « les premiers usages de la fonction narrative auraient consisté à évoquer des crises passées pour interdire des comportements nuisibles à la survie de l’espèce ». Ce qui distinguerait Homo sapiens des autres espèces serait ainsi « la capacité à raconter sa propre histoire, source d’une nouvelle « sagesse » fondatrice des sociétés humaines ». Cette mission de transmission propre au récit impose d’organiser, non pas une chronologie, mais une intelligibilité de la succession des événements (p.32). De même, plutôt que d’opposer récit factuel et récit fictionnel, dont le premier constituerait un modèle analogique pour le second, Sylvie André prône l’existence d’un mode de représentation de la réalité qui serait la narration ou récit, comme modèle culturel de représentation de l’existence humaine (factuel ou fictionnel).

3Il s’agit maintenant, dans un chapitre second un peu long mais sans doute nécessaire, de distinguer et définir les différentes formes institutionnalisées du récit. Le mythe ou récit téléologique s’érige en un modèle exemplaire pour une société donnée en s’adaptant aux nécessités historiques du moment et qui peuvent servir de base à des créations littéraires (mythe de Sisyphe d’Albert Camus ou mythe de Narcisse de Paul Valéry). Le récit héroïque ou épique qui a pour vocation d’ordonner l’Histoire en lui donnant une finalité métaphysique par le biais du personnage du héros remplit une fonction identitaire pour une communauté dont il justifie l’existence. Les formes brèves du récit : le conte, la fable, le dit…, formes traditionnelles ont une fonction didactique et la nouvelle, genre plus récent, « produit un éclat du réel plutôt qu’un sens global » (p.103), par opposition au roman dont l’apparition est liée à une transformation de la société et notamment à de nouvelles techniques de communication (lecture à haute voix et non plus récitée, le passage à l’écrit puis l’imprimerie).

4Le chapitre 3 envisage les différentes sphères des sciences humaines et sociales, notamment l’ethnologie et l’anthropologie, l’histoire, la psychanalyse, les études littéraires, autant de disciplines du sens pour lesquelles le récit a fourni un modèle d’interprétation commun. Aujourd’hui les sciences humaines et sociales, qui jusqu’alors partageaient les mêmes modèles de savoirs et les mêmes méthodes que la littérature, préfèrent se tourner vers les modèles logico-mathématiques en usage dans les sciences exactes. Cependant il semble bien impossible de se passer du récit qui intègre ces modèles logiques et non l’inverse. En anthropologie/ethnologie, le récit utilisé par Michel Leiris dans son Afrique fantôme et de Claude Lévi-Strauss dans Tristes tropiques apparaît comme une meilleure forme pour représenter des connaissances qu’un ouvrage purement ethnologique. Grâce à la forme narrative, l’expérience individuelle devient signification collective (p.132).

5De leur côté, les théories de l’Histoire, dans leur tentative de se constituer en science, ont cherché à échapper à la narration en ayant recours aux méthodes de la géographie physique et de l’économie pour fournir des modèles structuraux achroniques. Pourtant, c’est le récit qui permet à l’Histoire de reconstruire une histoire à partir de la mise en relation d’événements significatifs dans le temps (p.149). En ce sens l’Histoire est un savoir narratif.

6La psychanalyse accorde une grande place au récit car raconter est un élément fondamental de la construction du moi qui se réalise dans la relation intersubjective et, dans le cadre du travail clinique, la structure du récit permet la symbolisation de l’affect. La mise en récit est un mode de communication de l’expérience humaine et plus généralement un modèle de compréhension de l’existence humaine.

7À l’instar de la psychanalyse, les autres sciences humaines pourraient, elles aussi,  tirer un grand profit épistémologique et heuristique du modèle théorique du récit, si les pouvoirs publics n’avaient pas marginalisé les études littéraires, en occultant la capacité de la littérature à anticiper les changements des représentations. Si l’Histoire est la science du passé, les sciences politiques celles du présent, la littérature serait celle du futur, le récit fournissant « un modèle exploratoire de l’avenir social » (p.166).

  • 2  C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, 1973.
  • 3  A. J. Greimas, Sémantique structurale, 1966.

8Sont alors identifiés les éléments qui détermineraient une structure matricielle du récit canonique, qu’il soit de fiction, historique ou psychanalytique, de tradition orale ou écrite. Au-delà des modalités, c’est la faculté de représentabilité qui peut être donnée comme anthropologique. Les travaux de Claude Brémond et de Wladimir Propp ont mis en exergue la spécificité d’une « grammaire du récit » qui résiderait dans la « prise en charge du temps dans la durée des actions humaines » (p.178). Plus que la structure achronique du récit, mise en évidence dans les travaux de Claude Lévi-Strauss sur la pensée mythique2, c’est l’ordre du récit, soit la diachronie du temps signifiant, qui opèrerait la médiation et la résolution des contradictions. Le sémanticien Algirdas J. Greimas3 va montrer le rôle clef de la dimension temporelle dans la grammaire narrative du récit comme lien entre contenus et opérations de transformation (ou « épreuves ») mises en évidence dans son célèbre carré sémiotique.

  • 4  « Sémiosphère » chez J. Fontanille, Sémiotique du discours, 2003.
  • 5  L’auteure différence le médium comme moyen de communication et le média comme contenu.
  • 6  Jean-François Lyotard, L’inhumain, 1988.

9La finalité anthropologique du récit serait de « donner une épaisseur signifiante au passage du temps » (p.189) dans une sphère culturelle d’expérience de la signification4. Mais qu’en est-il du récit, de ses fonctions anthropologiques et littéraires avec l’entrée dans l’ère des réseaux ? C’est l’objet du dernier chapitre qui s’interroge sur la capacité du changement de supports de signer la fin de la narrativité ou tout du moins de celle d’un canon narratif, tel qu’il a été en usage jusqu’au XXe siècle. L’usage généralisé des nouveaux moyens de communication (ou médiums5) que sont les réseaux télévisuels et de l’internet entraîne en effet de profonds changements culturels. Alors que le cinéma tend à faire usage des mêmes moyens narratifs que ceux de la création littéraire, les réseaux télévisuels et internet généralisent l’usage de la forme narrative, par exemple dans le reportage télévisé, dans le storytelling managérial générateur de récit d’entreprise, mais également dans les jeux vidéo. Les nouveaux contenus (ou médias), intimement liés à une logique marchande, engendrent, selon Jean-François Lyotard6, une « détemporalisation «  et une délocalisation » de l’information qui tendent à couper les liens ethnoculturels permettant jusqu’alors aux peuples de solliciter leur mémoire afin d’organiser l’espace et le temps. L’interactivité permet au récepteur de participer à la création en intervenant, dans une certaine limite, sur les contenus. La relation classique entre créateur individuel et récepteur passif s’en voit ainsi modifiée.

10La révolution anthropologique que préfigurent les nouveaux médias se caractérise par une nouvelle appréhension du temps (coprésence de temporalités multiples, spatialisation de l’histoire, rôle auctorial pluriel) qui signe la disparition d’une volonté structurante propre au récit canonique. Doit-on s’en inquiéter ? Le nouveau canon qui se met en place entraîne la redéfinition des savoirs narratifs et plus généralement les sciences humaines. Permettra-t-il encore de proposer un sens à la temporalité humaine ?

Haut de page

Notes

1  Bernard Victorri, « Homo narrans : le rôle de la narration dans l’émergence du langage », Langages n°146, pp. 112-125.

2  C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, 1973.

3  A. J. Greimas, Sémantique structurale, 1966.

4  « Sémiosphère » chez J. Fontanille, Sémiotique du discours, 2003.

5  L’auteure différence le médium comme moyen de communication et le média comme contenu.

6  Jean-François Lyotard, L’inhumain, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Dufour, « Sylvie André, Le récit. Perspectives anthropologique et littéraire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9157

Haut de page

Rédacteur

Françoise Dufour

Chercheure en sciences du langage, rattachée au centre de recherche PRAXILING UMR 5267 CNRS université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page