Navigation – Plan du site

E.J. Wagner, La science de Sherlock Holmes

Frédéric Carbonel
La science de Sherlock Holmes
E.J. Wagner, La science de Sherlock Holmes. De Baskerville Hall à la Vallée de la peur, la vraie criminalistique derrière les plus grandes affaires du détective mythique, Le Pommier, 2011, 259 p., ISBN : 978-2-7465-0552-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Detective story http://www.detective.blog.liberation.fr 28/03/12
  • 2 L’auteure se définie comme historienne du crime et écrivain  «d’histoires à suspens pour adultes ». (...)
  • 3 F. Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 200 (...)

1De nombreux exemples contemporains permettaient de justifier cet ouvrage sur l’émergence de la police scientifique à partir des romans sur Sherlock Holmes. Ainsi « en 2004, le Journal of Forensic Science signale qu’on peut reconstituer des profils ADN humains à partir des vers s’étant nourri du cadavre jusqu’à seize semaines après la mort : il serait donc possible d’établir l’identité d’une victime dont le corps aurait été détruit grâce aux vers qui lui survivraient » (p.40). Arthur Conan Doyle (1859-1930), ce médecin écossais, était aussi friand des idées de Darwin, de faits divers mettant en scène des criminels et policiers dans les gazettes que des notices scientifiques1. De plus, il fréquentait les enquêteurs de Scotland Yard. Les romans de Conan Doyle pouvaient donc servir de fil conducteur pour retracer les origines des sciences criminelles. C’est ce à quoi s’adonne ici E. J. Wagner. Cependant elle se livre davantage à un essai de vulgarisation sur la Medical Jurisprudence, ou l’insertion de la médecine légale, dans les systèmes judiciaires anglais, français et allemand au XIXe-XXe siècles2. En outre son travail se différencie assez nettement des études historiques classiques réalisées par des historiens universitaires3.

  • 4 Ancien chef de la police technique SRPJ de Toulouse.
  • 5 Interview à La dépêche du midi http://www.ladepeche.fr 03/01/2012
  • 6 Médecin et juriste, élève de Bertillon et assistant de Lacassagne, auteur d’un Traité de criminalis (...)

2D’après Patrick Rouger4 « observation et déduction constituent l’épine dorsale de toute enquête menée par Sherlock Holmes5 ». Toujours selon lui, « la définition des termes français » de police scientifique est « imparfaite » à la différence des termes anglais de Forensic Sciences. Précisément celles-ci « se définissent comme l’ensemble des principes scientifiques et des méthodes techniques appliqués à l’investigation criminelle ». Elles aident « à prouver l’existence d’un crime ». Elles permettent de « déterminer l’identité de l’auteur et son mode opératoire » par l’assemblage « de toutes sortes d’indices et de traces » (p.220). C’est pourquoi Edmond Locard6 (1877-1966), le fondateur de la criminalistique française, recommandait aux étudiants du premier laboratoire de police scientifique fondé à Lyon en 1910 de s’imprégner des aventures d’Holmes. De même le récit d’E. J. Wagner est parsemé de multiples récits d’actes criminels : infanticides, assassinats par balles  ou au couteau, comme ceux de Jack l’éventreur, homicides déconcertants comme celui de Marie Lafargue jugée coupable d’avoir empoisonné son mari par arsenic grâce au témoignage du médecin Orfila en 1740.

  • 7 Auteur d’un Manuel pratique d’instruction judiciaire en 1899.
  • 8 Dans les pays anglo-saxons, représentants de la couronne, parfois médecins légistes, chargés d’inst (...)
  • 9 E. Locard, Policiers de roman et de laboratoire, Paris, Payot, 1924 (cité p.210)
  • 10 Voir l’exposition virtuelle Alphonse Bertillon, criminocorpus, http://www.projetbertillon.com/berti (...)

3Personnage de fiction légendaire, Holmes nous apparaît au cours des pages passionné de science médico-légale : toxicologie, balistique, graphologie, lectures cadavériques… Dans une Etude en rouge (1887) il décrit une dépouille : « sur son visage figé se lisait une expression de terreur et, à ce qu’il semblait de haine, comme je n’en avais jamais vu auparavant sur des traits humains » (p.10). Dans L’homme qui rampait (1923) il s’interroge « sur l’usage des chiens dans le travail de détective » (p.29). Tout au long de l’essai E. J. Wagner nous rappelle les recherches des principaux médecins légistes du XIXe siècle: Ambroise Tardieu, Paul Brouardel, le viennois Hans Gross (1847-1915)7 créateur d’un Institut de criminalistique en Autriche en 1912. Ce dernier vulgarisera notamment le traitement de la scène du crime par les policiers au moyen de la photographie et d’une enquête crimino-psychologique menée à l’instar de son Manuel pour les coroners8, les fonctionnaires de police, les policiers militaires (1893). Holmes pouvait se rapprocher de ces pratiques. Par exemple pour l’analyse des empreintes de pas dans Le signe des Quatre (1890): « Voici ma monographie sur la manière de relever les traces de pas » (p. 137). Selon Edmond Locard, Holmes ne présentait qu’un point faible: il ne soupçonnait « guère les services que put rendre dans une enquête criminelle la découverte d’une empreinte digitale 9 ». Pour autant E. J. Wagner consacre plusieurs paragraphes aux inventeurs britanniques les plus connus des Finger Prints (empreintes digitales ou dactyloscopie) : Henry Faulds, Francis Galton et Edward Richard Henry. Cependant, c’était plutôt l’anthropométrie d’Alphonse Bertillon, l’initiateur du « portrait parlé10 », et le bertillonnage qui fascinaient Holmes. Ainsi dans le Traité naval (1893) le Dr Watson décrit la conversation du détective anglais qui « tournait autour du système de mensurations de Bertillon et de l’admiration enthousiaste qu’il éprouvait à l’égard du savant français » (p. 97).

  • 11 Jacques Daguerre l’introduit en 1839. La police belge utilise les daguerréotypes pour les photos d’ (...)
  • 12 Criminologue italien auteur de la théorie du « criminel-né » exposée dans les multiples éditions de (...)

4Dès la première moitié du XIXe siècle les avancées de la police technique comme l’usage du daguerréotype11 s’imposent. Mais les interprétations obscures des siècles précédents comme la craniologie ou la phrénologie de Spruzheim et Gall regagnent en popularité dans l’Angleterre victorienne. Les propos du Dr Mortimer adressés à Holmes dans Le Chien de Baskerville (1902) nous l’illustrent: « Un moulage de votre crâne, monsieur, en attendant que l’original soit disponible enrichirait n’importe quel musée d’anthropologie » ; « je confesse que votre crâne attire ma convoitise » (p.184-185). On perçoit dans ces extraits les suggestions du criminologue Lombroso12 et de ses libelles sur l’hérédité du crime. Dans Le dernier problème (1893) Holmes dépeind Moriarty, « Napoléon du crime » et phrénologue amateur: il « possédait des tendances héréditaires des plus diaboliques. Dans son sang coulait un instinct criminel, lequel, loin de s’atténuer, alla en empirant et fut rendu infiniment plus dangereux par ses facultés mentales exceptionnelles »(p.187).

  • 13 Ancien membre des Bow Street Runners (« professionnels » de la police de Londres) qui aurait laissé (...)
  • 14 p.6. Les souvenirs de Vidocq seront vendus à Londres dès la première moitié du XIXe siècle. Cet anc (...)
  • 15 p.89. Voir aussi I. About et V. Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découv (...)
  • 16 Voir aussi J. Tulard, « La police dans la littérature et au cinéma », Dans les archives secrètes de (...)

5E. J. Wagner s’attarde aussi sur quelques personnages atypiques comme le détective londonien Henry Goddard (1800-1883)13 ou Vidocq (1775-1857), un « double génie » qualifié « de précurseur du transformisme et du raisonnement médico-légal »14. Dans La vallée de la peur (1915) Conan Doyle s’inspire de celui-là pour présenter les investigations de l‘inspecteur Lecoq: « le problème était d’identifier un prisonnier sans identité » dont on aurait pu « faire un manuel destiné aux inspecteurs, pour leur enseigner les pièges à éviter15 ». Cette anecdote montre qu’on retrouve dans les nouvelles sur Sherlock Holmes l’influence d’Emile Gaboriau (1832-1873), le père du roman policier français16.

  • 17 p.7, 90-91, 103, 120-121
  • 18 Voir J.Cl. Farcy, D. Kalifa, J.N. Luc, L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle : acteurs, ima (...)

6Au final, on regrettera le recours de l’auteure à des sources de secondes mains ou non citées (celles sur Lacassagne17) voire à des rééditions tardives (1969 pour Les Mémoires de Vidocq) (p.241) même si elle a pu s’entretenir avec des experts de la médecine légale aux Etats-Unis dont Miami et New-York. Plus grave, selon nous, l’écrivaine ignore totalement les travaux historiographiques français sur son domaine antérieurs à ses explorations comme ceux de Dominique Kalifa18. Nonobstant, l’essai avec index, glossaire, documents et iconographies est original et à compulser.

Haut de page

Notes

1 Detective story http://www.detective.blog.liberation.fr 28/03/12

2 L’auteure se définie comme historienne du crime et écrivain  «d’histoires à suspens pour adultes ». Elle a reçu en 2007 l’oscar Edgar Allan Poe des Mystery Writers of America (une association d’auteurs et lecteurs de romans policiers aux Etats-Unis).

3 F. Chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000; M. Renneville, La médecine du crime : essai sur l’émergence d’un regard médical sur la criminalité en France, Paris, Presses du Septentrion, 2000 ; P. Piazza (Dir.), Aux origines de la police scientifique : Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Khartala, 2011.

4 Ancien chef de la police technique SRPJ de Toulouse.

5 Interview à La dépêche du midi http://www.ladepeche.fr 03/01/2012

6 Médecin et juriste, élève de Bertillon et assistant de Lacassagne, auteur d’un Traité de criminalistique paru en sept volumes en 1931-1932.

7 Auteur d’un Manuel pratique d’instruction judiciaire en 1899.

8 Dans les pays anglo-saxons, représentants de la couronne, parfois médecins légistes, chargés d’instruire sur les circonstances d’un crime.

9 E. Locard, Policiers de roman et de laboratoire, Paris, Payot, 1924 (cité p.210)

10 Voir l’exposition virtuelle Alphonse Bertillon, criminocorpus, http://www.projetbertillon.com/bertillon/nflash/main.html

11 Jacques Daguerre l’introduit en 1839. La police belge utilise les daguerréotypes pour les photos d’identité judiciaire dès 1843.

12 Criminologue italien auteur de la théorie du « criminel-né » exposée dans les multiples éditions de L’homme criminel publié en 1876 voir M. Renneville, Le criminel-né : imposture ou réalité ?, http://criminocorpus.revues.org/127

13 Ancien membre des Bow Street Runners (« professionnels » de la police de Londres) qui aurait laissé ses Mémoires publiés en 1956.

14 p.6. Les souvenirs de Vidocq seront vendus à Londres dès la première moitié du XIXe siècle. Cet ancien bagnard s’était évadé mainte fois profitant de la mauvaise tenue des fichiers d’identité avant de fonder la Brigade de sûreté de Paris, ancêtre de la police judiciaire. Spécialisé dans les réseaux d’indicateurs et de repris de justice, infiltrés dans la pègre, il créa le premier Bureau de renseignement, agence de détectives français, en 1832.

15 p.89. Voir aussi I. About et V. Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010.

16 Voir aussi J. Tulard, « La police dans la littérature et au cinéma », Dans les archives secrètes de la police. Quatre siècles d’histoire de crimes et de faits divers, Paris, Gallimard, 2011, p.514

17 p.7, 90-91, 103, 120-121

18 Voir J.Cl. Farcy, D. Kalifa, J.N. Luc, L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle : acteurs, imaginaires, pratiques, Paris, Créaphis, 2007, p.246. et surtout D. Kalifa, Naissance de la police privée. Détectives et agents de recherches en France 1832-1942, Paris, Plon, 2000, p.105-106: Holmes incarnait idéalement tout l’esprit d’un détective privé mais « libre, dégagé des contraintes officielles, et réduisant le crime par le seul exercice de sa raison et de sa détermination».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Carbonel, « E.J. Wagner, La science de Sherlock Holmes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9184

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Carbonel

Docteur en histoire contemporaine (Groupe de recherche en histoire, université de Rouen)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page